L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une Académie du futur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Silvano



Messages : 11712
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Une Académie du futur   Ven 6 Mai 2011 - 16:05

Pour nommer les nouvelles réalités en français. Un article du Devoir.


Des mots pour nommer aujourd'hui le monde de demain
L'Académie du futur souhaite combler le vide sémantique actuel
Fabien Deglise 6 mai 2011

Le phénomène n'a pas encore été précisément nommé: les mutations sociales et technologiques en cours font aujourd'hui apparaître de nouvelles idées, de nouveaux concepts, de nouvelles professions sans mots en français, la plupart du temps, pour les désigner. Un vide sémantique que souhaite combler l'Académie du futur et son Dictionnaire du futur, un espace collaboratif en ligne qui vise à stimuler aujourd'hui, partout dans la francophonie, la réflexion, la fabrication et la diffusion des mots pour appréhender l'avenir.

«Qu'ils soient numériques, environnementaux ou sociaux, les bouleversements actuels font émerger des objets, des usages et des concepts que l'on nomme généralement avec des anglicismes médiocres ou du franglais dont l'usage abusif contribue à appauvrir notre réflexion», lance à l'autre bout du fil Anne-Caroline Paucot, auteure française à l'origine de ce projet. Le Devoir l'a jointe hier à sa résidence parisienne. «Or, les mots sont des briques qui servent à construire la pensée. Si ces briques ne sont pas de qualité, les constructions ne peuvent pas l'être non plus.»

Les gourous du tout-technologique parlent et les exemples de briques viciées pleuvent. Ici, un «téléphone intelligent» propose une traduction hasardeuse de l'anglophone «smartphone», là, l'«infonuagique» capte malhabilement l'essence du «cloud computing», cette mise en commun de données numériques par l'entremise de serveurs informatiques distants, et le «gazouillis» peine à se répandre à la place du «tweet», ce micromessage de 140 caractères et moins qui donne du corps, parfois par la vacuité, à Twitter. Pour ne nommer qu'eux.

«La modernité, c'est aussi de nouvelles professions, de nouveaux travers qui restent encore sans nom, dit Mme Paucot. Et l'on ne peut pas compter sur l'Académie française et ses immortels pour cette mise à jour du vocabulaire, puisque cette institution est en retard de trois wagons sur le présent», ajoute-t-elle pour justifier l'existence de sa propre Académie, qui amorce lentement son implantation dans les pays membres de l'Organisation internationale de la Francophonie, dont le Québec fait partie.

À court terme, l'Académie du futur rêve d'y faire émerger près de 200 «intemporels» plutôt qu'immortels, des amoureux de la langue française chargés de canaliser dans leurs espaces culturels respectifs le travail des personnes intéressées par le jeu constructif avec le langage, expose-t-elle. Objectif: favoriser l'innovation linguistique, mais également faire rayonner les créations locales pour nommer le présent, au profit de la planète francophone tout entière, en recommandant, entre autres, aux différentes commissions de terminologie des pays francophones l'adoption des trouvailles qui méritent de se propager dans le quotidien des gens.

Les échanges ont déjà commencé par l'entremise du Dictionnaire du futur (www.dicodufutur.com), qui chaque semaine distille ces fragments d'intelligence collective cherchant à faire évoluer la langue en trouvant le mot juste pour appréhender un présent en mouvement. Côté numérique, il y a cet «anonymiseur» qui souhaite nommer la personne qui développe des technologies informatiques visant à rester anonyme dans les nouveaux espaces de communication, où la mise à nu et la collecte d'informations personnelles pourrait devenir une norme. Le «doctoir», lui, est ce miroir doté de capteurs capables de livrer en temps réel les données biométriques de la personne qui se regarde dedans, quant à la «visualitique», elle pourrait bien désigner en 12 lettres l'ensemble des systèmes qui, eux, permettent de visualiser des données numériques.

Dans d'autres champs de l'activité humaine, le concept d'«enverdeur», qui, hasard ou coïncidence, a été façonné par des amoureux de la langue française au Québec, pourrait lui aussi être voué à un bel avenir. Enverdeur? Oui, pour nommer l'«intégriste de l'écologie qui critique en permanence les pratiques pas assez vertes de ses proches», indique le Dictionnaire du futur dans ses pages numériques. Une tare en croissance de nos jours que des internautes pourraient d'ailleurs chercher à «resbrouiller», en utilisant les réseaux sociaux pour résoudre le problème.

Avec ces «robodardiste» (standardiste robotisée), «moucharoboteur» (qui détecte les robots-espions dans l'environnement) ou «provatarien» (expert en univers virtuel), l'exercice de création est à encourager, dit Mme Paucot qui voit aussi dans cette activité un geste de résistance, pas seulement contre l'anglicisation du monde. «Quand on crée un mot, c'est une façon que l'on se donne d'inventer le futur, dit-elle. C'est aussi une manière de résister à un futur imposé par des marchands de technologies qui modèlent les mots principalement pour vendre et non pas pour réfléchir.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Ven 6 Mai 2011 - 17:50

Un article très intéressant, compte tenu de la mine de pistes à explorer qu'il contient.

Le problème de cette Académie du Futur comme celle de l'Académie Française (qui n'a pas que trois wagons de retard, semble-t-il) est qu'il s'agit en gros de la méthode dites "du comité" : on réunit des gens, qui vont parler, parler, parler - et que nous allons payer, payer, payer de notre bel argent - et au final, une éminence grise décide, possiblement Anne-Caroline ou son sponsor, quand bien même elle joue les indignées quand les publicitaires et les marketeurs font preuve d'imagination, même commerciale.

Anne-Caroline P, "auteureuh" serait plus crédible si par exemple elle esquissait les règles qui conduisent à créer un mot du Futur de qualité, et selon quels critères : à la seule lecture de l'article, elle aurait plutôt "la science infuse" et sortirait d'un coup de baguette sur son chapeau "les mots parfaits pour le monde de demain".

A toutes les époques, il y a eu des créateurs de mots et d'expressions savoureuses, ou de héros dont les noms propres sont devenus communs.

Il ne devrait pas être si compliqué d'en discerner les méthodes et les critères, le premier étant à mon avis que le mot soit suffisamment facile à articuler, le plus court possible, et le moins ressemblant possible avec d'autres mots déjà en circulation et plus utiles.

Enfin, Anne-C semble oublier (avec l' "auteuRR") de l'article que jusqu'à la preuve du contraire, ce n'est pas elle qui décide des sons que nous allons faire sortir de nos bouches et pour désigner quoi. Elle ferait mieux de s'inquiéter sur les méthodes officielles et officieuses qui se mettent en place pour limiter la créativité individuelle et éventuellement la punir sévèrement, comme les téléphones portables qui enregistrent, analysent, transcrivent et transmettent les conversations, le filtrage du net et des mails, les correcteurs orthographiques un peu trop automatiques et ainsi de suite, parce que de ce côté-là, c'est bien la NOVLANGUE qui est en train de s'imposer.

***

Au fait, si "Enverdeur" est le mot pour désigner celui qui critique sans arrêt les habitudes écologiques des autres, comment va-t-on appeler celle qui critique constamment les habitudes linguistiques des autres ? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 2:15

Un "enguirlangueur" ?
Revenir en haut Aller en bas
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 10:25

Silvano a écrit:
Les gourous du tout-technologique parlent et les exemples de briques viciées pleuvent. Ici, un «téléphone intelligent» propose une traduction hasardeuse de l'anglophone «smartphone», là, l'«infonuagique» capte malhabilement l'essence du «cloud computing», cette mise en commun de données numériques par l'entremise de serveurs informatiques distants, et le «gazouillis» peine à se répandre à la place du «tweet», ce micromessage de 140 caractères et moins qui donne du corps, parfois par la vacuité, à Twitter. Pour ne nommer qu'eux.
Gardons smartphone, cloud computing et tweet, qui sont déjà entrés dans le vocabulaire usuel. À la rigueur je dirais "nuage informatique" plutôt que cloud computing.

Que feraient les Dibadiens ? Ils créeraient watulëkh (dérivé de watul, téléphone), kusasmokyet (dérivé de kusasmok, nuage; littéralement, "nuagement", ou "nébulisation"), et watën ("petite parole"), et ils l'imposeraient de façon autoritaire dans les médias (sous contrôle d'Etat) et l'administration, pour éviter *sëmatphon, *tlaudkëmputing et *tuit. J'ai l'impression que kusasmokyet, un mot bien dibadien (kusasmok, nuage, vient du jargon chinook) serait de toute façon préféré à *tlaudkëmputing (quatre syllabes dont aucune n'a de sens en dibadien).

En saiwosh : smatpon, tlaot (prononciation saiwosh de "cloud"), et twit. Le saiwosh fait comme le japonais, il emprunte les mots étrangers en les déformant. Éventuellement, saipakosasmok ("cyber-nuage") au lieu de tlaot.

Les mots étrangers entrés en français ont souvent plus d'impact que leurs équivalents français. Blitzkrieg, panzer et ausweiss, ç'a impressionne plus que guerre-éclair, blindé et laissez-passer ! Very Happy

"Courriel" n'est pas arrivé à remplacer e-mail. J'ai même l'impression que le mot courant est maintenant "mail" (prononcé : mèl).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16282
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 13:18

Pour smartphone, j'préférerais "évoluphone", pour Evil or Very Mad cloud computing Evil or Very Mad je préférerais l'"informatique saupoudrée" ou "répartie", du moins, en français. Jai vu aussi, chez wsikipédia, le néologisme: infonuagique que je n'apprécie, somme toute que modérément. Si on tiernt absolument à rester dans les nuages, je préférerais encore la "nubomatique". J'utilise davantage "courriel" qu'e-mail. du reste, quand j'écris, j'écris sois "courriel" soit "imêle".... jamais mail tout seul.

...Quant à Twitter et son tweet (comprenne qui pourra!), c'est sûr que c'est plus court que le français "gazouillis" et donc plus approprié à un message court. Mais bon, on peut tout aussi bien dire "j'ai envoyé un mot". D'autant plus que ce message court est destiné, si je ne m'abuse, à être lu plutôt qu'entendu, puisqu'il y a une notion de nombre maximum de caractères. "Écrire un mot" a également cette notion de brièveté qu'on ne retrouve pas (ô! ironie!) dans "écrire une lettre".

Ça donne quoi en aneuvien?

Polsent = évoluphone (smartphone) Explication: sent, c'est un appareillage évolué: on dépasse complètement ici la fonction de téléphonie (telefònet) puisque cette notion est complètement "noyée" parmi d'autres applications (envoyer des messages écrits, photographier, jouer, regarder un film, écouter de la musique, les infos etc...). Et comme cet appareil peut tenir dans une poche, on utilise pol, de l'espagnol bolso = sac.

Omflòçhmentik = cloud computing. Explication: om- de omne qu'on retrouve dans omklœlach = disperser, flòçh = poudre, -mentik de... ifomèntik qui veut dire... eh ben... informatique, allez!

Kokma = tweet. Explication: vient de kort = court, le deuxième K vient de kœṁputr, majàl = courrier. Déclinaison facultative:

E vegna tiyn kokmase / e vegna tiyn kokma = j'ai reçu deux tweets.


Dernière édition par Anoev le Jeu 26 Mai 2011 - 20:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 13:39

Un article qui donne envie de se plonger dans ce site au nom qui fait rêver "le Dictionnaire du Futur" de "l'Académie du Futur", qu'on oppose ici à l'Académie Française jugée pas assez à la page. Ces néologismes permettraient de débarasser le français d'un tas d' "anglicismes médiocres", modelés "pour vendre et non pas pour réfléchir".

J'objecterais que l'Académie cherche à fixer des mots dont l'usage est attesté et ancré dans la langue française, pas des mots que seule une tranche de la population utilise et ce de manière temporaire, jusqu'à la mode suivante.

Concernant ceux qui utilisent des mots anglais, c'est peut-être simplement parce que ce sont les mots qui seront le plus facilement reconnaissables sur internet et définissent un concept bien particulier, car il faut le reconnaitre, l'anglais est une langue qui sert bien plus à décrire l'informatique que le français. Dans d'autres domaines, c'est différent. Il m'arrive de me trouver face à deux mots (l'un en anglais et l'autre en français) qui décrivent des phénomènes linguistiques proches, mais je ne peux pas les interchanger, car ils sont issus d'écoles de linguistes différentes.
Certes, on peut ensuite les remplacer en cherchant bien, et de préférence par des mots qui sonnent simples, justes et efficaces. Personnellement, j'apprécie "clavarder" ou "babillard", mais pas "baladodiffusion", que je trouve artificiel et trop long par rapport à "podcast" simple mais effica(st)ce.

Greenheart a écrit:
Anne-Caroline P, "auteureuh" serait plus crédible si par exemple elle esquissait les règles qui conduisent à créer un mot du Futur de qualité, et selon quels critères : à la seule lecture de l'article, elle aurait plutôt "la science infuse" et sortirait d'un coup de baguette sur son chapeau "les mots parfaits pour le monde de demain".
Tout à fait d'accord avec toi.
Quand on arrive sur le site, on se trouve dans une atmosphère nettement plus bon enfant. Un bon nombre des définitions que j'ai pu voir sont humoristiques ou décrivent en tout cas des choses un peu folles (l' "abeilxeros", comme un robot pour polléniser les fleurs). La plupart des néologismes semble basée sur des constructions en mots-valises ("motivamuser", "vesticament", "aplipole", "franchementir"...), en plusieurs mots agglutinés phonétiquement ("montsantroll, féletoi"* ..).
Certains détonnent par rapport au discours anti-franglais: actjet, slow tek, tatoomotion, subvertcom...

Je vois peu de mots que j'utiliserais volontiers tous les jours. Peut-être "féletoi", cité précédemment pour remplacer "DIY", même si je ne suis pas un grand fan de ce genre d'agglutination (fais-le-toi peut-être, ou FLT).

Vilko a écrit:
J'ai même l'impression que le mot courant est maintenant "mail" (prononcé : mèl).
J'ai la même impression. Mais déjà, c'est un ancien mot français "malle", qu'on utilise encore au Québec, mais dans le sens "courriel".

Je suis d'accord avec toi et Greenheart. Certains mots empruntés seraient difficilement remplaçables, car d'une grande expressivité. On dira ce qu'on voudra, mais "tweet" (ou "tuite" si vous préférez), ça semble naturel parce qu'on pense à l'onomatopée, au cri d'oiseau. L'anglais est pour moi une langue particulièrement expressive et imagée, les mots "sonnent" souvent comme ce qu'ils dénotent.

Je ne suis pas un grand fan des purifications linguistiques qu'on fait subir au français. Toute langue a des influences multiples qui font sa richesse. Aujourd'hui on voit l'anglais comme l'ennemi, mais qui sait, un jour on appréciera ces emprunts comme une marque d'une époque révolue (et ce sera le chinois ou une autre langue qui sera l'ennemi, alors qu'aujourd'hui elle est vue plutôt positivement, on dira peut-être "je vais shangban, faut que je prenne le huoche, je vais être très mang" pour "je vais au travail, il faut que je prenne le train, je vais être très occupé").

Puis, comme le dit Greenheat, ce n'est pas en créant des mots bizarres de ce genre sans réelle recherche de construction régulière qu'on va arriver quelque part. D'accord, ils se disent "amoureux de la langue française", mais ils devraient la connaître un peu mieux pour créer des mots par dérivation productive par exemple. Les mots valises et autres agglutinations pour moi ne sonnent pas très naturels.

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 13:49

Anoev a écrit:
E vegna tiyn kokmase / e vegna tiyn kokma = j'ai reçu deux tweets.

Saiwosh : Chi na nanko mokst twit.

nanko = nanch (voir) + chako (venir); littéralement "voir venir"...

En saiwosh, "nanch" a un sens plus large que le français "voir". On peut dire, sans incongruité :

Chi na nanko mokst twit kansis na wekyakwa.
J'ai reçu deux tweets en mon absence.

(pourtant on ne les a pas "vus" venir...)

Dibadien : Nai chi nanchëk moksut watënda kansis nai wikyaqua.
J'ai reçu deux tweets en mon absence.

Hors sujet : le saiwosh est devenu ma langue favorite pour tenir mon journal, ce qui m'amène à créer, par nécessité, de nombreux néologismes de façon presque instantanée. Il faut aussi que ces néologismes soient immédiatement compréhensibles lorsque je me relis, tout en étant relativement opaques pour les non-initiés. Lorsque la phonologie assez pauvre du saiwosh rend méconnaissable un mot étranger (par exemple cloud devenant tlaot), j'ajoute un mot saiwosh qui sert d'indice : saipa-tlaot (cyber-"cloud") ou tlaot-saipamashinyos ("cloud"-ordinateur-utilisation).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16282
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 13:53

Nemszev a écrit:
...mais pas "baladodiffusion", que je trouve artificiel et trop long...

Y aurait bien la soluce d'un compactage, comme balision , comme une issue de baladodiffusion.

Moi, ça m'prairait, mais j'suis pas vraiment certain qu'ça plaise à d'autres. Et pourtant, dans une moindre mesure, des mots comme "télématique" ou "homophobe" sont des compactages.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 14:00

Anoev a écrit:
Nemszev a écrit:
...mais pas "baladodiffusion", que je trouve artificiel et trop long...

Y aurait bien la soluce d'un compactage, comme balision , comme une issue de baladodiffusion.

Moi, ça m'prairait, mais j'suis pas vraiment certain qu'ça plaise à d'autres. Et pourtant, dans une moindre mesure, des mots comme "télématique" ou "homophobe" sont des compactages.
Et pourquoi pas la méthode utilisée par Frédéric Werst pour créer de nouveaux mots wardwesân : faire dériver les mots de façon partiellement aléatoire ? On aurait alors, par exemple, *baladage ou *baladeurie ? Ou même baladeurmuche ? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16282
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 14:12

Vilko a écrit:
Saiwosh : Chi na nanko mokst twit.

nanko = nanch (voir) + chako (venir); littéralement "voir venir"...

En saiwosh, "nanch" a un sens plus large que le français "voir". On peut dire, sans incongruité :

Chi na nanko mokst twit kansis na wekyakwa.
J'ai reçu deux tweets en mon absence.

Tiens-tiens, j'ai également "voir venir" en aneuvien qui n'a rien à voir (!) avec la vue physique (vedj -a, -ía)), c'est le verbe sygen (-na, -éna)*. Utilisable dans toutes sortes d'acceptions:
Eg sygen os! = j'te vois v'nir!
Ar sygnar nep àt ováṅkunac. = ils n'ont pas vu venir la récession.

Le radical syg- sert pour des mots comme sykpárkad = belle-mère ou sykfràndak = demi-frère.

Vilko a écrit:
On aurait alors, par exemple, *baladage ou *baladeurie ? Ou même baladeurmuche ?

Pour le deuxième, j'enlèverais le U. Le seul problème (et c'est aussi le problème des mots "baladeur" et... walkman"), c'est qu'on n'a plus la notion de l'activité principale, qui est la diffusion d'un média mais seulemernt le qualificatif (mobile, en balade) de l'appareil destinataire.
*À priori, du moins, j'suppose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 14:52

Anoev a écrit:
Vilko a écrit:
On aurait alors, par exemple, *baladage ou *baladeurie ? Ou même baladeurmuche ?

Pour le deuxième, j'enlèverais le U. Le seul problème (et c'est aussi le problème des mots "baladeur" et... walkman"), c'est qu'on n'a plus la notion de l'activité principale, qui est la diffusion d'un média mais seulemernt le qualificatif (mobile, en balade) de l'appareil destinataire.
*À priori, du moins, j'suppose.
Ce n'est pas un problème. Dans "carrefour" (de quadrifurcus, littéralement "quatre-fourches") on n'a pas non plus la notion de route ou de chemin. Dans "hôpital" (qui vient de hospes, hôte) on n'a ni la notion de soin, ni celle de bâtiment.

Le mot "femme" (femina) est apparenté à femur (cuisse). Le vocabulaire dérivé nous renseigne sur les schémas mentaux de ceux qui inventent les mots ! Very Happy

Et avant de dire que les anciens Romains étaient d'infâmes machos, souvenons-nous que, dans une langue australienne, le mot pour "femme" vient d'une expression qui signifie "celle qui marche derrière"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16282
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 15:26

Vilko a écrit:
Ce n'est pas un problème. Dans "carrefour" (de quadrifurcus, littéralement "quatre-fourches") on n'a pas non plus la notion de route ou de chemin. Dans "hôpital" (qui vient de hospes, hôte) on n'a ni la notion de soin, ni celle de bâtiment.

C'est vrai: je m'suis laissé entraîner par ma quête d'explicite, qui ne marche pas toujours à tous les coups, même en aneuvien! Ce s'rait trop beau!

Ainsi, hosbria (clinique) est assez éloigné de kùr (soin).

comme quoi...

Vilko a écrit:
Le mot "femme" (femina) est apparenté à femur (cuisse). Le vocabulaire dérivé nous renseigne sur les schémas mentaux de ceux qui inventent les mots ! Very Happy

Ouarphes! la femme est d'avantage prédisposée à écarter les cuisses... pour l'accouchement, ou par ce qui le motive... pourtant, sur les bancs & les chaises, on aurait plutôt des postures inverses, entre les ♂ et les ♀.

Vilko a écrit:
... souvenons-nous que, dans une langue australienne, le mot pour "femme" vient d'une expression qui signifie "celle qui marche derrière"...

Ouaip... alors que dans certaines autres zones arides, elles marchent devant... au cas où y aurait des mines antipersonnel! Dans quel monde cruel vivons-nous!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Silvano



Messages : 11712
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 15:55

Je ne ferai pas de citation, ce serait trop long

Baladodiffusion

Comme beaucoup de mots modernes, il est long ; donc, on le coupe souvent en balado. Et, comme walkman, il ne fait référence qu'à un aspect de la chose, la mobilité.

Mail/courriel

Personne ne dit mèl au Québec. Ou bien on y va franchement en anglais et on dit e-mail ; ou bien courriel. Et la malle, c'est pour la poste papier.

Smartphone

On ne dit que téléphone intelligent. En espéranto, poŝtelefono, c'est un cellulaire (un portable, en France ; ici, un portable, c'est un ordinateur portable, c'est-à-dire en anglais un laptop).

Femur/femina

Je ne sais pas comment c'était en latin, mais en grec, on utilisait l'euphémisme cuisses pour faire référence à ce que les femmes ont à la jonction desdites cuisses... Tota mulier in utero, disait un proverbe : sed in cunno quoque, semble-t-il...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 18:03

Silvano a écrit:
Comme beaucoup de mots modernes, il est long ; donc, on le coupe souvent en balado. Et, comme walkman, il ne fait référence qu'à un aspect de la chose, la mobilité.
"Balado" me semble plus intéressant à utiliser en effet. C'est un peu comme la réduction autobus>bus, automobile>auto, radiophonie>radio...
L'idée de Vilko (ou plutôt de Werst) est intéressante, car en effet on a souvent recourt à des métonymies. C'est un phénomène courant.

Citation :
Personne ne dit mèl au Québec. Ou bien on y va franchement en anglais et on dit e-mail ; ou bien courriel. Et la malle, c'est pour la poste papier.
En Belgique, on prononce souvent "méél" (avec un é long comme s'il s'agissait d'un mot néerlandais écrit "meel").
On dit aussi "courriel". Ce genre de mot a la cote en Belgique.

Citation :
On ne dit que téléphone intelligent.
D'autres termes existes: terminal de poche ou encore ordiphone.
Moi je trouve le terme "téléphone intelligent" un peu pompeux... Encore une fois, smartphone est le plus court à prononcer. Ordiphone ne sonne pas très joli selon moi.

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 18:43

Nemszev a écrit:


Citation :
On ne dit que téléphone intelligent.
D'autres termes existes: terminal de poche ou encore ordiphone.
Moi je trouve le terme "téléphone intelligent" un peu pompeux... Encore une fois, smartphone est le plus court à prononcer. Ordiphone ne sonne pas très joli selon moi.

Et puis, outre le fait qu'ils ne sont pas si malins que ça, à part pour vous espionner, ça ne choque personne que "phone" est la racine qui concerne le son. Or tous ces machins - qui vous cuisent au micro-ondes et livrent toutes vos informations personnels au premier pirate ou "ami" de fonctionnaire venu sans autorisation préalable d'un juge indépendant - ont tous des écrans vidéos sophistiqués et même tactiles.

Donc déjà, ce sont des vidéophones avant d'être des smartphones.
Et si ce sont en plus des microordinateurs, on pourrait les appeler des microvidéophones à la rigueur.
Mais il n'y a pas plus bête qu'un ordinateur, donc qu'un "smartphone".
S'il pouvait réellement remplacer une / une secrétaire, alors on pourrait aussi les appeler videosecrétaires, ou vidéeur ou "vidéosonneur", voire tout simplement "sonneur" à tel point qu'ils peuvent déranger avec leur sonnerie et leurs alertes, tiens...

J'aimerai bien avoir un vrai téléphone portable, du genre facturé à la seconde, sans contact avec internet ou le réseau wifi, avec juste les boutons pour composer le numéro et juste de quoi transmettre et écouter ma voix - et la possibilité de débrancher le micro et l'écouteur une fois la conversation achevée, histoire de ne pas avoir des auditeurs jusque dans les toilettes, déjà que tout le monde vous enregistre sans autorisation avec ses machins dans le bus, à l'école et le café.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 19:03

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 0:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Silvano



Messages : 11712
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 20:11

Pour smartphone, on pourrait aussi tout simplement emprunter au vocabulaire des œuvres de science-fiction et parler de communicateur.

On pourrait aussi dire un ordipoche, mais, au Québec, poche veut dire nul ou incompétent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 20:33

Ah oui, effectivement, c'est poche ! (= dommage)

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano



Messages : 11712
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 20:39

lsd a écrit:
Je vous joins le lien de la Commission générale de terminologie et de néologie qui publie au journal officiel français(oragane donc TRES officiel) qui propose pas mal de néologisme pour remplacer les mots US qui rentre par des moyens détournés dans la langue...
Et voici celui du Grand Dictionnaire terminologique de l'Office de la langue française du Québec.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 21:28

Je ne crois pas que les "smartphones" méritent d'être nommés "smart". Si un jour mon téléphone peut laver ma vaisselle et conduire ma voiture, là ils pourront être appelés "smart"... En fait, ce ne sont que des ordinateurs de poche, avec option "téléphone", y'a rien de très intelligent là-dedans!

Personellement, je n'ai pas de "smartphone" ni de "stupidphone", je n'ai qu'un "téléphone qui s'branche dans l'mur". Smile

Silvano a écrit:
Et voici celui du Grand Dictionnaire terminologique de l'Office de la langue française du Québec.

Merci de partager ce lien. Très intéressant! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 22:09

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 0:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur


Messages : 16282
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Jeu 26 Mai 2011 - 23:58

Citation :
terminal de poche...

... j'aime bien.

Ordiphone, c'est pas mal non plus pour la concision mais c'a les défauts suivants:

-ce n'est pas QU'un téléphone
-ce n'est pas VRAIMENT un ordinateur.

Ou alors, y aurait "termipoche". Mais bon, ça fait un peu peur: ça fait un peu comme "termites dans la poche...".

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Ven 27 Mai 2011 - 0:11

silent 


Dernière édition par lsd le Jeu 4 Juil 2013 - 0:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur


Messages : 16282
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Ven 27 Mai 2011 - 0:19

lsd a écrit:
Pas si sûr,
web + courriel + facebook+tweet =>
dans mes connaissances, pas mal de possesseur de TP délaisse leur PC Laughing

Personnellement, pour du traitement d'image, j'choisirais quelque chose de plus conséquent, avec un écran aux dimensions plus généreuses. Pareil pour le traitement de texte & les tableurs, pareil pour la création d'univers troidés...

Un ordinateur ne se résume pas uniquement à des activités de communication. Mais bon... on s'égare...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Silvano



Messages : 11712
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Ven 27 Mai 2011 - 2:01

Anoev a écrit:
Ou alors, y aurait "termipoche". Mais bon, ça fait un peu peur: ça fait un peu comme "termites dans la poche...".
Mais ce n'est pas un terminal, mais un ordinateur indépendant!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Académie du futur   Aujourd'hui à 1:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Académie du futur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» affectation stagiaires académie de Grenoble
» CRPE 2010 : Quelle académie ?
» Questions à propos du changement d'académie
» Futur Capteur
» Quelle académie choisir ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Général :: Langues et cultures-
Sauter vers: