L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Sahun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Sahun    Mar 12 Juil 2011 - 22:05

lodrana a écrit:
Tu trouves que pour une langue à priori elle en est où entre le solide et le bancal?

Une idéolangue, même mixte n'est pas forcément bancale.

L'essentiel, pour une persolangue est que le créateur s'y retrouve, et plus il y aura de mots, plus on risque de faire des doublons ou des homonymes, mais c'est quand même un peu moins grave que pour une auxilangue.

L'essentiel, pour une auxilangue, c'est que les APPRENANTS s'y retrouvent, et là, c'est beaucoup plus difficile!

Mais toi avec le sahun et moi avec l'aneuvien avons plutôt choisi le chemin de la persolangue, c'est à dire une langue crée uniquement pour exprimer ses réflexions personnelles en matière de linguistique et de communication. Jusqu'à une époque récente, où pourtant la grammaire aneuvienne était bien avancée, je ne connaissais pas le dixième de ce que je connais en linguistique grâce à l'Atelier et Idéopédia. Il y a eu un "double effet": l'élaboration de l'aneuvien m'a fait connaître ces sites et l'inscription à ces sites à donné un fameux coup de piston à l'aneuvien et a fait naître le psolat.

lodrana a écrit:
Et sinon il n'y a pas de phénomène d'agglutination de radicaux.

C'est pourtant, dans bien des cas, la méthode la plus facile pour créer des mots, qu'ils soient à-priori ou à-postériori. À moins qu'un même mot recouvre plusieurs concepts très différents, comme par exemple lanëkok pour "blé" et pour "or", par analogie de couleur*. Ainsi, une porte basculante, une porte battante, une porte à tambour, une porte-fenêtre ou une porte pliante sera toujours exprimée par le même mot, à moins d'y adjoindre un adjectif, puisque, comme tu as dit:

Citation :
le peuple du Sahun n'utilise pas de mots composés.


*Y a quand même une chose qui m'intrigue:
Avec le mot yawi: comment fais-tu pour le lait de chèvre, de brebis?
Avec yayan: comment fais-tu avec les métaux non ferreux?
Bon allez! j'arrête là l'enc... de mouches, te souhaite bon courage pour le sahun et suis prêt à te donner de petites aides si besoin est.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leo



Messages : 1964
Date d'inscription : 26/03/2009
Localisation : Myrianésie

MessageSujet: Re: Sahun    Mer 13 Juil 2011 - 0:26

Ah oui, je me souviens des dozénalistes. Ils ont des arguments assez puissants en fait:
http://www.dozenal.org/ et http://www.dozenalsociety.org.uk/

EDIT: OUPS! Je n'avais pas vu la nouvelle page, pardon de tomber comme un cheveu sur la soupe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Sahun    Mer 13 Juil 2011 - 3:46

Bonjour à tous ceux qui ont le courage de continuer à me lire. Je tenais à vous remercier pour l'aide que vous m'apportez, vos conseils ne m'aident pas forcement toujours (je suis très têtu) mais ils s’immiscent parfois dans mon esprit et ressortent de façon inconsciente dans les nouvelles règles.

Merci

Filöne (Filöne, me : acclamation, merci, remercier)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Y a un truc qui m'intéresse...   Mer 13 Juil 2011 - 9:57

... (et c'est une des raisons pour lesquelles l'aneuvien est un e langue mixte), c'est:

comment quelqu'un qui cr'ée de toutes pièces des mots (à-priori, donc) s'y prend-il?

-le hasard?
-la sonorité des mots pour ce qu'ils représentent?
-l'apparence dans une écriture donnée (ici: le jamlo)?

Par exemple, j'ai été frappé par un mot qui, à-priori (puisque c'est l'option choisie), donc créé uniquement avec des aspirations personnelles, rejoignant, à peu de choses près, un lexème existant: on a yayan = métal; voire fer, aimant.

Y a quelque temps de ça, j'avais "trouvé" jàn = fer, que j'avais pompé au suédois järn.

C'est ce qui me frappe: comment des mots, d'origines complètement disjointes (un à priori et un autre à-postériori) puissent se rejoindre.

Ah, au fait: ton avatar est-il écrit en jamlo? Parce que, bien que je ne reconnaisse pas les lettres mentionnées là, ça m'a fait penser à quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Sahun    Mer 13 Juil 2011 - 10:41

Je dois t'avouer que je ne sais pas où je prends les mots. Il est sûr que des fois ça doit venir de quelque part mais en général je les crée plus au niveau de la sonorité. Je construit le mot syllabe par syllabe. Et dès qu'il me plait je le fixe.

Sinon pour mon avatar il s'agit de l'ambigramme de mon prénom, en lettre romaine. Ambigramme c'est un peu comme les mots miroirs. Tu peux tourner l'image de 180° (dans ta tête ou en regardant ton écran à l'envers) tu obtiendras le même mot. Je sais que les lettres sont modofiée mais avec un petit effort on arrive à lire le nom qui se cache derrière Smile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Mots & écriture   Mer 13 Juil 2011 - 15:39

lodrana a écrit:
...en général je les crée plus au niveau de la sonorité. Je construit le mot syllabe par syllabe. Et dès qu'il me plait je le fixe.

Je dois t'avouer que je m'y prends un peu comme ça aussi pour certains de mes mots & affixes à-priori. Ainsi, neçh- est-il devenu un préfixe péjoratif. Par contre, pour d'autres mots, je fais appel à d'autres méthodes moins instinctives.

lodrana a écrit:
Sinon pour mon avatar il s'agit de l'ambigramme de mon prénom, en lettre romaine. Ambigramme c'est un peu comme les mots miroirs. Tu peux tourner l'image de 180° (dans ta tête ou en regardant ton écran à l'envers) tu obtiendras le même mot. Je sais que les lettres sont modofiée mais avec un petit effort on arrive à lire le nom qui se cache derrière Smile.

C'est un peu à ça que je voulais en venir, dans
Citation :
quelque chose
, tant qu'à faire de fabriquer un alphabet, autant lui donner des "propriétés amusantes". J'ai fait des essais dans cet esprit:

*
... avec des lettres plus ou moins symétriques, mais c'est pas facile à maitriser, beaucoup moins que les lettres présentes dans l'Unicode. Dommage, j'avais des projets de c'côté là... C'est alors que j'ai trouvé un pis-aller, certes moins performant, mais plus commode: l'alphabet teheub, tout d'abord, puis ensuite le système vadora.
Deux alphabets réunissant les alphabets latin, grec & cyrilliqes et ne manquant pas de possibilités en matière ambigraphique.

*Certaines lettres sont appelées à être modifiées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano



Messages : 11678
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Sahun    Mer 13 Juil 2011 - 15:50

Anoev a écrit:
Deux alphabets réunissant les alphabets latin, grec & cyrilliqes et ne manquant pas de possibilités en matière ambigraphique.
Le créateur du syllabaire cherokee a rencontré un problème similaire. Après avoir créé son système, il est allé voir un imprimeur, qui a avait son incapacité à reproduire ces caractères. On a donc décidé de changer tous les caractères et de prendre plutôt des lettres latines et grecques modifiées.

Pour les propriétés amusantes, le mieux reste encore, selon moi, l'alphabet shavien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Sahun    Mer 13 Juil 2011 - 18:15

Silvano a écrit:
Pour les propriétés amusantes, le mieux reste encore, selon moi, l'alphabet shavien.

C'est sûr que l'alphabet shavien est intéressant, et il devrait exister, sinon en version internationale*, du moins en version française. Peut-on trouver des caractères shaviens en unicode?

*Cette version me permettrait (éventuellement) d'écrire l'aneuvien en système shavien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano



Messages : 11678
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Sahun    Mer 13 Juil 2011 - 18:19

Anoev a écrit:
Peut-on trouver des caractères shaviens en unicode?
Ils sont codés de 10450 à 1047F. Mais ça n'oblige aucun jeu de caractères à les offrir.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sahun    Mer 13 Juil 2011 - 22:58

silent 


Dernière édition par lsd le Lun 8 Juil 2013 - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sahun    Mer 13 Juil 2011 - 23:04

silent 


Dernière édition par lsd le Lun 8 Juil 2013 - 10:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Les noms propres   Lun 18 Juil 2011 - 4:54

Les noms propres


Bonjour à tous. Après ce petit (long) moment de blanc je reprends mes activités. Je justifie ce blanc par une phrase qu'un prof de français a souvent répétée : "une rédaction c'est comme un bœuf carottes, il faut que ça mijote longtemps". C'est donc ce que j'ai fait, je laisse toujours mes idées mijoter avant de les formuler. Car comme le disait un autre prof: "écrire c'est fixer", il entendait par là que lorsque l'on met nos idées sur le papier il est plutôt difficile par la suite de les changer.

Enfin bref, je vais vous parler ici des noms propres, comment les distinguer. ne vous fiez pas au texte que j'ai publié précédemment car je n'avais pas pensé à la distinction des noms propres.

Pour les distinguer rien de plus simple : mettre le même signe typographique qui marque les débuts de phrases sur la dernière lettre du radical du nom. (je vais retranscrire ici ce signe par une majuscule). Ils ne peuvent se décliner que selon le modèle défini. Si on souhaite parler des personnes portant tel ou tel prénom en général il y a un petit préfixe accroché au verbe qui permettra de rendre l'idée de généralisation.

layenA, uj :

Au COD : layeNuj
Au CCT : layenAmos

et son équivalent masculin :

layenË, ma :

Au COD : layenËma
(Pas de problème par la suite car les désinences commencent toutes par une consonne).

Le peuple du Sahun parlent aussi avec un degré de politesse différent selon les personnes à qui ils parlent. Les marques de politesses se collent aux désinences du sujet. La forme que nous avons vu jusqu'à maintenant est celle de la narration et pour parler aux personnes que l'on connait.

Pour parler aux plus jeunes : ajout de -lö /
Pour parler aux plus vieux : ajout de -ne / -e
Pour parler aux personnes hiérarchiquement plus élevées (qu'elle soit plus jeunes, de même âge ou plus vieilles) : ajout de -liku / -iku

PS: Le peuple du Sahun se nomme: aseluS (mot invariable)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Complément du nom   Mar 2 Aoû 2011 - 13:29

Complément du nom


Bon après un peu plus de deux semaines de repos linguistique me revoilà. Je vais vous présenter aujourd'hui ce que j'ai créé pour le complément du nom. Première chose à savoir le complément se place toujours devant le nom auquel il se rapporte.

Ensuite ça se complique un peu. Le complément du nom se décline comme un adjectif sauf qu'il n'y a pas de base pour ceux-ci, le genre du nom détermine le modèle de déclinaison à utiliser. Dans les cas où il y a des ambiguïtés phonétiques (double consonne) on ajoute un ö entre le radical et la terminaison. Les désinences seront ensuite choisie pour donner le sens du lien qui unit les deux mots. Il n'y a donc pas d'accord entre le complément et le nom qu'il complète.

Voici les conditions dans lesquels les huit cas seront utilisées :

COD : rend l'idée de l'lien direct voir physique entre le nom et son complément, de caractéristiques intrinsèques et parfois même peut servir pour des pléonasmes. Est aussi utilisé quand le nom et le complément sont la même chose.
Exemple : la jambe de Marie, la couleur de la rose, la rondeur du ballon, la ville de Paris.

COI : ressemble beaucoup au précédent et n'est utilisé que dans une situation : pour parler des chose abstraites qui ont attrait à l'être vivant (les sentiments, les pensées ... ). Une idée donc de lien pas évident entre le nom et son complément. Autrefois il était utilisé aussi pour parler de ce que l'on ne pouvait pas voir (les organes par exemple). Mais les avancés en médecines et autres sciences ont fait passé ces emplois dans la première catégorie.
Exemple : l'amour d'une mère, la peur du chat (menyanu miwëfa- )

CCL : correspond aux compléments qui font références à des lieux (trop dur!!!). Comme des noms de ville, de forêt ...
Exemple : Les rues de Lyon, les arbres de la forêt

CCT : est utilisé pour les compléments donnant une information temporelle (encore trop dur!!!!). Il concerne aussi les objets ayant attrait au temps.
Exemple : la montre de Paul, le jour de l'examen

CCA : encore une situation qui est de moins en moins utilisée. Elle sert pourtant pour les compléments qui rendent l'idée de relations entre êtres humains (que les humains).
Exemple : l'amie de Pierre, le copain de sa mère

CCMC : est utilisé pour décrire les fonctions concrètes, les attributs que l'on peut percevoir avec nos sens.
Exemple : l'odeur du putois, le cri du loup, un verre à vin.

CCMA : est utilisé pour décrire les fonctions abstraites, très utilisé dans les sciences pour les phénomènes ne peuvent pas être perçus par nos sens. Utilisé aussi pour parlé des choses qui ont attrait à la magie.
Exemple : les pouvoirs du magicien, les atomes de la molécule, les ultrasons de la chauve-souris.

Il faut faire attention à ne pas confondre entre l'utilisation du COD et des CCM. Le premier insiste sur les relations d'appartenance, alors que le second met l'accent sur les relations de fonction, l'odeur du putois comme moyen de défense, les pouvoirs du magicien comme moyen de faire des choses...

CCC : n'est plus utilisé que pour parler des relations de cause à effet liant un complément et son nom et pour les causes en elles mêmes.
Exemple : les raisons de son départ, les causes de l'inondation, la peur du chat(inspirée par le chat(remercions Anoev pour cette nuance Smile ))

Vous l'aurez compris la construction du complément du nom repose plus sur les types de relations qui lient le nom et son complément.

Dans les cas où le complément du nom est un adjectif possessif et un nom, on intercale -ka- entre le radical du nom et les désinences. sasonakan par exemple.


Bon j'ai conscience que c'est un peu fouillis mais c'est compliqué à expliquer. Je me suis inspiré de ce qu'avait proposé Anoev et Yamaw. Donc je les remercie pour leurs idées car franchement j'était dans une impasse avant que je relise tous les posts. Donc un grand merci, même si ce que j'ai fait est un peu fouillis et ne possède pas assez d'exemples.



Dernière édition par lodrana le Lun 15 Aoû 2011 - 9:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Sahun    Mar 2 Aoû 2011 - 14:30

Un peu compliqué, mais pas mal du tout ton système, ça donne une infinité de nuances aux complémentds de noms, ce qui peut éviter bien des ambigüités.

Pour le CCC, j'aurais vu l'inverse, ce qui aurait permis des nuances du style:

la peur du chat (COI): c'est le chat qui a peur
la peur du chat (CCC): c'est un autre animal (souris, hamster, poussin) qui a peur du chat: la peur causée par le chat.

J'ai un système approchant en aneuvien, beaucoup moins fouillé car avec moins de cas:

Kœnadev noxen = en fin de nuit; génitif: la fin fait partie de la nuit.
Ùt elàmyvet noxev = un voyage de nuit; circonstanciel: le voyage se déroule la nuit.
Inklímon kas = amoureux d'elle; accusatif: c'est elle qui bénéficie de l'amour.
À qbob àt siykev = la peur du vide; circonstanciel: la peur causée par le vide.
À qbob àt hippon = la peur du cheval; génitif: c'est le cheval qui a peur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Sahun    Mar 2 Aoû 2011 - 17:45

Citation :
la peur du chat (COI): c'est le chat qui a peur
la peur du chat (CCC): c'est un autre animal (souris, hamster, poussin) qui a peur du chat: la peur causée par le chat.

Ah oui je n'avais pas vu ça comme ça. C'est pas mal je pense que je vais le changer Smile.

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Sahun    Mar 2 Aoû 2011 - 18:29

lodrana a écrit:
Citation :
la peur du chat (COI): c'est le chat qui a peur
la peur du chat (CCC): c'est un autre animal (souris, hamster, poussin) qui a peur du chat: la peur causée par le chat.

Ah oui je n'avais pas vu ça comme ça. C'est pas mal je pense que je vais le changer Smile.

Merci.

Pour "les raisons de son départ" ou les "causes de l'inondation", ce sont les raisons qui sont la cause du départ ou... de l'inondation; ces deux derniers complément de noms étant des conséquences, venant après. Comme tu n'as pas "conséquence" dans ta galerie de compléments circonstanciels (moi non plus, du reste: j'ai tout fourré ça dans le cas "circonstanciel"), tu peux toujours le caser dans le "temps" avec une adposition (tout comme le "but", d'ailleurs). pour le reste, j'te fais confiance...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Comparatif et superlatif   Lun 15 Aoû 2011 - 10:34

Comparatif et superlatif


Bon, toutes les bases du Sahun sont presque en place. Je vais maintenant vous présenter comment comparer des choses. Pour construire le comparatif rien de plus simple il suffit simplement d'ajouter entre la base et la terminaison de l'adjectif :

- ya pour le comparatif d'infériorité
- wa pour le comparatif de supériorité
- ye pour l'égalité

En revanche le superlatif n'est pas tout à fait pareil. Il faut ajouter -ki- entre radical et terminaison mais cette fois ce sont les terminaisons des noms qui sont utilisées. La déclinaison est la même que pour le nom-racine. Et attention : lorsqu'il y a des ambiguïté phonétiques pour la terminaison le -ki- n'est surtout pas altéré. Un -f- est intercaler pour les cas à problèmes.

Exemple: fël, aj : grand (entre autres), cheli, me : chaud
Donc on aura : fëlökifaj, fëlökifaf, fëlökij ... Le plus grand
Et : chelikime, chelikife ... Le plus chaud

Il n'y a donc pas de distinction entre "le plus grand" et "la plus grande", ça dépend du contexte.

Ensuite étudions la construction du comparatif. En français on place le point de référence au début :

A est plus/moins/autant adj. que B.

En Sahun dans ce genre de construction premièrement le verbe "être" n'apparaît pas, l'information temporelle étant portée par le sujet. Ensuite la chose que l'on compare n'est introduite par aucune préposition, et enfin l'adjectif est placé en fin de construction.

A B plus/moins/autant adj.

B s'accordera en cas et en mode défini/indéfini avec A, et l'adjectif en genre et en cas avec A. Dans le cas où A est sujet alors B ne sera que le radical du nom (sans la marque du temps déjà portée par A). Et l'adjectif perdra sa terminaison.

Exemple :

Le chat est plus grand que la souris : menyakö ahlino fëlwa.

Il a mangé une souris plus grande qu'un chat : Këlan janenal ahlinaj menyaj fëlwag.

Il mange un chat moins grand qu'une souris : Këlan janekö menyaj ahlinaj hudyag.

Il offre un oiseau à une femme aussi grande que lui : Hölani janekö gnönaf jifa fëlyenu kaj.

Donc voilà, je crois que désormais le chapitre des adjectifs est définitivement clos Smile Smile Smile Smile.



Dernière édition par lodrana le Lun 15 Aoû 2011 - 11:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Les pronoms personnel sujet et leurs dérivés   Lun 15 Aoû 2011 - 11:07

Les pronoms personnel sujet et leurs dérivés


Il existe quatre pronoms personnels sujet de base: alo, me comme équvalent de je; öni, me pour tu; jan, me pour il/elle et in comme pronom neutre.

Tous ces pronoms se déclinent comme des noms de la première déclinaison en revanches ils sont irrégulier donc voici leur tableau de déclinaison.

alo, me:

COD alome
COI kalofe
CCL aj
CCT alus
CCA ami
CCMC akyam
CCMA akyim
CCC helos


öni, me :

COD öme
COI ösife
CCL ij
CCT ilus
CCA imi
CCMC öfiyam
CCMA öfiyim
CCC önis


jan, me :

COD jame
COI jife
CCL ej
CCT jalus
CCA jami
CCMC ĝayam
CCMA ĝayim
CCC jas


En revanche, ils sont totalement réguliers lorsqu'ils sont sujet. Il est évident que le nous, vous et ils/elles sont rendus par les désinences plurielles pour le sujet et le pluriel classique pour les autres cas. Le quatrième pronom est utilisé pour traduire les verbes impersonnels et aussi pour les expressions comme: il y a, c'est ...

Il n'y a pas en Sahun de verbe se construisant avec pronoms réfléchis. Par exemple: je me maquille se traduit littéralement par: je maquille moi... Les pronoms sont utilisées comme de véritables noms.

Pour les possessifs comme : le mien, le tien le sien et leurs pluriels on aura : aloa, me; önii, me et jano, me. Le pluriel est ensuite construit comme pour tous les noms.



Dernière édition par lodrana le Lun 14 Mai 2012 - 13:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Les adverbes   Lun 15 Aoû 2011 - 11:30

Les adverbes


Bon alors, je sais qu'au tout début j'ai dit que tous les mots étaient des noms. En fait c'est à peu près exact les adverbes sont une classe à part. Ce sont en fait des préfixes qui viendront se coller au verbe, nom, ou adjectif qu'ils accompagnent. Sachant que le nombre d'adverbe pouvant être accolé les uns derrière les autres n'est pas limité.

Ensuite tous les adjectifs qualificatifs peuvent être transformés en adverbe. Pour se faire il suffit de préfixer : li-/lof- à cet adjectif, le rendant par là invariable. Cet adverbe viendra alors s'accoler comme les autres.
Lorsque deux consonnes se suivent un -ë- est intercalé pour éviter les difficultés de prononciations.

Liste des adverbes les plus communs:

Trop : ha-
Peu : jifi-
Beaucoup : jenam-
Tout : ulu-
Bien : çek-
Assez : lö-
Moins : iĝi-
Plus : iĝo-
Vite : mha-
Mal : jus-
Hier : nha-
Aujourd'hui : vi-
Demain : soav-
Dessus : mö-
Dessous : nö-
Devant : hija-
Derrière : vel-
Aussi : koni-
Ainsi : ëlu-
Comme : çu-
Mieux : sef-
Autant : lu-
Depuis : hulö-
Avant: filo-
Après: çoçi-
Pendant: mim-
(Il y en a plein d'autre bien entendu).

Un adverbe ne peut pas être utilisé seul donc. C'est un parasite et il a besoin d'un mot pour vivre. Mais dans les cas où on a besoin de son sens propre alors il viendra se préfixer au mot neutre "in". Donc par exemple si on nous demande si on en veut plus ou moins et que l'on répond plus on dira : iĝoin .



Dernière édition par lodrana le Lun 14 Mai 2012 - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Sahun    Ven 14 Oct 2011 - 0:26

Bonjour à tous,

Après de nombreuses semaines d'absence je pense que je vais reprendre le flambeau du Sahun en commençant premièrement par des modifications surtout au niveau du système d'écriture.

Les principales modifications se font au niveau de la calligraphie et surtout aussi au niveau des syllabes construites avec y et w, elles se construiront par ajout d'un signe au-dessus ou en-dessous de la voyelle. Je pense que je vais faire un système dont les lettres seront toutes de la même taille, de cette manière les signe ressortirons beaucoup plus et donnerons corps (à mon sens à la langue écrite).

Sinon j'ai aussi construit les modèles de la troisième et de la quatrième déclinaison.

Donc voilà.

Bonne soirée à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Lettres & diacritiques   Ven 14 Oct 2011 - 10:03

Si ça peut t'aider, j'ai què'qu'chose à t'proposer.

En cas de problèmes avec les codes, tu peux toujours copier-coller les caractères voulus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Sahun    Sam 15 Oct 2011 - 11:45

Merci Anoev,

Je pense que ça va m'être utile. Même si je comptais créer une nouvelle police avec un logiciel spécial pour créer des polices Smile. Mais j'ai longtemps cherché ce genre de tableau donc merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lodrana



Messages : 181
Date d'inscription : 16/06/2011
Localisation : France

MessageSujet: Re: Sahun    Ven 25 Nov 2011 - 23:47

Bonjour à tous, le sahun n'avance pas beaucoup depuis un moment. J'ai réfléchis aux structures des phrases complexes mais rien n'a été mis en forme.

En revanche j'ai eu une idée, serait-il possible selon-vous de créer un langage qui ne repose que sur les mathématiques (pour ceux qui regarde Smallville c'est tiré de l'explication de Swan sur le Kryptonien).

Je ne sais pas exactement comment cela pourrait fonctionner mais chaque mot pourrait être associé à une valeur, chaque valeur correspondant à un symbole. En additionnant, soustrayant, multipliant ou divisant des valeurs par d'autre on obtiendrait ainsi des relations entre elles. Toute la langue ne serait qu'une suite de chiffre en gros.

Ça pourrait être drôle mais dur à mettre en place. Si quelqu'un est intéressé je suis op pour en discuter Smile.

Exemple : Je = 2, Etre = 3, relation sujet-verbe = multiplication => je suis = 6 suivi d'une valeur assurant que c'est un état =>10 donc je suis = 610.

L'exemple n'est pas parlant, car 6 = 3+3, 6*1, 2+2+2 ... il faut donc s'assurer que chaque valeur porte bien le sens qu'elle doit porter. Y coller une valeur repère ou un truc comme ça.

A voir ...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sahun    Ven 25 Nov 2011 - 23:53

silent 


Dernière édition par lsd le Lun 8 Juil 2013 - 10:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Leo



Messages : 1964
Date d'inscription : 26/03/2009
Localisation : Myrianésie

MessageSujet: Re: Sahun    Ven 25 Nov 2011 - 23:55

Il te faut peut-être travailler avec des nombres premiers pour éviter d'avoir deux multiplications qui donnent le même résultat? Il y a tout un pan de la cryptographie qui traite du sujet mais je n'y connais rien. En tout cas tu risques d'aboutir à de très grands nombres, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sahun    Aujourd'hui à 11:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Sahun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Peuple du Sahun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: