L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 En Amérique du Nord en 1749

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Silvano



Messages : 11723
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: En Amérique du Nord en 1749   Sam 30 Juil 2011 - 17:09

Un article de blogue sur la lingua franca dans le nord de l'Amérique du Nord au milieu du XVIIIe siècle. Il y a un commentaire intéressant sur la langue utilisée pour négocier la reconnaissance de la France libre par le Canada, dans les années 40.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: En Amérique du Nord en 1749   Sam 30 Juil 2011 - 18:36

Silvano a écrit:
Un article de blogue sur la lingua franca dans le nord de l'Amérique du Nord au milieu du XVIIIe siècle. Il y a un commentaire intéressant sur la langue utilisée pour négocier la reconnaissance de la France libre par le Canada, dans les années 40.

L'article et les commentaires sont très intéressants.

Il me semble que le français était Lingua Franca avant l'Anglais. L'anglais lui a succédé.
Le latin est resté Lingua Franca très, très longtemps avant le français.

Comme l'explique un commentateur, il ne faut pas tirer hors de son contexte la citation d'un personnage historique, parce qu'on peut lui faire dire n'importe quoi.
Un autre commentateur rappelle que lorsqu'on cite une source, on est prié de préciser les faits en rapports à sa crédibilité.

Lorsque deux communautés sont de fait des étrangers sur le territoire d'une troisième encore assez puissante pour poser problème ou appuyer l'ennemi de l'un en cas de guerre contre l'autre, il est logique que ces communautés apprennent la langue tierce, ne serait-ce que pour séduire / manipuler / commercer avec la puissance ou le client potentiel. L'occasion ferait alors le larron quand les étrangers se rencontrent et parlent trop mal leurs langues respectives mais suffisamment la langue tierce.

Enfin, plus généralement, si deux communautés voisines sont ennemies et se haïssent au point de refuser de parler la langue de l'autre, il est assez logique, si elles ne peuvent s'ignorer, d'apprendre une langue diplomatique tierce.

Effectivement, une langue construite internationale qui s'offrirait en interprète dans un monde où tout le monde se haïrait cordialement pourrait passer devant une langue naturelle tierce ou majoritaire. Est-ce à dire que l'intérêt du constructeur de LAI (quel affreux son pour une oreille francophone !) est de faire régner la haine autour de lui ? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivier Simon



Messages : 3850
Date d'inscription : 20/02/2009
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: En Amérique du Nord en 1749   Sam 30 Juil 2011 - 19:27

Mouais... Il ne doit s'agir que d'une situation ponctuelle.

Tout d'abord, l'Amérique du Nord, c'est grand, et quand il n'y avait pas encore la voiture, c'était encore plus grand. Des communautés pouvaient vivre isolées longtemps. Des communautés néerlandaises ont subsisté dans l'Etat de New York en plein 19° siècle, et les Amish locuteurs d'une variante de francique rhénan subsistent encore en raison de leur mode de vie.
Les "Européens" les plus éduqués suivaient la mode de l'époque et savaient le latin, voire le français. Franklin parlait couramment français, en revanche Washington ne le connaissait pas, si bien qu'il signa sans le savoir une reconnaissance du meurtre du chef français prisonnier lors des guerres de la vallée de l'Ohio.
Plus loin de la civilisation, les trappeurs et commerçants en fourrure parlaient leur langue natale, c'est-à-dire le français, et la langue de leurs contacts indiens. Donc, entre le Mississipi et les Rocheuses, jusque dans les années 1820, la langue la plus utile (ou, du moins la moins inutile) était le français parlé dans les comptoirs éparpillés un peu partout. La toponymie américaine en fournit un très grand nombre de preuves (notamment l'hydronymie). Même le chinouk, pidgin de la Colombie Britannique et de l'Oregon (du français "Ouragan") comporte un nombre énorme d'emprunts français.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sambahsa.pbwiki.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En Amérique du Nord en 1749   Aujourd'hui à 22:16

Revenir en haut Aller en bas
 
En Amérique du Nord en 1749
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En Amérique du Nord en 1749
» L'Amérique du Nord et son Pélican
» Ecrrits EAF : les sujets 2010 (Liban, Amérique du Nord, centres étrangers...)
» Sujet géographie régionale 2013 : Les espaces de faible densité en Amérique du Nord
» Sujets bac LV 2014 Pondichéry / Liban / Amérique du Nord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Général :: Langues et cultures-
Sauter vers: