L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Deyryck

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Jeu 9 Fév 2012 - 17:51

Aaaah! C'est à ça que ressemble le fameux inspecteur Derrick... Shame on me...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemszev
Admin
avatar

Messages : 5383
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Deyryck    Jeu 9 Fév 2012 - 23:47

C'était écrit dans l'adresse de la photo ! 993_DERRICK.JPG Razz

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leo

avatar

Messages : 1963
Date d'inscription : 26/03/2009
Localisation : Myrianésie

MessageSujet: Re: Deyryck    Sam 11 Fév 2012 - 19:08

Très original ce clavier. Tu veux bien nous en dire plus?

(Pas dans des blocs spoiler par pitié, ça fait des pattes de mouche à l'écran. Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Sam 11 Fév 2012 - 19:45

Leo a écrit:
Très original ce clavier. Tu veux bien nous en dire plus?

(Pas dans des blocs spoiler par pitié, ça fait des pattes de mouche à l'écran. Wink)

Euh... Je vais être un peu embêtant, mais tu pourrais me dire s'il y a quelque chose en particulier que tu voudrais que je détaille.

(D'accord, j'éviterais. Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leo

avatar

Messages : 1963
Date d'inscription : 26/03/2009
Localisation : Myrianésie

MessageSujet: Re: Deyryck    Sam 11 Fév 2012 - 20:51

Ben, par exemple, comment on positionne les mains, les tentacules ou les xrëngtf selon l'espèce; est-ce qu'il est arrangé pour une frappe optimale comme le clavier dvorak; comment l'idée t'est venue, comment elle est venue à l'intérieur de ton monde; etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Sam 11 Fév 2012 - 22:27

Alors, alors...
Le clavier est prévu pour que l'on tape à une main (de façon à ce qu'accompagné de celui pour des application numérique, on puisse avoir accès au deux sans problèmes, ou pour taper sur deux claviers à la fois. Un "ordinateur" icien étant généralement composé de deux écrans.). Le clavier n'est pas prévu pour autre chose que des mains qui sont assez proche de celles humaines. Les espèces à tentacules sont plus que rare à Antorsioa et leur clavier est différent.
L'idée est venu dans l'univers de façon tout ce qu'il y a de plus naturel, tout dans le système icien tourne sur le nombre dix huit, donc les sous divisions d'un cercle à semblé logique. La première utilisation du clavier c'est fait la matériel de communication et de téléportation. Il ne comportait à la base que les trois touches du second cercle et les chiffres. Les lettres sont apparu avec les "ordinateurs". Comme cela concordait avec l'heure, elle à été ajoutée. Puis, pour une question pratique les temps ont été ajoutés mais seulement sur certains claviers.
On voit clairement une différence entre les deux derniers "cercles" et ceux du centre, les deux derniers étant ovales. C'est tout simplement, que pour certains aspect pratique, ceux du centre peuvent être tourné selon les préférences des gens.
L'idée m'est venu par tâtons, je voulais absolument que le clavier sois sous forme de cercle. Ensuite j'ai cherché à faire marché sous un modèle à dix huit divisions.
Y a pas très longtemps je me suis dit... Il y a dix huit heures pourquoi j'y ai pas pensé plus tôt. Ensuite, j'ai trouver intéressant l'idée de rajouter les temps sur le clavier, donc je me suis débrouiller pour faire tenir tout ça.
Finalement, le clavier montrer je trouve ça pas mal. Et pour vraiment revenir au moment où j'ai commencer à prévoir le design du clavier, c'est quand j'ai inventé leurs "téléphones portables".

La clavier ne recherche pas du tout une frappe optimal.
Voilà, je sais pas si j'ai bien répondu à tes questions. Smile
Je veux pas non plus trop partir sur le plan diégèse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leo

avatar

Messages : 1963
Date d'inscription : 26/03/2009
Localisation : Myrianésie

MessageSujet: Re: Deyryck    Dim 12 Fév 2012 - 12:01

C'est vrai qu'on n'est pas en section diégèse ici, mais c'est intéressant tout ça. Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Dim 19 Fév 2012 - 13:44

Bonjour,

Ceci est totalement hors sujet mais je viens de changer de maison, donc en petit rituel pour ma chambre je me suis dit que j'allais poster un sujet sur le Deyroko, mais finalement je vais commencer par terminer celui-là.
Je vais donc aujourd'hui achevé la partie contraction et simplification.

En révision...

Cordialement, Chaest.


Dernière édition par Chaest le Sam 9 Juin 2012 - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Ven 2 Mar 2012 - 16:18

Je voulais juste montré vite fait ce que ça donne quand j'écrit vite :

Voilà donc quelques photo d'un cahier dans lequel j'écris l'histoire d'Antorsioa. C'est en français, mais c'est l'alphabet que je cherche à montré ici :

Liens morts


Dernière édition par Chaest le Sam 9 Juin 2012 - 10:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aerelloth

avatar

Messages : 242
Date d'inscription : 14/10/2009
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Deyryck    Ven 2 Mar 2012 - 18:12

Je comprends mieux comment tu as fait pour savoir écrire rapidement après avoir vu toutes ces pages où tu as pratiqué ton écriture ! Shocked
C'est très joli en tout cas, mais dommage qu'on ne puisse pas zoomer pour voir plus en détail certaines pages (oui, je suis myope Razz). De loin, on dirait un peu mes pages d'exercices de japonais ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aerelloth.unblog.fr/sommaire
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deyryck    Ven 2 Mar 2012 - 18:29

silent 


Dernière édition par lsd le Lun 8 Juil 2013 - 8:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Ven 2 Mar 2012 - 18:36

J'ai penser que ca ferais trop d'image. Si je prenais de plus prêt, mais si vous voulez, je prendrais grand plaisir, à prendre des photo meilleurs Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Lun 24 Juin 2013 - 20:18

:: Composition ::

La composition est la façon dont est composée une phrase en Deyryck. Elle se divise en quatre (parfois cinq) parties.

Données ici dans l'ordre d'apparition dans une phrase : '''CONTEXTE CIBLE CŒUR OBJECTIF (RÉACTION)'''

Contexte

Le contexte va se composer de toutes les informations externes à l'action. Ce sont des précisions de lieu, de temps, de manière, des prépositions ou autres. Cette partie n'est pas nécessairement présente dans une phrase. Mais contrairement à la réaction elle reste une partie 'naturelle' à la phrase.

Exemple :

Dans la jungle, il hurla.



Cible

Comme le contexte, la cible peut ne pas apparaître dans une phrase. Elle n'apparaît d'ailleurs pas dans l'exemple donné plus haut. Il s'agit des objets ou compléments. La cible de l'action de la phrase. Il convient toutefois de ne pas confondre avec un complément.

Exemple :

Il me parle.

"me" est bien la cible. Mais :


Il me parle de toi.

"me" et "de toi" composent tout deux la cible.

De même :

Je viens te parler.


Cœur


Le cœur dans une phrase est toujours unique et est toujours présent. C'est bien pour cela que l'on parle du cœur. On peut parfois parler de phrase à plusieurs cœurs. Mais il s'agit simplement de cœurs imbriqués, les cœurs imbriqués faisant en réalité partie de la cible ou du contexte, il n'y a qu'un seul vrai cœur. Il s'agit concrètement de l'action de la phrase et du sujet.

Exemple :

Je viens vers toi.

Cela fonctionne aussi avec plusieurs verbe :

Je danse avec elle et je la regarde.


Objectif

L'objectif est une partie qui, lors des premiers pas dans le Deyryck, peut paraître assez vide d'intérêt ou simple, mais sa complexité et son intérêt grandissent avec la connaissance du Deyryck. Il s'agit d'un élément qui permet de définir le but de la phrase, si elle informe, interroge, demande, etc... Typiquement, cela correspond généralement à la ponctuation en français.

Exemple :

Je danse avec toi.


Réaction

La réaction est une partie non naturelle de la phrase introduite dans le cas du mariage de l'objectif. Comme le mariage n'a pas encore été présenté, il n'est pas utile de s'attarder sur cette partie pour le moment. La réaction se situe après l'objectif et est là pour définir la réaction à l'action de la phrase. En général, son intérêt et d'éviter de répéter des informations dans une nouvelle phrase en particulier celles de l'objectif, elle est donc généralement exprimée par un mot simple.

Exemple :

Le clown sortit une bonne blague. *rire*

Ou pour un exemple plus concret pour comprendre son efficacité :

- Ra tramanan (Tu ne la regarde pas?)
- Paj log (Je l'ai fais une fois, elle a détesté.)


:: Composants ::

Les composants sont les différents composants pouvant être utilisés pour former les parties vues ci-dessus. Il en existe de nombreux types de plus ou moins haut niveau. Plus le niveau est bas, plus il est proche d'une idée simple mais imprécise. Quoi qu'il en soit leurs usages sont très variables. On distingue cinq niveaux nommés de manière très simple : un, deux, trois, quatre et cinq. "Un" étant le plus bas, "cinq", le plus haut.


  • Le niveau 1 indique la base, le niveau le plus bas. (sombre)

  • Le niveau 2 indique que l'on travail encore sur des idées. (noir)

  • Le niveau 3 indique que l'on travail sur des notions précises. (la couleur noir)

  • Le niveau 4 indique que l'on travail sur le formatage des autres mots. (des objets noirs)

  • Le niveau 5 indique que l'on travail sur un terme désignant une chose très précise. (le charbon)



Clef (1)


La clef pure et simple est l'unique représentant de son niveau. Il s'agit de l'élément le plus bas du Deyryck. Une clef peut avoir plusieurs type, mais quoi qu'il en soit, il s'agit d'un élément composé de un à deux syllabes portant une seule idée avec elle.

Exemple :

FAÉ : la nuit, le soir, tard


Noyau (2)

Le noyau représente le passage au deuxième niveau. Les noyaux sont très importants. Il s'agit tout simplement d'une légère dérivation d'une clef n'apportant aucun changement à son sens. Cela peut donc paraître inutile, puisque l'on a les clefs. Mais le noyaux va servir à créer les composés. Ces derniers étant présentés ci-après. Un noyau est introduit par la bilonne ou bilône notée ",'" ou ":" et prononcée /xeju/ ou /xej/.


Exemple :

FAÉ -> :faé / ,'faé : la nuit, le soir, tard


Composé (2)

Un composé est tout simplement un composé de noyau et/ou de clef. Bien que proche d'un mot, on reste fixé aux clefs et noyaux. Ainsi l'étymologie est la seule chose qui permet de définir le sens et en aucun cas celui-ci ne peut réellement être définit.

Exemple :

har : la lumière

har:faé : nuit lumineuse, lumière dans la nuit, étoile, etc...



Clef complexe (3)

Une clef complexe est une clef qui ne fonctionne plus seule. D'où sa complexité, elle a besoin de composer un tout. Ce tout est composé d'une ou plusieurs clefs et d'un composant. Cette clef vient préciser le sens du reste. Contrairement à un usage de cette dernière dans un composé, le sens qui sera définit sera relativement définit et constant. Un mot créé ainsi est appelé un crochetage, il n'y aura pas de partie qui lui est propre, mais il s'agit d'un niveau 5.

Exemple :

sprahis : orateur

rôn' : clef du bâtiment

rôn'sprahis : architecte


Précision : Il s'agit ici d'une clef adarane. Les clefs adaranes sont les clefs complexes les courantes et les plus utilisées du Deyryck. Par ailleurs, certains crochetage sont tellement courants qu'ils sont sous entendus et que la clef disparaît. On parle alors de crochetage naturel.


Mot (3)


Un mot est généralement -mais pas nécessairement- composé par des clefs ou d'autres mots selon la logique de ces éléments. En revanche, son étymologie ne le définit pas, son sens est ancré et pseudo définitif. Il convient de rappeler qu'en Deyryck un mot a rarement un sens très précis, mais celui-ci reste définit et constant.

Exemple :

Védla : Manger


Filien (3)

Un mot filien est un cas particulier de mot. Il y a d'autres cas particulier de type de mot, mais je ne les présenterai pas ici. Les mots filiens sont les plus courants et les plus intéressants. Vous aurez peut-être remarqué qu'il y a une partie pour mot, et non pour verbe, adjectif, nom, etc... C'est parce que ces notions ne sont que partiellement présentes en Deyryck. Les mots qui explicitent ces dernières le mieux sont les mots filiens. En effet, ceux-ci peuvent se décliner pour donner des formes explicitant leurs rôles :

Exemple :

Rama : regarder (verbe)

Ramam : regard (nom)

Rami : regardé (adjectif)

Ramis : celui qui regarde (personne)



/!\ Il s'agit de précisions. En revanche, leur usage reste non limité à celles-ci. Le nom pourra parfois être utilisé comme verbe et inversement...


Synthétiseur (4)


Les synthétiseurs sont la classe de mot la plus dur à maîtriser en Deyryck car ils sont tous à prendre au cas par cas. Le principe de cette catégorie de mot est simple, les synthétiseurs appellent une syntaxe non naturelle. Ainsi si une phrase a une forme naturelle simple, celle-ci peut être modifiée à volonté par des synthétiseurs.


Exemple :  

Je veux que tu m'aides.


Affixe (4)

Ce sont tous les affixes de la langues, il n'y a guère plus à préciser...



Import (5)


Les imports sont similaires aux emprunts en français mais nettement plus courants et avec plus de possibilité. Il s'agit donc tout simplement de mot qui ne sont pas originellement du Deyryck mais qui sont utilisés dedans comme si.


Voilà, voilà. Syntaxes et pronoms à venir. ^^


Dernière édition par AEM le Dim 11 Juin 2017 - 15:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deyryck    Mar 25 Juin 2013 - 12:12

Chaest dans son premier message a écrit:
Point d'exclamation interrogatif : un/ûn
En somme un point exclarogatif ‽  

J'aime° bien ta langue, et l'accentuation est bien° imaginée!
Revenir en haut Aller en bas
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Mar 25 Juin 2013 - 12:44

Oui c'est ça un point exclarogatif, je n'en connaissais pas l'existence. Ma seule expérience linguistique est celle que je me suis faite moi-même, il y a donc de nombreux termes que je ne connais pas ou maitrise peu, désolé. 

Merci, j'espère que la suite te plaira° également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deyryck    Mar 25 Juin 2013 - 14:01

Chaest a écrit:
Oui c'est ça un point exclarogatif, je n'en connaissais pas l'existence. 
Moi non plus je ne le connaissais pas avant de fureter dans la table de caractères Word.
Citation :
Ma seule expérience linguistique est celle que je me suis faite moi-même, il y a donc de nombreux termes que je ne connais pas ou maitrise peu, désolé. 

Il n'y a pas de raison d'être désolé, c'est pareil pour moi. Pour ma part, je bute  a de nombreux messages sur des termes techniques. 
Citation :
Merci, j'espère que la suite te plaira° également.
Je me réjouis° d'avance!bounce
Revenir en haut Aller en bas
Silvano

avatar

Messages : 12344
Date d'inscription : 02/12/2010
Localisation : 45° 27' N 73° 36' W

MessageSujet: Re: Deyryck    Mar 25 Juin 2013 - 14:07

Chaest a écrit:
Oui c'est ça un point exclarogatif, je n'en connaissais pas l'existence. Ma seule expérience linguistique est celle que je me suis faite moi-même, il y a donc de nombreux termes que je ne connais pas ou maitrise peu, désolé. 
Rappelons que le point exclarrogatif a peu à voir avec la linguistique. En fait, il a été inventé par un publicitaire, dans les années 60.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Kotave

avatar

Messages : 1646
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Deyryck    Mar 25 Juin 2013 - 14:08

Oui, l'(idéo)linguistique possède son propre jargon, qui est quand même bien étendu .
Mais même moi qui m'y connais assez, je ne connaissais pas ce point exclarogatif Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 17939
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Deyryck    Mar 25 Juin 2013 - 17:23

J'en ai lu les quelques lignes évoquées par Wikipédia, mais ai une légère tendance à prendre ce signe de ponctuation comme une blague (à tabac ?).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Deyryck    Mar 25 Juin 2013 - 18:20

silent 


Dernière édition par lsd le Lun 8 Juil 2013 - 8:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Mer 26 Juin 2013 - 2:44

:: Syntaxe::

La syntaxe se décompose en deux niveaux. Le premier niveau consiste au niveau vu plus haut avec la compositions, à savoir : Contexte Cible Cœur Objectif. (on oubliera la réaction pour cette partie là)

Il convient ensuite simplement de définir la syntaxe de ces parties :

Syntaxe du contexte

La syntaxe du contexte est totalement imprévisible. La plupart du temps, elle est définit par des synthétiseurs, le reste du temps les éléments sont juste placés de manière quasi aléatoire. Sa syntaxe ne peut tout simplement pas être décrite.

On notera toutefois trois principales formes d'introduction d'un élément contextuel.


  1. La post introduction : L'élément est suivit par un synthétiseur. (e.g. ûn, ûm, èn, ni, nè, na, etc...)

    Comme dans la phrase : "Èkto kambagis gûna => Là où bataille, il n'y a pas d'ami. => Sur le champ de bataille, il n'y a pas d'ami.

  2. La pré introduction : L'élément est précédé par un synthétiseur. (e.g. ond, môd, nôd, nid, nad, ui, etc...)

    Comme dans la phrase : "Nid ibêb idikwalya => Je veux vivre pour mon père.

  3. L'introduction par marquage : Les marques n'ont pas encore été vues, mais ce sont globalement la majorité des affixes. (e.g. -ko, -ssé, -pso, etc...)

    Comme dans la phrase : "I tiramassé rokasiya' => Alors que tu me regardes, il pleur.



Syntaxe de la cible

Un peu comme le contexte, il est assez difficile de réellement définir la syntaxe de la cible. En revanche, il y a tout de même quelques points à savoir. La partie de la cible la plus proche de l'action est également la plus proche du cœur dans la phrase. Bien sûr, il peut arriver que définir la partie de la cible la plus proche de l'action soit difficile, dans ce cas, des synthétiseurs permettront d'éviter les confusions.

Exemple :

Parler : le plus important et la personne à qui l'on parle, si personne il y a.

Je te parle de lui. => [cible : [de lui] [te]] [cœur : je parle] [objectif : .]

Ce qui donnera : Ro ti isprah a

Un exemple avec synthétiseur pour s'assurer qu'il n'y aura pas de confusion : Nad ro dit' isprah a

Syntaxe du cœur

C'est la plus importante et celle qui est toujours pareille. Un cœur peut être composé de plusieurs actions, d'un seul sujet et de préfixes ou suffixes. Nous ne occuperons pas des affixes car leurs positions ne changera jamais le reste de la syntaxe. Le cas de plusieurs action sera toujours géré via des synthétiseurs, il n'est donc pas non plus nécessaire d'en parler ici. Ce qui nous laisse avec un sujet et une action. Dans tous les cas, le sujet et l'action seront collés l'un à l'autre dans ce même ordre.

Exemple :

Je vis ici. => [contexte : [ici]] [cœur : [jevis]] [objectif : .]

Ce qui donnera la phrase : Sé' idajarka'


Syntaxe de l'objectif

L'objectif est toujours atomique, unique, simple. Ses formes les plus complexes sont généralement des crochetages, aussi, sa syntaxe ne peut changer.

Syntaxe générale

Pour résumer toutes ces syntaxes, il y a d'abord le contexte présenté de manière chaotique, puis la cible dont les éléments sont classés selon leur relativité au cœur, puis le cœur avec le sujet puis son action collé l'un l'autre dans cet ordre, et enfin, l'objectif tel quel.

Exemple :

Je te parlerai de lui vendredi. => [contexte : vendredi] [cible : [de lui] [te]] [cœur : [jeparlerai]] [objectif : [.]]


Qui donnera la phrase : Har'fray ni ro ti isprah a

Les genres et pronoms arrivent dans la foulée.


Dernière édition par AEM le Dim 11 Juin 2017 - 15:01, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Jeu 27 Juin 2013 - 15:46

:: Genres ::


Le Deyryck a une relation particulière avec les genres, il est possible d'en exprimer un grand nombre et avec une grande précision, comme il est possible de n'en exprimer aucun. Par ailleurs, les genres et le pronoms sont étroitement liés.

Cinq genres

Je vais sans arrêt parler du masculin et du féminin. Il convient toutefois de préciser que le Deyryck possède en réalité cinq genres.

Il y a bien sûr le féminin (a), le masculin (ê) et le neutre (û). D'ailleurs, il faut savoir que le neutre peut avoir plusieurs valeurs :


  • û : Neutre simple => tout simplement l'absence de précision d'un genre, c'est le genre de base.
  • u : Neutre inconnu => permet d'indiquer clairement que le genre n'est pas connu par le locuteur.
  • ù : Neutre non précisé => permet d'indiquer que l'on ne souhaite pas préciser le genre.


Et l'on peut ajouter les deux genres suivants :

L'impersonnel :

Exprimé par : g, il se prononce en rajoutant /gu/ à un pronom ou est remplacé par le pronom artificiel "gû".

Le non-concret :

Le non concret est l'application de la tolérance aux genres. Le non-concret c'est l'ouverture à l'ajout de n'importe quel genre au Deyryck. Cela se fera simplement par : [nouveau genre],.
Admettons pas exemple que l'on souhaite ajouter comme genre hermaphrodite. Appelons le : "ori". On pourra alors utiliser "ori," comme un nouveau genre.

Genre d'un mot

On pourrait rapidement résumer cette partie par : il n'y en a pas. Il convient déjà de préciser que contrairement au français ou l'allemand, les mots n'ont pas de genre en Deyryck, comme pour l'anglais. En revanche, il est possible d'en rajouter un. Comme vu dans la partie ci-après.


Sûn

Sûn est une sorte d'auxiliaire du genre. Il existe parfois en affixe, parfois en mot simple. Sa voyelle "û" qui le rend neutre peut changer en "a" ou "ê" (ou autre selon le genre voulu) pour représenter le masculin ou le féminin (ou autre). Il se fusionne aisément avec les mots se terminant par "s".

Exemple :

Lars => Larsan/Larsên
Ramis => Ramisan/Ramisên
San : femme


Ainsi, comme précisé auparavant, on peut rajouter un genre à un mot.

:: Pronoms ::

Les pronoms peuvent paraître simple en premier lieu. En revanche, leurs usages peuvent assez facilement se complexifier. On en dénombre 10 principaux.


  • I : Je
  • Ti : Tu
  • Aro : Il/Elle
  • Cèr : Nous
  • Tcèr : Nous (inclusif)
  • Lo : Vous
  • Arès : Ils/Elles
  • Idéta : Ce/Cela/Ça
  • : Il/Ça (impersonnel)
  • Mi : Pronom distant


Ils vont pourtant tous avoir une partie pour les décrire car leur usage n'est pas aussi simple qu'il y paraît. Il convient en premier lieu de préciser que chacun d'entre eux peuvent être suivit de l'auxiliaire du genre vu juste avant afin d'en préciser le genre.

Il est aussi important de préciser leur fonctionnement. Ces pronoms sont universels, ils ne sont pas juste pronoms personnels, ils ont toutes les fonctions qu'un pronom peut avoir selon leur emplacement.

Exemple :

Dajarkam : maison => Idajarkam : ma maison
Dajarka : habiter => Idajarka : j'habite
I da : C'est moi

Avec des genres :

Chaque pronom pourra se voir affecter un genre. Cela grâce à l'auxiliaire du genre. Les formes avec un genre pourront évoluer selon le schéma suivant de la forme la plus pure à la plus condensée. Toutes ces formes restent de la même valeur :

X : le pronom

Féminin : Xsanis -> Xsan -> Xza
Masculin : Xsênis -> Xsên -> Xzê

On retrouvera ensuite la possibilité de créer la forme bellonnée. La bélôn ou bellonne est présentée sous la forme d'une virgule : "," et se prononcera : /x/.

Cette forme consiste à préciser le genre, puis placer la bélôn et rajouter le pronom. On obtient alors les deux formes suivantes :

Féminin : a,X
Masculin : ê,X

D'où l'origine du pronom artificiel "gû". Par ailleurs, les formes bellonnées sont assez rares.


I

I est donc le pronom de la première personne du singulier. Il possède une forme bellonnée raccourcie. Comme suivant :

Féminin : a,
Masculin : ê,

La principale particularité du "i" est qu'il sera souvent sous entendu et aura donc souvent tendance à disparaître des phrases.
En face d'une voyelle, il sera parfois contracté "y".


I est une forme propre au nouveau Deyryck. Dans le vieux Deyryck il se disait "o". Sa forme a été prise car plus agréable à prononcer. Le "i" servait autrefois à la deuxième personne, en revanche, celle-ci changera pour d'autre raison.

Ti

Ti est le pronom de la deuxième personne. Un peu comme le "i" il possède une forme bellonnée raccourcie sur le même modèle :

Féminin : ta,
Masculin : tê,

Le ti est très souvent utilisé dans le cas du passif fort. En face d'une voyelle, il sera parfois contracté : "ty". En face d'une consonne, il sera parfois contracté : "t".

Ti est une forme propre au nouveau Deyryck. Dans le vieux Deyryck il se disait "i". Sa forme a changée afin de lui permettre d'obtenir la consonne propre à la nouvelle forme du "a" pluriel inclusif pour rendre plus clair son usage.


Aro

Aro est le pronom de la troisième personne et son usage peut s'avérer un peu plus complexe que les autres. Il possède une contraction commune qu'est : "ro", à laquelle peuvent s'appliquer les mêmes formes nouvelles pour les genres déjà prévu pour se pronom. A savoir :

Féminin : Ara -> Ra
Masculin : Arê -> Rê


Cette contraction est tellement courante qu'on pourrait se demander pourquoi garder le 'a'. La raison est simple. Dans la base dix, le Deyryck possède les déclinantes suivantes :


  • z : 0
  • a : 1
  • p : 2
  • k : 3
  • t : 4
  • é : 5
  • f : 6
  • g : 7
  • c : 8
  • i : 9


(NB : ces déclinantes sont très récurrentes en Deyryck, elles sont mêmes utilisées dans la création de mot. Il est donc essentielles de les connaître)

On remarquera ce fameux 'a' qui est la déclinante du 1. Cela permet de définir à quoi se réfère le pronom si besoin est. Ainsi en français dans cette phrase :

J'ai vu ma tante, sa collègue et sa fille.

On peut se demander si la fille est la fille de la collègue ou de la tante. En Deyryck, on pourra éviter cette confusion grâce à cette déclinante. S'il s'agit de la fille de la Collègue on dira "aro" normalement, en revanche, s'il s'agit de la collègue de la tante, on dira "pro". On part toujours du pronom pour trouver l'origine aussi, comme la tante et celle qui se trouve le plus loin de la fille dans la phrase, c'est elle qui est en deuxième position.
Qu'en est-il du zéro? Le zéro permet de se déconnecter du contexte de la phrase. Ainsi, s'il s'agit de la fille de quelqu'un d'autre, comme par exemple quelqu'un que l'on montrerait, on pourra dire "zro".


Ce pronom appartient également au nouveau Deyryck et était autrefois : "a". Il a changé pour permettre ces distinctions.


Cèr/Tcèr


Il s'agit de la forme pluriel de la première personne. Ces pronoms possèdent une contraction commune mais dont le sens est en réalité différent : èr.

En effet, cèr indique une exclusion, là où tcèr (qui a donc la consonne du "ti" et inclus donc : "toi") indique une inclusion. En revanche, leur contraction, elle, ne donne pas d'indication, la personne à laquelle on s'adresse peut ou ne pas être inclus dans le "nous".

On trouvera également de nouvelles formes pour les genres :

Féminin : Tcèlza / Cèlza / Èlza
Masculin : Tcèlzê / Cèlzê / Èlzê

Initialement Tcèr était écrit : "ccèr" puis "'cèr". C'est en donnant le "t" à la deuxième personne qu'il est officiellement devenu "tcèr". Par ailleurs, le vieux Deyryck le nommait : "ô".



Lo


Il n'y a pas grand chose à dire sur le pronom de la deuxième personne du pluriel. Il ne possède pas de contraction particulière et possède les formes évidentes :

Féminin : La,
Masculin : Lê,


En vieux Deyryck : "î".

Arès

Arès possède le même fonctionnement que Aro et est la troisième personne au pluriel. On lui connait la contraction : "ès". Et les formes :

Féminin : Aras / As
Masculin : Arês / Ês

En vieux Deyryck : "â".


Idéta

Là où tout les pronoms précédent permettent de parler de personne, Idéta est là pour le reste. La forme complète d'idéta est rarement utilisée. Idéta est juste là comme rappel des formes possibles :


  • Id : la forme la plus utilisée et la plus simple, mais la moins précise
  • Idé : utilisée pour former les pluriels
  • Ité : utilisée pour parler d'un objet
  • Ita : utilisée pour parler d'une chose non palpable (une idée, une action, etc...)


Les usages plus particulier du Idéta seront vu plus tard. Nous en préciserons toutefois un.

Contracté avec l'objectif : "a" et "le verbe èr". Il donnera : "da". Cette forme est tellement courante, qu'elle est régulièrement utilisée comme objectif sans apporter le moindre sens.



Le gû sert à former des formes impersonnelles. Par exemple, le verbe pleurer avec gû donnera : "il pleut".

Il est important de préciser que gû sert également à préciser des choses que l'on a. On ne dira jamais en Deyryck  : "J'ai un frère." car le verbe avoir parle plus d'un possession. On dira : "Il y a mon frère.".
Et en parlant de "il y a", cette forme est tout simplement créée avec gû et le verbe être. Elle est donc plus proche de "il est". Comme avec le "da" elle sera contractée avec l'objectif "a" pour donner : "ga".

Mi

Mi est très important. C'est un pronom issue des mots de Phark qui est également un synthétiseur. Aussi, son rôle est de déplacer le sujet de la phrase au début de celle-ci. Cela permet pour les trop gros sujet d'alléger la phrase et de rendre plus clair le verbe. Cela permet également avec un pronom d'insister dessus.

Exemples :

La maison bleu et rouge de mon père est jolie. => [cible : [jolie]] [coeur : [lamaisonbleuetrougedemonpèreest]] [objectif : [.]]
(En Deyryck de base : soki djaibêbkaisikailidajarkamèr a)

Donnera plutôt : [mi : [lamaisonrougeetbleudemonpère]] [cible : [jolie]] [coeur : [miest]] [objectif : [.]]
(En Deyryck de base : midjaibêbkaisikailidajarkam soki mièr a)


Mi permet également de placer les adjectifs avant lui pour rendre tout cela encore plus simple à lire :
[groupe synthétisé : rougeetbleudemonpère] [mi : [lamaisonrougeetbleudemonpère]] [cible : [jolie]] [coeur : [miest]] [objectif : [.]]
(En Deyryck de base : djaibêbkaisikaili midajarkam soki mièr a)
(En "vrai" Deyryck : djasili ibêb mémi dajarka misokya)


Dernière édition par AEM le Dim 11 Juin 2017 - 15:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Sam 6 Juil 2013 - 12:53

:: Tolérance ::

On pourra remarquer que la couleur du titre indique ici une partie diégétique. Pourtant, la tolérance est bien un principe important dans le Deyryck. C'est parce qu'ici je vais présenter ses origines, son rôle, son fonctionnement dans le développement du Deyryck et c'est aussi parce que la tolérance s'applique à d'autre langue de ma diégèse.

La tolérance est issue de deux idées, celle du ruban et celle de la tolérance en général. Elle est généralement représenté par une plante qui pousse, ou une graine. Pour ce qui est des deux idées, il faut les voir ainsi :


  • Le ruban : Le ruban est une idée très simple. Il s'agit de considérer qu'il est plus efficace de concevoir l'élévation de la position d'une chose que d'élever la chose à une position supérieure. Le ruban vient de la technique du ruban qui consiste à appliquer cette idée à une position sociale. (e.g. considérer qu'il est plus facile en tant que ministre de donner plus d'influence au statut de ministre plutôt que de chercher à devenir président)
  • La tolérance : Elle se traduit simplement par une volonté d'accepter autant de chose que possible, de limiter les frontières, les limites à ce que l'on accepte, tolère.



Ainsi pour résumer la tolérance, on peut dire que c'est l'idée d'accepter plein de choses, puis de laisser celles-ci s'imposer d'elle même avec le temps.

Pour revenir à la linguistique. Ici, le principe c'est d'accepter les nouveaux mots, les mots extérieurs, les idées extérieurs qui s'intègrent naturellement au langage par la voix orale. Puis laisser ces derniers s'imposer ou non et, généralement, finir par presque remplacer les anciennes manières de faire. Ce principe se traduit par la création en Deyryck (et dans presque toutes les langues tolérantes) d'un système à deux noyaux.

Pour les langues "ikiennes", un noyau c'est un couple oiseau/plumage ce qui est presque équivalant à un couple grammaire/lexique. Dans le cas de la tolérance, on aura donc deux noyaux. Le noyau dur, c'est en quelque sorte la langue officielle. Puis on retrouve le noyaux toléré, la langue officieuse, les nouveautés courantes.
Le noyau toléré reste toléré jusqu'à ce qu'il soit trop "lourd" c'est à dire que l'on considère que l'on ne puisse plus parler ni comprendre le Deyryck avec la simple maîtrise du noyau dur. A partir de ce moment là, le noyau toléré s'impose au noyau dur et fusionne avec.
Cette fusion est simple, les fonctions du noyau dur qui n'entre pas en concurrence avec le noyau toléré sont conservées, les autres détruites. Puis on ajoute tout le noyau toléré. A partir de ce moment là, le Deyryck change de version et donc de nom.

On note trois ajouts majeurs au Deyryck apporté par la tolérance au niveau du plumage (~lexique) :


  • Les mots adarans : On pourra également trouver les orthographes "adarians", "adarants" ou "adariants". Les mots adarans sont les mots qui sont issues d'Adaria. Il s'agit de la planète la plus importante de l'univers où se trouve la capitale Sablèh. Comme tout le monde voit sa vie de près où de loin sa vie liée à cet endroit, les mots qui y sont nés sont vite devenus très répandus. Ils sont pour le Tahari Deyryck totalement indispensables.
  • Les mots de Phark : Phark Maria est un noble (=demi-dieu) et est mathématicien. Il a créé une série de mot dont le but était d'approfondir l'usage de notion assez peu utilisée en Deyryck à l'époque (car naissante) telle que la tolérance et la forme marienne. Cette dernière prend d'ailleurs son nom du nom Phark (Maria => marienne). Les mots de Phark sont récents, on peut voir sur le schéma de la dernière fois que la Mari'Dèyrik précède le tahari Dèyrik. Ils ne sont donc vieux que d'une version (contrairement au mots adarans qui datent du fili'dèyrik). Ils se sont très vite répandu car Phark enseignait à l'école de la zone de Sableh.
  • Les mots tolérants : Que l'on appellera mots tolérés pour une raison explicité ci-après. Cet ensemble regroupe simplement tout les autres mots qui ne sont pas arrivé dans une série. On y retrouve donc une quantité de mot nettement plus importante!


Ces trois catégories de mots sont appelées les mots tolérants. D'où l'appellation mots tolérés.

La première catégorie à laquelle je vais m'intéressé est les mots adarans. D'où la partie suivante.


Dernière édition par AEM le Dim 11 Juin 2017 - 15:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Mar 23 Juil 2013 - 13:09

Djino a écrit:
La reine a demandé à son auxiliaire qu'elle appelle son chat (le chat de la reine).
La morale voudra que nous aidions ses enfants (à elle)
La morale veut que les mères protègent leurs (propres) enfants.
La morale veut que les mères aident leurs (propres) enfants.
Il ne comprend pas la langue parlée par ses amies.
Elle s'est assise sur le siège qu'on lui a montré.
Je n'envie pas ce commerçant, riche mais tourmenté par son épouse.
Dans son rêve, il a vu le roi de la mer avec sa couronne.
Auguste est au courant de son amour pour lui-même.
Auguste est au courant de son amour pour elle.
Auguste est au courant de son amour (à elle) pour lui-même.
Olga est consciente de l'admiration que Marco a pour lui-même.
Olga est consciente de l'admiration que Marco a pour elle.
La mère a demandé à sa fille de la fermer (de fermer sa gueule).
La mère a demandé à son fils (à une autre femme) qu'il la ferme (sa gueule)
Le père a demandé à son propre fils de fermer sa voiture (celle du père).

(Har' gûpôn da)

1. Rwatis manrasanblô arokatam béla'

2. Striétam bô rogûmban èrata'

3. Striétam bô baba gûmbangosoôlfva'

4. Striétam bô baba gûmbanadta'

5. Ofio misprahj rolékin dyi mikèrgk'na

6. Préivlam zûj amina raprévlya

7. Léti 'no da° spisangyaméa mitafléssis mivèrléana

8. Koa nè manrasên myiméa ta rozlandra rofiopa'

9. Ro'yosµi'lag môn'ogust'ézihya

10. Rolag sèd ra môn'ogust'ézihya

11. Ralag sèd ro môn'ogust'ézihya

12. Yosµi'loagmam'i môn'marko môn'olga'ézihya

13. Loagma sèd ra zâmi môn'marko môn'olga'ézihya

14. Ramam djababblô adé

15. Zromêm djababblô adé

16. Jproyilzaa mêmkééma bêbblapa'



Dernière édition par Aquila Ex Machina le Ven 18 Mar 2016 - 11:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM

avatar

Messages : 1687
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Deyryck    Mer 31 Juil 2013 - 19:57

:: Les objectifs ::


Cette partie va simplement présenter quelques objectifs potentiels principaux.

Pourquoi potentiel? Ce sont les formes qui sont utilisés pour former les objectifs, mais ils peuvent être utilisé pour d'autres choses.


  • a : Un simple point, il indique la fin de la phrase. Il est souvent contracté avec le dernier mot de la phrase.
  • o : Une sorte de virgule ou de point virgule, il indique la séparation entre deux idées ou sert de connecteur pour des synthétiseurs
  • u : Un peu comme le point mais indique une exclamation très forte. Peut indiquer un ordre, ou même de la colère.
  • û : Une autre forme du "u", un peu plus faible.
  • an : Version interrogative du "a".
  • on : Version interrogative du "o".
  • un : Version interrogative du "u".
  • ûn : Version interrogative du "û".



:: Bui ::


Bui est un mot adarans. Comme pour la plupart d'entre eux, il y a vraiment beaucoup à dire sur son usage.

Bui possède deux principaux usages, l'intégration d'un dialogue et l'expression de temps plus complexes.

Introduction d'un dialogue

Avant toute chose, il convient de préciser une chose. Je vais plus utiliser la forme : "bui°" que "bui" hors de cette présentation. Cela ne change absolument rien au sens. Je n'ai pas encore présenter l'accentuation. Le forme "bui°" indique simplement qu'oralement, le "bui" n'est pas prononcé du tout et que le dialogue est introduit via l'intonation.

Bui peut précéder un dialogue ou le suivre s'il suit un "o".

Exemples :

Dir' yofiopa bui tsépa' <=> Je lui ai dit : "tu étais là.".

Tsépa' o bui dir' yofiopa' <=> Je lui ai dit : "tu étais là.".

La forme "o bui" sera généralement contracté : "bo". On retrouve également souvent la forme : "bô" qui indique un discours indirecte. Le problème de ces formes est qu'elles ont tendance à être utilisé également lorsque le discours les suit. Au finale, le "bui" n'est alors plus utilisé que pour parler "bien" ou pour éviter des confusions si elles sont possibles.

Exemples :

(dir' = à lui / ofio = dire / sé'=là)

Dir' yofiopa bo tsépa' <=> Je lui ai dit : "tu étais là.".

Tsépa' bo dir' yofiopa' <=> Je lui ai dit : "tu étais là.".

Tsépa' dir' yofiopa' <=> Je lui ai dit que tu étais là.

Cette dernière forme est très courante. Aussi, il existe une contraction courant sur la forme finale d'un verbe filien. (Pour rappel : -a). Celle-ci deviendra alors : "-ô".

(Petite parenthèse pour quand j'aurais traité l'accentuation : cette contraction n'est pas affecté par les transformations liées à l'accentuation.)

Exemple :

(Kasiya = pleurer / yana=arrêter)
Dyi rokasiyô tiyanam'a <=> Il m'a dit en pleurant que tu devais arrêter.


Auxiliaire temporel

En tant qu'auxiliaire temporel, bui prend deux nouvelles formes. Celles-ci se placeront toujours en première position de la phrase ou partie de phrase qu'elle décrit. Même avant le "mi". On retrouvera donc les formes :


  • Bô : idée de finition
  • Bôn : de profondeur


Je ne vais pas les présenter de suite puisqu'il est nécessaire de connaître les marques pour comprendre cette partie et parce que ce post est déjà assez long.

A venir donc, les marques.


Dernière édition par AEM le Dim 11 Juin 2017 - 15:03, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deyryck    

Revenir en haut Aller en bas
 
Deyryck
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Leçons de Deyryck
» Étude comparative elko - deyryck

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: