L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Arwelo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 15 ... 27  Suivant
AuteurMessage
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Jeu 7 Juin 2012 - 22:11

Ah oui je vois ce que tu veux dire.
Je pense que l'espéranto s'est limité à 45 mots car à la base ce tableau ne devait probablement servir qu'à créer les vrais corrélatifs (qui, quoi, quand, comment, pourquoi, combien...). Les autres mots qui résultent de la fusion des sens peuvent être traduits autrement. En espéranto "nenial" (pour aucune raison) peut aussi être traduit "por neniu kialo", ce qui rend certains des adverbes pas forcément utiles.
Je reconnais au kotava sa capacité à créer des mots avec un sens précis et nuancé, mais je trouve que ça complique un peu l'apprentissage.

En ce qui concerne le subjonctif, il n'existe pas en arwelo. Uniquement dans le cas d'un subjonctif qui exprime la volonté.
Remarque, le français pourrait aussi très bien se passer du subjonctif malgré son manque de modalités des verbes.


Dernière édition par Djino le Sam 26 Oct 2013 - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Arwelo    Jeu 7 Juin 2012 - 22:12

Djino, n'oublie pas de lire mon intervention sur la fin de la page précédente. Sad

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano



Messages : 11717
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Arwelo    Jeu 7 Juin 2012 - 22:29

Djino a écrit:
En ce qui concerne le subjonctif, il n'existe pas en tsaweno. Uniquement dans le cas d'un subjonctif qui exprime la volonté.
Remarque, le français pourrait aussi très bien se passer du subjonctif malgré son manque de modalités des verbes.
Tu vas décevoir des participants. Certains sont très subjonctivophiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16296
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Arwelo    Jeu 7 Juin 2012 - 23:13

Silvano a écrit:
Djino a écrit:
En ce qui concerne le subjonctif, il n'existe pas en arwelo. Uniquement dans le cas d'un subjonctif qui exprime la volonté.
Tu vas décevoir des participants. Certains sont très subjonctivophiles.

C'est bien vrai ; D'autant plus que l'arwelo est une langue à-postériori : ç'aurait bien aidé (c'est mon sentiment personnel).

Cela dit, je ne suis pas un enragé du subjonctif : en ŧhub, il n'y a ni subjonctif, ni conditionnel ; mais ces deux modes sont remplacés par trois modes qui les remplacent plutôt bien.

Explication de ce choix : le ŧhub est une langue à-priori, donc je ne voulais pas trop calquer sur ce qui existe déjà.

Djino a écrit:
Remarque, le français pourrait aussi très bien se passer du subjonctif malgré son manque de modalités des verbes.

Je ne partage pas vraiment ton point d'vue. Jette un œil là d'ssus et là d'ssus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sab



Messages : 1218
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Polynésie / France

MessageSujet: Re: Arwelo    Jeu 7 Juin 2012 - 23:22

Au moins, point presque commun entre le Kotava et l'Arwelo, c'est le système phonétique. A l'exception du H de l'Arwelo (et désormais abandonné en Kotava), les 24 autres lettres/phonèmes de l'alphabet sont strictement les mêmes. cheers

Djino a écrit:
Je reconnais au kotava sa capacité à créer des mots avec un sens précis et nuancé, mais je trouve que ça complique un peu l'apprentissage.
C'est un peu un effet d'optique. Le fait que les mécanismes soient clairement et exhaustivement décrits dans la grammaire donne fréquemment l'impression d'une complexité ou d'un parti pris obligatoire de précision et d'expression forcément très élaborée. C'est erroné et un peu injuste. En réalité, le Kotava peut effectivement aller très loin selon les besoins ou choix des locuteurs, mais il n'impose rien et fonctionne la plupart du temps sur les seuls implicites, c'est à dire de façon très basique. Ensuite, on entre dans les notions de registre de langue. De même, les niveaux d'apprentissage premiers ne requièrent en aucune manière de devoir posséder les 60 pages de la grammaire.

Concernant les "corrélatifs" du Kotava, pour compléter ce qu'en a dit Kotavusik2, on peut effectivement dire que c'est le même principe que ceux de l'Esperanto, mais à la puissance 10. Et à l'usage, ils se révèlent particulièrement productifs et façonner du "beau langage". Et cela en grande part du fait de leur dimension conjonctive, comme tu l'as relevée. En effet, si je dis :

- va bata trutcaja meviele lusteté betdroe co-dolel = quel que soit le prix auquel tu me vendrais cette croûte, jamais je ne l'achèterai
("betdroe" est un adverbe sériel (bet = n'importe quel + droe = au prix) qui signifie à lui seul "quel que soit le prix auquel" et dont la portée conjonctive lui permet d'introduire directement une subordonnée naturelle.)

On pourrait certes exprimer la même chose par le biais d'une locution prépositive + subordonnée complétive :
va bata trutcaja meviele lusteté nekev beto dro kare dano co-dolel, mais on en voit sans conteste possible la lourdeur et la "mocheté" comparativement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 0:09

Sab a écrit:
Au moins, point presque commun entre le Kotava et la Tsaweno, c'est le système phonétique. A l'exception du H du Tsaweno (et désormais abandonné en Kotava)
Le H n'est plus utilisé en digraphe ? "Nh", "lh", etc. ?

Si j'étais un kotaviste, j'appliquerais la réforme suivante (ce sont mes goûts, évidemment):
- LH, NH > LY, NY
- X > H
- C > X

(Rien à faire, le "tc", ça me perturbe... pale )

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 0:15

Nemszev a écrit:
Je suis fort = na fo.
En fait, "fo" est comme un verbe. Tu as ça aussi en chinois ("wo hen bing" = je très malade).

La seule chose qui peut se rapprocher d'un verbe "être", c'est "si". C'est une sorte de séparateur.
Quand tu as "je suis un chat", tu peux juste dire "na u maumau". On sait que ce qui se trouve après un pronom (na, u, i) est en général un groupe verbal (dans ce cas-ci "suis un chat").
Quand tu as "ce chat est une grenouille" (assez improbable), si tu dis "maumau la u rara", on risque de comprendre "ce chat d'une grenouille" (quand il y a deux groupes nominaux côte à côte, le deuxième est un génitif, sauf si vraiment on marque une pause oralement). Il faut donc dire "maumau la si u rara". "Si" permet de résumer ce qui précède (j'ai encore du mal à définir clairement son rôle syntaxique  Razz ). "Chat ici cela (est) une grenouille".
Le "si" peut s'utiliser entre tout autre sujet et son verbe, ça ne change pas grand chose (ça peut éventuellement marquer une emphase). C'est souvent un calque du chinois "shi" en fait.

Je viens de parcourir ton début de grammaire. C'est intéressant. On dirait un espéranto à la sauce lingala-kotava.
Tu utilises "nifo" pour "nez". Sais-tu qu'en arabe dialectal, le sens est identique (enfin bon, nifo voudrait plutôt dire "son nez"), avec "anf" en arabe standard ?
Pour "wawo" pour chien, je verrais plutôt "gowo" (du chinois "gou").
Pour "kia" et autres, ça me fait penser aux interrogatifs en hindi.
Excuse moi j'aurais juré t'avoir répondu.
"si", c'est ce verbe être là que je cherchais, c'est le même que pour ma langue :-)
J'aime bcp le fait de faire l'économie du verbe quand le contexte le sous-entend. Pour l'arwelo, je compte aussi le rendre facultatif. "kio tio?" (quoi cela) Pour dire "qu'est-ce que c'est?" plutôt que "kio si tio?" (quoi être cela?)

Je ne savais pas du tout que "nifo" voulait dire qqch de similaire en arabe. Je me suis assez peu inspiré de cette langue. Il y a "caro" pour cheveux, et quelques autres mots dont je ne me souviens pas mnt.
Et sinon, pour le chien... en m'efforçant d'être le plus objectif possible vis-à-vis des langues que je connais, je trouve tout de même que son aboiement ressemble plus à "waw" qu'à "gou" lol


Dernière édition par Djino le Mar 5 Avr 2016 - 2:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 0:33

@Sab: Je n'en attendais pas moins d'une partisane du kotava Razz
Je reconnais la pertinence de tes arguments, mais la majorité des 374 corrélatifs ne sont sans doute que très rarement employés. Je me trompe?
En tout cas je préfère me limiter à 54 (et c'est déjà beaucoup je trouve)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 0:41

Djino a écrit:
"si", c'est ce verbe être là que je cherchais, c'est le même que pour ma langue :-)
J'aime bcp le fait de faire l'économie du verbe quand le contexte le sous-entend. Pour le tsaweno, je compte aussi le rendre facultatif. "kio tio?" (quoi cela) Pour dire "qu'est-ce que c'est?" plutôt que "kio si tio?" (quoi être cela?)
En fait, je ne considère pas "si" comme un verbe "être" à part entière... C'est plutôt un pronom qui résume ce qui précède. La preuve : "Qu'est-ce que c'est?" se traduit par "si ke ting?" (cela quelle chose?) ou "ke ting si?".
(Si on essaye d'autres combinaisons :
- Si ke? = C'est cela ? (ke sert de particule interrogative, tout comme nau et ne en fin de phrase)
- Ke si? = Lequel est-ce ? (ke est pris ici comme un déterminant interrogatif))

Citation :
Je ne savais pas du tout que "nifo" voulait dire qqch de similaire en arabe.
Ca alors, pure a-priorisme alors ? "Nif" est employé par les maghrébins, il me semble.

Citation :
Il y a "caro" pour cheveux
De "sha3r" ? Ah oui, le C se prononce CH dans ta langue.

Citation :
je trouve tout de même que son aboiement ressemble plus à "waw" qu'à "gou" lol
Nous disons "ouaf ouaf", mais les allemands disent "wau wau" et je crois me souvenir que "gau gau" est la version espagnole !

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 0:57

Nemszev a écrit:
En fait, je ne considère pas "si" comme un verbe "être" à part entière... C'est plutôt un pronom qui résume ce qui précède. La preuve : "Qu'est-ce que c'est?" se traduit par "si ke ting?" (cela quelle chose?) ou "ke ting si?".
(Si on essaye d'autres combinaisons :
- Si ke? = C'est cela ? (ke sert de particule interrogative, tout comme nau et ne en fin de phrase)
- Ke si? = Lequel est-ce ? (ke est pris ici comme un déterminant interrogatif))
mdr j'ai réfléchi au moins 5 minutes sans bouger devant tes deux exemples avant de comprendre enfin pourquoi les deux questions étaient différentes. L'ordre des mots est donc important.

Nemszev a écrit:
Citation :
Je ne savais pas du tout que "nifo" voulait dire qqch de similaire en arabe.
Ca alors, pure a-priorisme alors ? "Nif" est employé par les maghrébins, il me semble.
Pas vraiment. J'ai délibérément choisi une consonne nasale, et le F pour le souffle

Nemszev a écrit:
Citation :
Il y a "caro" pour cheveux
De "sha3r" ? Ah oui, le C se prononce CH dans ta langue.
Oui voilà. J'hésite aussi à créer un équivalent de "za3ma" ou "qsar" (taqsera), parce que ce sont des termes qu'on retrouve dans peu d'autres langues.

Nemszev a écrit:
Citation :
je trouve tout de même que son aboiement ressemble plus à "waw" qu'à "gou" lol
Nous disons "ouaf ouaf", mais les allemands disent "wau wau" et je crois me souvenir que "gau gau" est la version espagnole !
Alors plutôt que de me fier à une langue, je préfère penser à une manière d'écrire, puis d'écouter le son. Je pense "wau" et j'écoute un aboiement. Puis je pense "waw" de même, et ainsi de suite. Je n'ai pas encore écouté de chien enrhumé donc jamais entendu "gou" (non lol je te taquine). D'ailleurs "ouaf" n'est pas vraiment ressemblant non plus


Dernière édition par Djino le Mar 5 Avr 2016 - 3:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 3:39

Anoev a écrit:

Djino a écrit:
Remarque, le français pourrait aussi très bien se passer du subjonctif malgré son manque de modalités des verbes.

Je ne partage pas vraiment ton point d'vue. Jette un œil là d'ssus et là d'ssus.

Le subjonctif ne me parait pas nécessaire dans le sens où il y a facilement moyen d'exprimer la même nuance en formulant autrement.

Je reprends l'exemple de l'un des sites dont tu m'as donné le lien:
J'attends un guide qui comprend le français
J'attends un guide qui comprenne le français

Pour moi, corrige-moi si je me trompe, mais la nuance qu'on retrouve dans la deuxième formulation est la même lorsqu'on dit = "J'attends un guide comprenant le français".


Dernière édition par Djino le Ven 8 Juin 2012 - 7:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 4:27

LES NOMBRES

Les nombres ont été un vrai casse-tête pour moi.
J'ai voulu mettre un point d'honneur à créer des nombres qu'on puisse facilement prononcer en les juxtaposant. Je voulais éviter les dekkvar, sepdek, okdek.. de l'esperanto. Je voulais également les définir de manière cohérente et régulière, en permettant à la personne de deviner comment on dit les multiples de cent, mille, ou dix-mille... en ne connaissant que la manière de dire les dizaines.

[/td]
0nuy
1un10unti10unti
2bi20biunti100biti
3ter30terunti1.000terti
4kwar40kwarunti10.000kwarti
5pe50peunti100.000peti
6sis60sisunti1.000.000sisti
7ta70taunti10.000.000tati
8oc80ocunti100.000.000octi
9nof90nofunti1.000.000.000nofti
10unti100biti10e10untiwe
11unti-un110biti-unti10e11unti-unwe
12unti-bi120biti-biunti10e12unti-biwe
13unti-ter130biti-terunti10e13unti-terwe
14unti-kwar140biti-kwarunti10e14unti-kwarwe
15unti-pe150biti-peunti10e15unti-pewe
16unti-sis160biti-sisunti10e16unti-siswe
17unti-ta170biti-taunti10e17unti-tawe
18unti-oc180biti-ocunti10e18unti-ocwe
19unti-nof190biti-nofunti10e19unti-nofwe
20biunti200bibiti10e20biuntiwe
21biunti-un210bibiti-unti10e21biunti-unwe
22biunti-bi220bibiti-biunti10e22biunti-biwe
23biunti-ter230bibiti-terunti10e23biunti-terwe
24biunti-kwar240bibiti-kwarunti10e24biunti-kwarwe
25biunti-pe250bibiti-peunti10e25biunti-pewe
26biunti-sis260bibiti-sisunti10e26biunti-siswe
27biunti-ta270bibiti-taunti10e27biunti-tawe
28biunti-oc..........280bibiti-ocunti..........10e28biunti-ocwe
29biunti-nof290bibiti-nkwarnti10e29biunti-nofwe
30terunti300terbiti10e30teruntiwe
Donc: 123.456 = peti-bikwarti-terterti-kwarbiti-peunti-sis

Les dizaines sont nommées par rapport au nombre de zéros qu’ils comptent, avec le suffixe -ti (de l’anglais -ty).
Une dizaine compte 1 (un) zéro : on dit donc unti.
Une quarantaine, c’est 4 (kwar) dizaines : on dit donc kwarunti.
Une centaine compte 2 (bi) zéros : on dit donc biti

Une fois qu'on dépasse le milliard, on compte les zéros du nombre, en rajoutant le suffixe -we
10 (unti) zéros = untiwe
12 (unti-bi) zéros = unti-biwe
23 (biunti-ter) zéros = biunti-terwe


Dernière édition par Djino le Mar 5 Avr 2016 - 3:15, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Sab



Messages : 1218
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Polynésie / France

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 10:56

Nemszev a écrit:
Sab a écrit:
Au moins, point presque commun entre le Kotava et la Tsaweno, c'est le système phonétique. A l'exception du H du Tsaweno (et désormais abandonné en Kotava)
Le H n'est plus utilisé en digraphe ? "Nh", "lh", etc. ?

Si j'étais un kotaviste, j'appliquerais la réforme suivante (ce sont mes goûts, évidemment):
- LH, NH > LY, NY
- X > H
- C > X
Juste en quelques mots pour ne pas polluer ce fil, le H a été officiellement abandonné en Kotava l'année dernière et remplacé en tous cas par le Y comme tu l'imagines. En revanche, le reste demeure tel quel.

Djino a écrit:
@Sab: Je n'en attendais pas moins d'une partisane du kotava Razz
Je reconnais la pertinence de tes arguments, mais la majorité des 374 corrélatifs ne sont sans doute que très rarement employés. Je me trompe?
En tout cas je préfère me limiter à 54 (et c'est déjà beaucoup je trouve)
Non, évidemment, nombre des corrélatifs potentiels sont rarement usités. Mais l'essentiel c'est le principe systématique et prédictif qui est derrière ; à la base, les composants, eux, sont courants. Simplement, Staren a là poussé le raisonnement du "lego", y compris concernant une catégorie rarement considérée selon une telle logique (comme les adverbes dérivés par exemple) et qui "morphologise" un pan plutôt syntaxique habituellement. Et à l'usage, cette prédictivité donne une véritable légitimité à ce principe de subordonnées, et en poussant un petit peu l'affirmation, on pourrait même dire que ce sont les seules subordonnées qui sont vraiment bien perçues et utilisées en Kotava, alors que celles plus "classiques" (au regard des habitudes européennes notamment) introduites par "da" (que) sont jugées lourdes et "calques".

Sinon je vois que tu as décidé pour la numération en Arwelo d'introduire des radicaux premiers pour 10000 (kwarti) et 100000 (peti), comme le Kotava. Mais tu as poussé encore plus loin avec 10.000.000 (tati) et 100.000.000 (octi).

PS Le 300 du bas de ta seconde colonne devrait être "terbiti", si on a bien compris...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 13:28

Djino a écrit:
Nemszev a écrit:
En fait, je ne considère pas "si" comme un verbe "être" à part entière... C'est plutôt un pronom qui résume ce qui précède. La preuve : "Qu'est-ce que c'est?" se traduit par "si ke ting?" (cela quelle chose?) ou "ke ting si?".
(Si on essaye d'autres combinaisons :
- Si ke? = C'est cela ? (ke sert de particule interrogative, tout comme nau et ne en fin de phrase)
- Ke si? = Lequel est-ce ? (ke est pris ici comme un déterminant interrogatif))
mdr j'ai réfléchi au moins 5 minutes sans bouger devant tes deux exemples avant de comprendre enfin pourquoi les deux questions étaient différentes. L'ordre des mots est donc important.
Pas évident à comprendre sans des explications préalables... On a deux structures avec "ke" :
ke (mot) = quel + nom (sert à former des mots interrogatifs) / comment + adj (idem)...
(phrase) ke = rend une phrase interrogative (on y répond par oui ou par non)
ke kuku si? = quel poulet est-ce ?
si (u) kuku ke? / u kuku si ke? = est-ce (un) poulet ?
Je t'avoue que j'évite une construction comme "ke si?", parce que je préfère garder un nom/adjectif après "ke".

Enfin bref, je ne vais pas polluer ton fil. Tu sembles avoir de bonnes idées, puisées un peu partout. J'espère que tu arriveras à un résultat sympathique !


@Sab : Ah super, au moins une de mes attentes est assouvie... Dommage que le C = ch soit la marque de fabrique du kotava. Je ne m'y fais toujours pas...

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 20:15

Il me semble que l'italien prononce aussi le C comme ça. Ou presque


Sab a écrit:

PS Le 300 du bas de ta seconde colonne devrait être "terbiti", si on a bien compris...
Ah oui bien vu, merci


Dernière édition par Djino le Mar 5 Avr 2016 - 3:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 20:22

En italien "standard", le SC est prononcé "ch" devant I ou E et le C devant I ou E est prononcé "tch" (ciao = tchao, car le I passe à la trappe devant une autre voyelle). (C + A/O/U/H est prononcé K)

Mais dans certaines régions, au centre de l'Italie, le "C" + I ou E s'il est précédé d'une voyelle se prononce "ch". On dira donc "in Cina" comme "intchina" (en Chine) mais "la Cina" comme "lachina" (la Chine).

Dans le Nord, on prononce encore autrement le C + I ou E: "ts" !

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1591
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Arwelo    Ven 8 Juin 2012 - 20:37

J'ai repris sans m'en rendre compte le SC italien en sprante... et du même coup ZC pour /Z/ dans pas mal de langues pentadrariennes.

A propos du C, et comme c'est une lettre aux prononciations très variées (/S/, /tS/, /k/, /s/, /ts/, et j'en passe), j'avais essayé une fois de regarder cette lettre et de savoir quelle prononciation me semblait la plus logique... et j'ai pas trouvé... c'est pour ça qu'il est rare en sprante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Dim 10 Juin 2012 - 12:15

Bonjour,

J'aimerais partager une réflexion avec vous et en profiter pour avoir vos avis, surtout Silvano qui semble être très critique ^^

Comme je l'ai expliqué avant, j'ai choisi de généraliser l'emploi des suffixes du tableau des corrélatifs à l'ensemble de mon vocabulaire.
kien = où
en = en, dans, à...
eno = lieu

Ainsi, si on me demandait "Kies pu te kazi?" (Quand [futur] toi venir = Quand viendras-tu?)
Je peux répondre: "Pu me kazi es oca horo" ([futur] moi venir à 8ème heure = Je viendrai à 8 heures)

Le "es" dans la réponse sert donc à introduire le moment,
de la même manière qu'on dit "as" (parce que) pour introduire une cause (Me no nyami as me no gori = Je ne mange pas parce que je n'ai pas faim)
"en" pour introduire un lieu (Kien te si? Me si en la nyameno = Où es-tu? Je suis au restaurant)
"ac" pour introduire une appartenance (Kiac vrumo lo si? Lo si ac mea miko = À qui est cette voiture? Elle est à mon ami)
ou "os" pour introduire une quantité dans certains cas.

==> La question que je me pose concerne les autres corrélatifs. Par exemple:
Kia = quelle sorte de
Kie = comment? de quelle manière?

Les suffixes -a et -e se placent à la fin du mot en tant que terminaison grammaticale.
Kia planto? verda planto (Quel genre de plante? Une plante verte)
Kie pu te kazi? Pu me kazi swire (Comment viendras-tu? Je viendrai rapidement)

Devrais-je généraliser ce système à tous mes corrélatifs? Si je fais ainsi, je devrais pouvoir dire:
"planto A verdo" ou "planto verda"
"Pu me kazi E swiro" ou "Pu me kazi swire"
cette autre manière de formuler ne me plait pas du tout, mais elle me fait penser à la manière d'introduire les adjectifs dans les langues bantoues. Par exemple, en lingala, pour dire "une belle femme" on dit "mwasi ya kitoko" (femme de beauté). "femme intelligente" = "mwasi ya mayele" (femme d'intelligence) et cette formulation est la même pour les possessifs: "ma femme" = "mwasi ya ngai" (femme à moi)

et donc, faudrait-il que je laisse la possibilité d'utiliser les autres particules comme suffixes?
Tout ça me donne l'impression de compliquer la langue, puisqu'on introduit souvent des "propositions" dans les autres cas, et non des mots.


Quel est votre avis?


Dernière édition par Djino le Mar 31 Mai 2016 - 21:26, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Sab



Messages : 1218
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Polynésie / France

MessageSujet: Re: Arwelo    Dim 10 Juin 2012 - 12:59

Moi je trouve ton idée ingénieuse et originale. Seul petit "bémol", entre le "as" qui introduit une conjonction et les autres bases qui elles sont de nature prépositive.

Sinon, sur le fond, tu dois arbitrer entre deux systèmes qui, à mon avis, s'excluent :
- le premier, celui de l'Esperanto et consorts (Kotava idem) qui dénotent par des marqueurs morphologiques clairs les natures (substantif, adjectif, adverbe, etc.)
- ton idée seconde, qui voudrait aller vers l'isolant total où chaque nature serait marquée par une logique syntaxique, avec un primat pour les substantifs. Et en poussant dans cette voie (notamment le "e"), tu ne devrais pas autoriser lé dérivation adverbiale, il me semble, ni même adjective, ce qui peut s'avérer très contradictoire avec ta volonté marquée par ailleurs de suffixes.

Ce qu'il faut surtout, c'est probablement de faire la liste visuelle de tous tes cas de figure, avec les deux hypothèses en regard, en mettant à chaque fois un exemple, et voir ce qui rentre en collision avec d'autres pans de la langue. Ce qui reviendra aussi à poser la question de comment tu délimites tes syntagmes, tes substitutions pronominales et la nature même de tes mots-outils (prépositions, conjonctions, clitiques, etc.).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu
bororo



Messages : 477
Date d'inscription : 15/05/2012

MessageSujet: Re: Arwelo    Dim 10 Juin 2012 - 13:35

Ou bien :

Kien te si ? Me si la txomenen

En ce qui me concerne j'aime bien la version isolante. On pourrait même en profiter pour faire tomber tous les /o/ à la fin des noms.


(attentat orthographique revendiqué par le Front de Libération du X)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Dim 10 Juin 2012 - 13:46

@bororo: Exactement !
Je pensais à ça jusqu'à ce que je me dise que la préposition peut aussi introduire une proposition.
Par exemple, si je dis "je suis dans la maison de campagne de l'ami du tonton de la soeur de mon père", ça risque de compliquer les choses hahahahaha


@Sab: Merci!
- Alors à la base je pensais traduire "parce que" par "sias" (être-cause) en m'inspirant directement de l'anglais "because". Puis je me suis dit que je pouvais très bien utiliser une préposition comme adverbe de liaison, comme si je disais "j'ai sommeil de j'ai peu dormi" (en espéranto: "mi lacas pro mallonga dormo")
- Je pense que je devrais limiter l'usage de ces suffixes à certains types de corrélatifs. Il me faudrait donc les définir, parce qu'ils n'introduisent pas tous le même type de proposition


Dernière édition par Djino le Sam 26 Oct 2013 - 2:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Silvano



Messages : 11717
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Arwelo    Dim 10 Juin 2012 - 16:30

Regarde ce que font d'autres langues, essaie tous les cas de figure, et dis-toi que, quel que soit le choix retenu, on va trouver à y redire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Arwelo    Dim 10 Juin 2012 - 20:31

bororo a écrit:
Me si la txomenen
(attentat orthographique revendiqué par le Front de Libération du X)
J'ai presque cru qu'il avait finalement cédé à mes revendications. Laughing

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djino



Messages : 3326
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Arwelo    Sam 11 Aoû 2012 - 20:44

Salut à tous

J'aurais besoin de votre aide ou vos suggestions parce que je suis dans une impasse.
Pour exprimer le passé ou le futur, j'utilise les adverbes de temps "ku" et "pu". Ces adverbes retranscrivent l'antériorité et la postériorité.

Me peli = je parle
Me ku peli = je parlais

A partir de "ku", j'ai créé d'autres mots comme:
"kues" (-es est le suffixe pour le temps. Donc ku-es = avant)
"kuen" (-en est le suffixe pour le lieu. Donc ku-en = devant)
"kueso" (kues + le O pour le substantif = le passé)
"kuetso" (ku + etso pour l'idée abstraite = antériorité)
"kua" (précédent)
"kue" (précédemment)
"kui" (précéder, devancer)

En gros, KU peut être traduit par "pré" et PU peut être traduit par "post"
Du coup, je l'utilise aussi comme préfixe pour des verbes comme "kutsifi". (tsifi = informer, donc kutsifi = préinformer = avertir)

Le problème est qu'à l'oral, on ne pourrait plus faire la différence entre:
- Me ku tsifi te (je t'informais)
- Me kutsifi te (je t'avertis)

Auriez-vous des idées pour m'aider à distinguer l'adverbe de temps et le préfixe pré- ?
Ou peut-être ne voyez-vous pas l'utilité de les distinguer?


Dernière édition par Djino le Mar 31 Mai 2016 - 21:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
yamaw



Messages : 898
Date d'inscription : 19/12/2009

MessageSujet: Re: Arwelo    Sam 11 Aoû 2012 - 21:16

Djino a écrit:
"kues" (-es est le suffixe pour le temps. Donc ku-es = avant)
"kuen" (-en est le suffixe pour le lieu. Donc ku-en = derrière)
Pourquoi pas « devant » ?  Surprised

Djino a écrit:
Auriez-vous des idées pour m'aider à distinguer l'adverbe de temps et le préfixe pré- ?
Si tu veux garder la même forme pour ces deux mots, une solution est de ne pas les placer au même endroit. Personnellement, je verrais bien ku adverbe après le verbe (mais du coup il faut changer la place de tous les adverbes) OU ku préfixe (qui ne serait plus alors préfixe) après le complément : me tsifi te ku. Il y a peu de chance que ces propositions soient compatibles avec la syntaxe de la langue.  Rolling Eyes

Si tous les mots sont accentués, peut-être que l’accentuation suffit, à l’oral, à différencier Mekutsifite de Mekutsifite.  Surprised Un peu difficile pour une langue auxiliaire, je trouve…  Neutral

Djino a écrit:
Ou peut-être ne voyez-vous pas l'utilité de les distinguer?
Il est très probablement utile de les distinguer. Dans « je t’informais », c’est tout le procès qui est antérieur à l’interlocution, alors que dans « je t’avertis », c’est l’interlocution et le procès (qui sont simultanés) qui sont antérieurs à l’évènement à propos duquel on donne une information. Le ku ne porte donc pas sur le même élément, et je pense que cela doit se marquer syntaxiquement.  Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Arwelo    Aujourd'hui à 18:58

Revenir en haut Aller en bas
 
Arwelo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 27Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 15 ... 27  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alphabet de l'arwelo (arkitco)
» Alphabet de l'arwelo (aralfuno)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Langues auxiliaires-
Sauter vers: