L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Méhien (mähianë)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Méhien (mähianë)   Mar 6 Nov 2012 - 2:11

Nottã gra3ae vobei, Regra3eii omvös quos Adcàpogovs hicë en ledroforae didae;
Queymic'h asque Coniòsçogvs Mähianë , lingae figidiuvae quie Ante Crègamic'h anë bïcostë.

Bonne nuit à vous, je vous remercie de m'accueillir ici dans ce forum; j'aimerais vous faire connaître le Méhien , une langue imaginaire que je "me" crée depuis quarante ans !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Silvano



Messages : 11677
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mar 6 Nov 2012 - 2:37

Bienvenue / bonvenon / bunvenen / selgumt. Wink
Pour se présenter, on a ce fil dédié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mar 6 Nov 2012 - 2:52

Lu de loin, comme ça, on dirait un mélange de hongrois, de langue celte et de langue scandinave.

On attend d'en savoir davantage.

Bienvenue.

Comme dit Silvano, on t'attend dans la page de présentation.

C'est quoi, le 3 ? Ça me fait penser à l'uropi (phonème /ʒ/). Est ce qu'on doit TOUJOURS l'écrire comme ça, ou bien est-ce qu'on peut aussi écrire graʒae ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mar 6 Nov 2012 - 11:55

silent 


Dernière édition par lsd le Lun 8 Juil 2013 - 10:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vilko
Modérateur


Messages : 2507
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mar 6 Nov 2012 - 12:17

Nottã gra3ae vobei, Regra3eii omvös quos Adcàpogovs hicë en ledroforae didae;
bonne nuit à-vous; je-remercie vous que vous-accueillez moi dans forum celui-ci

Queymic'h asque Coniòsçogvs Mähianë , lingae figidiuvae quie Ante Crègamic'h anë bïcostë.
J'aimerais à-vous faire-connaître Méhein, langue imaginaire que pour-moi je-crée d'années quarante


L'ai-je bien analysé ? Wink

Ça semble indo-européen, en tout cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mar 6 Nov 2012 - 12:27

silent 


Dernière édition par lsd le Lun 8 Juil 2013 - 10:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mar 6 Nov 2012 - 16:21

Bienvenue sur le forum ! En arabe sms, le 3 représente un consonne fricative laryngale voisée, 'ayin [?\], mais si c'est plutôt européen, ça m'étonnerais
Revenir en haut Aller en bas
Silvano



Messages : 11677
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mar 6 Nov 2012 - 18:29

Je crois que le 3 de SATIGNAC correspond au son /Z/ (en X-SAMPA). C'est moi qui ai invité SATIGNAC à venir présenter sa langue ici après qu'il eut félicité M. Landais, sur son blogue, d'avoir lui aussi introduit cette lettre dans sa langue (mais il l'a fait en espéranto, langue que M. Landais ne connaît pas). S'en est suivie une discussion (M. Landais, comme Urko, dirait plutôt polémique) de 122 messages...

SATIGNAC a écrit:
Kiam mi ekkonis, ke vi enkondukis "3" en vian alfabeton, mi ghojis tial, ke mi malkovris ke aliulo ol mi amis sufiche la internacian fonteian alfabeton por ke li faris ian el ili literon karaterizan al "sia" lingvo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Sam 10 Nov 2012 - 1:02

Vilko a écrit:
Nottã gra3ae vobei, Regra3eii omvös quos Adcàpogovs hicë en ledroforae didae;
Citation :
bonne nuit à-vous; je-remercie vous que vous-accueillez moi dans forum celui-ci
Queymic'h asque Coniòsçogvs Mähianë , lingae figidiuvae quie Ante Crègamic'h anë bïcostë.
Citation :
J'aimerais à-vous faire-connaître Méhein, langue imaginaire que pour-moi je-crée d'années quarante
L'ai-je bien analysé ? Wink

Ça semble indo-européen, en tout cas.
Voilà des traductions dignes d'un conlinguistes chevronné, rompu au déchiffrage de tout idiome idiotique forgé à partir de racines qu'il connaît parfaitement! Vous avez presque bien traduit. Il y a quelques "corrections" à apporter "Coniòsçogvs" = "Que vous appreniez à connaître" ( 2ème personne du pluriel du présent du subjonctif de Coniosçet ed]COGNOSCERE]:apprendre à connaître) "Ante Crègamic'h" ( 1ère personne du singulier du "passé composé" ou "prétérit indéfini "de l'indicatif à la voix moyenne de "Cregat" red]CREARE: créer])= " J'ai créé et "me" crée encore ".
La langue de "personne" :lingva nemina (autre longue du méhien) pourra être vite connue de plusieurs !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Sam 10 Nov 2012 - 1:18

Anoev a écrit:
Lu de loin, comme ça, on dirait un mélange de hongrois, de langue celte et de langue scandinave.

On attend d'en savoir davantage.

Bienvenue.

Comme dit Silvano, on t'attend dans la page de présentation.

C'est quoi, le 3 ? Ça me fait penser à l'uropi (phonème /ʒ/). Est ce qu'on doit TOUJOURS l'écrire comme ça, ou bien est-ce qu'on peut aussi écrire graʒae ?

Ce mélange "hongrois+celte+scandinave <= indo-européen " que ce fragment vous suggère de loin ferait honneur à ce peuple Litave ou Xate cat de la fiction Arrow que j'écrit où le Méhien est sa langue "nationale" qui dans son "histoire" descend d'un peuple errant des confins eurasiatiques , d' "Arie" , qui serait passé par la "Panomie" grande plaine au coeur de l'Occident Animien et aurait créé le royaume de "Mée" au dépend des ruines des empires Laurente ( qui parlait "palantin") et Auslutan ( qui parlait celte) . En somme ce conglomérat de racines latines ,grecques recuisinées donneraient de loin des relents de magyar, celte et scandinave... C'est intéressant à reconsidérer sous la lumière de l'impression d'autrui. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Sam 10 Nov 2012 - 5:05

Le c'h vient du breton toujours ( = "en tout cas") !
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Lun 4 Fév 2013 - 15:17

On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie
*la syntaxe
*La grammaire
méhiennes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Jeu 21 Fév 2013 - 2:18

Anoev a écrit:
On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie
*la syntaxe
*La grammaire
méhiennes.
Pour répondre à cette demande qui est vaste, il faut tout d'abord un plan[justify]qui reprend les grands chapitres d'une grammaire type Petit-Mangin pour le latin... à savoir:
- l'alphabet et la prononciation
- les grands principes de la morphologie
- les déclinaisons des noms et adjectifs
- les adjectifs et pronoms et leurs déclinaisons.
- le verbe et ses conjugaisons
- les mots invariables
- la syntaxe du nom et de l'adjectif
- la syntaxe du verbe et de la phrase simple.
- la syntaxe de la phrase complexe.
Par quoi voudriez commencer ?
Je pourrais rappeler les grands principes préliminaires:
A)le méhien est une langue flexionnelle, qui s'écrit avec deux alphabets
1) un alphabet latin ou roman qui comprend les 26 lettres d'un alphabet ouest-européen comme l'anglais ou le français, augmentées d'une série de lettres particulières dont la transcription à l'aide d'un clavier ordinaire pose quelque problème d'adaptation. On arrive à 32 lettres .
2) un alphabet dit "bara" totalement "idéographique" qui ne pourrait être présenté ici que par scannographie d'une description manuscrite commentée. A peu près 26 lettres et de multiples combinaisons ...
B) les éléments du discours sont le nom, l'adjectif, le pronom, le verbe, l'adverbe, l'interjection. L'article n'existe pas à proprement parler.
C) les noms, pronoms et adjectifs, et assimilés, se déclinent selon une flexion de 5 cas: nominatif, accusatif, génitif, datif, ablatif
D) le verbe méhien se conjugue selon 2 modes sextipersonnels (indicatif et subjonctif) 2 modes unipersonnels (impératif et infinitif) [ les formes conjuguées s'écrivent avec une majuscule] et présente des formes nominale (gérondif) d'une part et adjectivales (participes aux 3 temps, adjectif verbaux dérivés potentiels ).
E) les modes sexti- et unipersonnels varient en 3 voix ou formes : active, passive et moyenne. Il existe une forme passive pour le gérondif et les participes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Phonétique du Méhien (1)   Sam 23 Fév 2013 - 2:15

[quote="Anoev"]On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie


Alors commençons par le commencement: d'après l'alphabet roman utilisé pour exprimer le méhien mais avec les restrictions imposées par l'utilisation d'un clavier français nous allons expliquer la phonétique du méhien lettre après lettre, en utilisant la méthode comparative avec les sons écrits à la "françoise" et non pas l'alphabet phonétique international qui me semble inaccessible :
Commençons par les voyelles:
1) les classiques:
A qui se prononce longue /a:/ ou brève/a/selon qu'elle est accentuée ou non; selon qu'elle termine un  féminin ou masculin ou neutre ( le nominal des verbes du 1er groupe), qu'elle est suivie d'une consomne redoublée ou non .
E qui se prononce ouverte /è/si elle termine un nom féminin du 2ème groupe de la 1ère déclinaison ( < êta grec ou -es latin)
ou si elle est accentuée, ou précède une consomne redoublée. Par ailleurs elle est brève /é/
I:
qui est voyelle/i/, semi consomne
( =J) sauf dans les mots monosyllabiques où il porte l'accent ; voyelle si porte l'accent écrit des oxytons .
O: qui se prononce ouverte/o:/ le plus souvent surtout si elle est accentuée , plus brève /o/ dans les  monosyllabes invariables (adverbes, prépositions, conjonctions).
U: se prononce /ou/ et /w/ dans les diphtongues sauf si elle est surmontée du tréma : Ü:se prononce /u/
Y: n'est voyelle /i:/que en fin de nom ou adjectif dans un rôle diacritique pour marquer certains nominatifs typiques surtout si elle porte l'accent écrit ; le reste du temps elle constitue une syllabe / yi/ ou un redoublement du /i/ dans certaines positions ( après une autre voyelle qui porte l'accent tonique et s'allonge).
2) Les dérivées: Æ:
qui suit A dans l'alphabet et qui se prononce: /ê:/ comme le "e dans a" du latin tardif.
Œ:[/size]qui suit O dans l'alphabet et se prononce :/eu:/(comme le "e dans O" du français lorsqu'il est suivi d'une voyelle.)
-V-: me sert de substitut typographique pour traduire le /u/ inaccentué des diphtongues .
3) Les nasales:J'ai nasalisé certaines voyelles méhiennes pour exprimer l'accusatif de certains noms, adjectifs et du gérondif; le plus souvent en finale et atone et "annoncées" par la "subpunctuation de la consomne qui précède". Cependant , l'impossibilité de mettre en oeuvre ce procédé m'amène à utiliser des substituts typographiques comme le "~" sur les A et O, le "¨" sur l'E et le "^" sur l'U. Ainsi Ã: /an/, Ë: /ain/, Õ:/on/ Û:/oung/


Dernière édition par SATIGNAC le Mer 18 Sep 2013 - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: phonétique du méhien (2)   Sam 23 Fév 2013 - 21:52

[quote="Anoev"]On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie

Les diphtongues: elles sont très fréquentes, voire omniprésentes en méhien, à cause du besoin que j'ai eu de créer des paradigmes et séries de désinences pour différents groupes flexionnels de nom et adjectifs, de verbes; la plupart sont donc en fin de mot et atones. À force d 'essais, je suis venu à conclure que toute paire de voyelle simple peut former , en méhien, une diphtongue, mais en pratique j'ai surtout maintenu:
- avec A : AE :/ a' é/ ne pas confondre avec le "e dans a" :/ê/; AI :/aï/; AO :;/a'o/; AU: /aw/; AV: /a'ü/; AY: /aï/ (en finale atone)
-avec E : EA: /é'a/, EI:/éï/ ou/èi/ suivant le groupe flexionnel.; EO: /éo/ ou /èo/; EU: /èw/; EV: /èü/ EY: /èï/ en finale.
-avec I : (devant une autre voyelle l'I agit plutôt comme la semi-consomne [j] de l'A.P.I. ou le /y/ franco-ido-anglo-espagnol, mais porteuse de l'accent écrit "ì" ou en monosyllabe compose des diphtongues: ÌA ;/ì'a/, ÌE: /ì' é/; Ï :/i'i/, ÌO: /i'o/, ÌU: /i'ou/, IV: /i'ü/
-avec O: OA:/O'a/ , OE :/o'è/ 'ne pas confondre avec le "e dans o" , OI: /oï/, OU:/ow/, OV: /o'ü/, OY:/ oï/ (en finale)
-avec U: ( elle aussi peut agir comme la semi-consomne [w] de l'API ou l'/ou'/ français ou encore la /hu'/ ibérique ) mais également porteuse de l'accent écrit ou en monosyllabe peut former des diphtongues: ÙA:/ou'a/, ÙE: / ou'é/; UI ( elle, pas forcément tonique) : /ou'ï/; UV: /ou'ü/; UY : /ou'ï/
-avec Œ: n'existe qu'avec I ou Y ( ŒI & ŒY) pour faire /ö'i/ comme dans "oeil" ou "-euil"
-avec Æ: n'existe guère qu'avec I :ÆI: /ê'ï/ ou /-eil/


Dernière édition par SATIGNAC le Mer 18 Sep 2013 - 0:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Phonétique du méhien (3)   Dim 24 Fév 2013 - 0:53

[quote="Anoev"]On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie méhienne

Les triphtongues: certaines associations de trois voyelles peuvent être prononcées par la même inflexion de voix, cela s'est imposé dans l'élan de formation de la conjugaison de certains verbes, la formation de certains noms: AEI : /A'ê'i/ ; ÌOI: /Ìoï; AYE: /Aï'e/; OYE: /oï'ié/; AIO:/aï'o/; EIO: /eï'o; AWË: /a'ou'ein/etc...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Phonétique du méhien (4)   Lun 25 Fév 2013 - 1:44

Anoev a écrit:
On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie méhienne.

Je continue ma présentation de la phonétique du méhien: nous arrivons aux consomnes et semi-consomnes , en suivant l'ordre alphabétique latin, et à la manière "françoise".

Les consomnes:[justify]
B: comme en français, jamais doublé: ex. "abay/ abao: abbé" "gib < GIBBVS :bosse"
C: toujours avec le son dur = /k/ même devant e, i, y, ä, ö comme en latin _classique_ (selon Bréal & Paris)
De là [justify]dérivent:
- CH: pas de son chuitant mais un "double k" appuyé: ex. socha: sandale < SOCCA
-C'H :la consomne gutturale "bretonne" que d'aucuns ont remarquée (cf +haut) , surtout en fin de mot. En conjugaison marque la première personne du singulier à la fin d'une terminaison qui ne porte pas l'accent. On reconnaît le nominatif de quelques noms peu nombreux mais non des moindres: pac'h/patro: père; zsugac'h/ zsugatro: soeur.
D: comme en français, jamais doublé sauf en composition de certains mots par conservation du préfixe prépositionnel : Addat < ad+Dat: ajouter; Adducet < ad+Ducet: conduire à ...
Pour des problèmes d'adaptation au clavier: DH sert de transcription au "d" interdental "anglo-saxon" /th/ de "that": ex. pundh <PVNCTVS: point ( entité topographique). Dans l'intérieur des mots et en écriture minuscule on utilise le "double" t pour exprimer cette consomne.(cf +loin).
F: Comme en français /f/ . Jamais doublé, utilisé pour former le datif singulier de noms de la première déclinaison et les adjectifs masculins et féminins de la première classe et de quelques pronoms-adjectifs grammaticaux; c'est dans ce cas une consomne désinentielle qui n'appelle pas l'accentuation sur la syllabe qu'elle compose, à l'instar du "s" du pluriel et du "t" d' infinitifs & aoristes, et à la différence des autres consomnes finales.
G:garde elle aussi le son dur /g(u)/ du G latin classique, selon les mêmes cités à "C", devant e, i, y, ä, ö.. De lui dérive:
-GH: qui est un doublement :/g-g/ surtout en milieu de mot , allonge la voyelle qui précède :ex. àghel < ANGELVS: ange.
-GV: qui est, elle aussi, une adaptation de clavier pour transcrire une consomne dérivée normalement surmontée d' une "couronne"(comme la lettre "ata-"turque adoptée pour traduire le son "dj"). Cependant en méhien ce digramme traduit la combinaison/gw-/ ou si l'on préfère/gou/ (+voyelle); on peut le rapprocher de l'espagnol "GU" de "guano".Ex. gvir <VIR: homme (mâle)
3: Celle-ci beaucoup l'ont remarquée à la lecture de ma phrase de présentation de novembre 2012. Ce chiffre , adopté , toujours par adaptation de clavier, permet de transcrire l' "ège" chère à M. Landais et ses uropistes, que j'ai moi-même intégré dès la création du méhien pour traduire le son /j'/ ou /g(e)/ palatal doux. Cependant, devant i, e, y il prend une forme "affriquée" en "dj'".
H: Lettre muette, qui marque une certaine aspiration, surtout en début et milieu de mot. mähiane /mä ''ÌAné/Je l'ai utilisé souvent pour appeler l'accent tonique sur la dernière syllabe sans recours à l'accent écrit,ex: ronih /roni'/ <orni-thos:oiseau.
Elle sert en combinaison pour modifier le son de quelques consomnes , on l'a vu pour C, D, G et on notera:
-HL: qui est un "double l" phonétique en position initiale , alors que cette dernière consomne se double en milieu de mot.Ex: hle /l-lé/ <PLVS: plus (comparatif)
( à suivre, ce sera tout pour aujourd'hui, bonne nuit)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: La phonétique du méhien (5)   Mer 27 Fév 2013 - 2:30

[quote="Anoev"]On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie
Voici enfin la suite ...
J: en méhien, comme en latin et de nombreuses langues c'est une semi-consomne qui correspond à l'A.P.I. Mais j'aurais pu mettre , à l'écrit, le "y" à cette place , vue ma prédilection pour cette lettre bien " françoise" qui tient cette fonction phonétique dans de nombreuses autres langues (espagnol(es), anglaise, et francimanes ) par ailleurs . Mais j'aime bien l' "i long" ( en espéranto, j'adore !) surtout à cause de la balance phonétique avec la "3" : en effet ,en flexion, variation en genre, le "j" laisse la place au "3" pour une certaine euphonie.
Aussi préfère t-on en méhien passer au "3" si la voyelle voisée initiale laisse place à une diphtongue (surtout en i ) ou à une voyelle brève et non voisée. Ex: moja: la femme => mo3aes: les femmes (accusatif) => mo3ais: par les femmes (ablatif) ; esgroje: agréable (nominatif masculin singulier )=> esgro3i :agréable ( ablatif neutre ou masculin )
K: par contre, elle (ou lui) je ne l'aime pas ! (tant pis pour l'espéranto). Alors, c'est une lettre étrangère en méhien qui ne sert que comme symbole mathématique, métrologique : m km: mon chilometra: sesqvibittreca au bittrecaidïcos metras. Il est intégré dans un texte avec un nom étranger non méhianisé, par ce indéclinable.
L: même prononciation qu'en français, souvent doublé, jamais mouillé sauf par le -y (voir +loin) .
M:même prononciation qu'en français, souvent doublé, jamais nasalisé.
N: même prononciation qu'en français, souvent doublé, jamais nasalisé (cf +haut : voyelles nasales) ; il n'y a pas d'adaptation ni graphique, ni phonétique pour le préfixe "en-" devant le b, m, p pas plus que le préfixe "com" devant l, m, n, r (et toute autre initiale du radical).
- Les groupes -GN- et -GM- se prononcent logiquement /g'n/ et /g'm/ et non pas /ny/ et /my/
P: même prononciation qu'en français, jamais doublé.
Q:en méhien non tributaire du "u" en digramme, seul il traduit le son /k/ plutôt qu'un hypotétique "qof" sémitique dont il est du reste utilisé pour assurer la transcription étymologique. Mais justement son intérêt est d'intégrer de nombreux adjectifs -pronoms grammaticaux d'origine latine dans le giron méhien lorsqu'on veut conserver le son /k/ devant toute voyelle, voisée ou non : Aussi trouve-ton "Qo: qui ?; Qar: pourquoi?; qa: quand (conj.)
qitun: cabane, buqin: vieux livre.
-QV: c'est la transcription obligée sur ce forum du "Q" (que j'aime bien, lui décidément !) que j'ai "couronné" (surmonté d'un accent à la tchèque), quand je ne le "tilde" pas dans certaines polices spécialisées ... Il traduit donc le son /kou'/ comme en latin et en italien devant toutes les voyelles .Ex: qvo:qui (relatif); qvar: quatre; vaqva:vide; eqve: monture
.
La suite encore au prochain numéro (si cela vous intéresse encore).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mer 27 Fév 2013 - 3:37

Je suis curieux. Y a-t-il des enregistrements disponibles en ligne de cette langue ?

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Phonétique du méhien (1 ère réaction)   Mer 27 Fév 2013 - 18:15

Nemszev a écrit:
Je suis curieux. Y a-t-il des enregistrements disponibles en ligne de cette langue ?

Hélas non ! Pas encore, car, d'abord, je ne suis pas au fait de toutes les techniques de transmission de l'information (imagée, sonore etc...) "en ligne" . Une autre fois peut-être ! J'y songe.
Merci de votre curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Mer 27 Fév 2013 - 19:06

SATIGNAC a écrit:
K: par contre, elle (ou lui) je ne l'aime pas ! (tant pis pour l'espéranto). Alors, c'est une lettre étrangère en méhien qui ne sert que comme symbole mathématique, métrologique : m km: mon chilometra: sesqvibittreca au bittrecaidïcos metras.

Comme quoi le choix des lettres, dans une langue construite (notamment les persolangues), c'est VRAIMENT une affaire de goût. J'apprécie tellement cette lettre (du moins pour le son qui lui correspond en API : [k]) que non seulement elle supplante largement le Q et elle occulte le C (sauf pour les mots étrangers non aneuvisés) en aneuvien, mais elle a une variante en ŧhub (Ӄ), mais en plus, elle a une place de choix en psolat (langue latine) ou "chanter" s'écrit kantar et où le C se prononce [g] (le G n'existe pas dans cette langue).

Citation :
Il est intégré dans un texte avec un nom étranger non méhianisé, par ce indéclinable.

Je m'sens malgré tout un peu en pays d'connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: La phonétique du méhien (6)   Jeu 28 Fév 2013 - 2:35

[quote="Anoev"]On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie
Voici la suite de la description de la prononciation des consomnes et demi-consomnes.
R: Habituellement roulée comme dans une langue "méditerranéenne" antiquisante qui se respecte, comme l'occitan de mes aïeux surtout, le français classique également. Jamais redoublée, toutefois une dérivée intervocalique: -RH- se laisse grasseyer bruyamment, après allongement de la voyelle précédente qui porte l'accent tonique. Ex. terha / t'Ê:rra/:la terre; sorha /s'O:rra/: la soeur; Transerhe'a: /tranns'Ê:rréa/.
S: toujours sifflée comme en français, sans chuitement, ni zézaiment en initial, en médial intervocalique; sa prononciation ne doit pas être négligée en finale où elle marque le pluriel des noms, pronoms et adjectifs  et des personnes verbales ( à l'exception des datifs pluriels des premières déclinaisons et dérivées, et de la première personne du pluriel aux voix actives et passive syncopée, et de la troisième personne du pluriel d'autres formes verbales, notamment à la voix moyenne). par conséquent, elle n'appelle jamais, en finale, l'accent sur la voyelle qui la précède.  Elle n'est jamais doublée mais sa dérivée:
- Š-
qui se prononce /s+ch/ j'ai ainsi adopté l' S "couronnée, à la tchèque (cf. l'initiale chuintante de "ŠkodaTM") qui se prononce en fait / ch/; s'écrit aussi "SÇ" pour adaptation "clavitabulaire" . Elle transcrit le double S latin comme dans :
foša /fos'cha/ <FOSSA: fossé ; Coniošeišeols: /konios'chêïs'chë'olss'/[/font]: qu'ils eussent appris à connaître, qu'ils (en) eussent connaissance..
T: toujours /t/, n'est pas sigmisé devant le "i" long comme en français . Marque l'infinitif actif ( et l'aoriste ) de la plupart des verbes et donc n'appelle pas l'accent tonique sur la voyelle qui la précède. (cf + haut , la S des pluriels et la f du datif singulier).. Si elle n'est jamais doublée phonétiquement, on lit souvent une double t dans les testes méhiens il s'agit de:
-tt- qui en minuscule , entre deux voyelles, devant un r, un " ' h"  et en finale traduit l 'interdentale exprimée par Ð en initiale et dans toute position mais en majuscule  (cf+haut)
La t simple et la double t ( =ð) peuvent s'affriquer au son chuitant /'ch/ ou / 'j/ ,: il s'agit de
- T'H / tch/ du nominatif des déverbaux en "at'h" , "it'h" , "ut'h" etc.. dont le génitif en 'atio", "-itio" , "utio" etc  détermine la flexion (selon la règle de la deuxième déclinaison)
-DH'H tt'h / ð'ch/ dans des emplois similaires avec une flexion en " -ttio"
V: normalement la même qu'en français, scandinave, italien, roumain :/ v/ mais on a vu que j'utilisais cette consomne comme la voyelle qui exprimait le /u/ dans les diphtongues et dans certaines positions interconsomnantique , atone presque proche du /e/ comme dans  ocvl: /'Okel/
W:Curieusement adopté, comme en français au début du 20ème siècle,  dans une langue d'inspiration latine pour exprimer le son /w/  de l'API , en veritable semi-consomne; largement adopté certes parceque je l'aime bien d'autant plus que je suis étonné de la méfiance qu'il a inspiré à un Zamenhof et successeur, tellement j'ai oublié qu'il s'agissait d'une double "v" et que j'en avais assez d'accentuer le "v" simple sur mes premiers textes.
X: Après un début de carrière comme un classique "ks" latin et français , ayant été pris de la lubie du son guttural à ajouter à la corbeille phonologique de ma danseuse , j'ai adopté la "jota" històrica" de Ximena et de México de l'espagnol préclassique imitant Bréal & Paris ( = puisant dans l'API) . Cette lettre que je n'aime guère plus que le k , je la place en médiale ou initiale. En finale, on a "c'h" (cf +haut).
Bonne nuit, la suite et certainement la fin de la phonologie au prochain numéro !


Dernière édition par SATIGNAC le Dim 13 Oct 2013 - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Ven 1 Mar 2013 - 12:08

SATIGNAC a écrit:
Hélas non ! Pas encore, car, d'abord, je ne suis pas au fait de toutes les techniques de transmission de l'information (imagée, sonore etc...) "en ligne" . Une autre fois peut-être ! J'y songe.
Merci de votre curiosité.
Sinon, il y a ce site, qui est assez simple à utiliser. Nous nous en sommes servi sur un autre sujet. Il suffit d'enregistrer le son avec un micro et le fichier sonore est disponible temporairement sur leur site.

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SATIGNAC



Messages : 844
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Phonétique du méhien (7)   Dim 3 Mar 2013 - 1:48

[quote="Anoev"]On aimerait avoir des détails sur
*la phonologie
[i]Il est temps de terminer ce long exposé sur la phonétique du méhien, avec les dernières consomnes et semi consomne de l'alphabet.
5 /Ç
: En bonne place après l'X , car cette chuintante qui équivaut exactement au /ch/ français , au /sch/ allemand, au /sh/ anglais et gascon (selon l'IEO) , et , enfin, au /x/ basque, catalan et gascon (selon Bourciez et les "Aquitanistes").Car le son chuintant des mots méhiens, dérive de la "C" ou del' "X" latines , de la "ksi" grecque : çaf/çavo < CAPVT/-ITIS ; açe < AXVM . Ce clavier ne me permet que de figurer ainsi ma "chère" s "longue" des vieux imprimés des siècles prémodernes que les phonéticiens ont adoptée pour traduire la chuintante moyenne (entre le [ç ] allemand ou polonais et l'affriquée /tch/ ou 'ch' espagnole ou anglaise.). Je lui avais fabriqué une majuscule, qui tout compte fait ressemble au gamma grec majuscule (avec un jambage discret), mais ici, pas d'alphabet grec accessible ni même aucun moyen de majusculiser le "c-cédille" ,alors autant valait-il se rabattre sur le chiffre cinq pour finalement écrire cette "èche" ou "çea/b]" (énoncée à la méhienne). C'est la même histoire que pour mon "ège" ou "3ea" (cf+haut).
Y: Déjà citée parmi les voyelles, elle traduit une [b]semi consomne
(: le [j] de l'API, comme en espagnol, en anglais, en ido ) ou une association [ij] ou [ji]) :
- gardant, à l'écrit, sa valeur diacritique pour exprimer certains nominatifs, elle contribue à mouiller quelquefois la consomne du radical qu'elle précède: ex, spany /sp'añ/ (nominatif) spani /sp'ani/(ablatif); otity /ot'itj/ (nominatif), otiti/ot'iti/ (ablatif).
- accentuée (Ÿ)en concurrence avec le digramme "ji" pour initier certains mots: ÿbery ['jiberj]
- entre une voyelle et une consomne, sa présence contribue à allonger celle-là qui porte l'accent, le son rendu est /yi/ selon l'étymologie ( =mouillage d'une syllabe telle que "LI" "DI" "TI" ): ex, sayç /saysco
< SALEX/-LICIS.; poyç/ poysco <PODEX/-ICIS; ayqvand < ALIQVANDO
Z:Traduit le même son qu'en français, sauf devant les voyelles :e, i, y et en fin de mot où il est affriqué en "dz"
ZS: placée en bonne dernière, en transcription clavier du "thêta" : la sifflante interdentale comme le "th" anglais de "Thames" , la "ceta" espagnole .
Voilà ce sera tout pour les consomnes, si je n'ai rien oublié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vilko
Modérateur


Messages : 2507
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Dim 3 Mar 2013 - 3:30

SATIGNAC a écrit:
aucun moyen de majusculiser le "c-cédille"
Si tu utilises Windows, il suffit d'appuyer sur la touche ALT et en même temps taper 0199 sur le clavier numérique : tu feras apparaître un superbe Ç.

Si tu utilises un Mac, il faut appuyer en même temps sur les touches ALT et !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Méhien (mähianë)   Aujourd'hui à 2:48

Revenir en haut Aller en bas
 
Méhien (mähianë)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Méhien (mähianë)
» [5ème/4ème] GT portrait de détective + chien des baskerville ?
» rythmer les siestes bébé 5 mois qui ne dort plus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: