L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Degrés de l'illétrisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Degrés de l'illétrisme   Dim 13 Jan 2013 - 17:32

Je n'avais pas encore entendu parlé des "illettrés fonctionnels" (comment pourrait-on être fonctionnel quand on est illettré et qu'on a besoin de lire et écrire correctement, je me le demande...).
Est-ce que l'on peut recenser dans ce post les différents stades d'ignorance ou de pratique plus ou moins déficiente d'une langue ?

Mais ce qui me parait plus intéressant encore, c'est : Peut-on indiquer pour chaque niveau d'ignorance ou de pratique déficiente de la langue, quel langage prend le relai pour permettre à l'individu de communiquer, travailler, survivre ? En clair, quel langage prend le relai pour contourner l'obstacle que rencontre la personne qui n'a pas le degré adéquat de maîtrise d'une langue ?

***

Bien sûr, il est inutile d'aborder le cas des êtres qui n'ont pas le moyen physique de communiquer dans une langue comme le français.
Mais on peut inclure le cas des sourds-muets qui peuvent lire et écrire le français, et le signer - on peut aussi inclure le cas de l'anglais qui ne parle pas le français, ou du bébé qui gazouille.

Pour le chat ou le chien qui reconnait son nom, ou certains mots, peut-être dans un autre sujet...

***

Voici les premiers degrés qui me viennent à l'esprit, dans le désordre le plus complet - comme vous pourrez le constater, il y a à boire et à manger et pour certains, je ne sais même pas avec quel mot les désigner, ou je n'en suis pas certain (à l'aide !!!) Smile

Analphabète ? (ne sait pas dire / écrire / utiliser son alphabet ? son syllabaire ? ses idéogrammes ? La connaissance de l'alphabet devrait non seulement les signes de l'alphabet mais leur ordre et leur règle de combinaison pour former une prononciation voire un mot complet doté d'une signification dans le cadre des idéogrammes. Par ailleurs, apprendre un alphabet c'est pratiquement toujours apprendre un abécédaire (lettres associées des mots courts représentant des choses, des gens ou des animaux), en tout cas au cours préparatoire français)

??? (ne sait pas parler dans aucune langue mais pourrait parler si on lui apprenait et on lui laissait le temps, exemple des bébés qui gazouillent ou des "enfants-loups")

??? (cas des enfants qui cessent d'être sourds, muets et/ou aveugles alors qu'ils l'étaient au moment d'apprendre à lire, écrire, parler)

Conditionnés / Lavés du cerveau ??? (personnes à qui l'on a fait croire toute leur vie qu'un mot voulait dire autre chose que ce qu'il veut dire - par exemple utiliser le mot "zombie" à la place du mot "fleur", ce qui les empêche de communiquer, d'agir ou réfléchir correctement avec des personnes qui parlent pourtant la même langue. L'exemple est tiré d'un film où des enfants sont retenus à l'intérieur d'une maison parce qu'on leur fait croire depuis leur plus jeune âge que le monde extérieur est envahi par les "zombies". Il y a un autre exemple dans une série anglaise pour la jeunesse appelée "le jeune Dracula" (Young Dracula) où le seigneur Dracula a donné l'ordre à son serviteur d'utiliser le mot "balle de ping-pong" à la place de "ail", ce qui dans l'épisode fait échouer tous les complots qui se basaient sur le témoignage pourtant honnête du serviteur.

***

Alittéraire ? (ne pratique pas suffisamment la lecture pour savoir lire correctement vite, bien et longtemps, ou ne pratique pas suffisamment l'écriture pour savoir écrire correctement vite, bien et longtemps)

Correcteur professionnel (maîtrise la langue et sa typographie)

Correcteur assisté : dépend d'un dispositif automatique de correction sur son ordinateur ou son téléphone portable, qui lui suggère des corrections pas forcément appropriées (implique de savoir utiliser le correcteur et maîtriser suffisamment la langue pour pouvoir éviter de choisir la mauvaise option).

Traducteur professionnel (maîtrise la langue de départ et la langue cible et la manière dont elles correspondent, ainsi que les deux typographies nationales)

Traducteur assisté : comme pour correcteur, mais pour la traduction - adepte de Google Translate et autre Babel Fish ou leur version plus coûteuse.

Lecteur visuellement assisté : arrive à lire à l'aide de son téléphone portable ou sa webcam - par exemple en pointant l'objectif de la caméra vers l'étrange motif géométrique de l'affiche. Variante Rikaïchan - je pointe sur l'écran le mot qui me pose problème et une écriture plus facile à lire s'affiche.

Lecteur auditivement assisté : arrive à lire un texte grâce à un dispositif de lecture à voix haute automatisé, soit il achète le livre audio, soit il utilise une voix de synthèse pour lire à la va comme je te pousse le texte d'une page ou d'un livre électronique, ou alors je sélectionne et la voix de synthèse lit à ma place.

***

Lecteur barbant ? (ne sait pas lire un texte avec le ton qui correspond ou le ton approprié qui captera l'attention des auditeurs)

Lecteur passionnant ? Acteur professionnel ? (sait lire un texte avec un ton approprié qui capte l'attention, implique de savoir lire les signes de ponctuation, compétence très rare à l'école aujourd'hui - et de savoir respirer ou quand respirer, compétence qui implique la compréhension du texte, une connaissance basique des émotions humaines et possiblement des compétences en chant et/ou théâtre).

Chanteur (sait chanter une chanson dans sa langue, implique d'écouter de la musique, de s'entraîner comme un sportif et souvent de savoir utiliser au moins un instrument de musique, plus la maîtrise de la prononciation de la langue, de la compréhension du texte de la chanson, et les mêmes compétences que pour un lecteur / acteur professionnel)

Déclamateur (sait déclamer une poésie dans sa langue - implique la maîtrise des règles de déclamation qui correspondent à l'époque de rédaction du texte, implique en toute logique de maîtriser la prononciation et la compréhension de la langue à l'époque de la rédaction du texte, soit le français historique qui n'est pas du tout enseigné à l'école en France - aucune pièce de Molière n'est lue correctement au Collège par exemple).

Imitateur (sait parler la langue avec le ton, l'accent, le timbre et les maniérismes d'un individu donné)

***

Illettré ? (ne sait pas lire ou écrire correctement ?)

Illettré fonctionnel ? (selon ce texte http://osp.revues.org/index3516.html les adultes qui n'ont pas réussi à apprendre et à écrire ? - je suppose qu'en fait il s'agit des adultes qui se débrouillent dans la vie pour travailler etc. sans savoir lire ou écrire correctement).

Illettré non fonctionnel ? (ne sait pas lire ou écrire et en plus ne sait pas travailler, à cause de ses lacunes en écriture et lecture ?

Lettré ? (sait lire et écrire correctement ? Correctement, cela veut bien dire sans aucune faute, sans sms, clairement et de la manière la plus concise possible ?)

Cultivé, instruit, humaniste ? - comprendra les sous-entendus, le vocabulaire rare, les associations d'idée, le contexte historique et artistique multimédia passé / actuel / prospectif, les formes d'humour autre que por*no, jeux de mots, les contre-pétries)

***

Ignorant de la langue ? (grand débutant - ne sait rien dire ni écrire dans la langue cible, mais pouvant disposer ou pas d'un degré de maîtrise dans une autre langue, voire plusieurs autres langues)

Faux débutant (A1 vers A2 du cadre européen - sait communiquer dans la langue cible tant qu'il s'agit de tâches basiques, quotidienne, de survie)

Utilisateur indépendant ou autonome de la langue (B1 vers B2 du cadre européen - sait communiquer dans la langue cible tant qu'il ne s'agit pas de texte professionnel ou pédagogique)

Utilisateur maîtrisant la langue (C1 vers C2 du cadre européen - sait comprendre et expliquer un texte dans la langue cible, et enseigner la langue cible)

***

Bègue ? (répète inutilement les syllabes à l'oral)

Dyslexique ? (échange les syllabes ou les lettres à la lecture)

Timide ? (ne prend pas la parole en public donc ne sait pas parler en public)

Orateur ? (sait prendre la parole en public)

Harceleur, pervers, vicieux ? (connait et utilise la centaine d'actes de paroles vicieux pour pressurer, tromper, manipuler, rendre fou et tuer les gens en utilisant une logique perverse appliquée à la langue, implique une maîtrise suffisante de la langue cible : par exemple un anglais qui essaie de mentir en français sans maîtriser le français ment beaucoup plus grossièrement que s'il mentait en anglais - mais c'est la même chose pour toutes les autres sortes de manipulation par le langage)

Anti-harceleur ? (sait contrer les techniques de harcèlement (actes de paroles vicieux) rien que par le langage, et non seulement par la camisole de force, le bâillon et l'isolement en chambre matelassée qui s'imposent, implique une maîtrise suffisante de la langue cible).

Déficient de l'attention, hyperactif ? (trop agité pour parler, écouter, lire ou écrire correctement)

Paresseux ? Distrait ? Présentateur de JF sur F2 ? (n'écoute pas ce qu'on lui dit, donc ne comprend pas mais reconstitue avec le contexte et l'imagination, ne cherche pas à écrire des phrases correctes tant du point de vue du sens exact des mots que de l'orthographe ou de la logique d'ensemble du texte).

Propagandiste ? Publicitaire ? Fou, schizophrène ? Homme ou femme politique ? (utilise un jargon pour ne pas avoir l'air de dire ce qu'il dit, utilise des mots vides de sens, confond ou cherche à entretenir une confusion entre la réalité et la fiction).

***

Avez-vous les mots qui me manquent ?
Avez-vous d'autres mots pour décrire des niveaux de maîtrise de la langue ?
Quels sont les moyens de contourner ses lacunes selon le ou les niveaux de maîtrise dont on dispose ?
J'ai rangé les mots dans l'ordre où il venait, de proche en proche, mais il y a peut-être une ou plusieurs classifications qui pourraient éclairer ou compléter cette liste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Degrés de l'illétrisme   Dim 13 Jan 2013 - 22:43

Greenheart a écrit:
Je n'avais pas encore entendu parlé des "illettrés fonctionnels" (comment pourrait-on être fonctionnel quand on est illettré et qu'on a besoin de lire et écrire correctement, je me le demande...).
Est-ce que l'on peut recenser dans ce post les différents stades d'ignorance ou de pratique plus ou moins déficiente d'une langue ?
Le hasard fait bien les choses : je viens de lire une série d'articles sur la ville de Detroit, aux Etats-Unis (700 000 habitants, quand même) dont 47% des habitants adultes sont illettrés fonctionnels ("functionally illiterate").

L'article auquel je pense (en anglais) est ici.

Les Américains définissent comme fonctionnellement illettré quelqu'un qui ne peut pas lire une ordonnance de médecin ou remplir un formulaire d'embauche.

Cet article cite le cas d'un nommé Otis Mathis, fonctionnellement illettré mais que ça n'avait pas empêché de décrocher un diplôme universitaire (en quinze ans) et d'exercer un moment la profession de professeur adjoint et de président du Detroit School Board, l'institution chargée de gérer les écoles de la ville.

Vu les e-mails qu'il envoyait, il était incapable d'écrire une phrase correcte en anglais, mais il devait savoir lire. Disons qu'il savait lire mais pas vraiment écrire. Il aurait été certainement incapable d'écrire une lettre de motivation pour un emploi, par exemple. A moins de recopier un texte rédigé par quelqu'un d'autre.

Ce qui est surprenant à Detroit, c'est que la moitié de ces illettrés fonctionnels ont le bac ! Shocked

Cela vient, je pense, du système américain : lorsque le niveau scolaire est trop faible, les Américains considèrent que c'est parce que les profs sont nuls. Il est donc logique de les licencier, puisqu'ils font mal leur travail. Pour sauvegarder leur emploi, les profs américains ont tendance, c'est humain, à surnoter outrageusement leurs élèves. Avec, parfois, des problèmes de conscience : comme mettre au moins la moyenne à 80% des élèves, quand seulement 60% (parfois moins) se donnent la peine de venir en cours ? La vie est bien compliquée...

A Detroit ils ont quand même poussé le bouchon un peu loin, et le résultat c'est qu'ils ont tous été virés. Les 5 466 enseignants des écoles publiques de Detroit se sont retrouvés au chômage presque du jour au lendemain.

La presse américaine est pleine d'articles décrivant (et, assez souvent, condamnant) les efforts des syndicats d'enseignants pour éviter que leurs collègues incompétents soient licenciés. Rappelons que le statut de fonctionnaire "à la française" n'existe pas aux Etats-Unis...

On imagine la somme de tragédies familiales que représente une mesure aussi brutale que celle qui a été prise à Detroit, les enseignants étant souvent mariés à d'autres enseignants, et ayant, comme tout le monde, des enfants à nourrir et des crédits à payer. Sans compter l'injustice profonde de la mesure : les profs sont-ils vraiment responsables de l'illettrisme à Detroit ? N'y aurait-il pas plutôt un problème de QI moyen anormalement bas parmi les élèves ? Detroit est passé de deux millions à 700 000 habitants en quelques décennies, et apparemment ce sont les cons perdants qui sont restés. Le "mystère" de l'illettrisme à Detroit, mentionné dans le premier lien que j'ai donné, n'en est pas un.

Etant donné que ce qui se passe aux Etats-Unis a tendance à se répéter en Europe avec quelques années de décalage, on peut dire que l'illettrisme a de beaux jours devant lui...

--------------

Comment font les illettrés pour vivre dans nos sociétés occidentales modernes ? Ils demandent à leurs enfants, ou à un voisin, de lire leur courrier, et d'écrire des lettres pour eux. Ils reconnaissent les enseignes à la première lettre du nom. Les restaurants genre McDonald leur facilitent la vie : les différents menus sont indiqués par des images, qu'il suffit de montrer du doigt. J'ai remarqué que les prospectus des restaurants sont de plus en plus imagés.

Les téléphones portables fonctionnent avec des icônes : pas besoin de savoir lire, il suffit d'un peu de pratique. Appuyer longuement sur "1" pour accéder à sa messagerie vocale, etc. Enregistrer les numéros est plus compliqué, mais les illettrés "fonctionnels" connaissent au moins les chiffres et l'alphabet, ils peuvent noter un numéro de téléphone et quelques lettres d'un prénom dans un carnet.

Quand à ceux qui savent lire mais pas écrire, c'est encore plus simple : il y a toujours quelqu'un pour écrire une lettre à leur place. En région parisienne, les mairies ont de plus en plus souvent des écrivains publics.

Le piège, à mon avis, ce sont les cartes de crédit et autres armes d'endettement rapide. Les illettrés ne doivent pas avoir de cartes de crédit, mais ils doivent savoir retirer de l'argent d'un distributeur avec une carte de retrait (du genre de celles que les banques donnent à leurs clients les moins fortunés). Quitte à utiliser toujours le même distributeur, de peur d'être surpris par un logiciel un peu différent de celui qu'ils connaissent ! Very Happy

Dans les bus, les stations sont de plus en plus souvent indiquées par des messages enregistrés, mais pas toujours. Il m'est arrivé de donner le nom d'une station à des voyageurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
 
Degrés de l'illétrisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Degrés de l'illétrisme
» Associations de lutte contre l'illettrisme
» brochures sur l'alimentation pour les illettrés
» 2ème degré et energie passant par les mains ...
» DES CINQ DEGRÉS D’HUMILITÉ (Saint François de Sales)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Général :: Langues et cultures-
Sauter vers: