L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le A et vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anoev
Modérateur


Messages : 16296
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 2:17

Comment traitez-vous le A

dans la réalité ,


  • Tendez-vous à le prononcer [a] (comme dans le sud de la France, l'Espagne, l'Italie...)
  • Tendez-vous à le prononcer [ɐ] (comme au Portugal, ou le U anglais de cut)
  • Tendez-vous à le prononcer [ɑ], voire [ɒ] (comme dans le nord)
  • Distinguez-vous clairement "patte" de pâte" ou "pas", "carre" de "car" (bus, ou bien parce que).


Dans votre (vos) idéolangues.
Il n'y a qu'un seul /a/

  • l'antérieur ([a], voire [æ])
  • le central ([ɐ] ou [ä], voire, en forçant un peu : [ʌ])
  • le postérieur [ɑ], ou [ɒ])
Il y en a plusieurs, mais le plus courant est

  • l'antérieur
  • le central
  • le postérieur.
  • Y en a pas un qui se détache vraiment.
En cas de disparités, comment les notez-vous ?

  • diacritique (accent, brève, macron, etc)
  • doublement de la lettre
  • retournement (∀ ɐ)
  • digrammes (AE, AH...)
  • Autres lettres (même hors alphabet latin, voire contremploi : Λ ʌ).
Vu le nombre d'options très étendu, je ne pouvais pas faire un sondage dans les règ'de l'art.

En ce qui me concerne, dans la réalité, je fais bien la différence entre "patte" et pâte", mais j'ai plutôt tendabnce à "centraliser" les A "réputés antérieurs" : /m̃ɔpaʁnɑs/ pour Montparnasse.

Sinon, l'aneuvien prévoit 3 types de A vocaux :

  • le standard : [ɐ] central, représenté sans accent ou avec un accent droit : Á (accentué ailleurs qu'en première syllabe) ; doublé (AA), il est seulement allongé : [ɐ:] mais toujours accentué, comme tout phonème long aneuvien.
  • l'antérieur [a], jamais long, toujours accentué : À, où qu'il soit dans le mot. Permet des distinctions, par exemple entre vàl (chute) et val (mur).
  • Le postérieur [ɑ], long en principe [ɑ:], représenté par le digramme EA, comme dans... ea (et).


Le A nasal, ça s'ra pour plus tard.

Ah ! au fait ! j'allais oublier ! La lettre A (diacritée ou non) représente-t-elle d'autres phonèmes ? Chez moi, le Ă se prononce [ɔ], comme le O (syllabe fermée) ou le Ò (toujours accentué, quelle que soit la syllabe).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2515
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 11:03

[a] dans tous les cas. "Patte" et "pâte" sont homophones, comme "tache" et "tâche". "Mettre la main à la pâte" et "mettre la main à la patte" se prononcent exactement de la même façon.

Pendant que j'y suis : "brun" et "brin" sont rigoureusement homophones chez moi, mais je distingue nettement /e/ et /ɛ/, /o/ et /ɔ/.

Le saiwosh, le dibadien le tazatta on un seul A, l'anealruc distingue /a/ et /a:/, ce dernier son étant la prononciation habituelle du double a. Certaines de mes anciennes idéolangues distinguaient /a/ et /a:/.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Ziecken
Modérateur


Messages : 4967
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 11:43

Dans la réalité :

Je m'éfforce à faire la distinction entre les deux mais ce n'est pas naturel chez moi. Je prononce [a] dans tous les cas Comme Vilko. En revanche, en Lorraine (et particulièrement du côté de Tomblaine ou dans les villages profonds, on trouve régulièrement la prononciation [ɒ], ex : carré : [kɒʁej]), et là, j'imagine qu'Olivier doit savoir de quoi je parle...

Dans votre vos idéolangues :

En elko : Il n'y a qu'un seul /a/, il correspond à la lettre A et est utilisé pour construire les clés. T

Toutefois, il existe un a bref [ă] noté parfois Ă mais très souvent A et donc assimilé au A normal qui marque ce que la grammaire elkanne nomme le "A euphonique". Le A euphonique est l'une des règles de la Transcription Onomastique Appliquée ou TOA qui permet de transcrire les noms propres en elko au moyen des seules lettres et sons disponibles dans l'alphabet. Ainsi en elko un mot ne peut commencer ou finir par deux consonnes, les noms propres suivent cette même règle et France → Frans devient Făransă simplifiable en Faransa.

En kelep, le a est important dans la mesure où c'est la seule voyelle graphique. Les autres voyelles (u et i) résultent de la vocalisation des glides w et j. Le e que l'on rencontre aussi parfois n'est jamais noté graphiquement, c'est une voyelle euphonique qui est utilisé pour faciliter la prononciation mais qui est remplacée par le "a" lorsque celui-ci permet de prononcer les gabarits.

En Kunbé et en ELS, en revanche la varité vocalique est beaucoup plus riche mais pas suffisament détaillée pour que je le développe ici.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Anoev
Modérateur


Messages : 16296
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 12:43

Vilko a écrit:
Pendant que j'y suis : "brun" et "brin" sont rigoureusement homophones chez moi, mais je distingue nettement /e/ et /ɛ/, /o/ et /ɔ/.
Pour les deux nasales (on y arrive), dans la réalité francophone, je ne fais pas vraiment attention entre "brin" et "brun" sauf peut-être, quand les deux voisinent (un brin brun).

En ANV, les deux sont très proches orthographiquement (EṄ (ou ÈṄ si accentué hors première syllabe) vs ĔṄ (celui-ci quand même moins courant)) : bref : deux orthographes proches pour deux sons proches.

Par contre, je ne fais aucune différence, "intoxiqué" que je suis par ma langue naturelle, entre le  [̃ɑ] (AN français d'Europe) et le [ã] (AN français québécois), sauf peut-être dans le dialecte de la côte nord de l'Æstmor, qui en dispose (quelques mots en ÀṄ et en AAṄ).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 16:00

En français, je prononce uniquement [a], mais je distingue "patte" [pat] de "pâte" [pa] par la longueur de la voyelle. En effet, à Liège et en Belgique en général, on a tendance à prononcer longues les voyelles à accents circonflexes. Idem pour celles qui précèdent un -e (ex. bout [bu] et boue [bu:]).
Une autre tendance en Belgique est de prononcer les a comme des [æ], mais j'ai le sentiment que ça sonne plus "bourgeois". Donc pour Montparnasse, j'ai senti que je prononçais vaguement /m̃ɔpaʁnæs/. Je ne fais en revanche aucun [ɑ] même si j'en suis capable. Je trouve que c'est une prononciation très politique/médias français (un peu "snobe") et je ne l'entends pas ici.
Comme expliqué dans l'autre page, ma région fait bel et bien la distinction entre in et un, mais a un peu de mal avec les nasales donc elle les distingue par la longueur: ɛ: (in) et œ: (un) (j'ai fait épeler une adresse e-mail à quelqu'un qui avait une pointe d'accent liégeoise et j'ai écrit "e" au lieu de "1"). Moi, je les distingue bien ɛ̃  vs œ̃. Tiens, chez les plus jeunes, je remarque une sorte d'hypercorrectisme du "un" qu'on confond avec le "an" tellement on veut le différencier d'un "in".

Dans mes idéolangues :
- en romançal, la prononciation du a est assez libre, mais je préconise [a] en accentué et schwa en atone
- en aldytsk, c'est également libre, mais je préconise a [a] et á [ɑ:] voire [ɒ:].
- en ba gai dun, c'est a [a:]/[a] (la longueur est conseillée mais pas distinctive)
- en rumi, c'est a [?a] en initiale, [a:] en médiane et [a] en finale, mais on peut prononcer [æ] au lieu de [a]
- en semaya, je pense garder un simple [a]

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme de Terre



Messages : 1044
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 16:27

Dans la réalité, je distingue "pâte" [ɑ] (et un peu allongé) de "patte" [a], mais pas "carre" et "car" tous deux prononcés un peu plus ouverts que [ɑ]. C'est grosso modo la prononciation habituelle la plus courante dans mon coin, bien qu'on entende parfois [ɒ]. Pour ce qui est de "brun" et brin" à l'évidence je ne différencie absolument pas, et je n'ai appris que très récemment que cela pouvait être lu différemment. Si quelqu'un peut m'expliquer cette différence svp ("brun" plus proche de "on" ?) ?


En moschtein, il y a deux A différents:
-le a prononcé [a] ou [ä] (suivant les accents), tendant vers le [ɒ] à l'ouest.
-le á prononcé [æ], tendant vers [a] à l'ouest.

On peut aussi trouver a devant un e, la règle voudrait que les deux voyelles soient prononcées séparément mais dans la pratique elle n'est respectée nulle part. La prononciation varie selon les accents, soit simplement [æ], [e], ou [ɛ].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 17:00

Pomme de Terre a écrit:
pas "carre" et "car" tous deux prononcés un peu plus ouverts que [ɑ].
Je ne fais aucune différence, les deux sont [kaʁ] chez moi.

Citation :
Pour ce qui est de "brun" et brin" à l'évidence je ne différencie absolument pas, et je n'ai appris que très récemment que cela pouvait être lu différemment. Si quelqu'un peut m'expliquer cette différence svp ("brun" plus proche de "on" ?) ?
Pour faire un son "un", fais simplement un son "in" en arrondissant les lèvres comme pour faire un "o". C'est le même son que dans "œuf" mais nasalisé.

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PatrikGC



Messages : 2318
Date d'inscription : 28/02/2010
Localisation : France - Nord

MessageSujet: Re: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 17:05

Din'ch nôrd, les 2 "a" sont distincts dans mon coin, le â étant bien appuyé !

Idem pour "brin" et "brun", les é/è, les o/ô et les eu/eû, bref les ouvertes et les fermées.

Brin : lèvres étirées
Brun : lèvres arrondies en avant

Par contre, dans le parler local, les nasales "an" et "on" sont souvent prononcées "in".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patrikcarpentier.free.fr
odd



Messages : 4335
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Le A et vous   Sam 9 Nov 2013 - 23:06

...


Dernière édition par od² le Sam 25 Jan 2014 - 1:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Le A et vous   Dim 10 Nov 2013 - 16:00

Pour l'instant j'ai quatre sons associés au caractère A dans mes différentes langues.

Le A de "lac".
Le AU de "colle" par opposition au Ô de "tôt".
Le  que je situe entre les deux précédents.
Le Ê de "lait".

Chez moi, le  est une déformation du A, devant une consonne ou un enchaînement qui tend à ouvrir davantage le A, comme le S et le R, ou un H aspiré devant le A.
Le Ê est une transformation du AU, devant une consonne ou un enchaînement qui tend à fermer le A, comme un L, un N, un M, ou une seconde voyelle.

Mon impression est que c'est purement mécanique, la création du son A de "lac" par une gorge humaine entraîne les autres sons du A,
via les mouvements avant-arrière de la langue aplatie ("a" vers "eû" de "heure"), le soulèvement du vol de palais ("a" vers "au" de "colle").
Et le degré d'ouverture des lèvres ("a" vers "eü" de "peu"). D'où l'importance de la consonne ou de la voyelle qui va suivre le A dans le mot.

Après ces autres sons sont transcrits par des orthographes variant en fonction des contraintes du système d'écriture, des standardisations effectuées a posteriori et des lubies des élites ou des autorités en position d'imposer leur point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Balchan-Clic



Messages : 725
Date d'inscription : 12/01/2013
Localisation : Paris XXe

MessageSujet: Re: Le A et vous   Dim 10 Nov 2013 - 22:57

Je n'arrive absolument pas à faire la différence entre /a/ et /ɐ/. En français, je dois prononcer l'un des deux pour tous les a.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le A et vous   Aujourd'hui à 19:00

Revenir en haut Aller en bas
 
Le A et vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» prenez-vous un goûter?
» Sommeil et insomnies, qu'en est-il pour vous?
» Connaissez-vous cet homme, un illuminé ?
» Croyez vous que l'Église soit infiltrée par des groupes anti-catholiques
» LA TRISTESSE VOUS ENVAHIT ? LISEZ CE QUI SUIT...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral :: Idéogrammaire-
Sauter vers: