L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Aires sonores et convergences sémantiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Troubadour mécréant



Messages : 1333
Date d'inscription : 20/01/2013
Localisation : Aquitaine, France

MessageSujet: Aires sonores et convergences sémantiques   Mar 23 Sep 2014 - 13:40

Avez-vous déjà songé au fait que – certes en nombre restreint, mais non nul – des aires sémantiques sont parfois associées à des sortes d'aires sonores, dans de nombreuses langues?

On pense évidemment en premier lieu aux onomatopées, mais on rencontre aussi des cas de convergences beaucoup plus subtiles et inattendues.

Par exemple, en français, on va trouver:
- balle
- bille
- boule
- bulle

qui toutes évoquent l'idée d'une sphère, et même bol (demi-sphère), alors que tous ces mots ont des étymologies a priori totalement distinctes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.scribd.com/KotavaEwalik
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Mar 23 Sep 2014 - 13:51

'fectiv'ment. C'est une idée exploitable pour une idéolangue, ça. Je ne serais pas étonné que le rémaï s'en serve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Ziecken
Modérateur


Messages : 4956
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Mar 23 Sep 2014 - 15:19

L'elko exploite partiellement cette idée avec Les paronymes

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Mar 23 Sep 2014 - 15:27

L'aneuvien aussi exploite la paronymie, mais d'une manière moins profonde que le rémaï ou l'elko : deux paronymes aneuviens ne développent pas forcément des idées similaires (parasynonymie, analogie...), comme par exemple lek/lék pour loi/droit ou liym/lyym = laisser & céder. On a aussi des surprises (klav = clé, klàv = griffe ; kard = carte, kàrd = cœur (organe)).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
odd



Messages : 4336
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Mar 23 Sep 2014 - 18:51

...


Dernière édition par od² le Sam 15 Nov 2014 - 0:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano



Messages : 11677
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Mar 23 Sep 2014 - 18:53

od² a écrit:
En idiolinguistan, une notion, de sphère par exemple, est contenu dans une syllabe particulière

Quelle est cette syllabe?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
odd



Messages : 4336
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Mar 23 Sep 2014 - 19:38

...


Dernière édition par od² le Sam 15 Nov 2014 - 1:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djino



Messages : 3308
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Mar 23 Sep 2014 - 21:54

Je pense que ces convergences sémantiques viennent probablement d'une onomatopée.
En arwelo, j'utilise souvent une syllabe commune à des mots qui d'une même catégorie.

Par exemple, les liquides se terminent souvent par -ko
liko = liquide
ako = eau
lako = lait
alko = alcool
tsuko = jus
sanko = sang

Les mots relatifs à l'expression se terminent souvent par -elo
eli = exprimer
peli = parler
keli = appeler
mieli = communiquer
yeli = ordonner
ayeli = gémir
kyeli = interroger
pupeli = répondre
mipeli = discuter
pelpeli = bavarder
deli = déclarer
veli = souhaiter
beli = crier
heli = saluer
neli = raconter
reli = insister
meli = signifier, vouloir dire

Les mots relatifs à une activité cérébrale se terminent souvent par -gi
gi = cogiter
agi = penser (que), "opinier"
cogi = comprendre
logi = étudier
ugi = diriger
mengi = raisonner
kugi = méditer
...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Mer 24 Sep 2014 - 19:37

Troubadour a écrit:
Avez-vous déjà songé au fait que – certes en nombre restreint, mais non nul – des aires sémantiques sont parfois associées à des sortes d'aires sonores, dans de nombreuses langues?

Oui, j'avais déjà posté à ce sujet à propos d'un arbre des mots que l'on pouvait reconstituer par exemple en prenant la partie latin > français d'un dictionnaire (chez Bordas) et en rangeant les mots en fonction des correspondances entre les racines de type CONSONNE / VOYELLE / CONSONNE et les idées contenues dans les définitions qui y étaient associés.

Je commençais par les mots les plus courts, en enlevant les préfixes et les suffixes (terminaisons) communes à d'autres mots.
En revanche, dans le premier tri, je ne retiens qu'une seule "consonne floue", fusionnant une consonne dure et son équivalent douce, comme D/T par exemple : la racine T.T = D.T = T.D = D.D.
Cette racine "floue" permet de tracer une première branche, qui en général contient l'idée d'une forme ou d'un mouvement suivant cette forme, comme dans BADO / VADO etc., tracer une courbe basse, balayer etc. (si ma mémoire est bonne).

Ensuite la première branche se divise en un nombre limité de branches, en durcissant ou adoucissant les consonnes, et l'on voit que non seulement les définitions restent proches (sens concret) et que toutes les combinaisons ne sont pas représentées, comme si effectivement le fait que les consonnes soient dures ou douces n'est qu'une question de confort de prononciation, pas de sens.

Ensuite les secondes branches se subdivisent en fonction de la voyelle, mais là encore, il n'y a pas toutes les combinaisons et certaines voyelles vont soit donner un mot de même signification, ou bien la combinaison n'existe pas parce qu'elle fait concurrence à une autre combinaison. A ce stade se pose le problème de la prononciation latine de l'époque, qui ne correspond pas à la prononciation des voyelles françaises d'aujourd'hui (c'est aussi vrai en roman et en vieux français : DOLOR se prononce comme DOULEUR en français, donc il y a variation de timbre - deux prononciations par voyelles tracées, et le O latin ou roman ne se prononcera jamais comme les O français selon moi).

Une fois que les possibilités de fabriquer des mots seulement avec des racines suffisamment distinctes à l'oreille sont épuisées, le latin commence à combiner des racines et ajouter des suffixes décrivant l'objet, comme OR/IX, celui/celle qui fait - qui est devenu EUR / ICE (instituteur / institutrice), puis à ajouter des préfixes, qui sont plus ou moins des prépositions permettant de décrire d'une phrase l'objet désigné par le mot, comme dans "DEPART", le fait de partir de quelque part.

Pour constater de vous même le fonctionnement de cet "arbre des mots" en LATIN, essayez par exemple de faire une liste de tous les mots qui sont proches du mot "poisson" en latin.
En adoucissant les consonnes ou en faisant les voyelles - c'est à dire en descendant de l'arbre des branches vers le tronc, vous allez retomber sur tous les mots qui décrivent une forme écailleuse (de mémoire on retombait sur un mot qui représentait la pomme de pin, mais je ne me souviens plus exactement). Puis en remontant, vous allez trouver tous les mots dérivés de cette même rangée d'écailles à l'origine et qui désignent désormais d'autres objets, par exemple le mot PISCINE, le bassin à poissons vivants (pour les vendre ensuite), devenu espace de baignade aujourd'hui.

Je m'étais servi de ces observations pour préciser un Primordial latin, puis reconstituer un champ lexical minimum (un "filet sémantique") pour prévoir à quel moment le rémaï pourrait tout traduire : si le latin arrivait à tout traduire avec un nombre très limité de racines (mailles) inférieur à 12, le rémaï qui formerait ses mots dérivés à partir des mêmes mailles (mêmes idées floues) devait forcément y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aires sonores et convergences sémantiques   Aujourd'hui à 2:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Aires sonores et convergences sémantiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Régressions linéaires multiples et comparaison des résultats
» Leucémies infantiles + fréquentes près centrales nucléaires
» Formes linéaires sur M_n(IK)
» Aires égales
» Des traces de guerres nucléaires préhistoriques?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral-
Sauter vers: