L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Kospräk, Kocwast Kosprakanu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sáïd Kuaq



Messages : 737
Date d'inscription : 16/02/2014

MessageSujet: Kospräk, Kocwast Kosprakanu   Sam 18 Oct 2014 - 21:02

Kospräk, Kocwast Kosprakanu

Le Spräk, [petite] sœur du Sprakan.

Le Spräk (Kospräk, en Spräk), est une idée de langue qui me trotte dans la tête depuis quelques temps. Tout en restant sur mes bases habituelles (il s'agit d'une sœur directe du Sprakan) le Spräk innove beaucoup, sans non plus verser dans l'a priori/mixte comme pourrai le faire le Braal. Le Spräk, c'est la livraisons des bases fondamentales de l'arabe à l'assimilation généralisatrice.
D'un point de vue évolution donc, le Spräk est la sœur du Sprakan, donc la fille indirecte mais presque, de la langue du Prophète, le Rehenien. Contrairement au Braal précité, le Sprakan et le Spräk découlent du Pulh et non du Brahan (les deux filles du Rehenien). Le Pulh n'est qu'une évolution très peu marquée de la langue originelle, tout comme entre le Pulh et le Sprakan. Cependant, si le Sprakan est de fait un Rehenien moderne, le Spräk a très fortement évolué et si l'intercompréhension Pulh-Sprakan est possible, celle Pulh-Spräk ou Spräk-Sprakan est impossible.
Le Spräk est parlé au sud de l'Empire, par les peuples marchands nomades. Il est langue vernaculaire et langue véhiculaire, en plus d'être langue prophétique de la Réforme qui a vue le jour dans les déserts du sud. La seconde parole du Prophète fut dictée et notée en Spräk (en Spräk, ''spräk'' signifie parole) par un prêtre du temple de Ploh, abandonné depuis. Cette notation donna à la langue un souffle qui n'est pas incomparable à celui donné à la langue dont elle s'inspire par des circonstances tout aussi comparables.. Un des autres noms de la langues qui sont multiple, est d'ailleurs Kosmav*, le souffle. C'est les textes dictés par le Prophète qui fixèrent l'usage de la langue religieuse, qui, sans former des dialectes, est relativement éloignés des usages locaux...
La Réforme prescrivit de faire le culte dans la langue des peuples, se détachant du triisme réfractaire qui demande un culte en Sprakan à tous. Elle s'oppose aussi à la fixation et à la mise hors évolution que subit la langue Sprakan à cette époque et dont elle s'est peu défaite depuis. C'est pourtant vers la voie d'une sanctification et, de facto, d'une fixation, que la langue c'est dirigée depuis lors.

Le Spräk est parlé par deux à trois centaines de millions d'individus, principalement humains ou humanoïdes à système vocal proche du nôtre. Il en découle une langue facilement prononçable par l'humain, à la différence du Serpal. Initialement noté en kesmovt (smivi kobdaz), le Spräk s'est orienté, comme le Sprakan, vers une notation latine majoritairement. Lors de la Grande Question, diverses notations furent proposées, parmi lesquelles :
-la latinisation pure et simple (60% des peuples et couches sociales optèrent pour celle-ci)
-l'arabisation (20%)
-l'abjadisation du kesmovt (8%, principalement les religieux)
-le non-changement (10%)

Ici, l'on notera la langue sous sa notation latine, connue et utilisée par la plupart, qui va comme suit :

A (Ä) /a/ /è/
B /b/
C (Ch) /ch/ /j/ espagnol, /ch/ allemand
D /d/
E /é/
F /f/
H /'/
I /i/
J /dj/ ou /j/
K /k/
L /l/
M /m/
N /n/
O (Ö) /o/ /eu/
P /p/
R /r/
S /s/
T /t/
U /ou/
V /v/
W /w/
X /ks/ ou /gz/
Y /y/
Z /ts/ ou /tz/

Le Spräk est une langue à schèmes, contrairement à sa mère extra-diégèse, ils sont tous, sans exceptions, trilitères, ou, plus justement, tri-consonantiques. Spräk découle du Schème SPrK. 'Pr' compte comme une seule consonne, en cela qu'en aucun cas une voyelle ne pourra se glisser entre eux. Les noms sont sous la forme C(e)CaC(déclinaison). Là encore, nul exception. Les verbes infinitifs sont sous la forme CaCaCi. Un emplacement 'C' peut contenir jusqu'à trois sons consonnes distincts.
*le schème SMV est à rapprocher de mot comme kesmovt (soufflé, en braal ou en rehenien) et smaovo (souffle, en sprakan), tous dérivé du nom du dragon bien connu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://saidkuaq.wordpress.com/
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Kospräk, Kocwast Kosprakanu   Sam 18 Oct 2014 - 21:57

Pour un projet, c'en est un!

Que veux tu dire par:
Herr Kouak' a écrit:
Spräk découle du Schème SPrK. 'Pr' compte comme une seule consonne, en cela qu'en aucun cas une voyelle ne pourra se glisser entre eux. Les noms sont sous la forme C(e)CaC(déclinaison). Là encore, nul exception. Les verbes infinitifs sont sous la forme CaCaCi. Un emplacement 'C' peut contenir jusqu'à trois sons consonnes distincts.

------------------------

Tu a écrit:
système vocal proche du nôtre

Que veux tu dire par là?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sáïd Kuaq



Messages : 737
Date d'inscription : 16/02/2014

MessageSujet: Re: Kospräk, Kocwast Kosprakanu   Sam 18 Oct 2014 - 22:29

Ulfëo a écrit:
Que veux tu dire par:
Herr Kouak' a écrit:
Spräk découle du Schème SPrK. 'Pr' compte comme une seule consonne, en cela qu'en aucun cas une voyelle ne pourra se glisser entre eux. Les noms sont sous la forme C(e)CaC(déclinaison). Là encore, nul exception. Les verbes infinitifs sont sous la forme CaCaCi. Un emplacement 'C' peut contenir jusqu'à trois sons consonnes distincts.


La langue fonctionne par schème. Un groupe de trois consonnes forme un schème, et chaque schème à un sens propre. Entre ses consonnes, se glissent des voyelles pour former des mots à sens plus précis (système à rapprocher de l'arabe, et, dans une moindre mesure, de l'elko).
KTB se rattache à l'écriture, on a : katabi : écrire, ktab : écriture, ktib (Pp) : texte, kitab (Pa) : écrivain...

Schématiquement, un schème (...) se représente comme suit : CCC (c=consonne), un mot comme ceci : C(v)C(v)C(d) (v=voyelle, d=déclinaison). L'emplacement v n'est occupable que par une voyelle, mais l'emplacement C est potentiellement occupable par 3 sons consonnes distincts. Le schème KprST (boisson) se compose d'un premier C à trois sons consonnes.
Enfin, pour dériver un mot d'un schème, on respecte un schéma strict :
pour former le nom "boisson" à partir du schème KprST, j'applique le schéma nominal C(e)CaC(d) : le 'e' est euphonique, donc facultatif, le a est obligatoire (il mute parfois en 'ä'), et la déclinaison (d) sera en fonction du contexte. On a :
kpresat : boison
pour un vebre (en l'occurrence, boire), on appliquera le schéma verbal : CaCaCi : kprasati.
Akprasti okpresato. (je bois une boisson[acc.]).

Citation :
Tu as écrit:
système vocal proche du nôtre
Les humanoïdes ont un système vocal (dentition, taille, épaisseur des lèvres/langue, cordes vocales, poumons...) tout ce qui permet la prononciation et l'articulation d'une langue, proche, voire semblable au nôtre. Ils articulent et entendent des sons comparables à ceux que la nature nous permet d’émettre. A contrario, les Serpals, ont une langue et des dents fines, des lèvres inexistantes, des poumons rachitiques et des cordes vocales courtes en longueurs.. Il en découle une langue gutturale, sifflante et très aiguë...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://saidkuaq.wordpress.com/
Pomme de Terre



Messages : 1043
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Kospräk, Kocwast Kosprakanu   Dim 19 Oct 2014 - 10:33

Herr Kouak' a écrit:
La langue fonctionne par schème. Un groupe de trois consonnes forme un schème, et chaque schème à un sens propre. Entre ses consonnes, se glissent des voyelles pour former des mots à sens plus précis (système à rapprocher de l'arabe, et, dans une moindre mesure, de l'elko).
Ou du gelota surtout.

Tu as l'air de savoir où tu vas en tout cas, bravo ! As-tu quelques exemples de textes avec l'étymologie dans tes multiples langues pour voir un peu l'évolution ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sáïd Kuaq



Messages : 737
Date d'inscription : 16/02/2014

MessageSujet: Re: Kospräk, Kocwast Kosprakanu   Dim 19 Oct 2014 - 12:36

Ah, dans ce cas je me pencherai sur cette langue ^^.
Plus j'avance, plus j'en ai à faire, je ne pense pas réellement savoir ou je vais moi-même, mais merci ^^.
Seul le Sprakan traduit quelques textes pour l'instant. Le braal et le spräk demeurent des langues bleue ^^.
Mais certaines racines sont intéressantes à observer. Sprakën et Sapraki, respectivement en sprakan et en spräk signifient tout deux parler. De sprakën on dérive le participe présent sprakan qui donne son nom à la langue, dans une construction orgueilleuse (dir sprakan est traduisible par LA langue) . De sapraki, on dérive le nom spräk , parole, qui est une construction plus spirituelle, divine. Le tout dérivé du même mot rehenien, certainement"sprekën"...
Je pense que l'observation de texte dans ces trois langues démontrera une certaine incohérence de construction respective, cependant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://saidkuaq.wordpress.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Kospräk, Kocwast Kosprakanu   Aujourd'hui à 2:50

Revenir en haut Aller en bas
 
Kospräk, Kocwast Kosprakanu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: