L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Aneuvien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41, 42, 43, 44  Suivant
AuteurMessage
Silvano



Messages : 12797
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 12 Oct 2016 - 21:10

odd a écrit:
Silvano, tu devrais mettre la licence utilisée pour la photo que tu mets en avatar...

Elle provient du forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 12 Oct 2016 - 21:13

J'fais confiance* à Dopa. Si son image est interdite, il la retirera, et par voie de conséquence, je retirerai la mienne. En tout cas, ça m'étonnerait que ce soient des images sous copiraïte.



*Tu sais bien : confiance : C O N F I A N C E. Dis pas que t'as déchiré la page de ton dico où ce mot figure.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seweli

avatar

Messages : 1163
Date d'inscription : 19/12/2015

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 12 Oct 2016 - 21:40

Excellents ce petit imagier, et ces traductions en uropi et aneuvien.
Il en faudrait plein d'autres en plein de langues.
Et si possible en Creative Common de façon à pouvoir les diffuser largement.


Dernière édition par Sevetcyo le Mer 12 Oct 2016 - 23:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://easyconlangs.forumactif.com/
Silvano



Messages : 12797
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 12 Oct 2016 - 21:46

Anoev a écrit:
J'fais confiance* à Dopa. Si son image est interdite, il la retirera, et par voie de conséquence, je retirerai la mienne.

En fait, ce que je demande, c'est si TU as le droit de modifier et de reproduire SON image. Ce genre de droit doit être clairement donné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 12 Oct 2016 - 22:03

Y a eu un précédent, avec une autre image, avec des légendes uropies que j'avais traduites en aneuvien, et j'ai eu une appréciation positive de l'intéressé, c'est cette image.

Et je m'demande quel jeu tu joues à la fin, avec tes questions sur le droit à l'image. Est-ce qu'on te demande des réponses précises sur ton avatar ? Odd te l'a demandé. Tu lui as répondu ?

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano



Messages : 12797
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 12 Oct 2016 - 22:09

Anoev a écrit:
YEt je m'demande quel jeu tu joues à la fin, avec tes questions sur le droit à l'image. Est-ce qu'on te demande des réponses précises sur ton avatar ? Odd te l'a demandé. Tu lui as répondu ?

Oui. Ici même un peu plus haut. Je tiens aux droits d'auteur, c'est tout. C'est pourquoi je préfère les liens aux hébergement: on voit toujours d'où vient ce que je cite.

En tout cas, je demanderais la permission avant de publier un truc venant de quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Jeu 13 Oct 2016 - 11:22

Emanuelo a écrit:
À titre de comparaison, en volapük, il y a deux types de prépositions : les prépositions originelles et les prépositions dérivées. Pour ces dernières, on ajoute -ü à la racine (qui est toujours un substantif en volapük ; donc on peut créer une préposition virtuellement à partir de chaque substantif).

Du coup, on peut avoir la même nuance qu'en arwelo :
* Me eni en panuso : Stanob pö bodel ;
* Me eni ev panuso : Stanob domü bodel (dom signifiant "maison").

On peut même aller plus loin (peut-être comme en arwelo, je ne sais pas) : stanob selidöpü bodel : je suis à la boulangerie (selidöp, la boutique, le magasin). Que l'on peut dire aussi stanob pö bodelöp (remarquez la symétrie entre , chez, et le suffixe -öp, équivalent du -ej- espéranto, désignant un lieu). Voire stanob bodelöpo (-o est la marque de l'adverbe).

Je crois que pour les créateurs de LAI, il y a beaucoup à apprendre du volapük, plus qu'on ne le pense généralement. De ses erreurs, certes, mais aussi de ses réussites.
Je me suis pas mal inspité du volapük pour l'aneuvien.

Pour ce qui est des relations entre les différentes natures de mots, et même d'affixes, y a ça en aneuvien, même si ça ne revêt pas un caractère systématique, naturalisme oblige (et encore, il oblige de moins en moins : quelques rares mots monobloc sont remplacés par des agglutination comprimées, à condition que celles-ci ne dépassent pas en syllabe le mot précédent, beeen entendu !).

Par exemple, la préposition à priori ol, qui signifie "autour de", se retrouve non seulement comme préfixe, pour mots-calques, comme olfarmàki (parapharmacie), olqúd (nettement plus explicite que "paraphilie", qu'il traduit), mais aussi olmílesdak (mercenaire*).

L'adjectif idem (même) donne le préfixe im-, comme imkàr pour "homogène". Par contre, "homonyme" se dit simelnám, de simel pour sembler : il semble le même nom, par son orthographe et/ou sa prononciation, mais ce n'est pas le même !

Des exemples comme ça, y en a pas mal, peut-être pas autant qu'en kotava, mais il y a eu tous les adverbes en it-, issus d'adpositions de lieu ou de temps plus ou moins à-postériori, comme
itèn (dessus, au dessus), pris de en (sur)
iċúb (dessous, en dessous), pris sur sub (sous).
Ils ont été les premiers créés, puis ensuite sont venus :
itáṅt = auparavant
itpós = par la suite
itaṅtek = en avant
itpósek = en arrière...

Un poil plus tard :

Emanuelo a écrit:
En volapük, l'anacyclicité est rendue nécessaire par le fait que le suffixe doit nécessairement être VC...
En créant les anacycliques aneuvien, je me figurais même pas me rapprocher à ce point du volapük, dont j'avais déjà puisé ça et là quelques recettes (cf plus haut). Mais mes anacycliques portent davantage sur des radicaux ou des mots entiers que sur des affixes.



*Encore que, État islamique° aidant, on peut trouver aussi des olmíleskad.
°Nommé en Aneuf qàliftad bùnĕzen : califat du crime.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Ven 14 Oct 2016 - 11:37

Sevetcyo a écrit:
Perso j'aurais traduit comme ceci :
- maga buko = livre magique
- magoya buko = livre de magie (livre de sortilèges)
Respectiv'ment :

mazhig kneg
kneg mazhiken


La syntaxe aneuvienne distingue les adjectifs épithètes des compléments de noms au génitif.

Là, ça prête pas trop à conséquence, mais pour les adjectifs en -en (certains d'entre eux sont en cours de transformation en -on, mais pas tous, comme bùnĕzen, différent de bunĕzon), la syntaxe est essentielle.

ùt bùnĕzon bovoara = un comportement criminel
ùt bùnĕzen adòrt = une affaire criminelle
ù plaṅch bùnĕzen = une scène de crime.

Olivier Simon a écrit:
Trump dans l' "original", a utilisé le mot "pussy", terme qui a sa traduction exacte en français et qui aurait pu être "pyssic" en Sambahsa. Ceci dit, même dans l'esprit de Trump, je ne pense pas qu'il se décrivait en train de les "choper" sous la culotte. J'ai donc utilisé "ghabel" = "female crotch", qui est peut-être d'origine IE (en tout cas attesté dans deux branches) et présent dans le dico.
L'énormité trumpienne aurait été traduite en aneuvien en :

kochun kase per gàtinev

Aussi vulv'gaire en aneuvien qu'en anglo-américain ou en français. Je n'en dirai pas plus.


Le lendemain :

Le verbe skrip (skripta, skripa : écrire) va changer de subjonctif passé ; le changement ne va pas être fulgurant, puisqu'un simple -É- va être intercalé entre le radical actuel (skrip) et la terminaison du parfait, -A : skripéa.

La forme actuelle, pour simple qu'elle fût (plus simple que l'itif passé, qui ne change pas, et qui fait référence au supin du verbe inspirateur latin SCRIPTVM) avait l'inconvénient majeur de créer une confusion au pluriel entre

  • l'indicatif présent, formé justement sur le radical du parfait itif : skript auquel est ajouté le -E du pluriel, à la place du -A du parfait (ou du Ă du prétérit) : er skripte = nous écrivons.
  • l'impératif présent, basé sur le subjonctif passé, jusque là skripa, auquel on remplace le -A par un -T (tous les impératifs sans exceptions sont formés ainsi) et auquel on ajoute le -E du pluriel : er skripte = écrivons. L'impératif déduit de la nouvelle flexion du subjonctif serait donc er skripete = écrivons. L'impératif parfait s'en déduirait aussi avec cet exemple, avant et après transformation :
    or skripta ed majàls aṅt hoψev dekok*
    or skripeta ed majàls aṅt hoψev dekok = ayez fini d'écrire votre courrier avant 18:00.


La rédaction d'Idéolexique avait même fait état d'un impératif "irrégulier" (devenu maintenant régulier) pour éviter la confusion.


Mise à jour prochaine dans Idéopédia et Idéolexique.



*Qui signifie également "vous avez fini d'écrire ...".

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 17 Oct 2016 - 20:57

Bab a écrit:
folibag = porte-documents
skolibag = cartable
mandibag = sac à main
Y m'en manque deux : porte-document (encore que skràld pourrait bien convenir).

J'ai pas non plus "sac à main", mais là, si je crée le mot, je n'utiliserai ni hhir ni hænt (hhirbárd, hentbárd). La plupart des femmes portent ce genre de sac, non pas en le tenant à la main (comme un cabas), mais bien plutôt en le tenant par l'avant-bras, laissant ainsi la deuxième main libre.

Main'nant, me reste plus qu'à savoir comment.

J'ai baard pour un sac, et pradhem pour "bras" (j'vais pas enfoncer l'clou avec aṅprádhem (avant-bras) pour une agglutination), je sais pas encore comment j'vais "scotcher" ces deux éléments ; peut-être pradhaard, va savoir... j'me donne un temps de réflexion. Top chrono.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 24 Oct 2016 - 14:28

Djino a écrit:
On devrait aussi traduire "dentiste" par vedkuruso (médecin de dents) pour la même raison.
Toshàrdu ou toskùrdu chez moi. Tosmedíkdu aurait été trop long.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaest

avatar

Messages : 1878
Date d'inscription : 15/01/2012
Localisation : Reims

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 24 Oct 2016 - 17:15

Anoev a écrit:
Toshàrdu ou toskùrdu

Quelle distinction entre les deux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 24 Oct 2016 - 17:41

En fait, toshkùrdu soigne les dents, bouche les caries, opère les détartrage et autres menues interventions. Pour toshàrdu, on a déjà affaire à des interventions plus lourdes, jusqu'à l'élaboration de dents artificielles, dentiers etc. Pour ce qui est des couronnes, bridges, c'est en principe toshàrdu (en fait, j'ai fait une erreur d'accent, c'est plutôt toshárdu), mais la frontière est poreuse : toshkùrdu est envisageable.

On peut voir également sylmedíkdu*, mais là, c'est plus "stomatologue" et ne soigne pas que les dents, mais aussi la langue, le palais, la luette... au delà, c'est le domaine de l'ORL.



*De sylm (bouche, dans son entier), et medíkdu = médecin.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 26 Oct 2016 - 16:23

Silvano a écrit:
Les termes scientifiques et techniques sont rarement dans les dicos grand public.

http://vortaro.net/#fera
En v'là un que j'croyais avoir, et qui est aussi absent des mots d'Idéolexique que d'mon dico aneuvien d'Idéopédia, c'est "acier".

J'vais pas trop m'fouler, puisque c'est steel que j'ai choisi. La prononciation, bien sûr est différente de celle de l'anglais (langue inspiratrice du pays où naquit la Révolution industrielle), à savoir /'çte:l/.

Une aciérie étant, bien sûr stelfàktur

L'acier inoxydable est rendu par l'agglutination eljoxteel, le X pouvant se prononcer soit [ks] soit [s], selon les aptitudes de chacun, l'apocope étant eljòx.

On retrouve dans des agglutinations, les locutions utilisées ailleurs :
stelízome = muscles d'acier
stelnýrefe = nerfs d'acier
pour exprimer un sens figurée, sinon
ùt valin steelen = une paroi en acier.

Dès que j'aurai le verbe "tremper", j'm'occuperai de l'acier trempé.

On se méfiera de la paronymie avec stel (étoile à x branches).

Le lendemain

J'ai remis à jour la page numbar, dans idéolexique : j'avais oublié le pronom.

Effectiv'ment, numbar est à la fois

  • le nom commun "nombre", et il se décline normalement : numbars, numbaren ... numbareve, et ce qui suit derrière, si ce n'est pas un verbe, est un nom ou un syntagme, qui est complément de celui-ci :
    ùt numbar nyrebe faktùrene = un nombre de fausses factures.
  • l'adjectif indéfini, toujours au pluriel, et accompagnant par conséquent, lui aussi, un nom au pluriel : numbar nyrebe faktùre = un nombre de fausses factures.
  • le pronom qui en découle. En tant que pronom, il est évidemment déclinable, et comme il est lui aussi au pluriel, il se décline comme un nom qui aurait un -R comme désinence de pluriel, comme gòla (fleur), gòlar :

    numbar
    /ˈnumbɐʁ/
    Acc.numbase
    /ˈnumbɐz/
    Gén.numbane
    /ˈnumbɐn/
    Circ.numbave
    /ˈnumbɐv/



    Ce pronom peut évidemment avoir un complément, souvent un autre pronom :

    Numbar inest kave ere lexhùne = plusieurs d'entre (parmi) elles étaient mineures.

.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Exemples uropi représentés pour l'aneuvien   Dim 30 Oct 2016 - 23:49

Je n'ai pas résisté à la tentation de présenter la version aneuvienne d'une partie de la leçon d'uropi présentée là-bas. Par contre, pour la page des primeurs, prévoir un délai.



Ep o kogen ed frànkaż en? = Connais-tu ma sœur ?
Æt • àt neràpdak ed profesorkaden en = C'est le fils de ma professeure
Ar velle kov ùt nev hoos = Ils veulent acheter une nouvelle maison
Mult dĕr dolívene stadev = Beaucoup de gens habitent en ville
Eg vel faar Englades = Je veux aller en Angleterre
Gevent àt bals nit zhùnkaż = Donne la balle à la fille !
Ep o poten exím  à staż = Peux-tu me montrer la ville ?
Ep or lokùt uropis = Parlez-vous Uropi ?
Eg vedj nep as = Je ne le vois pas
Da koma ad es = Il est venu vers moi
Diktet ni ase komun dhepas = Dis-leur de venir tout de suite
Ar ab klime = Ils s'aiment (l'un, l'autre)
Ar klàtakar dyn ab = Ils ont couru l'un vers l'autre
Daniψ mir dor as = Il le fera lui-même
Eg vel vedj dasiψ = Je veux le voir en personne
Ka hab nep kàpas; ka mir kov ùċ kràsdaw = Elle n'a pas de chapeau; elle en achètera un demain.
La stĕ nepèr = On ne sait jamais
Eg vel kov ùr stapese; eg nuzhère ase ber ær epestese = Je veux acheter des timbres; j'en ai besoin pour ces lettres
Parèn- ea neràpdur ab intele nep sajp = Les parents et les enfants souvent ne se comprennent pas.



_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Mer 10 Mai 2017 - 23:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Djino

avatar

Messages : 4099
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 31 Oct 2016 - 3:42

Anoev a écrit:
C'est ce que j'ai longtemps cru... mais avec de tels exemples, j'ai fini par être persuadé que les noms pouvaient aussi y avoir droit.
Aneuvien a écrit:
Da kòva ùt legsàrges ni ed neràpkaż. = Il a acheté un pantalon à sa fille (il l’a acheté pour elle).
Da kòva ùt fileċ ni ed bòfteduv. = Il a acheté un filet à son boucher (Le boucher le lui a vendu).
Or rœdhit nit hœndes = faites attention au chien (prenez soin de lui)
Or rœdhit nit hœndev = faites attention au chien (il est susceptible d'attaquer).
Da eper kom kœm sed rœṅcentes. = Il vient toujours avec sa calculatrice. (il l'a sur lui, elle l'accompagne)
Da ĕrek àr iljace, àr pinkece ea'r næltace kœm sed rœṅcentev. = Il trouve moyennes, variances et écarts-types avec sa calculatrice. (... au moyen de...)

Je ne suis pas du tout d'accord avec toi, Anoev. La preuve, en arwelo :

- Le kwe dandi panto por sua ido = il a acheté un pantalon pour sa fille.
- Le kwe dandi fileto da nyamano = Il a acheté un filet à son boucher.
- Juwí wawo = Prenez soin du chien
- Wakí wawo = Faites gaffe au chien
- Le due tizi kon sua kalkuliro = Il vient toujours avec sa calculatrice.
- Le findi midoy, variansoy i variansa devioy il sua kalkuliro = Il trouve moyennes, variances et écarts-types au moyen de sa calculatrice.

Je ne vois ABSOLUMENT pas la nécessité d'avoir des déclinaisons.

À MOINS QUE... ah oui, il y a bien quelques vrais problèmes qui méritent l'une ou l'autre déclinaison !! Illustration avec du lingala :
- Abeti likombi (il a joué de la guitare) - Abeti likombi (il a tapé la guitare)
Je me demande comment tu arrives à t'en sortir en aneuvien avec cet exemple (si tu y arrives). Car moi je ne vois pas du tout comment distinguer jouer de taper. Comment tu fais, toi ? Tu utilises une déclinaison ?

-------

http://www.ideolangues.org/viewtopic.forum?t=3429

_________________
arwelo.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.arwelo.org/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Dim 12 Mar 2017 - 0:09

Le sujet, verrouillé pour une raison étrange (pourquoi ? il ne l'était pas avant mon départ et je je suis pas intervenu dessus pendant mes vacances), est maintenant accessible.


Réponse à Djino :

Les déclinaisons en aneuvien permettent de ne pas avoir une ribambelle d'adpositions pour un type de complément donné (COI, par exemple). En aneuvien, comme dans d'autres langues, on fait la distinction entre ni (à) et pœr (pour). Imagine que je te donne un paquet que tu dois faire parvenir à Jacques ; on dirait, en aneuvien (à propos du paquet) : e gevun as ni os pœr Zhax.

Pour "il joue de la guitare", on aura, chez moi : da kœdes lùtharen (gén.)

mais

Da kœdesa àt kocertos lùtharen Vivaldi-n = Il a joué le concerto pour guitare de Vivaldi.

Dans les deux cas, lùthar est au génitif, pour deux raisons différentes :
le premier est un COI
le deuxième est un complément de nom.

Pour "taper" une guitare, dans le sens de "taper sur une guitare entre deux traits", je ne verrais que tabe lùtharen (génitif, sans article).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 22 Mar 2017 - 10:32

Sevetcyo a écrit:
Ano u me peli na te ➜ La personne dont je te parle

Et pour dire : La personne qui me parle
On dit probablement : Ano u peli na me.
Chez moi, ça donne, respectiv'ment :

àt dù quan eg dysertun ni os
àt dù qua lokùtun ni es.


La différence essentielle vient de la traduction de "parler" dérivant du type de COI qu'il y a derrière. "Parler à, parler, parler telle langue" utilise le verbe "courant" aneuvien, lokùt pompé au parfait de LOQVOR via le mot français locution, pour l'antériorisation du Ù. "Parler de" utilise le verbe dysert, pompé au latin DISSERTO pour "exposer" (un thème) et a, en principe, un complément au génitif*. Alors, par conséquent, ça colle à merveille : "dont" est traduit normalement traduit par quan, génitif de qua, que ce soit un COI° ou un complément de nom (à klindak quan àt xeliys • en àt kàgsatev = le client dont la voiture est sur le pont).


*Dysert avec un complément à l'accusatif signifie "évoquer" (sans entrer dans les détails).
°Les COI, en aneuvien, ont une déclinaison propre à chaque type de sens (accusatif pour l'attribution, circonstanciel, pour la provenance, la cause...) & génitif pour le reste (appartenance, relation etc.) tout comme d'ailleurs les compléments de noms ; raison pour laquelle l'aneuvien ne dispose pas de datif.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Jeu 23 Mar 2017 - 8:38

Djino a écrit:
Il n'y a pas d'article en arwelo, mais on peut se servir de ce pronom relatif en tant qu'article défini.
Tu es le plus beau = Te si u pos bela (tu es celui qui plus beau)
Alors qu'en aneuvien, l'article est essentiel, entre autre pour différencier (à la différence du latin, où l'article n'existe pas non plus) le superlatif relatif du superlatif absolu :
O • rylnert = tu es très beau
O • àt rylnert = tu es le plus beau.

Æt bynoψak • vadert = cet immeuble est très haut
æt bynoψak • àt vadert = cet immeuble est le plus haut
æt • àt vadert bynoψak = c'est le plus haut immeuble.
æt • àt vadert àr bynoψakene = c'est le plus haut des immeubles
æt bynoψak • àt vadert à stadev = cet immeuble est le plus haut de la ville (dans la ville).
Djino a écrit:
Dans le même ordre d'idée, u tout seul signifie "celui/celle qui, que, dont ; lequel (relatif)".
Français : Qui aimes-tu ? - J'aime celui qui parle au téléphone.
(...)
Arwelo : Kiu te ami? - Me ami u se telefoni
Silvano a écrit:
Kiun vi amas? Mi amas tiun, kiu estas telefonanta.
— Quadùs ep o klim?
— E klim æċæt dax qua telefònun
.

On fera la différence entre
Eg vedja æċ quas o kova* = j'ai vu celui/celle que tu as acheté(e) (défini)
Eg vedja quas o kova = j'ai vu ce que tu as acheté (indéfini).

On fera la différence (également) entre entre ùt article et ùt pronom (déclinable) :
e kova ùt xeliys = j'ai acheté une voiture
e kova ùċ xeliysene = j'ai acheté une des voitures.
Dans le dernier exemple, ùċ est l'accusatif de ùt, le nom derrière est au génitif (complément du pronom) pluriel et son article (àr) passe à la trappe, mais...
e kova ùċ ær xeliysene = j'ai acheté une de ces voitures.

*Pour (par exemple) eg vedja æt lux quas o kova = j'ai vu cet article que tu a acheté.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Dim 2 Avr 2017 - 1:29

Silvano a écrit:
Un ami canadien me racontait que lorsque sa femme, immigrante, apprenait l'anglais, elle avait entendu sa belle-mère utiliser un futur parfait continu... et s'était exclamé: «On utilise vraiment ces formes verbales?!»
C'est quoi, le futur parfait continu ?

"I shall have been doing"

On l'utilise dans quelles circonstances ?

Chez moi (en aneuvien), j'ai pas ça ! Mais j'ai un temps que Robert Zemeckis (cf. Retour vers le futur II) n'aurait pas renié : le futur-passé. Quand quelqu'un "a fait une action dans le futur", comme Marty McFly a laissé trainer l'almanach dans une poubelle en 2015, ce qui a pour conséquence un 1985 cauchemardesque :

O mir liymă àt jarknègs en àt oċhbox = Tu avais (dans le futur) laissé l'almanach sur la poubelle.

Bref : on utilise la particule du futur mir avec le verbe au prétérit.

Je n'ai pas vu le film en VO. Du coup, je ne sais pas quel temps Marty McFly et Emmet Brown utilisent pour évoquer cette bourde.

Par contre, je n'ai pas quoi faire (y m'semble tout avoir épuisé les particules sont je dispose) pour évoquer le projet de ces deux compères du voyage temporel pour, de 1985, retourner en 1955 pour subtiliser l'almanach à Biff Tannen. Kjas + subj. est d'jà pris pour le conditionnel, et j'ai pas envie de sortir une particule pour un usage unique (toutes mes particules, toutes mes flexions verbales sont multi-usage).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Lun 3 Avr 2017 - 13:35

Dopa a écrit:
J'en ai vu défiler des générations de francophones ! Je n'ai pas dit qu'ils étaient incapables de distinguer le i anglais du ee; simplement ils ne le font pas: par paresse ? parce que cela ne les intéresse pas ?


Quand j'ai créé la langue aneuvienne, je voulais une langue assez riche en sons, et avec pas moins de trois sortes de /i/. Mais je ne voulais pas reprendre les errances orthographiques de l'anglais. en plus de ça, contrairement à la langue de Ken Loach, le [і] (i fermé bref) existe en aneuvien, c'est d'ailleurs même le I basique. Des mots empruntés à l'anglais ont donc été adaptées à l'orthographe aneuvienne (quand j'ai introduit les voyelles longues), comme team qui est devenu d'abord tiim* puis tiym. D'autres à l'avenant...

Les "autres /i/" furent couverts par le Y : Y ou Ý pour le [ɪ] (pas de [ɪ:], école anglaise aidant), Ỳ pour le [ɨ], YY pour le [ɨ:] (allophonies possibles : [ɯ] & [ɯ:]).



*Cette orthographe fut abandonnée quand j'adoptai le tréma, pour ne pas confondre, en cursive bas de casse, le ii avec le ü. Après l'abandon du tréma, IY subsista pour le [i:].

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 11 Avr 2017 - 14:54

Citation :
1. Salut !
2. Je m'appelle "Ceqlizo".
3. Lui (c'est) Janzo.
4. Il s'appelle "Janzo".
5. Salut, Janzo !
6. Salut, Ceqlizo !
8. Lui (est) un homme. Janzo (est) un homme.
9. Je (suis) une femme. Tu (es) un homme. / Je (suis) un homme. Tu (es) une femme.
10. Je me trouve ici.
11. Tu te trouves là
12. Ils se trouvent là-bas..
13. Nous nous trouvons ici.
15. Vous vous trouvez là.
16. Je m'appelle "Ceqlizo", et lui s'appelle "Janzo". Tu t'appelles comment ? / Je m'appelle "Samzo".
17. Tu as quoi là, Samzo ? / J'ai un chapeau.
19. Est-ce que c'est ton chapeau ?
18. C'est mon chapeau.
20. Tu as quoi, Janzo ? / J'ai une pipe. C'est ma pipe.
21. [Ceci] chapeau de Sirgam, et [Ceci] pipe de Janzo.
22. Ça là-bas (c'est) quoi, Ceqlizo ?
23. C'est un chien. Est-ce que c'est ton chien ?
24. Non. Ce n'est pas mon chien. C'est le chien de Janzo.
25. Janzo, ton chien s'appelle comment ? / Il s'appelle "Flufizo" ?
26. Flufizo (est) mon animal domestique. / Est-ce que Ceqlizo a [aussi] un animal domestique ?
27. Oui. [Mais] son animal domestique n'(est) pas un chien. C'est un chat. [[To]] chat s'appelle "Snozo".
Chez moi, ça donne :

Eg dem chœlen Ceqlizo
Da • Janzo
Da dem chœlen Janzo
Syljà Janzo
Syljà Ceqlizo
Da • ùt dak, Janzo • ùt dak
Eg • ùt kad, o • ùt dak/Eg • ùt dak, o • ùt kad
Eg cem vœnd iyr
O cem vœnd dær
Ar cem vœnde daar
Er cem vœnde iyr
Or cem vœnde iyr
Or cem vœnd iyr.
Eg dem chœlen Ceqlizo ea da ep Janzo. Kóm ep o dem chœlen? Eg dem chœlen Samzo.
Quas ep o hab Samzo? Eg hab ùt kàpas
Ep æt ted kàpas?
Æt • med kàpa.
Quas ep o hab, Janzo? Eg hab ùt silpòvĕgs; æt med silpòvĕg.
Ær • àt kàpa Sirgam-en ea't silpòvĕg Janzo-n.
Qua ep æt an, Ceqlizo?
Æt • ùt hœnd. Ep a ted hœnd?
Nep. Æt nep med hœnd. Med hœnd cem chœlen Flufizo.
Flufizo • med peżo. Ep  Ceqlizo hap ùt peżos?
Jo do sed peżo nep ùt hœnd, Æt • ù gat. A cem chœlen Snozo.


Remarque : Le verbe "s'appeler" se traduit dem chœlen pour les humains et cem chœlen pour les (autres) animaux.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Mer 10 Mai 2017 - 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Sam 22 Avr 2017 - 12:29

Dopa a écrit:
Alors prenons un autre exemple:
F. Les chats ne font pas des chiens
I. Buon sangue non mente
E. He's a chip of the old block (c'est un éclat du vieux bloc)
Es. De tal palo tal astilla (de tel bâton, telle écharde)
On se dit qu'on a exactement le même problème: seuls les locuteurs de la langue comprennent le proverbe… et encore…
Si on s'arrête là…
Mais…
Géme teltene veryd = les gènes témoignent vrai.

Dopa a écrit:
Pour le proverbe qui nous intéresse, en l'absence d'expression commune, on va donc choisir la clarté:
Osmole kebe, osmole menade (autant de têtes autant d'avis) qui se dit d'ailleurs en français, mais aussi en albanais:
Al. Sa koka aq mendime
en grec: Όσοι άνθρωποι, τόσες γνώμες  
en latin: Quot capita, tot sensus
proche également du catalan: "tants caps, tants barrets" = autant de têtes autant de chapeaux
Mensíla nepèr ùtig = L'avis n'est jamais unique.

Dopa a écrit:
Un exemple du choix de la simplicité:
Det bun id fraj nekun (Fais bien et ne crains personne)
= Bien faire et laisser dire
< esp Haz bien…, al tue recht…, nl Doe wel…
< it … non temere, al … scheue niemand

F. Fais ce que tu dois, et advienne que pourra,
Bien faire et laisser dire
I. Fa il dovere e non temere
Fa il tuo dovere e non badare agli altri
E. Do your duty, come what may
Es. Obras son amores, que no buenas razones  
Haz bien y no cates a quien
D. Tue recht und scheue niemand
N. Doe wel en zie niet om
Or nep lisent slaaxe zyiflun = N'écoute pas les serpents siffler.

Il n'y a (en principe) jamais d'articles dans les proverbes, comme dans les expressions toutes faites, comme
tev boftedur mir geven kaṅveż ni elikarnízhduse = quand les bouchers feront crédit aux végétariens.
On peut toutefois en trouver, çà et là :

Flumip iψ geven ùr leraċe djætriken ni acynons (C'est l'hippopotame qui donne des leçons de diététique au guépard).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mar 2 Mai 2017 - 16:44

Djino a écrit:
Est-ce moi qui suis trop influencé par la formulation "avoir mal" en français, ou bien est-ce une incohérence en esperanto ?
Ici, (pour une fois), l'aneuvien se rapprocherait plutôt de l'espéranto :

med fœnt • dolobon sĕrtep eg vàla = mon pied est douloureux parce que je suis tombé.

Par contre, si le siège de la douleur n'est pas exprimé, la phrase devient :

Eg dólev sĕrtep eg vàla = j'ai mal parce que je suis tombé.

Puis :

dolob = douleur
ere dolobev (cf ci d'ssus) = avoir mal
dolobas = douloureusement
ere dolobon = être douloureux (organe meurtri)
dolobor = douloureux (qui cause la douleur)
dolrík = cri de douleur.

Djino a écrit:
Après tout, si on transposait cette logique à d'autre racines, comme lac-, on aurait
laco (fatigue), laca (fatigant), laci (être fatigant)... Selon ma logique, le verbe devrait signifier "éprouver cette sensation".

Qu'en est-il chez vous ?
Pour "fatigue", j'ai renead (à-priori) ; en découlent
renear = fatiguer (æt hippo renear syv; a ep kàn ere grag = ce cheval fatigue vite ; il doit être malade).
reneares = fatiguer (accusatif : æt insèda renearsa es = cette séance m'a fatigué)
elireneadar = infatigable
renearun = fatigant (le participe "fatiguant" se dit pareil pour le verbe ergatif (renear), sinon renearsun ; toujours invariable).


Troubadour mécréant a écrit:
apeuré : vudes, oui, ou aussi kovudan, qui lui est un passif et insisterait davantage sur le fait que l'individu est effrayé par quelque chose ou quelqu'un, plus qu'une peur instinctive

effrayant : kovudas ou vudesis.
Chez moi :

Skærun = effrayant
qboban = apeuré (adj.)*
qbobon = peureux.

Troubadour mécréant a écrit:
- til listaf = tu es belle, c'est ce que je constate à cet instant, que ce soit permanent ou pas
- sotil listaf = tu es belle (vérité générale). Mais là, on dira plus:
- til listik(ya) = tu es une belle femme, ce qui revient à peu près au même
- gitil listaf = habituellement tu es belle (mais aujourd'hui, bof)
- re en til listaf = aujourd'hui tu es vraiment toute belle (les autres jours, par contre...)
- til listapaf = tu es très belle (jugement "objectif")
- til listackaf = tu es normalement belle, comme il faut
- til listanyaf = tu es bien belle (jugement "enamouré").
Là, j'dois bien me rendre compte que je n'ai pas autant de suffixes pour  ces nuances, et que je dois m'en sortir autrement, c'est-à-dire, dans certains cas, par périphrase. Respectiv'ment :

O • ryln°
O • ùt ryln kad
O • ryln livas
Vydaw o ep ryln
O • rylnert
O • tryvas ryln
O • gyrýln.


Bon, j'm'en suis pas trop mal sorti. J'avais craint pire. Vous avez certainement remarqué  que, dans les deux phrases violettes, n'adverbe l'était pas à la même place. Heureusement la syntaxe n'est pas si rigoureuse que ça, mais là, c'est la place normale. Dans la première, l'adverbe joue plutôt le rôle de circonstant ; dans la deuxième, l'adverbe s'appuie davantage sur l'adjectif.

Y aurait bien aussi ces ajouts :
O • alsy rylner qua mihròboner = Tu est aussi belle qu'élégante
O • nechrýln# = Tu es belle (mais ne crois pas que ta beauté (apprêtée) me charme : je reste  de glace).

Djino a écrit:
En arwelo, j'utilise l'adverbe ha (oui) pour former les phrases affirmatives.
Ex : Me ha peli (Moi oui parler = Je parle vraiment) ; Ha me peli (Oui moi parler = C'est bien moi qui parle).
En aneuvien, je fais appel à deux méthodes différentes :
Emphase sur le verbe : eg ep lokùtun
Emphase sur le sujet : egiψ lokùtun.
On pourrait combiner les deux (egiψ ep lokùtun), mais bof...

*Attention : le verbe est qbobes, donc la forme verbale (participe : ayant été apeuré) est cem qbobsuna. On fera la différence, également, entre
qboban obaajad (regard apeuré)
qbobon leod = lion peureux.

°Là où il n'y a pas de nom pour désigner la personne à qui on parle, ryln signifie également "beau".
#Nechrýln est l'adjectif correspondant au nom commun "bellâtre" Il est applicable pour n'importe quel sexe ; nech- est le préfixe péjoratif aneuvien. Cet adjectif correspondrait, en fait, à bellaĉa (EO), listaja (AVK), kalua (elko), beluj (URO)...

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Mer 10 Mai 2017 - 17:41

Doj-pater a écrit:
Si c'était le cas (sans jeu de mots Wink), ce serait relativement facile. Mais les déclinaisons allemandes concernent aussi l'adjectif et quelquefois le nom lui-même:
par ex. déclinaison de nett = gentil
ein netter Mann (un homme gentil) - eine nette Frau (femme) - ein nettes Kind (enfant) - Nette Leute (gens).
mais avec l'article défini:
der nette Mann - die nette Frau - das nette Kind - die netten Leute
nett devient netten
au masculin: accusatif - datif - génitif
au féminin: datif - genitif
au neutre: datif - génitif
au pluriel: 4 cas avec die (article défini)
et tout change quand on n'a pas d'article:
par ex datif: nettem = masc. & neutre, netter= feminin

résultat des courses: si on s'en tire à peu près au nominatif, après on ne sait plus quand il faut mettre nette ou netten (sans parler de nettem, netterRolling Eyes
Chose que j'ai voulu éviter à tout prix chez moi, raison pour laquelle, même si l'existence de quatre cas en allemand m'a inspiré, c'est quand même vers le volapük que je me suis tourné, non pour les flexions elles-mêmes, mais sur le principe, ou tout du moins en partie, puisque je ne décline que les noms et les pronoms. Et là encore, l'unicité des flexions (-_, -a, -e, -i en volapük) a été gardé chez moi, que ce soit pour les noms ou les pronoms : -_, -/s/, -en, -ev*.
Dopa a écrit:
Le datif des p.p permet d'éviter des lourdeurs du style: a ma, a ta, a ha (ha, ha, ha Wink ), a na (Ana ???), a va (naguila hava…♪ ♫)… etc.
En fait, c'est peut-être la préposition qui a été mal choisie. Mais bon, laquelle choisir sinon, pour une langue auxiliaire ? En tant que langue personnelle mixte, l'aneuvien n'a pas cette vicissitude : la préposition qui correspond à "à" précédant un COI, c'est l'à-priori ni, qui ne "souffre" d'aucune assonance ni allitération avec quelque pronom que ce soit.




*Les cas ne coïncident pas tout-à-fait, mais ça, vous l'savez sans doute d'jà.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 19411
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Aneuvien   Sam 13 Mai 2017 - 23:03

Arnaud M a écrit:
Comment diras-tu: « j'attends l'autobus 51, mais c'est le troisième autobus 129 qui passe ».
Chez moi, ça donn'rait :
Eg waadun àt bus pentek-ùt, do à teren bus iψ ċerent-tinek-nov passun.

Ou bien alors :

Eg waadun àt bus pentek-ùt, do à teren bus ċerent-tinek-nov eg vedjun passun* = j'attends l'autobus 51, mais c'est le troisième autobus 129 que je vois passer.

Les tournures relatives « c'est ... qui ... », « c'est ... que ... », « c'est ... dont ... »... ne sont pas traduites de cette manière en aneuvien.

Sfaaraiesev da studna léx. = C'est à Sfaaraies qu'il a étudié le droit.


*La disparition du point de ċerent est envisagée.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aneuvien   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aneuvien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 40 sur 44Aller à la page : Précédent  1 ... 21 ... 39, 40, 41, 42, 43, 44  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'aneuvien langue officielle en Europe
» Aneuvien
» Chronologie des espérantoïdes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: