L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Moyens de transport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant
AuteurMessage
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 9 Juil 2012 - 1:57

Les deux roues (motorisées ou non) sont assez encoragées en Aneuf, Le vélomoteur de 60 à 120 cm3, quasiment disparu de nos cités et roi absolu à Ho-Chi-Minh-ville, est assez présent dans certaines villes moyennes. Effectivement Les foyers, plutôt que d'avoir deux voitures (hors de prix) à usage permanent (essence également hors de prix), préfèrent avoir une voiture (à usage occasionnel : coffre à remplir, par exemple) et deux pétoires, moins encombrantes sur les routes et nettement plus sobres. Mais le vélo n'est pas laissé pour compte ! Les pistes cyclables lui sont accessibles, ce qui n'est le cas que pour les 49,9 pour les pistes cyclables de grands axes interurbains et pas du tout le cas pour les P.C. urbaines ou celles des routes moins importantes, et ce, pour toutes les cylindrées (les skœters & vélos électriques y sont toutefois admis). Bref, pour qu'un conducteur se déplace seul dans sa voiture en ville, il faut qu'il ait une bonne raison. Sinon, il prendra le deux-roues ou les T.C. sans état d'âme, quelle que soit sa condition sociale (sauf, peut-être, une minorité de snobs friqués, par-ci par-là... Mais même Hocklènge (la plus "occidentale" des grandes villes aneuviennes) est loin de ressembler, à ce titre, à Los Angeles, voire Lyon, pour prendre une ville à population comparable).

Là où la voiture est la plus utilisée, eh ben c'est... la campagne. Certes, les deux-roues y sont également présents, de même que les bus et trains à trafic local, mais il y a très souvent un coffre à remplir, voire même un plateau (car les piqueupes ne sont pas rares).

Dans l'ensemble (sauf exceptions, déjà citées), l'Aneuf a certes accepté la voiture car il l'a considéré comme moyen de transport utile dans bien des cas. Mais il n'en a pas fait un dictateur absolu ni porte-drapeau systématique d'un certain niveau social (même s'y a des Kljakus Aṅtares et des Kærtham 611). La voiture a SON rôle, comme les transports ferroviaires (train, métro, tram), l'avion, le deux roues ou le bus. Certes, la voiture neuve est chère, l'essence est chère aussi, mais une deuxième, voire une troisième main utilisée dans des conditions raisonnables, et compte tenu des détaxes possibles pour un nombre limité de litres consommés, est tout-à-fait abordable, même pour un foyer aneuvien de conditions modestes dont pourtant les deux conjoints et l'enfant aîné ont un permis de conduire (qui, à l'inverse de la voiture, n'est pas à des prix astronomiques).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 9 Juil 2012 - 12:33

Il existe à Dibadi (et au Niémélaga en général) divers modèles de deux-roues électriques, allant de l'équivalent de nos cyclomoteurs de 50cc jusqu'à l'équivalent de nos motos. La réglementation est uniforme : tout véhicule à moteur, quel qu'il soit, nécessite un permis de conduire et est immatriculé.

À cause de la circulation urbaine, rouler en deux-roues est dangereux. Le problème est le même que pour les vélos : vols, accidents, etc. Les vélos sont relativement nombreux, surtout dans les quartiers périphériques, où les stations de métro et les arrêts de bus sont parfois assez éloignés des habitations et où la circulation est en général moins dense qu'en centre-ville. Les deux-roues motorisés sont chers (moins que les voitures, mais quand même). On en voit pourtant beaucoup.

La police et la milice dibadiennes disposent d'unités motocyclistes, montées sur de puissantes motos électriques.

Les unités motocyclistes de la milice, spécialisées dans la lutte anti-émeute, sont, il est vrai, plus craintes qu'admirées. Chaque moto est montée par deux miliciens casqués : un pilote et son passager. Le passager est armé d'une longue matraque de bois et d'un pistolet automatique, et équipé de menottes. L'efficacité et la brutalité des motards de la milice sont légendaires.

Curieusement, les assurances ne sont pas obligatoires : si vous avez un accident et que vous êtes blessé ou que vous blessez quelqu'un, les soins sont gratuits, ce qui est la norme à Dibadi, sauf si vous préférez utiliser les services d'une clinique privée. Les dommages que vous causez ou que vous subissez lors d'un accident sont à vos frais. Les automobilistes, cyclomotoristes et motocyclistes raisonnables prennent des assurances : il serait absurde de se retrouver clochardisé à cause d'un banal accident de la circulation, si vous vous retrouvez infirme et incapable de travailler pendant des mois ou des années, et que vous devez rembourser la limousine de luxe que vous avez percutée à un carrefour. Mais tout le monde n'est pas raisonnable à Dibadi.

Les cyborgs qui dirigent le pays voient le côté positif de ces tragédies ordinaires : un automobiliste clochardisé, c'est souvent l'occasion pour plusieurs familles de monter chacune d'un cran dans l'échelle sociale.

De plus, la milice possède sa propre compagnie d'assurance, très bon marché. Être accepté comme client par cette compagnie permet de faire des économies et de se sentir un peu plus en sécurité, financièrement parlant. En contrepartie, il faut avoir un proche parent dans la milice, ou être recommandé par un haut gradé de la milice, qui demandera souvent quelques services confidentiels en échange.

Cela ressemble à de la corruption, mais les cyborgs contrôlent discrètement tout ce business : pour contrôler Dibadi, ils ont besoin d'avoir des informateurs et des soutiens dans la population.

La plupart des stations de métro de la périphérie disposent de parkings pour les deux-roues. Certains parkings sont surveillés par la milice, moyennant un abonnement mensuel ou journalier symbolique. La direction de la milice considère cela comme un investissement : il faut montrer au public que la milice est utile et nécessaire.

Il existe une brigade de policiers à cheval, aussi surprenant que cela paraisse dans une mégalopole comme Dibadi. Leur travail consiste à patrouiller dans les zones périphériques bordant la campagne, là où les constructions alternent avec des prairies et des terrains vagues, et où les banlieusards élèvent des poules et des lapins dans leurs modestes pavillons. Les policiers à cheval repèrent les clochards, qui élisent souvent domicile dans les terrains vagues, où ils se fabriquent des abris avec du carton et de vieilles bâches. Ensuite, la police laisse la milice faire les arrestations. La politique du gouvernement est de toujours faire faire le sale travail par la milice, qui est là pour ça.

La milice étant constituée à 99% d'êtres humains, elle traîne souvent les pieds pour arrêter les clochards qui ne gênent personne. D'où l'impression, totalement erronée, qu'ont souvent les Dibadiens, que les cyborgs, qu'ils ne voient jamais, ne contrôlent pas vraiment la ville.

À la campagne, les klelwaks circulent souvent en vélo. Ce sont les mêmes vélos qu'en ville, solides comme des vélos de facteurs, avec de grosses roues permettant de rouler facilement sur les chemins boueux et les chaussées défoncées. Les klelwaks sont des machines humanoïdes infatigables, capables de faire plusieurs centaines de kilomètres à vélo dans une journée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 9 Juil 2012 - 13:22

Vilko a écrit:
À la campagne, les klelwaks circulent souvent en vélo. Ce sont les mêmes vélos qu'en ville, solides comme des vélos de facteurs, avec de grosses roues permettant de rouler facilement sur les chemins boueux et les chaussées défoncées. Les klelwaks sont des machines humanoïdes infatigables, capables de faire plusieurs centaines de kilomètres à vélo dans une journée.

Puisque l'apparence des klelwaks n'est pas un souci (contrairemenrt à celle des cyborgs, des tlutsmas & mischimas), pourquoi n'y a-t-il pas de klelwaks fabriqués pour la marche (rapide) puisqu'ils sont infatigables, ça leur permettrait de sauter des barrières (par exemple), ce qu'il est particulièrement difficile de faire à vélo. J'ai vu, dans une documentation, que les robots marcheurs intéressaient les ingénieurs en cybernétique, plus que les robots rouleurs (plus faciles à faire), justement à cause de ces aptitude à franchir les obstacles. Je suppose qu'il doit y avoir des entomobots (robots insectes volants ou rampants) permettant d'aller là où humains, cyborgs, tlutsmischimas & klelwaks antropoïdes ne peuvent pas aller : conduits, plafonds, etc.

On peut imaginer pas mal de choses : un robot dans un taxi.

L'humain lui dit sa destination, l'ordinateur de bord "entend", puis interprète puis avec un dialogue avec le cerveau central du trafic routier dibadien, choisit l'itinéraire le plus rapide.

Le cyborg dialogue directement avec l'ordinateur de bord, par des signaux numériques transmis par ondes radio : le résultat est le même.

Toutes les commandes du taxi seraient internes. Vol du véhicule impossible pour plusieurs raisons :

  • Pas de commande externe : pas de volant, de pédales, de levier de vitesses (d'toute façon, TOUS les véhicules dibadiens étant électriques, les leviers de vitesses, hein...). Impossible à "conduire" pour un humain.
  • Le robot du véhicule étant en dialogue permanent avec la régulation du trafic.
  • Quel cyborg serait assez c... pour détouner, par voie cybernétique, un taxi !? Complètement ridicule ! et contraire à son statut.


Je suppose que tous les taxis sont munis de monnayeur à carte banquaire : les portes du véhicule ne se déverrouillant qu'une fois le paiement (en fin de course) a été effectué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 9 Juil 2012 - 17:31

Anoev a écrit:
Puisque l'apparence des klelwaks n'est pas un souci (contrairemenrt à celle des cyborgs, des tlutsmas & mischimas), pourquoi n'y a-t-il pas de klelwaks fabriqués pour la marche (rapide) puisqu'ils sont infatigables, ça leur permettrait de sauter des barrières (par exemple), ce qu'il est particulièrement difficile de faire à vélo.
Les vélos des klelwaks sont des machines à économiser l'énergie : à vitesse égale, un cycliste dépense beaucoup moins d'énergie qu'un coureur à pied. Les klelwaks ne disposent pas de réserves illimitées d'énergie, ils doivent faire avec ce qu'ils ont.

L'apparence des klelwaks n'est pas un souci, mais il a été décidé par les cyborgs qu'ils auraient une apparence humanoïde, pour plusieurs raisons :

D'une part, leur permettre d'utiliser facilement les machines et les outils conçus pour des humains.

D'autre part, en cas de besoin, interagir plus facilement avec les humains. Les klelwaks, lorsqu'ils le faut, peuvent capturer et interroger des humains, mais aussi les secourir et les soigner.

Troisièmement, donner l'illusion que la campagne niémélagane est habitée, au sens que les humains biologiques donnent à ce mot : peuplé d'homo sapiens. Vu de loin, un klelwak ressemble à un humain. Cette ressemblance est accentuée par les vêtements que portent la plupart des klelwaks : grands manteaux sombres, presque toujours rapiécés, et chapeaux à larges bords. Mais même de loin leur curieuse démarche chaloupée permet de les identifier à coup sûr.

Les humains ne s'y trompent pas, c'est pourquoi les klelwaks ne vont jamais dans les villes, où de vrais humains pourraient les voir de près et en être troublés. Les cyborgs ne comptent ni les klelwaks, ni les androïdes (mischimada et tlutsmada) dans les statistiques démographiques du Niémélaga. Mais ils se comptent eux-mêmes parmi les humains.

Les klelwaks utilisent les mêmes vélos que les humains, mais comme certains klelwaks sont très grands (210 cm) et d'autres sont très petits (120 cm) des vélos à leur taille sont fabriqués pour eux.

Les vélos des klelwaks sont uniformément noirs, avec de gros pneus en bioplastique, une béquille et un porte-bagage à l'arrière. Les Dibadiens qui achètent des vélos de ce type aiment les personnaliser en les repeignant dans des couleurs plus gaies et en ajoutant des accessoires : klaxons bruyants, fanions, rétroviseurs fantaisie, autocollants...

Anoev a écrit:
Je suppose qu'il doit y avoir des entomobots (robots insectes volants ou rampants) permettant d'aller là où humains, cyborgs, tlutsmischimas & klelwaks antropoïdes ne peuvent pas aller : conduits, plafonds, etc.
Il y a au Niémélaga des robots arachnoïdes (à huit pattes) dont la taille varie d'une quinzaine de centimètres à cinq mètres de haut. Ces arachnoïdes ont toujours constitué l'essentiel des robots de combat des cyborgs. Ils se sont recyclés, pour la plupart, dans l'agriculture et l'industrie. Ceux qui sont restés dans l'armée forment l'ultime réserve militaire : celle qui entrerait dans Dibadi pour exterminer les humains, éventuellement avec l'aide des klelwaks, si l'armée régulière (composée de cyborgs et d'androïdes en uniformes blancs) ne suffisait pas à rétablir l'ordre.

L'armée régulière est assez peu nombreuse, à cause du Protectorat. Une clause du traité en limite les effectifs et l'armement.

Il existe aussi des robots volants, sortes de drones ou de dirigeables intelligents. Ces robots ne sont pas censés être militaires, aux termes du traité, mais en pratique ils le sont. La nuit, les Dibadiens peuvent voir dans le ciel les lumières clignotantes ou fixes des dirigeables. Ces dirigeables à cerveau de robot sont souvent plutôt petits et leur couleur gris-bleu les rend presque invisibles le jour.

Et bien sûr, il y a ceux qu'on ne voit jamais, qu'on ne mentionne presque jamais, mais qui sont les véritables maîtres du Niémélaga : les intelligences artificielles (yekda) qui sont cachées dans des lieux secrets et qui communiquent par téléphone, par radio et par les réseaux informatiques. Au Niémélaga, lorsque vous téléphonez à un service d'aide en ligne, la personne calme et compétente qui vous répond et qui vous donne son nom et son prénom est généralement une intelligence artificielle, un cerveau cybernétique mille fois plus rapide qu'un cerveau humain, et donc capable de mener simultanément mille conversations téléphoniques.

Anoev a écrit:
On peut imaginer pas mal de choses : un robot dans un taxi.
À Dibadi, les chauffeurs de taxi sont presque tous des êtres humains biologiques, bien que les premiers d'entre eux aient été des androïdes masculins (mischimada), jusqu'à ce qu'un nombre suffisant d'immigrants ait été formé pour les remplacer.

La technologie du 21e siècle, après plus d'un siècle de catastrophes diverses, est retournée vers la simplicité, au moins apparente. Dans un monde où les coupures d'électricité sont fréquentes et peuvent être longues, on ne peut pas se contenter de monnaie électronique, on a encore besoin des bons vieux billets de banque, pièces de monnaie et ordres de virement.

Il y aussi le fait que les humains savent que ce sont des robots qui ont tué des dizaines de millions d'êtres humains pendant les guerres qui ont précédé la création du Niémélaga, et qui continuent d'en faire disparaître plus ou moins secrètement des milliers chaque année. Ils se sentent plus en confiance face à quelqu'un qui a l'air d'être un humain, et les cyborgs le savent.

Anoev a écrit:
Je suppose que tous les taxis sont munis de monnayeur à carte banquaire : les portes du véhicule ne se déverrouillant qu'une fois le paiement (en fin de course) a été effectué.
Eh non. Il est interdit à un chauffeur de taxi de séquestrer son client, même s'il n'a pas payé. Ce serait un délit plus grave que celui commis par le client. Tout ce que le chauffeur de taxi peut faire c'est refuser de prendre un client qui ne lui inspire pas confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 9 Juil 2012 - 18:38

Vilko a écrit:
Eh non. Il est interdit à un chauffeur de taxi de séquestrer son client, même s'il n'a pas payé. Ce serait un délit plus grave que celui commis par le client. Tout ce que le chauffeur de taxi peut faire c'est refuser de prendre un client qui ne lui inspire pas confiance.

Je me suis posé la question : un robot peut-il commettre un délit ?

Par ailleurs, comme je t'ai dit au téléphone, on ne reste pas enfermé bien longtemps et seuls ceux qui refusent d'entrer une carte pour payer sont retenus quelques minutes, le temps que la milice arrive.

Le réel risque, j'en conviens, c'est une panne du système (mais je suppose que le jexsush (m'rappelle plus l'orthographe) peut limiter les risques), et là : un impératif : toute panne doit entraîner un déverrouillage et non un verrouillage (on doit avoir ça aussi chez nous), du moins, dans ces conditions.

Mais c'est vrai que le système que je t'avais proposé a une faille : comment feraient les étrangers qui n'auraient pas de carte bancaire, ou simplement des gens qui n'ont aucun compte... beeen sûûr, on peut toujours se dire : y a peu de chance qu'y prennent le taxi. Mais bon, dans une cité où la violence rôde dans bien des quartiers (c'est pas moi qui l'ai dit), un taxi robot limiterait les risques d'agression du chauffeur !

Le refus de prendre un client peut être très mal vécu par le client si celui-ci est honnête et de bonne foi mais n'a pas l'heur de convenir à un chauffeur d'une communauté hostile (imagine un peu un client hutu débarqué fraîchement à Dibadi... y trouve un taxi... dont le chauffeur est tutsi). Si le chauffeur est un humain, il pourra refuser un client uniquement si sa gu... lui r'vient pas ! Une tlutsma ou un miçhima n'aura pas d'états d'âme, au moins, et pourra se défendre bien plus efficacement en cas d'"incident relationnel" : « Ta caisse ou j'te brûle ! ».

Certes, l'argent électronique n'a pas que des avantages (il est tributaire de la "fée électricité"), mais il apporte bien des solutions en cas de situations sensibles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Zones tarifaires ST   Mar 10 Juil 2012 - 9:47

Certes, il y a des zones tarifaires au Sarimat, mais elles se chevauchent amplement (un peu comme si, en Île-de-France, la zone I allait, par exemple jusqu'à Choisy-le-Roi, Aulnay ou St-Cloud, mais que la zone II démarrait aux portes de Paris pour atteindre Juvisy, Roissy ou St-Germain-en-Laye). Cependant, les zones tarifaires ne sont pas disposées en couronnes concentriques, comme on peut le voir sur la carte. Les lignes en rocade ne manquent pas : lignes 4 & 5 du métro, lignes 8 et 9 du train, trams & bus* nombreux.

Les systèmes de zones tarifaires du Pelliant et du Sanflod sont assez proches (mais chevauchement moindre, cependant). À venir : la carte des zones tarifaires des transports du Surroenyls qui, de par sa structure (plusieurs "villes-noyaux" avec une banlieue commune) est notoirement différente.



*Les lignes de bus ne sont pas mentionnées. Il n'y a pas de trolleybus au Sarimat : le ciel y est rempli de caténaires pour trams, métros & trains. Cette carte est schématique et les distances n'ont pas d'échelle. Ainsi, la distance entre Alwerazhe et Brimberg est presque aussi importante qu'entre Sfaaraies et Sponka (bifurcation ouest lignes 6 & 3/7)





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mar 10 Juil 2012 - 11:04

Anoev a écrit:
Je me suis posé la question : un robot peut-il commettre un délit ?
Bien sûr, si ses maîtres lui en donnent l'ordre. Au Niémélaga les robots (dont les klelwaks font partie) font plus que commettre des délits, ils commettent des crimes. Les robots de combat de l'armée des cyborgs, pendant la guerre qui a précédé la fondation du Niémélaga, ont exterminé plusieurs dizaines de millions de personnes.

Par définition un robot ne fait rien de sa propre initiative, il a besoin d'instructions pour agir. Tout dépend donc des instructions reçues.

Anoev a écrit:
Par ailleurs, comme je t'ai dit au téléphone, on ne reste pas enfermé bien longtemps et seuls ceux qui refusent d'entrer une carte pour payer sont retenus quelques minutes, le temps que la milice arrive.
À Dibadi rien ne fonctionne jamais parfaitement, et parfois la milice vient avec beaucoup de retard, voire pas du tout. Par exemple, si un seul véhicule de la milice est disponible et qu'il se trouve qu'il est retenu par un incident grave à un autre endroit. L'intelligence artificielle qui répond au téléphone préviendra aimablement le chauffeur de taxi que ce soir la milice à autre chose à faire que de s'occuper d'une dispute pour dix ducats entre un chauffeur de taxi et son client.

Anoev a écrit:
Le réel risque, j'en conviens, c'est une panne du système (mais je suppose que le jexsush (m'rappelle plus l'orthographe) peut limiter les risques), et là : un impératif : toute panne doit entraîner un déverrouillage et non un verrouillage (on doit avoir ça aussi chez nous), du moins, dans ces conditions.
Il y a aussi un autre risque, non négligeable : le chauffeur de taxi pervers. De nuit, une jeune femme préférera prendre un taxi plutôt que marcher dans des rues mal fréquentées, ou prendre certaines lignes de métro, qui, passées une certaine heure, sont aussi dangereuses que la surface. Un chauffeur de taxi pervers qui a la possibilité d'enfermer la jeune femme dans son taxi risque d'en abuser, après s'être garé dans une impasse déserte ou dans un parking souterrain.

Les Dibadiens viennent de partout, et en général ils se retrouvent à Dibadi parce qu'ils ont eu des problèmes dans leur pays d'origine. Le cas de Quamis Mindi est loin d'être une exception. Vincent lui-même a quitté son pays pour des raisons dont il ne parle jamais. On ne peut faire confiance à personne à Dibadi. Surtout pas à un chauffeur de taxi qu'on ne connaît pas. En fait, à Dibadi on ne peut pas faire confiance même à un chauffeur de taxi qu'on connaît.

Anoev a écrit:
Le refus de prendre un client peut être très mal vécu par le client si celui-ci est honnête et de bonne foi mais n'a pas l'heur de convenir à un chauffeur d'une communauté hostile (imagine un peu un client hutu débarqué fraîchement à Dibadi... y trouve un taxi... dont le chauffeur est tutsi). Si le chauffeur est un humain, il pourra refuser un client uniquement si sa gu... lui r'vient pas !
La presse américaine relate assez fréquemment les problèmes qu'ont les New-Yorkais qui ressemblent à des Hutus (et même ceux qui ressemblent à des Tutsis, c'est dire) pour prendre un taxi la nuit. Certains appellent ça de la discrimination, d'autres disent que c'est du réalisme, vu le taux de criminalité à Harlem et dans le Bronx. Les mêmes problèmes se retrouvent à Dibadi bien sûr, mais ils sont ignorés par les autorités. Tout ce qui divise les humains est bon pour les cyborgs, pourvu que ça ne dégénère pas en affrontements violents.

Anoev a écrit:
Une tlutsma ou un miçhima n'aura pas d'états d'âme, au moins, et pourra se défendre bien plus efficacement en cas d'"incident relationnel" : « Ta caisse ou j'te brûle ! ».
Une tlutsma ou un mischima n'a pas peur de la mort et peut donner instantanément l'alerte à une intelligence artificielle, les cerveaux cybernétiques des androïdes, des cyborgs et des robots étant reliés en permanence par radio au réseau informatique.

Cela étant, les cyborgs considèrent que les androïdes et les robots représentent un investissement en capital, tandis que les humains se reproduisent d'eux-mêmes en abondance et donc ne valent presque rien d'un point de vue financier, puisqu'un travailleur humain qui meurt peut être remplacé presque immédiatement par l'un des nombreux chômeurs de Dibadi. Du point de vue des cyborgs, il est donc préférable que les chauffeurs de taxi dibadiens soient des humains, d'autant plus que leur travail n'est pas directement utile aux cyborgs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Une digression : les lotissements de rejet   Mar 10 Juil 2012 - 13:24

Bref : la Dystopie avec un D majuscule.

Je suppose qu'avec une telle ambiance, la population humaine doit baisser (pas envie de faire des enfants pour leur laisser de telles conditions de vie). Bref, sauf pour les intelligences artificielles, Dibadi est une immense semi-prison, un peu à l'image de New-York 1993 (film de J Carpenter, sauf que là, c'était une véritable prison).

Je voulais dire qu'on ne peut pas poursuivre un robot pour un délit, pas d'avantage pour un crime, mais uniquement l'entité humaine munie d'une conscience (ou plutôt : ce qui lui sert de conscience Mad ) qui lui a donné ces ordres, d'une manière ou d''une autre.

Il y a, certes, en Aneuf, ce qu'on appelle des "lotissements de rejet", ils sont assez rares et souvent assez loin des "grands centres" (encore qu'il y a un lotissement de rejet à Prorcby (Pelliant) et un autre au Surroenyls). Pour y habiter, il faut être sorti d'une prison B (ceux où y sont reclus les criminels) et être rejeté de partout. Une fois, un correspondant y avait logé des immigrés dont il avait la responsabilité de l'orientation. Après le scandale qui s'ensuivit (deux victimes parmi les candidats à l'intégration) et après 3 ans de prison B (il avait des circonstances aggravantes, vu son poste et ses responsabilités), il put vivre l'expérience d'un tel type d'habitat : ça lui changea de son luxueux appartement au centre d'Abœle (commune chic limitrophe d'Hocklènge, un peu comme St-Mandé ou Neuilly-sur-Seine). Le plus grand L.E. (loçtat erzláten) se trouve quelque part aux Santes, au sud d'Asknerat et à l'ouest de Pyval. Il s'appelle L.E.Æ.S. ; les gens de la région l'appelle Jăr sin naam (enfer sans nom), ou plus prosaïquement JSN ou daar (là-bas). Jadis, ce fut une cité et fut transformé en ghetto par le régime Deskerrem. Comme l'endroit n'était guère folichon, le nouveau régime républicain y enferma les anciens séïdes de Dkrm. La cité n'était pas desservie par le train, ce qui accentuait son isolement. Par la suite, ce fut le régime Hakrel qui s'en servit pour y parquer dans des conditions effroyables, des familles entières appartement à des races indésirables. Les bus qui partaient bondés des gares d'Asknerat ou de Pyval revenaient toujours à vide. Puis, la cité fut abandonné et fut le repaire de marginaux assez turbulents contraints de se faire oublier de la justice santoise. Puis, la justice fédérale s'intéressa au site et l'acheta en l'état pour y placer des individus épuisés par des conditions d'incarcération en prison B. Les lotissements de rejet vivent en circuit fermé. Les commerçants, médecins, même policiers sont d'anciens condamnés à de lourdes peines et qui sont sortis d'une prison B. Une seule loi règne : celle du plus fort, du plus audacieux, du plus gonflé. Raison pour laquelle les Aneuviens voient d'un assez mauvais œil la proximité d'un tel lotissement à proximité de chez eux. Mais de ces lotissements, c'est comme de Dibadi : on n'en sort que les pieds devant.

Æt klœtev, la liven nep cyv, la dæn cyv:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mar 10 Juil 2012 - 21:53

Anoev a écrit:
Bref : la Dystopie avec un D majuscule.
C'est pas sûr. La plupart des gens mangent à leur faim, même si la nourriture est malsaine car trop chargée en produits chimiques. Un dixième de la population est assez riche pour s'acheter une voiture, manger de la nourriture de qualité, se faire soigner dans des cliniques privées, et souvent envoyer ses enfants dans des écoles privées. Pour eux, la vie à Dibadi est relativement agréable.

Les pauvres sont logés dans des appartements vétustes et surpeuplés, ils s'entassent dans le métro pour se rendre à leur travail (la semaine de travail fait 48h), leurs enfants vont dans des écoles où les classes sont surchargées, mais où règne un semblant de discipline (les élèves comprennent vite que se faire exclure du système scolaire, c'est la première étape de la clochardisation...), la nourriture est bon marché mais a toujours un goût chimique, douceâtre. Ils sont soignés gratuitement dans les dispensaires (où la qualité des soins n'est malheureusement pas toujours au rendez-vous) et après 65 ans ils touchent une petite pension et sont logés dans des dortoirs, même s'ils n'ont jamais travaillé.

Pas vraiment une dystopie, en fait. Je dirais que l'espérance de vie (le premier critère de développement d'une société) est comparable à celle des Européens pour les 10% les plus riches, et du même ordre que celui des Russes de revenu comparable pour les 90% restants. Le Niémélaga est un pays développé, dont la quasi-totalité de la population sait lire et écrire et a accès à l'eau courante et aux soins médicaux. La plupart des pays du Tiers-Monde en sont loin.

Anoev a écrit:
Je suppose qu'avec une telle ambiance, la population humaine doit baisser (pas envie de faire des enfants pour leur laisser de telles conditions de vie). Bref, sauf pour les intelligences artificielles, Dibadi est une immense semi-prison, un peu à l'image de New-York 1993 (film de J Carpenter, sauf que là, c'était une véritable prison).
Avec en moyenne un enfant par femme, la population baisse en effet. Seuls les plus riches, dont les femmes accouchent dans des cliniques privées, peuvent avoir deux enfants, exceptionnellement trois. Mais la population ne baisse pas, elle est stabilisée à neuf millions, parce que Dibadi, quelles que soient les circonstances, accueille des immigrants venus de tous les pays du monde.

Si Dibadi est une ville d'accueil, ce n'est pas grâce à la bonté d'âme des cyborgs, mais parce que c'est l'un des moyens qu'ils ont trouvé pour avoir des relations diplomatiques avec le reste du monde. Le message des cyborgs est le suivant : Nous vous débarrassons d'une partie (même minuscule) de vos chômeurs et de vos indésirables, et en échange vous faites semblant de considérer que le Niémélaga fait partie de la communauté humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mar 10 Juil 2012 - 22:02

Anoev a écrit:
Æt klœtev, la liven nep cyv, la dæn cyv:
 
Saiwosh :
Kopa ok to, wek tili mitlait, tili mimlos.

Dibadien :
Kopa hedë hi, halugo mitlait, igo mimlus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 20:52

Je sais pas où poster ce lien vers le forum angliche où on parle de train.... Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 20:56

J'ai pas réussi à l'ouvrir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 21:52

Anoev a écrit:
J'ai pas réussi à l'ouvrir
Essaye de copier le lien dans la barre d'adresse : http://www.incatena.org/viewtopic.php?f=4&t=39782

On y trouve quelques trucs superbes :

Je ne sais pas si Fr signifie "francs" sur le ticket, mais il me fait rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Kotave



Messages : 1592
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 22:05

Æt klœtev, la liven nep cyv, la dæn cyv.

Romane :

Akelov, on no viv, on mor.

Sprante :

Tòe, sin no byi, sin sceç.

Kotava :

Batlize, me blit vexe awalket.


Dernière édition par Kotavusik2 le Ven 13 Juil 2012 - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 22:09

Ça ressemble à du roumain, avec les, Ş, les noms en -U et l'absence de K (Classe).

J'ai cherché Fotèssa et Alilueve partout, j'ai pas trouvé. À mon avis, ça doit être des gares d'un idéomonde de langue proche du roumain. Beau billet, par conséquent ! on croirait un vrai !

Fr est une monnaie, c'est sûr, et la langue est flexionnelle (prišu... prišo). Une autre chose qui me fait penser à un idéomonde et non la Roumanie :

Monnair roumaine : Leu/lei
Monnaie moldave : Leu moldave.


Ça y est !!! J'ai réussi à l'ouvrir !!!

Tiens, encore une île, voire un archipel : il va pouvoir rejoindre la Sivélie, l'Union pentadrarienne, le Lotonoia et l'Aneuf.

J'vais essayer de comprendre ce qu'ils disent en anglais (épreuve !!! pale ).


Dernière édition par Anoev le Ven 13 Juil 2012 - 22:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 22:20

Kotavusik2 a écrit:
Æt klœtev, la liven nep cyv, la dæn cyv.

Romane :

Akelov, on no viv, on mor.
Tiens, la traduction en Romane me fait penser qu'en saiwosh et en dibadien j'ai traduit "vivre" par mitlait, qui signifie "rester, habiter, séjourner". Car dans mes idéolangues on ne vit pas quelque part, on y habite. Ça me paraît logique : on est vivant même là où on n'habite pas ! Very Happy

Un sinophone ou un arabophone pourrait-il m'indiquer si, dans des langues non-indo-européennes, "vivre" signifie aussi "habiter", comme dans les langues d'Europe ?

Citation :
J'ai cherché Fotèssa et Alilueve partout, j'ai pas trouvé. À mon avis, ça doit être des gares d'un idéomonde de langue (proche) roumaine.
La carte de l'idéomonde en question (dont le créateur se fait appeler vampireshark) est ici :

Alilueve est au nord-est de la grande île, Fotèssa au centre-est, là où les voies ferrées convergent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 22:31

En République populaire Ilienne, Y a une ville frontalière nommée Kalatyn. Ce nom en -yn a une consonnance qui m'est familière. J'aimerais bien savoir si la tension (si les lignes sont électrifiées : on peut toujours rêver) en Iljómó- est la même qu'en Telèmor...

Là où je me perds en conjectures, c'est pour cette ligne-ci :


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 22:48

Anoev a écrit:
Beau billet, par conséquent ! on croirait un vrai !
L'auteur est le Bojarski des billets de train imaginaires ! Very Happy

Quand je regarde ce billet de train Fotèssa - Alilueve, je m'imagine avec ce billet à la main, sur le quai d'une gare, en train d'essayer de deviner vers quel genre de destination il va me conduire.

D'abord, c'est un pays où l'on parle une langue romane, donc a priori pas trop difficile à apprendre pour un francophone qui a fait du latin, comme moi. L'alternance prişu / prişo indique que cette langue a conservé (ou recréé) des désinences. Prişo doit être un génitif-datif singulier (du latin "pretio") : classe prişo = "classe de prix". Prişu est bien sûr un nominatif singulier, du latin "pretium". Petit moment d'inquiétude : une langue romane qui a conservé des désinences nominales n'est surement pas la plus simple ! Very Happy

Le "Fr" comme abréviation désignant la monnaie me rassure : ce pays est, ou a été, sous influence culturelle ou politique française, je ne m'y sentirai pas trop dépaysé.

L'aspect général du billet, propre et ordonné, indique déjà qu'il existe dans le pays un système ferroviaire moderne. C'est bon signe.

D'après son blog (ici) vampireshark parle aussi le français. Il est américain, et il a quitté la France début mai, mais il espère revenir en automne. Il est donc possible de lui écrire en français.

Le site perso de vampireshark est ici : http://requindesang.deviantart.com/
Avec un superbe dessin de 200 franci de la fédération Telémor ! Very Happy

La ressemblance de la langue avec le roumain est frappante en effet.


Dernière édition par Vilko le Ven 13 Juil 2012 - 23:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 13 Juil 2012 - 23:12

Ça ne m'étonnerait pas d'ailleurs (d'après ses proportions) que le billet ait un format "carte de crédit". Ce qui laisse bien augurer de ce qu'il y a autour, ne serait-ce que pour fabriquer des abonnements. En plus, il y a une espèce d'hologramme au niveau des pointillés. Bref, ce billet me fait rêver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vampireshark



Messages : 15
Date d'inscription : 13/07/2012
Localisation : États-Unis d'Amérique (OH)

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Sam 14 Juil 2012 - 0:07

D'abord, j'espère que vous tous m'excusez pour mon français : malgré sept mois en France et six ans d'études formelles, mon écriture est pleine d'erreurs.

Oui, je suis créateur des choses que vous avez trouvées. La langue que j'ai créée et que j'ai utilisée sur ce billet est ma propre langue construite. C'est une langue basée sur des autres langues romanes, comme le français et le roumain, mais je ne veux pas l'appeler une vraie langue romane parce que je ne l'ai pas créée en utilisant une système de diachroniques. Puis, il y a des correspondances entre des autres langues, comme le latin, et le mien ; pourtant, ce ne sont pas toujours des correspondances regulières.

L'argent utilisé est appelé franco, derivé de franc. Pour ce pays, j'ai imaginé un système ferroviaire moderne et qui marche bien ; c'est en comparaison d'Ilia, où une dictatrice horrible et sanglante a detruit toute la système iliane. L'autre pays, Ilia, parle un langue très différent qui est, d'un façon, une type d'expérience pour créer un langue avec un minimum de mots bases.

Je dois dire que je suis un peu surpris que vous avez trouvé mes projets. Pourtant, vous avez trouvé un ancien modèle de ce billet. Voici un version un peu plus récent :



Vilko a écrit:
Il est américain, et il a quitté la France début mai, mais il espère revenir en automne. Il est donc possible de lui écrire en français.
Exactement. Vous pouvez m'écrire en français. Malheureusement, je ne vais pas probablement retourner en France.

Anoev a écrit:
En République populaire Ilienne, Y a une ville frontalière nommée Kalatyn. Ce nom en -yn a une consonnance qui m'est familière. J'aimerais bien savoir si la tension (si les lignes sont électrifiées : on peut toujours rêver) en Iljómó- est la même qu'en Telèmor...
Toutes les lignes de Telèmor sont électrifiées, oui. Ilia, c'est un pays en train d'électrifier les lignes. La ligne principale entre Fotèssa et Mámja via Dobor/Jẽdcyxavýze est électrifiée, mais pas la ligne qui croise la frontière à Kalatyn. Mais la tension est la même parce que CIT, la societé ferroviaire telèmore, travaille avec IDTQ pour électrifier la réseau.

Citation :
Là où je me perds en conjectures, c'est pour cette ligne-ci :
La carte est une carte schématique ; elle ne trace pas précisement le chemin réel.


Dernière édition par vampireshark le Sam 14 Juil 2012 - 9:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requindesang.deviantart.com
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Sam 14 Juil 2012 - 0:21

En hommage à vos efforts vis à vis de la langue française, de votre intérêt pour les idéomondes et de votre intérêt pour les trains (ça, c'est personnel, j'l'avoue), je me suis permis quelques petites corrections à votre intervention qui m'a touché au cœur. J'espère que vous les verrez d'un bon œil.

Pour le passage de Cyjuto (du moins je crois, à lire la carte, que c'est ce nom)

s'agit-il (d'ouest en est)

  1. de deux tunnels ? (probable, mais cher)
  2. de deux ponts ? (le deuxième doit être gigantesque et il ne doit pas y avoir de piliers !)
  3. d'un pont et d'un tunnel ? (solution raisonnable : les bateaux prendraient le grand passage, à condition, que le tunnel soit vraiment creusé SOUS le bras de mer)
  4. de deux lignes de ferries? (quelle perte de temps !)
  5. d'un pont et d'un ferry ? (solution la plus économique, mais pas la plus rapide)
  6. d'un tunnel et d'un ferry ? (compréhensible si le grand passage est trop profond pour creuser un tunnel)
  7. d'un tunnel et d'un pont ? (inverse du 3, compréhensible pour les mêmes raisons que 6)


Est-ce que je peux vous tutoyer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Moyens de transport   Sam 14 Juil 2012 - 1:18

Bigre j'ai organisé une rencontre de sidérodomane affraid
J"espère que vos horaires respectifs permettront une rencontre au moins entre deux train dans une salle d'attente saturée des odeurs des voyageurs en attente de correspondance vers leur destinations divergentes (ce forum par exemple) Arrow
Revenir en haut Aller en bas
vampireshark



Messages : 15
Date d'inscription : 13/07/2012
Localisation : États-Unis d'Amérique (OH)

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Sam 14 Juil 2012 - 6:03

Citation :
Est-ce que je peux vous tutoyer ?
Oui, pas de problème. En fait, je me sens un peu bizarre si on me vouvoie. Et puis-je vous tutoyer?

Citation :
En hommage à vos efforts vis à vis de la langue française, de votre intérêt pour les idéomondes et de votre intérêt pour les trains (ça, c'est personnel, j'l'avoue), je me suis permis quelques petites corrections à votre intervention qui m'a touché au cœur. J'espère que vous les verrez d'un bon œil.
Aussi, pas de problème. Je suis toujours ravi d'améliorer mon français.

Citation :
Pour le passage de Cyjuto (du moins je crois, à lire la carte, que c'est ce nom)

s'agit-il (d'ouest en est)
C'est un mélange des options numéro 5 et 6. Sur la carte, on voit qu'il y a la frontière Oshaharu-Telèmor qui divise l'île. Au Telèmor, il y a un pont qui croise le détroit entre Pialtina et Jiurjie : c'est un pont pour toutes les lignes ferroviaires ordinaires et pour les voitures. Pourtant, pour les trains à grande vitesse (non, ils ne sont pas appelés TGV), il y a un tunnel sous ce détroit. C'est un peu comme le LFT/« Chunnel » entre Paris-Nord et Londres, mais ce tunnel n'est pas aussi long (seulement 12 km, environ).

Pour le passage entre Cyjuto et Tocijo, c'est un ferry. Ce pays n'est pas très developpé et une ligne fixée entre les deux îles serait trop chère pour eux. C'est un peu comme le train entre Copenhague et Hambourg qui utilise un ferry de Rødby à Puttgarden.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://requindesang.deviantart.com
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Sam 14 Juil 2012 - 11:16

vampireshark a écrit:
Oui, pas de problème. En fait, je me sens un peu bizarre si on me vouvoie. Et puis-je vous tutoyer?

Pas d'problème. Entre idéolinguistes et dégésistes, on se comprend ! Je ne savais pas trop, vu que ta langue la plus courante était l'anglais, et qu'en anglais, le you est systématique...


Citation :
Aussi, pas de problème. Je suis toujours ravi d'améliorer mon français.

Je tâcherai de faire au mieux. Ce ne sera pas systématique, toutefois.


Citation :
C'est un mélange des options numéro 5 et 6. Sur la carte, on voit qu'il y a la frontière Oshaharu-Telèmor qui divise l'île. Au Telèmor, il y a un pont qui croise le détroit entre Pialtina et Jiurjie : c'est un pont pour toutes les lignes ferroviaires ordinaires et pour les voitures. Pourtant, pour les trains à grande vitesse (non, ils ne sont pas appelés TGV), il y a un tunnel sous ce détroit. C'est un peu comme le LFT/« Chunnel » entre Paris-Nord et Londres, mais ce tunnel n'est pas aussi long (seulement 12 km, environ).

Pour le passage entre Cyjuto et Tocijo, c'est un ferry. Ce pays n'est pas très developpé et une ligne fixée entre les deux îles serait trop chère pour eux. C'est un peu comme le train entre Copenhague et Hambourg qui utilise un ferry de Rødby à Puttgarden.

J'ai pris cette traversée, ainsi que celle (encore plus courte) entre Helsingør et Helsingborg (DK-S ; on écrivait à l'époque Hälsingborg, pour la ville suésoise) et celle entre Villa-S-Giovanni (Cal.) et Massina (Sic.) en Italie. Les trains aneuviens ne s'appellent pas non plus TGV, mais Syvstrægen (train rapide, en toute simplicité). Ils sont moins rapides que nos TGV. Pour qu'un train aneuvien puisse être qualifié de syvstrægen, il faut que sa vitesse moyenne entre les deux points extrêmes de son trajet (donc y compris ses passages en "voie normale") soit d'au moins 150 km/h. L'ANB attend des nouvelles rames, composées de 3 tranches d'éléments "indéformables" de 4 voitures, avec une motorisation répartie*.



*Contrairement à ce qui était annoncé, la motorisation dans les éléments d'extrémité serait plutôt TMTMT, ceux des éléments centraux restant MTMTM. Y aurait deux bogies moteurs en moins (moins cher, donc), en plus de ça, les bogies porteurs d'extrémités seraient munies de roues indépendantes, ce qui permettrait de calculer la différence de vitesse angulaire entre les roues extérieures et roues intérieures, ceci permettant la commande de la pendulation de la rame dans les virages avec le moins d'équipement au sol possible (je ne sais pas si ce système existe dans la réalité, ni si il est réalisable, mais il me paraissait séduisant).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Rames modulaire acte II   Mar 2 Oct 2012 - 15:24

Anoev a écrit:
L'ingénierie ferroviaire aneuvienne planche sur un type de matériel qui pourrait apporter un souffle nouveau aux rapides, voire à certains trains interstad, du réseau ANB. Il s'agirait de trains modulaire...

Toute réflexion faite, Deux modifs doivent être faites concernant ces trains.

Les modules d'extrémité comporteront deux bogies moteurs sur cinq (le proto a montré qu'avec plus de la moitié des moteurs hors tension, la rame pouvait rouler dans des conditions à peu près normales : faut pas gâcher). Ce qui fait un total, sur une rame de 12 caisses, de 7 bogies moteurs (4 sur le tégévé Atlantique).

Il n'y aurait plus de trains uniquement formés de caisses de première classe (1re ordinaire/klub), c'a été considéré comme anachronique et indigne du XXIe siècle par les responsables du service commercial de l'ANB. Cependant, à certaines heures, des rames comporteraient plus de places en 1re qu'en 2de ; mais au moins, les titulaires d'abonnements "uniquement 2de"* n'en seraient pas exclus, sous réserve, bien sûr, des places disponibles. Anoflog n'est pas encore sûr de l'aménagement des trains qu'il va commander.


*Bientôt, un laïus sur les différents types d'abonnements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moyens de transport   Aujourd'hui à 10:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Moyens de transport
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 19Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 12 ... 19  Suivant
 Sujets similaires
-
» Moyens de transport
» Sondage : Moyens de transport pour venir à la fac
» Pourquoi si peu de films et de photos d'ovnis (évolution des moyens techniques)?
» transport de médocs par avion : comment faites-vous ?
» [Salon] FILLIERE :: Gestion Logistique & Transport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Diégèse-
Sauter vers: