L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Moyens de transport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
AuteurMessage
Anoev
Modérateur


Messages : 16236
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mer 14 Sep 2016 - 10:33

Du moins, je l'ai supposé. Il appelait de son mobile. Main'nant, aurait-ce été possible depuis le téléphone de la chambre d'hôtel, là...

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16236
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mar 20 Sep 2016 - 22:02

Le lendemain, Georges sortit de l'hôtel, prit un petit déjeuner et alla à la salle des billets de la gare de Kesna pour acheter un billet pour un train de nuit du lendemain soir, direction Nakol. Le problème, c'est que la place qu'il aurait bien voulu avoir (un single déclassé, comme entre Saaraies et Hocklènge) n'existait pas durant les nuits des jours ouvrables, et il fallait se résoudre soit

  • à un single plein tarif (hors de prix pour la classe standing, encore assez cher pour la classe omoren*)
  • à un double ou un triple plein tarif (certes, moins cher mais on partage la chambre avec un ou deux inconnu(s)). Double avec un billet de première, triple avec une seconde.
  • à une couchette : là, les compartiments sont de six lits.
  • à un fauteuil, uniquement dans les express ordinaires.


Maintenant, il fallait qu'il se renseigne sur les trains où il restait des places, mettons en triple ou en couchettes.

-Le noxpress 243, quittant Hocklènge à 22:20 était archi-plein : plus aucune place nulle part.
-L'express nocturne 2255, quittant Hocklènge à 22:40 : il restait quelques fauteuils, un triple et deux couchettes, mais il fallait se décider assez vite.
-Le noxpress 245, de 23:20 était aussi plein que le noxpress précéd... ah non : il restait deux cabines en standing : même pas la peine d'en rêver.
-L'express nocturne 2257 était un peu plus prometteur : la moitié des couchettes était disponible, il restait pas mal de fauteuils, ainsi que des cabines de voitures-lits, occupables en single, double ou triple. Son heure de départ : 23:55, soit cinq minutes avant le changement de date !
Georges apprécia au passage la généreuse offre de desserte nocturne entre les deux principales cités aneuviennes, alors que dans son pays, l'entreprise ferroviaire avait franchement décidé de régler leur compte aux trains de nuit. Directives européennes, prétendument (l'Europe a bon dos !) ; heureusement, l'Aneuf n'est pas en Europe ! Il opta pour une couchette, en espérant qu'il n' aurait pas trop d'autres occupants dans son compartiment. Il avait réussi a en avoir une médiane. Il prit le billet, la résa et sa carte bancaire et les plaça au fond de sa poche intérieure, bien fermée par un double rabat. Il prit un train de banlieue qui l'amena en plein centre-ville.



*Les voitures des trains nocturnes sont réparties comme suit :


  • Celles marquées S (Standing), uniquement dans les compositions Noxpress, uniquement composées de cabines à deux lits (dont un est basculable) ou à un lit. Pour ces voitures, on ne peut que louer la cabine entière : donc, sin on prend un double, c'est qu'on est deux. Ces voitures sont très luxueuses, et si de l'extérieur, elle ressemblent à des voitures O modernes (sauf le nombre de fenêtres et leur répartition), à l'intérieur, il n'y en a pas deux qui se ressemblent. Douche et WC privatif dans chaque cabine : bref, y faut de l'espace. Le poids par voyageur n'est pas loin de celui des mythiques voitures LX de la CIWL (celles du Train bleu : 50 tonnes pour déplacer dix voyageurs !).
  • Les voitures Omoren, sans lettre distinctive. On trouve aussi bien des voitures toutes récentes (apr. 2000) que des voitures anciennes (~1970), c'est parmi ces dernières qu'on choisi les singles et doubles déclassés destinés aux express nocturnes ordinaires. Les voitures les plus récentes, présentes dans les deux types de compositions, ne sont déclassables qu'en double, et seulement la nuit du samedi au dimanche, et seulement dans les express ordinaires.
  • Celles marquées K (kàm) : ce sont les voitures-couchettes, accessibles moyennant un billet ou un abonnement valable en 2me classe, et une réservation. Cette réservation peut éventuellement être obtenue au dernier moment, seulement s'il reste des couchettes, évidemment.
  • Celles marquées 2 (uniquement dans les express ordinaires). Ce sont d'anciennes voitures à couloir central, dont on a remplacé les sièges de jour par des sièges à forte inclinaison. Comme pour les couchettes, la réservation est recommandée, mais pas systématique. Ces voitures n'ont pas vraiment bonne presse, pas techniquement : leur restauration, faite à partir de chaudrons des années '80 a été une réussite, mais sur certaines lignes, c'est le choix d'une clientèle de marginaux dont certains se sont fait une spécialité de faire les poches et les bagages des voyageurs endormis. Aux débuts, un petit racket s'était même organisé : «tu m'files dix balles et j'surveille ton bagage pendant que tu vas boire un coup ou que tu pionces» ; en fait, l'indélicat personnage ne surveillait rien du tout, mais en cas de refus, le voyageur était assuré de passer une nuit blanche, voire d'être endormi chimiquement et de se retrouver sans bagages et dans papiers à l'arrivée. La police ferroviaire mit fin à un tel racket, mais les vols, certes moins nombreux, subsistent. Georges avait lu ça dans son petit guide et avait opté pour la prudence.
  • À ces voitures s'ajoutent celles de la restauration : un simple Dem-Æstam dans les express ordinaires ; une véritable voiture-bar, voire une voiture-restaurant (si le départ a lieu avant 21:00) dans les noxpress.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Moyens de transport
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 19 sur 19Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19
 Sujets similaires
-
» Moyens de transport
» Sondage : Moyens de transport pour venir à la fac
» Pourquoi si peu de films et de photos d'ovnis (évolution des moyens techniques)?
» transport de médocs par avion : comment faites-vous ?
» [Salon] FILLIERE :: Gestion Logistique & Transport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Diégèse-
Sauter vers: