L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Moyens de transport

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
AuteurMessage
Bedal
Modérateur
avatar

Messages : 5167
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Lyon, France

MessageSujet: transports en chine au mnar et en france   Mer 2 Aoû 2017 - 15:45

Anoev a écrit:
Il n'est pas nécessaire d'être chinois pour être stupide. Nos gares de tégévées, construites en pleine pampa (le mot est de Pierre Mauroy, qui a bataillé ferme pour que Lille-Europe soit en peine ville, et non battue par les vents quelques part entre Bergues et je n'sais z'où) en sont, malheureusement, une preuve concrète. La gare tégévé-Picardie en est un exemple flagrant, encore plus flagrant que ça, encore ! Desservie par une diligence au départ d'Amiens, et c'est tout !

La gare entre Metz et Nancy ne vaut pas mieux...

_________________
"L'Atelier" alas a bin jerli foromte! : L'Atelier est le meilleur des forums

Like a Star @ heaven Idéolangues : algardien, nardar, helfina, mernien, syrélien, brakin, nurménien, leryen, romanais.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Heimdalir, Iles Romanes

Non au terrorisme et à la barbarie. Oui à la paix, la fraternité et la solidarité. Quelles que soient notre religion, notre langue ou notre couleur de peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mer 2 Aoû 2017 - 16:36

En Aneuf, on a fait le maximum pour que les dessertes fussent assurées en centre-ville : du coup, les lignes à grande vitesses étaient relativement courtes et les vitesses des trains étaient loin d'atteindre celles réalisées en France. Mais la desserte y gagnait (un peu ce qu'y s'passe en Allemagne, si on réfléchit bien). Cependant, il y eut un problème avec la Transversale des Santes : à l'ouest, il y avait une fourche d'où partaient deux lignes : celle devant desservir Trolans (Hælle & Sorne) et celles devant aller vers Asknerat (Rænge, Sanpaz, Kroze & Paan). Celle du Sud-ouest ne posait pas vraiment de problème (Mieux : contrairement aux prévisions, Pyval serait desservie, la convergence entre la LGV et la ligne traditionnelle se situerait en amont), par contre, celle de l'ouest posait problème : si on voulait desservir à tout prix Asknerat*, il fallait faire une espèce de décrochement en S, le temps de parcours aurait été à peine meilleur qu'avec la tradiligne, le tout pour un prix de chantier phénoménal. Bref : pour que la ligne en question fût à peu près rectiligne, et donc suffisamment intéressante, il fallait la faire passer au sud d'Asknerat, puis couper la tradiligne et enfin lui faire rejoindre une ligne qui venait de Lahal*. Bref, construire deux gares hors centre ville : une pour Asknerat et une pour Rænge. Celle de Rænge (Alfazie) ne serait vraiment pas loin de la ville, et serait desservie tant par un train IK que par les bus urbains de la ville. Pour Asknerat, ce fut un peu plus épineux. Un premier projet, rectiligne et très économique, devait complètement ignorer Asknerat : rejeté en bloc. Un deuxième devait couper la ligne Asknerat-Pyval un peu au sud de la première ville. Déjà meilleur. Seulement, la desserte de la gare par les transports régionaux et locaux ne devait pas être rédhibitoire, autrement dit, comme pour Rænge, en plus de l'IK Zhylaan-Asknerat-Pyval-Trolans, il devait y avoir aussi une desserte pas trop longue par les bus de la ville. On arriva à une solution négociée : d'une part, la gare de de Swelza-Asknerat ne serait guère éloignée de la grande ville, et d'autre part, la régie des transports de l'agglo d'Asknerat prolongerait deux de ces lignes pour desservir la fameuse gare. Une belle gare routière (accueillant également Utibus, Interbus et Povogda Pandyr Bussyr) les y accueillerait.

Les esprits chagrins déclarèrent tout de même que ces gares excentrées d'Asknerat et de Rænge risquaient de créer un précédent pour les futures lignes, et que la fréquentation des trains Interciv (civ comme cité) risquaient d'en souffrir. S'y savaient c'qu'y s'passe en France, y s'raient horrifiés !


*Les cartes datent d'avant le projet de construction de la ligne.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2937
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 28 Aoû 2017 - 14:28

Il y a beaucoup de parkings à Hyltendale, alors que le nombre de voitures particulières est relativement réduit, surtout pour des raisons financières. L'essence est chère au Mnar, vu les sanctions dont le pays fait l'objet, et le pouvoir d'achat de la population n'est pas très élevé, même à Hyltendale, malgré de nombreuses exceptions.

C'est pourquoi les fembotniks utilisent souvent leur gynoïde, qui est un robot humanoïde, comme un moteur pour faire avancer leur tricycle à passager ou leur vélo avec side-car. C'est après avoir vu une vidéo, dans laquelle un bricoleur expliquait comment équiper un vélo d'un side-car, que Zhaem décida de se motoriser. Le "moteur" du vélo étant bien sûr la gynoïde Isane, chargée de pédaler, pendant que Zhaem prenait place dans le side-car.



Zhaem, qui n'avait rien d'un bricoleur, fit réaliser le vélo avec side-car dans un atelier de mécanique. Isane, sous la direction de l'intelligence artificielle à laquelle son cerveau cybernétique est connecté en permanence, participa à la fabrication de l'engin, dont le prix était modeste.

Il restait à trouver un endroit pour le garer. Zhaem était propriétaire de deux cabanes de vingt mètres carrés, rue Sellaggeg à Tomorif. L'une d'elles, aux murs de brique, lui servait d'habitation, et l'autre, en bois verni, de rangement. Entre les deux cabanes, il y avait un espace de deux mètres de large et six mètres de long, où Zhaem avait installé une table de jardin et deux chaises, pour y profiter du beau temps avec Isane. Il restait assez de place pour y garer le vélo et son side-car, à condition de transformer en double porte grillagée la clôture qui séparait cet espace de la rue. La nuit, le vélo était recouvert d'une bâche, et attaché par un antivol à un anneau de métal fixé dans le sol.

Isane s'aperçut qu'un vélo avec side-car, c'est difficile à conduire. Lorsqu'on accélère, l'engin tourne à droite. Lorsqu'on freine, il tourne à gauche. Même en ligne droite, il faut sans arrêt tourner le guidon à droite ou à gauche pour ne pas dévier. Dans la circulation, ce n'est pas pratique du tout, d'autant plus qu'un vélo avec side-car occupe presque autant de surface au sol qu'une petite voiture.

Zhaem et Isane utilisaient le vélo avec side-car pour faire leurs courses au centre commercial. Mais pour les achats volumineux, tels que les caisses d'eau minérale, Isane se déplaçait seule, et mettait les achats dans un baquet qui remplaçait le siège du side-car.

En revanche, ils n'utilisaient pas le vélo pour aller à Zodonie, parce que les districts de Zodonie et Fotetir Tohu (le quartier du port) sont les seuls d'Hyltendale où l'on ne trouve pas de parkings gratuits, signalés par des statues de dieux-démons sur des piliers. À Zodonie et Fotetir Tohu, ils sont tous installés en sous-sol, et payants.

Zhaem trouvait le side-car pratique pour se déplacer à l'intérieur d'Hyltendale. En tant qu'étranger, il n'avait d'ailleurs pas le droit de quitter les limites de la ville.

Lorsqu'il ne connaissait Hyltendale que comme touriste, Zhaem trouvait que les vélos avec side-car et les tricycles à passager, ça faisait pauvre. Mais depuis qu'il était devenu hyltendalien, il avait changé d'avis. Pour un fembotnik et sa gynoïde, un vélo avec side-car, c'est bien suffisant, et c'est à la fois économique, écologique et silencieux. Une frêle gynoïde est une machine assez puissante pour faire rouler le vélo jusqu'à quarante kilomètres-heure, même avec un passager dans le side-car. Au-delà de cette vitesse, les problèmes de stabilité deviennent difficiles à gérer.

Bien sûr, il y a des contraintes. À Hyltendale, un casque est obligatoire pour tout être humain qui utilise un véhicule sans carrosserie. Zhaem avait acheté un casque de cycliste. Lorsqu'il pleut ou qu'il fait froid, des bottes, une cagoule et un imperméable descendant jusqu'aux chevilles sont nécessaires. En cas de verglas ou de neige, évènements d'ailleurs rarissimes à Hyltendale, il vaut mieux s'abstenir d'utiliser un vélo avec side-car.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 28 Aoû 2017 - 19:43

C'est sûr que ça doit terriblement lui changer du véhicule avec lequel il entrait au parking de la société Somýropa, une Kljajus Vener, un peu l'équivalent de la Mercedes 300 SL (pas celle avec les portes en papillon : un coupé plus classique), noir brillant, aux intérieurs cuir beige. Ses anciens collèges roulaient (et roulent encore) :
Natàli vient (d'assez loin) en Kærtham 520 (l'équivalent d'une Clio)
Agàth vient  à bord d'une petite moto 80 cm3
La cylindrée de la moto du patron est déjà plus importante : 450 cm3
Le (plutôt trouble) responsable du service financier vient à bord d'une Kljakus Uranus (la taille juste en d'ssous la limousine).
Pour les autres, c'est assez variable. Ça peut aller du vélo (monté à bord d'un train IK, éventuellement) à la petite voiture. Peu de covoiturage. Non par égoïsme, mais c'est que les employés sont rarement voisins, même si Wynex n'est pas ce qu'on appeler une grande ville.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: L'adieu des Rapides   Sam 16 Sep 2017 - 0:56

... aux voitures traditionnelles (26,4 m, deux bogies par voiture).

Le dernier rapide à rouler avec cette composition est arrivé hier au soir (23:50) à la gare de Nellede. Ces voitures ont roulé pendant plusieurs décennies tant dans des syvstrægene (rapides) que des interciv (intercités, en fait, au niveau fréquence et confort, plus proche des Intercity allemands). Ils vont être remplacés petit à petit par des rames articulées, composées de deux trois ou quatre éléments indéformables (sauf en atelier) de quatre voitures, à motorisation répartie, et à la composition variable (contrairement à nos tégévés, pour un type donné). Une partie des voitures libérées iraient droit au chalumeau du ferrailleur, ce seraient notamment les voitures type Noblix (sauf deux qui iraient au musée), trop compliquées et trop coûteuses à remettre au niveau du confort du XXIe siècle et... à désamianter. Les autres iraient moderniser les IK (intekeptiv) et express (non sacrifiées en Aneuf, contrairement aux express français et interregio allemands). Les voitures appelées à un deuxième service seraient repeintes, et voisineraient avec de nouvelles commandes.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Mer 18 Oct 2017 - 23:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1410
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Sam 16 Sep 2017 - 9:40

Je ne sais si vous avez lu ma nouvelle dans ma diégèse du Galoco (Ma galoche), mais dedans j'envisage un nouveau moyen de transport.
C'est inspiré du principe de levitation magnétique, comme le Mag-Lev, mais inversé.
C'est à dire que le train aurait la forme du vaisseu d'Ulysse 31 (et peut être cette forme se retrouve dans d'autres oeuvres Sci-Fi) où la partie centrale est une pile à combustible, donc nucléaire afin de générer des courants électriques très puissants, diffusés via un réseau de super conducteurs dans le train-vaisseau.
Ceci, pour:
1- générer un champs électrique très puissant (c'est indispensable)
2- qui en l'orientant permettrait de léviter par rapport aux champs magnétiques existant. Pour la lévitation il faut que le champ électrique soit très puissant.
J'y définis trois utilisations:
1- un train ascensionnel gravitationnel pour se mettre en orbite et attendre un astroport orbital, site d'observation et touristique, base au moins de départ scientifique, quai de train pour d'autres types de train, chantier orbital
2- l'un des autres types de train serait un ou plusieurs circumnaviguants autour de la terre reliant ces astroport orbitaux (ça permettrait peut être aussi de faire le ménage)
3- Mais surtout serait construit des trains quasiment du même type en orbite, rendant donc les astroport des lanceurs, dont le but exclusivement spatial, serait de se déplacer via les champs magnétique dans le système solaire et donc de relier des astroports entre les planètes telluriques et les satellites des planètes gazeuses.
Tout ceci rendrait la conquête du système solaire possible.

PS: J'espère ne pas m'être trompé de fil, le cas échéant, dites-le moi, et je demanderais la modification.


Dernière édition par Velonzio Noeudefée le Sam 16 Sep 2017 - 11:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Sam 16 Sep 2017 - 10:04

T'es bien sur le bon fil : celui des moyens d'transports, quels qu'il soient : réels/actuels, futuristes, anciens, fantasy etc.


Suite de mon inter précédente :

Ces nouvelles commandes étant composées surtout de voitures de seconde classe à couloir central (illustration) mais aussi de quelques voitures dem-klem et dem-æstam, pour remplacer les plus anciennes, alors que d'autres ne subiraient que des transformation (transformation du type de restauration, notamment) et une décoration nouvelle (type IK). L'intérieur ne changerait pas beaucoup en apparence, mais l'équipent en prises électrique et en wifi serait au rendez-vous, bien entendu.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 9 Oct 2017 - 20:26

S'il n'y a plus de voitures traditionnelles au sein des rapides, celles-ci vont quand même subsister au sein d'Interciv qui n'empruntent pas les lignes à grande vitesse, comme par exemple Malbœrg-Hocklènge, Nakol-Sanpaz, Nakol-Paan ou bien Nevwarking-Sorne.

Un truc que j'ai oublié d'évoquer, c'est la livrée de ces rames articulées. Eh bien elle ne va pas changer énormément par rapport à celle des rapides et Interciv actuels. Sauf qu'il y aura une bande noire en moins, que le vert ira presque jusqu'au sommet du toit : une grosse bande grise subsistera, correspondant à peu près à la garniture de toiture de la rame (transfos, pantos etc.). Du coup, la bande repérant les classes supérieures ainsi que la restauration sera en ceinture de caisse (délimitant le vert du niveau des fenêtres au toit de beige du flanc des caisses*; le bas des caisses restant en vert foncé).




*Deux rames, appartenant aux ПAƋ auront une livrée différente : le vert serait remplacé par du jaune, le beige du flanc de caisse remplacé par du rouge avec le Masque thub, le vert foncé du bas de caisse remplacé par du marron foncé. La première classe serait marquée par du blanc en ceinture de caisse (pas de classe Klub dans ces rames) et la restauration par du  bleu, comme sur les rames ANB. Ces rames feraient vraisemblablement les Interciv Sordalkÿ-Sorne.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Ven 20 Oct 2017 - 0:23

Deux régions urbaines aneuviennes sont en tête au niveau du nombre de kilomètres de lignes de tramways en exploitation commerciale :

  • Le surroenyls, avec trente-quatre lignes, réparties sur cinq réseaux : celui de Seblir, d'Alvarne, d'Azfold, de Kramelne et de Gerne ; trams partageant leurs voies également avec des lignes de métro léger.
  • Le Sarimat, avec trente lignes, toutes appartenant à la même entreprise : les Samiratene traṅsfære, qui gèrent également le métro et la partie commerciale des  trains (la partie technique étant gérée par l'ANB). Là, par contre, même s'il y a des quais communs aux trams et aux métros, chacun a ses propres voies (le métro roule comme le train : à gauche).


D'autres réseaux sont aussi pas mal pourvus, comme celui de Malbœrg, de Lanrúke, mais restent assez loin derrière.

Et puis il y a ceux qui, dans les années '50 ont succombé aux sirènes de la "modernité" automobile, et qui regrettent, par exemple le Sanflod, qui réinstalle des trams dans son réseau, mais à des prix... Et p'is y a ceux qui persistent, soit parce qu'ils ne peuvent pas (Sorne : réseau de transport dans un delta) soit par ce qu'ils ne veulent pas (Pelljant, et encore pas partout : la nouvelle entreprise (NITP) et certaines municipalités voudraient bien, mais d'autres villes (Abœle, Abrite) ne veulent pas, et les Autorités de la Sante en profitent.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano



Messages : 13049
Date d'inscription : 02/12/2010

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mer 15 Nov 2017 - 0:28

Un peu hors-sujet... des vaches modernes, n'en déplaise à Anoev:

https://youtu.be/TXYh4re0j8M?t=2m23s

(Y a un moyen de transport...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mer 15 Nov 2017 - 0:49

À 2:35, les vaches ont quand même tendance à f... le camp : « trop d'bruit et d'fumée ! Allez les Cornes ! On r'tourne le long d'la ligne de train ! c'est plus tranquille ! ».

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 20 Nov 2017 - 12:15

Anoev a écrit:
Pour Asknerat, ce fut un peu plus épineux. Un premier projet, rectiligne et très économique, devait complètement ignorer Asknerat : rejeté en bloc. Un deuxième devait couper la ligne Asknerat-Pyval un peu au sud de la première ville. Déjà meilleur. Seulement, la desserte de la gare par les transports régionaux et locaux ne devait pas être rédhibitoire, autrement dit, comme pour Rænge, en plus de l'IK Zhylaan-Asknerat-Pyval-Trolans, il devait y avoir aussi une desserte pas trop longue par les bus de la ville. On arriva à une solution négociée : d'une part, la gare de de Swelza-Asknerat ne serait guère éloignée de la grande ville, et d'autre part, la régie des transports de l'agglo d'Asknerat prolongerait deux de ces lignes pour desservir la fameuse gare. Une belle gare routière (accueillant également Utibus, Interbus et Povogda Pandyr Bussyr) les y accueillerait.

Les esprits chagrins déclarèrent tout de même que ces gares excentrées d'Asknerat et de Rænge risquaient de créer un précédent pour les futures lignes, et que la fréquentation des trains Interciv (civ comme cité) risquaient d'en souffrir. S'y savaient c'qu'y s'passe en France, y s'raient horrifiés !
Si on y réfléchit bien, cette desserte excentrée ne devrait pas être trop pénalisante.

En effet :

Les voyageurs qui prenaient leur train à la gare de Knechlastvenege (Hocklènge) ne changeront pas leurs habitudes et prendront des trains IK, à peine moins rapides que les IC, et sans supplément : une gare desservie en plus : Nazhe.

Les voyageurs venant de Kesna et au delà (Smùhr, Kalœr, Sordalkÿ...) resteraient largement gagnants ! Au lieu d'avoir à s'taper deux correspondances à Hocklènge, ils n'en ont plus qu'une à Swelza, particulièrement bien étudiée.

Les voyageurs venant de Rænge ne seraient pas plus pénalisés que ceux venant d'Hocklènge : ils garderaient leurs IK.

Seuls les voyageurs venant de Paan seraient un peu pénalisés. Soit ils prendraient des IK, mais sur ce parcours, ceux-ci perdent un temps notable par rapport aux IC, soit ils sont contraints à la correspondance de Swelza. C'est donc, pour les trains venant de l'Ouest que la correspondance de Swelza doit être la mieux étudiée. Mais elle ne doit pas être éprouvante pour les autres non plus.

J'ai rédigé cette petite inter partiuculièrement à l'intention d'Elara et de Yatem qui, hier, ont semblé s'intéresser aux chemins de fer aneuviens (clavardoir). Merci à elles.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Mar 26 Déc 2017 - 17:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Lun 11 Déc 2017 - 9:09

J'ai vu, sur cette carte ferroviaire du Moschtein quelque chose d'étrange :


Entre Token et Grüni-kaj, la ligne bleue (CTNM) semble faire un rebroussement, juste en correspondance avec la rouge (CDPM Austrarja). J'en ai déduit qu'il y a là, une gare. Or il n'y a aucun nom de mentionné. Pourtant, la gare doit avoir au moins un minimum d'importance pour être à la fois une bifurcation et une correspondance entre deux entités ferroviaires différentes. En plus, la CTNM est l'entreprise moschteinienne la plus importante en kilomètres de voies, puisqu'elle fait tout le nord. Comme le Moschtein est limitrophe de l'Allemagne et de la Pologne, j'en déduis que des lignes frontalières (courtes, certes, mais existantes) utilisent des tensions de ces deux pays : 15 kv 16,6Hz à l'ouest du Lodenstat, 3 kV à l'est de Zalon. Et entre les deux, c'est électrifié comment ?

  • Comme en Allemagne (mais aussi en Autriche, Norvège, Suède, Suisse & Autriche) ? en 15 kV 16,6Hz ?
  • Comme en Pologne (mais aussi moitié de la Tchéquie, de la Slovaquie, ouest de la Russie, Belgique, Italie, Ouest de la Slovénie, Corée du nord, Ukraine, Espagne, Italie...) ? en 3 kV ?
  • Une autre tension (et/ou une autre fréquence, si courant alternatif) existant ou ayant existé en Europe ?

    • 25 kV 50 Hz (comme dans l'nord-est de la France et sur les nouvelles électrifications (tégévé, Val de Loire-aval, Poitiers-La-Rochelle, desserte de la Vendée, et j'en passe ; mais aussi ailleurs : Centre de l'Angleterre, Écosse, lignes tégévées non allemandes, ligne København-Padborg, Transsibérien...) ?
    • 1500 V = (anciennes électrifications françaises, banlieues de København & Dublin (nord-sud), Pays-bas) ?
    • Courant triphasé comme jadis en Italie (supprimé dans les années '60) et encore dans les hautes montagnes suisses (Jungfrau, Zermatt ; c'est peu probables sur des grandes lignes, cependant) ?
    • 16 kV 50 Hz, comme en Hongrie dans les années '30 à '50 ?
    • 750 v par rail de contact au sol, comme dans le sud de l'A1ngleterrez ?


  • une autre tension et/ou une autre fréquence, imaginaire ou existant hors d'Europe

    • 11 kV 25 Hz (influence US importante)
    • 25 kV 60 Hz (comme également aux USA, mais également au Japon, en Corée du sud, quelques lignes brésiliennes)
    • 50 kV 50 Hz (ligne minière d'Afrique du sud)
    • 15 kV 50 Hz (La plupart des lignes aneuviennes)
    • Autre.


  • Autres solutions (plusieurs courants départagés géographiquement, comme par exemple 15 kv 16,6Hz à l'ouest de cette fameuse gare (commutable) évoquée en début d'inter et 3 kV à l'est) ?.

T'as l'choix !

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mar 26 Déc 2017 - 16:45

Après avoir laissé ses bagages à la consigne de Lixeψestrevelle et avoir passé une journée dans l'ancienne capitale fédérale (Hocklènge), Georges se dirigea vers cette gare, dans les environs de 22:30, récupéra son bien et consulta le tableau des départs : il vit le train pour lequel il avait réservé une couchette : le 2257. Il avait encore une bonne heure à attendre : le quai du train n'était pas mentionné. Il musarda donc dans la gare, laquelle datait environ des années '50, mais dont la modernisation commençait à se faire un peu désirer. L'asperct de la gare était, à certains endroits, vraiment triste et dans certains longs couloirs, il valait miieux ne pas y flâner seul ou en groupe trop restreint, même si la Baṅlùfrad faisait au mieux pour veiller au grain. Quant à la Nakolplas, qui donnait sur Knaxavnù, elle état à peu près déserte à cette heure-ci.

Enfin, le quai du 2257 était annoncé : Georges y vit son train s'y mettre en place. C'était, en effet, un express ordinaire, sans autre supplément que la résa requise pour les places couchées. Le train allait avoir un certain nombe d'arrêts commerciaux : Strælgarde, Nevstad, Selne, Herdan, et enfin, Nakol SBK, son terminus. Vu l'heure tardive du départ et la faible vitesse moyenne commerciale, Georges ne risquait pas d'arriver aux aurores à Nakol. Il n'y avait pas grand monde à attendre ce train. Celui-ci était composé, comme indiqué quand il avait pris son billet, de couchettes, de voitures-lits, et de voitures-fauteuils, il y avait également une voiture dem-æstam° et deux fourgons (type de véhicules ferroviaires disparus depuis belle lurette dans son pays d'origine, mais dont l'utilisation était encore bien intensive dans le pays à l'Étoile bleue*).

Georges trouva sa voiture : la voiture 12. Elle était assez moderne, sans être neuve. Datant du début du siècle (le XXIe ! bien sûr !), vraisemblablement. Il trouva son compartiment et y grimpa son sac. Il tâta les couchettes : un peu fermes, sans être dures, en tout cas, pas défoncées, ni sales : des couchettes d'un bon aloi, sans être luxueuses. De toute manière, rien n'était luxueux dans ce compartiment, mais tout était correct. Que d'espérer mieux pour une somme, assez modique d'ailleurs, et compte tenu de la longueur du trajet. C'est alors qu'il entendit : «À strægen numar tinœsaṅd tinèrent-pentek-hep mir liym à stàtyns tiyn minuċe yn; àr kœmdùr liymite as dhepas#» ; puis, deux minutes plus tard : «Or rœdhite ni klosnav àr tœrene ea pùzadev#», puis le train partit dans un silence et une douceur quasi parfaits.



°Voiture-bar munie de distributeurs automatiques de boissons chaudes et froides, ainsi que de friandises salées, sucrées etc.
*Un des noxpress s'appelle d'ailleurs Blu Stela.
#Le train va quitter la gare dans deux minutes, les accompagnants (personnes accompagnant les voyageurs) doivent le quitter immédiatement. Faites attention à la fermeture des portes et au départ.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mar 2 Jan 2018 - 11:45

Après le court arrêt en banlieue, à Strælgarde, pour ramasser les voyageurs du nord du Pelliant ne voulant pas faire le détour par Hocklènge pour prendre leur train (ce qu'ils auraient été obligés de faire pour monter à bord d'un Noxpress, train de catégorie supérieure aux express nocturnes ordinaires), le train partit en direction de Nevstad-Kentalla, son dernier arrêt commercial avant le Roenyls. Les arrêts qu'il était susceptible de faire au Kanolthe ne seraient que des arrêts techniques, sans montée ni descente de voyageurs. Cinquante minutes environ plus tard, le train arriva donc à Kentalla. Malgré l'heure avancée, il y avait encore relativement de monde qui attendait à quai, ce qui ne surprit guère Georges : les Aneuviens voyageaient beaucoup, et ce, à n'importe quelle heure : quel contraste avec son pays d'origine, où depuis la généralisation des trajets diurnes en tégévé ou en TER, les gares étaient devenues, la nuit, des endroits plutôt sinistres où parfois végétait une faune peu recommandable. Pendant que le train se remplissait de voyageurs, tant en places assises qu'en couchettes ou en compartiments-lits, Georges était au dem-æstam, entrain de consommer une eau gazeuse. Il se dit qu'il serait sage qu'il rejoignît son compartiment assez vite pour ne pas réveiller d'éventuels dormeurs.

Mais, en ouvrant la porte de celui-ci, qui était allumé, il vit quelque chose de sidérant : un type était en train de fouiller ses affaires. Il ne fit ni une ni deux : il tenta de faire à l'importun une clé au bras, mais l'autre, souple comme une anguille, se dégagea, fit chuter Georges et prit la fuite dans le couloir. Il alerta alors l'accompagnateur de la voiture, en décrivant succintement l'individu, à peu près de la même taille que lui, barbu comme lui, mais avec une barbe légèrement plus fournie (alors que Georges n'avait qu'un collier). Le train continua sa route vers le Kanolthe, passant la gare de Pwotj, presque éteinte sans s'arrêter, puis ralentit, puis s'arrêta à Birem : premier arrêt technique : on récupérait la branche venant de Sordalkÿ, venant par Laṅrúke, et le train allait partir dans l'autre sens. Toutefois, le train tarda à partir, pourtant la manœuvre d'accouplement s'était passée sans encombre, l'autre branche étant à l'heure. Il vit, par la fenêtre, trois hommes monter dans sa voiture puis...
— Or opent. Baṅlùfrad». Georges ouvrit sans méfiance puisqu'il avait signalé à l'accompagnateur de la voiture qu'il avait été victime, selon lui, d'une tentative de vol.
— Or kjas gœnest ved adhábse ea komit kœm ese, Eddak Dærres.
— M'enfin, qu'est-ce que c'est que...
— Or posgænt est, Eddak Zhil Dærres, net eg mid àt pœngringges.
Les policiers du rail et Georges descendirent de la voiture. Celui-ci ne comprenait vraiment pas ce qu'il lui arrivait. Visiblement ils le prenaient pour quelqu'un d'autre mais ses papi... il mit la main à son cœur : son portefeuille avait disparu. Heureusement, il portait son passeport à un autre endroit, bien caché dans sa ceinture, et celle-ci était encore sur lui. Il pourrait alors assez vite rétablir la situation. Les quatre hommes entrèrent dans un bureau, dont l'un des policiers alluma la lumière.

(Traduit de l'Aneuvien).

— Alors, M. Zhil Dærres, ça n'a pas été facile, mais nous vous avons enfin trouvé ! Vous savez qu'on a eu une chance inoui : un informateur nous a avisé que vous vous trouviez dans ce train.
— Comment ça ? (en français)
— Allons ! monsieur Dærres, parlez donc aneuvien puisque c'est votre langue.
— Mais en fin je... Je ne suis pas M Dærres » Et Georges, fouillant sa ceinture et trouva, oh ! bonheur ! son passeport. «Or ep vedjun L A M P R A U D Georges !
— Qu'est-ce que vous faites avec le passeport de M Lampraôde. Comment vous-en êtes-vous saisi ?
— Mais, enfin, c'est moi, Lampraud ! J'ai été enregistré à l'aéroport de Lakùr ! Vous pouvez vous renseigner là-bas !
— À cette heure-ci ?
— Ah oui, et pendant que vous me retenez ici, votre Dærres va continuer ses méfaits sous mon nom ! D'ailleurs, c'est quoi sa spécialité, à vot'client ? Vol à bord de trains ? Sabotage de voies ferrées, de signalisation ?
— Vous n'êtes pas un client à nous, mais à plusieurs polices provinciales aneuviennes. Motif : atteintes sexuelles sur des mineurs de moins de douze ans.
— Ben tiens ! En tout cas, ce n'est pas moi, et je vous le répète : pendant que vous me retenez ici, votre Dærres va continuer ses turpitudes ailleurs, peut-être même dans le train, et cette fois-ci sous le nom de Lampraud ! le mien.

Georges Lampraud fut conduit, cette fois-ci par la police fédérale, au commissariat général de Birem où il dut, une nouvelle fois, expliquer ce qui venait de lui arriver. Et son train pour Nakol qui continuait sa route, sans lui. Il commençait à avoir des sueurs froides, car non seulement, il ne pourrait pas visiter Nakol, mais si son aventure s'éternisait, il raterait peut-être la correspondance de l'avion, à Gerne, au Surroenyls, qui le ramènerait à Francfort, et là, vers son monde à lui, via le placard à balais du sixième étage de cet aéroport. Mais ces suées pourraient être interprétées par les policiers par celles d'un coupable enfin appréhendé.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Mer 17 Jan 2018 - 15:13

Les aéroports aneuviens sont pourvus, comme bien d'autres aéroports dans le monde, de parkings, plus ou moins étendus selon l'importance de l'aéroport, 'videmment. Cependant, comme la desserte "lourde" y est bien assurée, et sans supplément notable de prix, les responsables des aéroports se rabattent sur la desserte individuelle. D'une part, l'accès à l'aéroport est payant (les taxis paient un abonnement, et le prix de la course s'en ressent !), et en plus, plus on est garé près de l'aérogare, plus on paie cher. Heureusement, pour des aéroports très étendus, y a des navettes, "gratuites", celles-là (eh ! le prix du parking compensant largement ça !). En fait, le seul moyen de se garer à un aéroport gratuitement, c'est d'y aller... à vélo. Comme en Aneuf, aucun moyen de transport (sauf des véhicules spéciaux, comme les grues, les tracteurs, les moissonneuses-batteuses...) ne doit être exclu des routes normales, c'est tout-à-fait envisageable, même si ce n'est pas vraiment fréquent. Pour ceux qui viennent d'un peu plus loin, y peuvent toujours mettre leur vélo dans le train (du moins, si la tranche horaire ne s'y oppose pas). Sinon, comme déjà spécifié, le trafic aérien aneuvien s'est considérablement amenuisé depuis que la taxe sur les pétroles (et donc le kérosène) s'est envolée. Toutefois, une légère compensation a permis certains aéroports de s'en sortir : avoir accès à des vols internationaux, ce qui suppose, bien sûr une transformation de l'aérogare pour y mettre des équipement prévus pour la douane. Jusqu'alors, seuls six aérogares étaient aptes au trafic international : Karcfetal (Hocklènge-Kesna), Kloze (Hocklènge), Taraket (Sfaaraies), Kyvalne (Nakol), Gerne (Surroenyls) et Lakùr. D'autres devraient les rejoindre. Toutefois, comme il doit y avoir, pour des questions de respect de l'état du ciel, un nombre maximal de vols dans l'espace aérien aneuvien (sinon, pas la peine d'établir une taxe carbone), ça devrait soulager des "grands" aéroports cités ci d'ssus d'un certain nombres de vols parmi les moins chargés. Un aéroport moribond comme celui de Vovryt (Malbœrg) devrait "ramasser" deux~trois vols de Kyvalne vers les Amériques et trois~quatre vols de Taraket en direction de l'Asie : ce s'rait d'jà ça ! en plus de ses vols vers Lakur, Lodjnika, ainsi que les vols hypertaxés vers Karcfetal, Medrezhna (Sordalky), et l'Alfazye (Sanpaz & Sorne). On retrouverait (à peu près) le mêm'cas d'figure à l'aéroport des Toolemnare, sauf que celui-ci n'est pas desservi par un métro (celui de Malbœrg), mais par des trains régionaux et des "avions-sans-ailes" (trains gérés par Anoflog). Toolemnare dessert la région des... Toolemnare, et notamment l'agglomération de Splan et la ville de Marlek. Une desserte internationale permettrait aux habitants, non seulement des deux villes sus-citées, mais aussi de Dawjatt, et aussi Salskeberm (Kanolthe), et Zhylaan (Sante) de ne  pas être obligés d'aller à Gerne ou Karcfetal pour aller prendre l'avion à des heures où les dessertes ne sont pas les plus faciles.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 1:36

Des témoignages de personne qui, vraisemblablement, n'ont pas pu se consulter, concordent : à --[article_politique]--]Millas, les barrières du passage à niveau étaient bien baissées et le feu rouge clignotant clignotait bel et bien.

Un tel accident pourrait-il se produire en Aneuf ?

Oui, même si c'est plutôt rare. Les "grosses" lignes n'ont plus de passage à niveau depuis belle lurette ; mais les petites lignes en ont encore. Cela dit, de plus en plus de ces passages à niveaux sont équipés de mouchards particulièrement efficaces qui se mettent en marche dès que le signal lumineux (rouge fixe, là-bas, comme un feu d'intersection, mais en double°) se met en marche. Si un véhicule franchit un "tapis" alors que le feu est allumé ou une barrière fermée*, deux caméras filment toute la scène simultanément : à l'entrée du PN et à sa sortie, quelle qu'en soit la méthode : slalom, bris de barrière. Qui plus est, dès que le "tapis" est franchi, une sirène se met à hurler et peut s'entendre à plus de 300 m à la ronde ; ce qui peut permettre au conducteur du train de ralentir et éventuellement d'éviter l'incident.

Si l'incident est évité, le conducteur contrevenant ne s'en sort pas pour autant, et peut, en plus de la forte amende qu'il aura à régler pour conduite dangereuse, régler des dommages-intérêts notamment s'il a brisé la barrière, ou bien si le train ayant freiné, a occasionné un plat aux roues nécessitant un passage au tour en fosse.

Si l'incident n'est pas évité, deux cas peuvent se présenter:
  • Le conducteur de la voiture est mort : c'est ce qui peut lui arriver... de mieux.
  • s'il est encore vivant, il devra assumer entièrement les dommages causés, et ils peuvent s'avérer irréversibles s'il y a des blessés atteints d'une invalidité. Les caméras du passage à niveau seront les principales accusatrices de son comportement.


Ces passages à niveaux sont autant surveillés que le serait une base militaire où seraient stockés des missiles nucléaires (si l'Aneuf en disposait). Tout dysfonctionnent doit être réparé dans l'heure qui suit ou un délai plus bref. Raison pour laquelle, dans certains cas, l'ANB préfère engager des frais pour remplacer un PN par un pont-rail ou un pont-route, mais y veulent pas faire la dépense tout seuls ! ben tiens !




*Les passages à niveaux sans barrières sont une rareté en Aneuf. Toutes les lignes sont supposées être fréquentées par des trains de voyageurs. De toute manière, le "tapis" est quand même là et déclenche la caméra dès qu'il est franchi lumière rouge allumée°.
°Comment qu'ça s'passe ? Le train ayant franchi le cédévé d'approche (distance variable), un premier feu rouge s'allume, puis le deuxième : c'est à ce moment-là que le tapis devient actif et déclenche la caméra s'il est franchi.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2937
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 10:04

Anoev a écrit:
s'il est encore vivant, il devra assumer entièrement les dommages causés,

Ce qui signifie que sa punition consistera à payer toute sa vie sur ses revenus et sur ses biens.

Le Mnar est une société où l'esprit civique est moins développé qu'en Aneuf, et où il est fréquent qu'un débiteur échappe à ses dettes soit en organisant son insolvabilité avec l'aide de son clan, soit en changeant de région et d'identité, également avec l'aide de son clan. Un clan mnarésien traditionnel protège toujours ses membres contre la justice royale, considérée (à juste titre) comme très indulgente envers les riches, les nobles et les adorateurs de Nath-Horthath, et très sévère envers quiconque ne fait pas partie de ces trois catégories.

Cette attitude de la Justice est considérée comme normale par l'aristocratie au pouvoir au Mnar. En effet, si le destin a fait que quelqu'un naisse dans une famille qui n'est ni noble ni riche, et où l'on n'adore pas Nath-Horthath, c'est que cette personne doit expier des fautes commises dans une vie antérieure. Les souffrances qu'il endure dans cette vie sont voulues par les dieux. Elles lui permettent de racheter ses fautes et d'espérer, dans sa prochaine réincarnation, naître dans une famille de statut plus élevé.

Quelqu'un qui conteste ce point de vue ne peut être qu'un impie, qui doute de la sagesse des dieux, voire un athée, ce qui est pire. Il sera puni de son manque de foi dans une existence future, où il vivra dans la pauvreté et la maladie.

Il est donc inutile d'alléger les souffrances des pauvres. C'est même néfaste, car les dieux, créateurs des hommes, ont décidé que les pauvres devaient souffrir, pour le salut de leur âme, et douter de la sagesse divine est une impiété, c'est écrit dans les Manuscrits Pnakotiques.

Ce point de vue est toutefois contesté même dans l'aristocratie mnarésienne. Le roi Andreas, par exemple, le rejette vigoureusement, au moins en paroles. Il l'a prouvé en se fiançant avec Wagaba Jabanor, qui, avant d'épouser un duc (décédé depuis), n'était ni riche, ni noble, ni adoratrice de Nath-Horthath, ni même mnarésienne. Wagaba Jabanor a créé une fondation charitable afin de montrer aux pauvres qu'elle veut les aider. Mais même les Mnarésiens pauvres se méfient de Wagaba, qui est une femborg.

Au Mnar, quelqu'un dont l'action a causé involontairement la mort ou l'invalidité d'autrui est poursuivi au pénal pour "négligence criminelle" et condamné à une peine de prison. Il est en effet beaucoup plus difficile, au Mnar, d'éviter d'aller en prison que de ne pas payer ses dettes. Cette sévérité a aussi pour but d'éviter que les clans dont font partie les victimes se fassent justice eux-mêmes, ce qui dans le passé donnait lieu à des vendettas qui duraient des générations. Le problème des vendettas n'a d'ailleurs pas totalement disparu, sauf à Hyltendale.

Dans les cas graves, une peine de prison peut être suivie de l'exil à Hyagansis, d'où personne n'est jamais revenu. L'exil est presque systématique lorsque les condamnés sont considérés comme "asociaux". Un chômeur alcoolique et sans domicile fixe sera presque toujours considéré comme asocial. Toutefois, la définition de ce qu'est un asocial, au Mnar, varie selon les lieux et les années.

Il y a des pays où les juges évitent de prononcer des peines d'incarcération parce que les prisons sont surpeuplées. Ce problème n'a jamais existé au Mnar, la notion de "surpeuplement pénitentiaire" y étant inconnue. Tant qu'on peut refermer la porte de la cellule, elle n'est pas trop remplie. Le roi Andreas a toutefois ordonné la construction de la prison géante de Tatanow, financée par les cybersophontes, afin que sa politique pénale puisse être exécutée plus facilement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 11:31

Particularité de la justice aneuvienne, tant des justices provinciales que de la justice fédérale : elle ne tient absolument pas compte des classes sociales. Elle tient surtout compte de la gravité du délit et des dommages personnels créées, et là aussi, quelle que soit la classe sociale des victimes. Bref : c'est un peu l'antithèse de la justice de chez nous (et de bien d'autres pays dans le  monde, en fait). Par ailleurs (mais c'est un peu en dehors du sujet des moyens de transport), certains délits, considérés aujourd'hui comme graves en France ou ailleurs en Europe (collecte ou échange d'un certain type d'images porno, notamment), ne sont, au plus, que de simples infractions en Aneuf. Certains autres délits, comme des agressions, sont considérées et traités comme des crimes. Pour en revenir à la circulation, quelqu'un qui a, au volant de son véhicule, une conduite dangereuse et agressive (et non qui roule à 95 km/h au lieu des 90 requis°) doit en assumer les conséquences. Ce n'est pas une erreur qu'il commet, c'est un comportement sciemment irrespectueux vis-à-vis des autres. Rouler à 180* sur une autoroute déserte est moins dangereux que de rouler à 120 sur une voie dense, qu'elle soit autoroutière ou non, et moins dangereux que de rouler à 70 en traversant une zone scolaire au monent de la sortie des établissements.


°Les radars routiers sont davantage utilisés comme témoins (comme les caméras de passage à niveau) que comme mouchards, comme ils sont utilisés chez nous.
*Vitesse maximale admise aux Santes. Toutefois, une vitesse de 130 maximal est requise en cas de circulation dans des conditions ou plusieurs véhicules cohabitent et les véhicules les moins rapides seront toujours prioritaires en cas de dépassement problématique.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bedal
Modérateur
avatar

Messages : 5167
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Lyon, France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 12:01

Anoev a écrit:
Rouler à 180*

*Vitesse maximale admise aux Santes. Toutefois, une vitesse de 130 maximal est requise en cas de circulation dans des conditions ou plusieurs véhicules cohabitent et les véhicules les moins rapides seront toujours prioritaires en cas de dépassement problématique.

eh ben, ça rigole pas aux Santes ! 180 de vitesse max ?

_________________
"L'Atelier" alas a bin jerli foromte! : L'Atelier est le meilleur des forums

Like a Star @ heaven Idéolangues : algardien, nardar, helfina, mernien, syrélien, brakin, nurménien, leryen, romanais.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Heimdalir, Iles Romanes

Non au terrorisme et à la barbarie. Oui à la paix, la fraternité et la solidarité. Quelles que soient notre religion, notre langue ou notre couleur de peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 12:19

Rarement atteinte en fait. Dès lors qu'y a des grappes de véhicules sur une section autoroutière, les automobilistes se contentent d'un prudent 120. Le 180, c'est si la section autoroutière est vraiment déserte dans un sens donné. Bref : les aneuviens utilisent vraiment l'adage : adaptez votre vitesse aux conditions de circulation. Y a un autre truc qui ne faut pas oublier : le montant du péage est inversement proportionnel (!) à la durée d'occupation de l'autoroute pour un véhicule donné. Plus tu vas vite, moins tu restes, plus tu paies. Bref : rouler vite (même quand on le peut) s'avère très dispendieux.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2937
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 15:00

Anoev a écrit:
le montant du péage est inversement proportionnel (!) à la durée d'occupation de l'autoroute pour un véhicule donné. Plus tu vas vite, moins tu restes, plus tu paies. Bref : rouler vite (même quand on le peut) s'avère très dispendieux.

Sauf si on fait une pause pique-nique avant de passer au péage, après s'être fait plaisir avec une pointe à 220 km/h dans une ligne droite... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 18:27

Certes, mais quelqu'un qui fait une pause pique-nique a près ne pas avoir dépassé l'cent-quarante paiera encore moins cher. Sinon, 220 km/h au lieu de 180, c'est de l'excès de vitesse flagrant. Les policiers de la route n'arrêteront pas forcément quelqu'un qui fait du 187 (alors que chez nous... gare à celui qui roule à 118 lm/h sur une section d'autoroute limitée à 110 croyant être autorisé à 130 !), mais du 220, là, ça risque d'lui coûter bonbon ! sans compter l'coût du péage, même s'il est réduit par une pause bouffe.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2937
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 18:53

Si je roule à 220 km/h pendant dix minutes, suivis par une pause pique-nique d'une demi-heure, c'est comme si j'avais roulé à 55 km/h pendant 40 mn... Le coût du péage devrait être raisonnable...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Moyens de transport   Dim 21 Jan 2018 - 19:17

J'vois pas alors l'intérêt de rouler à une telle vitesse.

Dans les péages autoroutiers aneuviens, y a ce qu'y s'appelle un prix plancher. Même si on va à la vitesse escargot, on paiera pas moins cher*. La circulation aux Santes est relativement dense, et y a qu'en pleine nuit qu'on peut attendre le 180, alors le 220...







*Sauf s'y a un gros problème sur l'autoroute, mais alors là, les barrières de sortie seront ouvertes et les bretelles d'accès seront fermées.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moyens de transport   

Revenir en haut Aller en bas
 
Moyens de transport
Revenir en haut 
Page 20 sur 21Aller à la page : Précédent  1 ... 11 ... 19, 20, 21  Suivant
 Sujets similaires
-
» Moyens de transport
» Sondage : Moyens de transport pour venir à la fac
» Pourquoi si peu de films et de photos d'ovnis (évolution des moyens techniques)?
» [Salon] FILLIERE :: Gestion Logistique & Transport
» Caisse de transport pour batterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Diégèses :: Ressources et idées-
Sauter vers: