L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ɣu (juñ han áepohanah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Ɣu (juñ han áepohanah)   Mer 1 Juil 2015 - 19:56

(prononcez [ɣu])

Cette langue possède pour l'instant la particularité de ne s'inscrire dans aucune diégèse. Cela me permet d'avoir à disposition une langue plus "personnelle", c'est à dire où l'Histoire et la culture d'une ethnie imaginaire n'auraient aucune influence sur le vocabulaire et les expressions : tout serait bâti autour des mes propres expériences. Par exemple, skojóma "ami proche, intime" se décompose en sko- (préfixe agentif) et -jóma "boire de l'alcool (de jon, "alcool"). Cela me permet aussi de créer des mots pour des concepts modernes, ce que je ne pouvais pas faire avec le greedien ancien ou le worbon. C'est donc véritablement une persolangue. Je me sens plus Anoev que jamais.
Elle possède les caractéristiques suivantes :

— Ordre VSO
— Majoritairement déterminé-déterminant
— Groupes de consonnes limités, beaucoup de simplifications à l'œuvre durant les processus morphologiques
— 4 cas : nominatif, bénéfactif, patientif, locatif
— 9 classes nominales déterminant a forme des suffixes pluriels et collectifs
— Dérivation de nombreux sens dérivés chez les verbes par l'ajout d'adverbes/appositions postposées (un peu comme en anglais)

L'objectif est, tout d'abord, d'augmenter la taille du lexique (314 mots jusqu'à présent, mais 471 sens français) et de mettre en place les mécanismes grammaticaux de base. Ensuite, j'écrirai/réciterai des textes originaux pour pouvoir véritablement m'exprimer dans cette langue.

Un petit exemple :
An aetátake me, túvan híson éiva. Tamáe ei híson tan am, un veos ahávi velí-sa ápekah.
V-han ae-táta-ke me, tuv-han his-on ei-va. ta-mae ei his-on ta-han am, V-hun veos V-hav-i velí=sa ápek-ah
1PS-être 1PS-père-LOC à 3PP-être chien-COLL DEF-BEN 3PS-sembler DEF chien-COLL 3PS-être sain 1PS-FUT/être NEG 1PS-crier-PRES derrière=OPT médecin-BEN
"Je suis chez mon père, qui a un chenil. Les chiens semblent être en bonne santé, je pense ne pas avoir à appeler un docteur."
Et le son ici.

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Mer 1 Juil 2015 - 22:43

Phonologie

Consonnes

Occlusives : p t c k /p t c1 k/
Fricatives sourdes : s h /s h/2
Fricatives sonores : v z j ɣ /v z ʝ3 ɣ/
Nasales : m n ñ/m n ɲ/
Latérale : l /l/

Allophonie

1 : le c ne se prononce comme indiqué que devant un l ou précédé d'un s. Partout ailleurs, c'est un [t‿s] tout simple.
2 : s et h ont une grande latitude de prononciation : [ʃ], [s] pour le premier et [h], [x],  [ɸ] pour le second.
3 : le j peut aussi, et c'est plus courant, se prononcer [j].

Toutes les occlusives sourdes se prononcent sonores quant elles sont suivies par une nasale dans la même syllabe ou au début de la suivante : áopani [ˈa‿ʊbani] "à droite", ecnés [eˈd‿znes] "je parle".

Voyelles

Monophtongues : a e i o u y ø /a e i o u y ø/
E-diphtongues : ae ei ie oe ue ye øe /aɪ̯ eɪ̯ ie̯ oɪ̯ uɪ̯ yɪ̯ øɪ̯/
O-diphtongues : ao eo io ou uo yo øo /aʊ̯ eʊ̯ iʊ̯ oʊ̯ uo̯ yʊ̯ øʊ̯

Allophonie : je ne sais pas encore. Sûrement une réduction vocalique en position non-accentuée.

Phonotactique

Groupes initiaux permis :
sp st sc sk
pl tl cl kl
tm cm km
pn tn cn km
pñ tñ cñ kñ

vj

Groupes finaux permis : aucun

Groupes médiaux :
Fricative sonore + nasale, occlusive, latérale
Fricative sourde + occlusive
Occlusive + nasale, latérale
Nasale + latérale

Jamais de géminées.

Cette restriction des groupes médiaux aura de lourdes conséquences pour la morphologie, mais je réserve ça pour un autre jour.

Prosodie

L'accent est libre. Il peut rester fixe le long d'un paradigme, ou se décaler d'une syllabe vers la droite aux pluriel et collectif, se porter à l'initiale avec le suffixe d'agent -ak, etc. C'est pourquoi je le marquerai toujours d'un accent aigu.

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 8:24

tu es un féru de phonologie mardikhouran !

en tous cas belle richesse en diphtongues !

faudra que je me penche sur cette histoire de phonotactique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 10:04

bedal a écrit:
tu es un féru de phonologie mardikhouran !

en tous cas belle richesse en diphtongues !

faudra que je me penche sur cette histoire de phonotactique !
C'est comme ça qu'on s'assure de la "musique" d'une langue !

Pluriel et collectif

La plupart des noms et les adjectifs possèdent trois nombres : singulier (non-marqué), pluriel et collectif. La différence d'emploi entre les deux derniers est la suivante :
— on utilise le pluriel quand un objet est en plusieurs exemplaires éparpillés, ou faisant partie d'un ensemble plus grands.
— on utilise le collectif quand les objets en plusieurs exemplaires constituent un ensemble (ex : chenil, horde, humanité).
Il existe une classe, contenant les noms massifs (liquides, matières, etc), qui ne prend qu'une inflection considérée comme "pluriel", mais dont le sens est paucal (je bois un peu d'eau).
Et voici le tableau ! Dans le cas des variantes, la première est celle après consonnes, la seconde après voyelles, sauf précisé autrement.
classeplurielcollectif
parties du corps, ornementations-le
-e
(après -l)
-at
-hat
êtres vivants mobiles (animaux, humains)-u
-vu
-on
-kon
êtres vivants immobiles (champignons, plantes, éponges)-ik
-ek
-k
(après -i)
-il
-el
-l
(après -i)
contenants, lieux-es
-jes
-at
-hat
outils-es
-jes
-le
-e
(après -l)
livres, art, matériel d'expression-es
-jes
-on
-kon
objets manufacturés-lo
-o
(après -l)
-at
-hat
objets naturels-le
-e
(après -l)
-un
-vun
noms massifs-in
-kin

Déclinaisons

Les désinences s'adjoignent au thème de singulier, de pluriel ou de collectif.
Il existe deux sets de désinences : un pour les radicaux en voyelle, l'autre pour les radicaux en consonnes, qui connaissent d'importantes modifications au locatif, dont je parlerai lors des alternances morphophonologiques.
voyelle
("bête sauvage")
consonne
("boîte")
Nominatifsóneɣip
Bénéfactifsóneo1ɣípah
Patientifsónemɣípe
Locatifsónekeɣíhka2
1 : cela forme une O-diphtongue. Les radicaux déjà en diphtongue perdent le dernier élément avant la désinence (tlei "travailleur" > tleo "pour le travailleur").
2 : modifications au locatif : les occlusives deviennent des fricatives sourdes (p, k > h ; t, c > s), les nasales disparaissent en allongeant la voyelle précédente (mais ce changement n'est pas marqué dans l'orthographe), l devient o et forme une O-diphtongue avec la voyelle précédente (mangeant le second élément d'une diphtongue déjà présente).

Avec ces éléments en main, pourriez-vous mettre "bête sauvage" et "boîte" au pluriel et au collectif ? Et mieux encore, les décliner ensuite ?

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 10:30

réponses:
 




j'espère que c'est juste ! très intéressant comme exercice, la déclinaison n'est pas évidente !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 10:53

Bravo bedal ! Ce sont les bonnes classes et les bonnes désinences. Maintenant, une petite confidence, une bizarrerie du système...

Pour le locatif collectif de sóne, je n'écris pas le -n, changeant en sónekoka... mais ce o sans diacritique est néanmoins prononcé long, vu qu'il était suivi par une nasale !

Quand j'ai "découvert" la règle de la compensation nasale, je ne voulais pas garder la consonne disparue dans l'orthographe (risque de la prononcer par erreur) et je ne voulais pas rajouter de diacritique, ce n'était pas mon objectif en créant la langue. Alors j'ai décidé de ne pas marquer la longueur : seul quelqu'un connaissant la morphologie pourra prononcer les voyelles correctement. C'est un petit clin d'œil à l'arabe !

Moi a écrit:
les nasales disparaissent en allongeant la voyelle précédente (mais ce changement n'est pas marqué dans l'orthographe)
Zut, j'avais mal formulé ma phrase. Techniquement, tu ne t'es pas trompé !

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 11:04

Mardikhouran a écrit:
Bravo bedal ! Ce sont les bonnes classes et les bonnes désinences. Maintenant, une petite confidence, une bizarrerie du système...

Pour le locatif collectif de sóne, je n'écris pas le -n, changeant en sónekoka... mais ce o sans diacritique est néanmoins prononcé long, vu qu'il était suivi par une nasale !

Quand j'ai "découvert" la règle de la compensation nasale, je ne voulais pas garder la consonne disparue dans l'orthographe (risque de la prononcer par erreur) et je ne voulais pas rajouter de diacritique, ce n'était pas mon objectif en créant la langue. Alors j'ai décidé de ne pas marquer la longueur : seul quelqu'un connaissant la morphologie pourra prononcer les voyelles correctement. C'est un petit clin d'œil à l'arabe !

Moi a écrit:
les nasales disparaissent en allongeant la voyelle précédente (mais ce changement n'est pas marqué dans l'orthographe)
Zut, j'avais mal formulé ma phrase. Techniquement, tu ne t'es pas trompé !

j'aime bien ces petites mutations !

sinon que sont exactement le bénéfactif, le patientif et le locatif ?

ne me dis pas que c'est encore une langue ergative ? Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Emanuelo



Messages : 1195
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 11:13

Intéressant ! Assez compliqué aussi, mais très intéressant ^^.

Voilà ma tentative (sans avoir regardé bedal). J'ai vu en voulant publier qu'entre temps, tu avais corrigé mon camarade de classe. J'ai donc comparé, et vu que je m'étais bien trompé. Pour susciter l'hilarité générale, voici mes réponses :
sóne:
 

ɣip:
 

Origine des fautes:
 

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 11:24

Emanuelo a écrit:
Intéressant ! Assez compliqué aussi, mais très intéressant ^^.

Voilà ma tentative (sans avoir regardé bedal). J'ai vu en voulant publier qu'entre temps, tu avais corrigé mon camarade de classe. J'ai donc comparé, et vu que je m'étais bien trompé. Pour susciter l'hilarité générale, voici mes réponses :
sóne:
 

ɣip:
 

Origine des fautes:
 

dans ce cas cela aurait voulu dire qu'il n'y aurait que deux déclinaisons : celles de la racine finissant pas une consonne et celles finissant par une voyelle...

or la déclinaison s'ajoute après la marque de nombre, qui est soit en consonne soit en voyelle ... modifiant ainsi la déclinaison...

j'avoue c'est complexe ! sans parler des ptites mutations et des classes pour le pluriel ... (ça me rappelle les "classes" de racines pour ma conjugaison en Langue Rouge ...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 11:33

bedal a écrit:

sinon que sont exactement le bénéfactif, le patientif et le locatif ?

ne me dis pas que c'est encore une langue ergative ? Razz
Nan, je suis en sevrage Razz

Alors, les cas :
— Le nominatif est utilisé pour les participants centraux, ceux qui décident de l'action (verbes transitifs) ou qui s'infligent eux-même un processus (intransitif). Également attribut du sujet.
— Le bénéfactif est utilisé pour un participant qui reçoit un retour positif d'une action. Cela peut être un COI, ou un COD qui ne subit pas de modifications de sa structure (ex : appeler qqun, voir qqun).
— Le patientif est utilisé pour le participant modifié par l'action, que ce soit du point de vue de sa structure ou de son emplacement.

Un exemple de contraste entre ces deux derniers cas :
Asáekuvo li saklím (hóuɣoke) (patientif) : "j'introduis un serpent (dans une pièce)"
Asáekuvo li tleo hanah (bénéfactif) : "j'introduis/je présente un nouvel employé"
Est-ce clair ? C'est une des raisons pour lesquelles je n'ai pas voulu les appeler "accusatif" et "datif".

— Le locatif est utilisé seul pour indiquer une localisation ou le but d'un déplacement (klingon style!), et apparaît avec toutes les postpositions.
Emanuelo a écrit:
En fait, je crois que j'ai pas compris la règle pour changer de déclinaison. Pour moi, les marques du pluriel/collectif ne font pas partie du radical, si ?
Peut-être aurais-je dû dire "thème" ? je n'ai plus fait de grec depuis un certain temps...
L'explication de bedal est la bonne. C'est moins compliqué pour moi, si je considère les différentes désinences comme des allomorphes et non comme des classes de déclinaison.

C'est l'accumulation de petits changements tout à fait réguliers qui donnent l'impression de complexité ! Very Happy Pour l'instant, la seule vraie irrégularité se trouve dans la conjugaison.

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 11:48

Mardikhouran a écrit:
bedal a écrit:

sinon que sont exactement le bénéfactif, le patientif et le locatif ?

ne me dis pas que c'est encore une langue ergative ? Razz
Nan, je suis en sevrage Razz

Alors, les cas :
— Le nominatif est utilisé pour les participants centraux, ceux qui décident de l'action (verbes transitifs) ou qui s'infligent eux-même un processus (intransitif). Également attribut du sujet.
— Le bénéfactif est utilisé pour un participant qui reçoit un retour positif d'une action. Cela peut être un COI, ou un COD qui ne subit pas de modifications de sa structure (ex : appeler qqun, voir qqun).
— Le patientif est utilisé pour le participant modifié par l'action, que ce soit du point de vue de sa structure ou de son emplacement.

Un exemple de contraste entre ces deux derniers cas :
Asáekuvo li saklím (hóuɣoke) (patientif) : "j'introduis un serpent (dans une pièce)"
Asáekuvo li tleo hanah (bénéfactif) : "j'introduis/je présente un nouvel employé"
Est-ce clair ? C'est une des raisons pour lesquelles je n'ai pas voulu les appeler "accusatif" et "datif".

Pas tout à fait même si je commence à saisir ...

ton exemple sur le verbe "introduire" est bien mais pas super clair : quand tu présentes l'employé  (d'ailleurs les adjectifs sont des ... noms à ce que je vois : "tleo"?), il reçoit un retour positif c'est ça ? C'est un peu capillotracté car je l'aurai plutôt vu aussi en patientif : sa structure est modifiée puisqu'on l'a présenté... il est plus nouveau...


pour "je donne une pomme à ma soeur", classique accusatif/datif...

ici, si je saisis bien, soeur sera au bénéfactif puisqu'elle reçoit "positivement" qqch (si on lui donne une claque, c'est tjrs au bénéfactif ou cela devient patientif?)

quant à la pomme son emplacement est modifié donc ... patientif .

en fait c'est surtout ce bénéfactif que je ne comprends pas trop, surtout quand il est COD...(je soigne mon patient est bénéfactif alors si je comprends bien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Emanuelo



Messages : 1195
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 11:49

Oui, ce n'est pas si compliqué, et plutôt logique, mais j'ai l'habitude de déclinaisons très régulières entre le gelota et le volapük ^^.

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 12:08

bedal a écrit:
ton exemple sur le verbe "introduire" est bien mais pas super clair : quand tu présentes l'employé  (d'ailleurs les adjectifs sont des ... noms à ce que je vois : "tleo"?), il reçoit un retour positif c'est ça ? C'est un peu capillotracté car je l'aurai plutôt vu aussi en patientif : sa structure est modifiée puisqu'on l'a présenté... il est plus nouveau...
L'adjectif suit le nom : c'était han qui signifiait "nouveau". Dans structure modifiée, je pensais plus à "structure physique". L'employé ne reçoit pas forcément de retour, mais être présenté, c'est être vu, donc pas de modif'...
bedal a écrit:
pour "je donne une pomme à ma soeur", classique accusatif/datif...

ici, si je saisis bien, soeur sera au bénéfactif puisqu'elle reçoit "positivement" qqch (si on lui donne une claque, c'est tjrs au bénéfactif ou cela devient patientif?)

quant à la pomme son emplacement est modifié donc ... patientif .
Pour la claque, je ne pense pas utiliser de verbe "donner", mais "frapper", du coup, patientif. Le reste est juste.
bedal a écrit:
en fait c'est surtout ce bénéfactif que je ne comprends pas trop, surtout quand il est COD...(je soigne mon patient est bénéfactif alors si je comprends bien)
Oui, alors pourtant que sa structure est modifiée ("guérir" -ápe, signifie "devenir sain" [am"sain"+pe)... pour compliquer le truc, je dirais que les noms animés sont plus susceptibles de prendre le bénéfactif comme cas d'objet lorsqu'ils leur en retourne un bénéfice, alors que pour les inanimés, on met l'accent sur le changement de structure. Mais je pense pouvoir switcher entre les deux pour des sens différents...
Itíoñipes tajápe (patientif) : "j'embellis sa maison"
Itíoñipes tajápah (bénéfactif) : "j'embellis sa maison"
Dans le second cas, le bénéfice devrait s'appliquer non pas à la maison mais au possesseur, qui n'apparaît pourtant qu'en préfixe possessif (ta-).

Enfin, je verrai à l'usage ! Je voulais sortir un peu des sentiers battus.

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
Ziecken
Modérateur


Messages : 4953
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 12:10

Je viens de rédiger une ébauche de description du Ɣu sur Idéopédia. Ne pas hésiter à la compléter ou à en modifier le contenu.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 12:12

Merci Ziecken ! j'étais dans l'expectative du préfixe (deux lettres dont une non ASCII...)

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 12:17

oui, c'est original !

ainsi tu floutes la frontière accusatif/datif d'une belle manière !

sinon j'ai une question qui n'a pas forcément un rapport: 

faire qch à qqun et faire qqch pour qqun sont ils au même cas ? dans une langue ayant bcp de cas je veux dire.

le 2e surtout : est-il "bénéfactif" distinct du premier ? comment font les langues nat pour différencier les deux?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 12:33

bedal a écrit:
faire qch à qqun et faire qqch pour qqun sont ils au même cas ? dans une langue ayant bcp de cas je veux dire.

le 2e surtout : est-il "bénéfactif" distinct du premier ? comment font les langues nat pour différencier les deux?
En allemand, le premier serait au datif (avec ou sans zu), et le deuxième sera für+accusatif. En russe, respectivement datif et dl′a+génitif. Dans les langues à cas que je connais, c'est avec une aposition le plus souvent qu'est rendue l'idée de bénéfactif en tant que tel, même dans une langue riche en cas comme le Haut Valyrien (postposition syt).

Disons que le datif désigne simplement un destinataire, et le bénéfactif quelqu'un qui ne prend pas forcement part à l'action, mais en subit les conséquences positives.
Nous avons ces exemples en français :
1."Goûte-moi ce chocolat, il est trop bon !"
2."Il m'a vu les fesses."
La clitique dative (moi en 1., m(e) en 2.) ne désigne pas un destinataire, mais quelqu'un qui bénéficie (1.) ou ou est offensé (2.)1 par l'action. Cette construction est dite datif éthique dans les manuels de grammaire.

1 : parfois appelé "maléfactif"

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 12:39

je vois ...

mais je pense que dans la plupart de mes langues qui ont un datif, je mettrais rien + datif pour le 1er cas, "pour" + datif pour le 2e cas...

merci pour l'explication, j'attends la conjugaison avec impatience !

(je sais pas si tu as parlé de l'adjectif et des accords qu'il prend ? )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 13:15

Une petite note sur l'adjectif, puis je vais manger :
Il se place après le nom modifié et s'accorde avec en nombre, classe et cas. C'est à dire qu'il prendra le même suffixe de pluriel/collectif que le nom (pas forcément à la même forme, selon que le radical se termine par une consonne ou une voyelle) :
Scotónlo tómlo "de grands gâteaux"
Ále tómle "de grandes barbes"
Ñýlao tómah "pour une grande tête".

J'ai déjà un comparatif : le préfixe ío(t)- (toujours accentué). Utilisable en position absolue :
Tan íotom "il est plus grand"
Ou avec un comparé au patientif (comparaison à l'avantage du comparande) ou au bénéfactif (comparaison à l'avantage du comparé).
Tan íotom áepohane "il est plus grand que moi (et me dominera dans un combat)"
Tan íotom áeponah "il est plus grand que moi (il va se cogner la tête, pas moi)"
Pour le superlatif, peut-être simplement mettre l'article défini ei... Tan ei íotom "il est le plus grand" ?

On peut modifier les adjectifs avec des adverbes postposés :
Tan tom oní "il est trop grand" (litt. "il est grand au-dessus")
Ou avec d'autres adjectifs :
Tan tom hot "il est très grand" (litt. "il est grand fort")

Réduplication (l'élément répliqué à droite ne porte plus d'accent) : sens de "assez"
Tan tóm-tom "il est assez grand"

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Jeu 2 Juil 2015 - 13:20

Mardikhouran a écrit:
Une petite note sur l'adjectif, puis je vais manger :
Il se place après le nom modifié et s'accorde avec en nombre, classe et cas. C'est à dire qu'il prendra le même suffixe de pluriel/collectif que le nom (pas forcément à la même forme, selon que le radical se termine par une consonne ou une voyelle) :
Scotónlo tómlo "de grands gâteaux"
Ále tómle "de grandes barbes"
Ñýlao tómah "pour une grande tête".

J'ai déjà un comparatif : le préfixe ío(t)- (toujours accentué). Utilisable en position absolue :
Tan íotom "il est plus grand"
Ou avec un comparé au patientif (comparaison à l'avantage du comparande) ou au bénéfactif (comparaison à l'avantage du comparé).
Tan íotom áepohane "il est plus grand que moi (et me dominera dans un combat)"
Tan íotom áeponah "il est plus grand que moi (il va se cogner la tête, pas moi)"
Pour le superlatif, peut-être simplement mettre l'article défini ei... Tan ei íotom "il est le plus grand" ?

On peut modifier les adjectifs avec des adverbes postposés :
Tan tom oní "il est trop grand" (litt. "il est grand au-dessus")
Ou avec d'autres adjectifs :
Tan tom hot "il est très grand" (litt. "il est grand fort")

Réduplication (l'élément répliqué à droite ne porte plus d'accent) : sens de "assez"
Tan tóm-tom "il est assez grand"


c'est très clair !

et j'adore l'idée de mettre du patientif ou du bénéfactif pour montrer l'avantage de la comparaison :

il est plus grand que moi , et tant pis pour lui, il va se cogner Razz  quel renversement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Sam 4 Juil 2015 - 0:51

Les préfixes possessifs

La possession est marquée, en ɣu, non pas par des déterminants séparés, une préposition ou un génitif, mais par des préfixes personnels sur le nom. Ci-dessous les variantes pour les mots commençant par une voyelle avec okézila "couteau", et pour les mots commençant par une consonne avec múetas "dragon" :
1sg "moi"aenokézilaaemúetas
2sg "toi"kotokézilakomúetas
3sg "il, elle"tatokézilatamúetas
1plx "nous (sans vous)"nømokézilamúetas
1pli "nous (avec vous)kotaenokézilakotaemúetas
2pl "vous"kovuhokézilakovumúetas
3pl "ils, elles"tavuhokézilatavumúetas
1plx signifie "première personne exclusive", utilisé quand "nous" est un groupe de personne n'incluant pas l'interlocuteur, et 1pli "première personne inclusive", quand "nous" inclut l'interlocuteur.

On s'en sert pour les compléments des noms animés : tasól Kétel "le livre de Kétel", littéralement "son livre Kétel". Les inanimés ne pouvant posséder quelque chose, l'apposition simple est utilisée : si sku "une corde de guitare", littéralement "ficelle guitare". L'apposition est aussi utilisée pour les compléments de matière : scotón cóløz "un gâteau en cire"<"gâteau cire".

Les pronoms personnels

sont présentés juste après les préfixes personnels, et c'est bien normal, vu qu'ils sont de simples noms analysables en préfixe+infinitif du verbe "être". L'accent est cependant irrégulier, toujours sur le préfixe :
1sg : áepohan
2sg : kópohan
3sg : tápohan
1plx : nǿpohan
1pli : kotáepohan
2pl : kóvupohan
3pl : távupohan


Il existe des variantes contractées áepon, kópon, etc. N'oubliez pas que le /p/ se prononce alors voisé (une nasale ferme la syllabe).

La troisième personne n'est utilisée que pour les animés. Les inanimés se contenteront de déictiques variés.

Les pronoms personnels sont peu utilisés. Le verbe se fléchit déjà pour le sujet, et l'objet de 2e ou 1e personne est souvent inférable du contexte. Aussi, quant présents, ils ont un sens plutôt intensif, "moi-même", "toi-même", etc. Les troisièmes personnes, en particulier, auront toujours un sens réflexif (renverront toujours au sujet du verbe).

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Sam 4 Juil 2015 - 13:13

c'est intéressant cette préfixation des pronoms possessifs!  Smile

et tu te casses pas trop la tête pour le complément du nom !


pour les pronoms personnels là c'est assez original :

pour "je mange" c'est en fait "mon être mange"  Razz 

le pb c'est queces pronoms sont trop "lourds" donc tu es tenté de pas les utiliser, surtout si les verbes ont des flexions...

edit : tu l'as dit plus haut ...  Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Sam 4 Juil 2015 - 14:56

bedal a écrit:
pour "je mange" c'est en fait "mon être mange"  Razz 
Je me suis inspiré de certaines langues amérindiennes ; il me semble que dans les langues algiques, les pronoms toniques dérivent d'expressions possessives ; et en hébreux, le réflexif n'est-il pas quelque chose comme "mon âme" ?

Les verbes

Ouh, ce post sera trop long ! D'autres idées me sont venues tandis que je regardais le système verbal du kinuk'aaz ce matin... Je vais, pour aujourd'hui, donner les grandes lignes et la conjugaison du verbe être.

En gros


  • Les verbes se conjuguent selon la personne du sujet, et quelquefois de l'objet qui, je le rappelle, peut être un nom au bénéfactif ou au patientif.
  • Il n'y a pas de différence entre les 1plx et 1pli au niveau des préfixes personnels.
  • Trois temps sont exprimés sous forme de suffixes : le présent/intemporel, le passé récent, et le passé lointain. Le système n'est pas du tout aspectuel à ce niveau.
  • Le verbe être est le seul à pouvoir se conjuguer au futur, et est utilisé comme auxiliaire pour ce temps devant les autres verbes (qui gardent leurs préfixes et suffixes, permettant des nuances...)
  • Il y a des verbes modaux qui ne connaissent que le présent et le passé, et qui s'utilisent devant les autres verbes après que ces derniers aient perdus leurs préfixes de personne (mode conjonctif).
  • Le passif est rarement utilisé, et est plus une personne impersonnelle qu'une véritable voix (cf le finnois).
  • Il existe des modes, dit "subjonctifs", qui consiste en les infinitifs précédés de préfixes de possession. Il est à mi-chemin entre le personnel et l'impersonnel, puisqu'ils se conjuguent d'une certaine manière en sujet, mais peuvent prendre des suffixes casuels. Utilisés comme objets des verbes non-modaux.
  • "Les infinitifs" ? Oui, il y en a plusieurs, je cherche encore à en augmenter le nombre. Ils servent de noms verbaux, et peut-être aussi de participes...

Le verbe "être"




PrésentPassé récentPassé lointainFutur
1sganákaatun
2sgkankákakatkun
3sgtantákatattun
1plnýhannýkanýkatnyhún
2plkíhankíkakíkatkihún
3pltúvantúkatúkattuvún
Conjonctifhanhákaháthun
Passif : ∅ (et puis quoi encore ?)
Impératif (toutes les personnes) : túhan
Infinitif temporel : pohán
(Oui, les pronoms personnels sont des formes de subjonctif)
...

Les formes sans n allongent la voyelle accentuée. Je vous avait prévenu, il faut connaître la morphologie pour bien prononcer !
C'est, pour l'instant, le verbe le plus irrégulier. Il possède les sens équatif, existentiels et spatiaux du verbe français.
Áka Paɣíska "j'étais à Paris (dernièrement)"
Tan his "c'est un chien" ou "il y a un chien"
Kan tíoñi "tu es belle"

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
Setodest



Messages : 394
Date d'inscription : 22/03/2013

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Sam 4 Juil 2015 - 15:49


J'aime beaucoup, c'est original et esthétique.
Il va juste falloir que je relise plusieurs fois pour bien comprendre Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Dim 5 Juil 2015 - 0:36

Setodest a écrit:

J'aime beaucoup, c'est original et esthétique.
Il va juste falloir que je relise plusieurs fois pour bien comprendre Razz
Dire que je me considère comme plus clair quand j'écris sur l'Atelier ! Tu lirais mes notes... ou entendrais mes explications...

Les verbes : modaux

Comme expliqué plus haut, les verbes modaux n'ont comme temps que le présent et le passé. Ils prennent comme objet un verbe à la forme conjonctive, c'est à dire conjugué en temps seulement. Si le verbe conjonctif comportait un infixe d'objet, ce dernier se retrouve sur le modal :
Tazmóɣe "il me voit"
Tazjóut móɣe "il veut me voir", littéralement comme en français préclassique (je viens seulement de me rendre compte !) "il me veut voir".
Déponents jusqu'au bout, ils n'ont ni infinitifs ni conjonctif. Leur base nue remplace certains usages.

J'ai déjà créé quatre verbes : jout "vouloir", kin "pouvoir (probabilité)", mae "sembler", tája "devoir, être obligé". Dès que j'ai essayé de les conjuguer au passé avec la désinence "spéciale modaux" -ou, ils se sont révélés très irréguliers. Aussi, les voilà tous, à tous les temps avec leurs préfixes sujets (les infixes objets seront vu dans le post sur les verbes "normaux", ils sont peu nombreux et réguliers) :
joutkinmaetája
1sgojóutikínamáeatája
2sgkajóutkakínkamáekatája
3sgtajóuttakíntamáetatája
1plnyjóutnykínnymáenytája
2plkijóutkikínkimáekitája
3pltujóuttukíntumáetutája
passifojóutokínomáeotája
Passé
1sgojóutou
ikínou
amáo
atájou
2sgkajóutou
kakínoukamáokatájou
3sgtajóutoutakínoutamáotatájou
1plnyjóutounykínounymáonytájou
2plkijóutoukikínoukimáokitájou
3pltujóutoutukínoutumáotutájou
passifojóutouokínouomáootájou
 



impératiftujóuttukíntumáetutája
Leur juxtaposition avec les conjonctifs, qui ont eux trois temps différents (plus le futur, qui est ici hun+état construit) permet une plus grande précision dans l'expression des temps :
Ojóut kále kim "je veux manger" (ki est l'objet grammatical du verbe, sans contenu sémantique ici)
Ojóut kálo kim "je voulais manger (récemment)"
Ojóut kálata kim "je voulais manger (bien avant)"
Ojóut hun kále kim "je voudrai manger"
Et au passé...
Ojóutou kále kim "je voulais (être en train de) manger"
Ojóutou kálo kim "je voulais avoir mangé"
Ojóutou kálata kim "j'aurais voulu manger"
Ojóutou hun kále kim "je voulais manger (mais j'ai abandonné l'idée)"

Tout n'est pas encore clair dans ce fouillis de temps. Peut-être donner uniquement une valeur modale au passé ? Cela rapprocherais de l'anglais... J'aurai bien besoin de votre aide pour y voir clair ! En attendant, pourriez-vous me traduire "tu avais l'air beau" ? (le vocabulaire nécessaire est dans ce post et le précédent).

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ɣu (juñ han áepohanah)   Aujourd'hui à 16:41

Revenir en haut Aller en bas
 
Ɣu (juñ han áepohanah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ɣu (juñ han áepohanah)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: