L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Naran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 19:30

EDIT: Nahilve (bienvenue) ! La langue présentée dans les messages suivants ne correspondant plus à sa version actuelle, je vous invite à consulter ce sujet à partir de la fin de la page 7

___________________________________________________________________________________________________________


Bonjour !
Je vous présente ici, l'Arandin.


HISTOIRE INTERNE

             Comme toutes les langues, l’Arandin, descend d’une langue mère, descendant elle-même d’une autre langue mère. L’Arandin fait parti de la famille aravienne, sa langue mère est l'Aravin. La famille la plus proche linguistiquement est la famille aranienne. Elle regroupe le Demëran, l’Arcan et l’Arandah. On considère que ces 3 langues sont les filles de l’Aranon, elle-même fille de l’Ethanan. L’Ethanan est la langue originelle des hommes. Peut de mots nous sont parvenus, mais elle décrite au fil des âges, comme étant la langue la plus pure et  mélodieuse.
 
            On date la séparation de l’Aranon en quatre, il y a environ cinq siècles, à l’époque des Temps Epars. L’élément le plus frappant des familles araniennes est qu’aucunes des langues issues de l’Aranon ne se ressemblent. Seul l’Arandin, qui est seulement une langue cousine, marque le plus de ressemblances entre toutes. On note toutefois une récurrente mutation de voyelles, quasiment présente dans toute la famille aranienne et aravienne.
            Cependant, la divergence de l’Arcan, Arandah, de l’Arandin et du Demëran s’expliquerait par le manque quasi-total de communications entre les différents peuples qui leur sont propres, pendant plus de cinq siècles. En effet, leur séparation a été un bouleversement dans l’histoire linguistique. Se mêlant parfois, aux dialectes, ou aux autre langues filles et petites filles de l’Ethanan.
            Il faut tout de même ajouter que l’Aranon n’est pas la seule langue issue de l’Ethanan. Il y eut d’abord l’Ioras, puis l’Estava, et le Rovanon. Seul le Rovanon est la langue qui est la plus proche de son état d’origine. Son peuple, les Rovanites, ce sont déplacés à travers l’île d’Arga entre 450 et 500*, pour s’installer dans les plateaux au nord-est de l'île d'Arga, sur le continent Emenal en gardant tout leur savoir secrètement, et pour fuir l’époque sinistre de la guerre de 50 ans.
            De l’Ioras est né l’Iavas, qui a donné naissance à l’Oros. L’Estava, lui, a engendré l’Esseven. Les familles iorosienne et estavienne ce sont mêlées à la fin du VIe siècle, alors que leurs peuples ce sont rencontrés sur le chemin de la Délivrance lors de la chute de Finrar le Mith. De cette rencontre est né l’Essere-orassien.


HISTOIRE EXTERNE

Entre l'Arandah, le Demëran, l'Arcan et l'Arandin, il existe un lien, car je n'ai jamais pu, finalement, changer de style... Surprised Mais pour les autres langues qui restent, je compte changer les choses !
Mes principales inspirations sont (comment m'en passer? Rolling Eyes  ): le Sindarin et le Quenya, mais aussi le Gaélique au niveau du vocabulaire.
Je bosse sur cette langue depuis un sacré temps, et je suis content d'avoir terminé Twisted Evil ! Je continue l'élaboration de la mythologie issue de la culture arganne, de son histoire (en fait, c'est un monde tout neuf...) et aussi du dictionnaire Français-Arandin... Effectivement, j'abandonne le monde de Ganaël, mais je n'avais pas de bonne suite ...

Prochainement, cartes et schémas, nécessaires à la compréhension de l'Histoire interne !


* (ici) dates


Dernière édition par Eweron le Jeu 22 Sep 2016 - 22:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 19:32

Ulfëo a écrit:

Je bosse sur cette langue depuis un sacré temps, et je suis content d'avoir terminé Twisted Evil !
Sacrilège ! Une langue n'est jamais finie, ni terminée, et je viens de me rendre compte que ces deux termes ont une étymologie semblable !

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 19:39


En rouge, zone linguistique et historique traitée ici.


Famille entière linguistique arganne




Diffusion actuelle des langues argannes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odd



Messages : 4336
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 19:40

...

...


Dernière édition par odd le Dim 14 Aoû 2016 - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 19:43

Mardikhouran a écrit:
Sacrilège ! Une langue n'est jamais finie, ni terminée, et je viens de me rendre compte que ces deux termes ont une étymologie semblable !



odd a écrit:
Une langue est terminée quand elle est morte...



D'accord je me rends ! Smile Mes mots ont dépassé ma pensée...Je présente mes plus plates excuses! Je reformule : Je suis content d'avoir une base assez solide (mais comme une langue n'est jamais finie, ni terminée, peut-elle avoir une base solide ? Wink  - je chipotte) de l'Arandin, pour pouvoir la présenter ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 21:15

Prononciation et alphabet


L’Alphabet de l’Arandin à traverser les âges et à connu plusieurs formes :






La prononciation est assez simple (je ne m'y connais pas assez pour élaborer un système complexe). Les voyelles sont : -a, -e, -i, -o, -u. Elles se prononcent comme en français. Les voyelles longues sont marquées par un accent grave `. L’accent tonique de se place de façons variables. Il est noté par un accent aigu ´.

Il y a 21 consonnes : 14 sons basiques : -b, -c, -d, -f, -g, -j, -k, -l, -m, -n, -p, -r, -t, -v.

(Attention, le -c se prononce toujours -k).
          
Il existe 7 consonnes étrangères au français : -h, -ć, -ç, -ś, -ş, -dh.

H – Se prononce [x]. 
Ć – Se prononce [tɕ].
Ç – Se prononce [tʃ].
Ş – Se prononce [ʃ].
Ś - Se prononce [ɕ].
DH – Se prononce [θ].

La latinisation de l'alphabet est quasiment la même qu'en Arcan. La proximité des langues dans leur famille explique ce phénomène, comme beaucoup qui suivront.

Ce qui nous donne le tableau suivant:


Et voici la traduction du texte (premier message):


Fa an’ órë uva rëva

Fa an’avínë úva lóma

I ankan uva feria

I ëlvan uva edhra

Kreśë ov’en an’ ilva

En feriant endë an’ omu

A brenti, an ilvë i a meva
 
Au soleil tu es né,
Sous la lune tu as vécu.
Du vent tu as été fait
Et de l’eau tu as su
Garder en toi la chant
Qui t’as fait voir la vie
La liberté, le joie et le temps

 

Poésie de l’Ancien Temps, Anonyme


Dernière édition par Ulfëo le Ven 14 Aoû 2015 - 9:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 21:42

Le circonflexe indique-t-il, comme en quenya, que le e n'est pas silencieux comme en français ?
Le c remplace-t-il le s ?
Quid des voyelles à la fois longues et accentuées ?

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 22:38

Le continent d'Emenal à l'air immense, par rapport aux montagnes sur la carte de l'île d'Arga ; c'est une Pangée ?
Je ne retrouve pas la métrique du poème, c'est par rapport à l'accentuation ?
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Naran    Mer 22 Juil 2015 - 23:52

Ulfëo a écrit:
Je bosse sur cette langue depuis un sacré temps, et je suis content d'avoir terminé Twisted Evil !
Mardi et odd ont raison ! Une persolangue dite "terminée" est une langue morte. Deux raisons à ça :
  • Soit l'auteur est mort
  • soit il a abandonné sa langue.

L'aneuvien qui a pourtant atteint une certaine maturité (comme son auteur, du moins, c'est à espérer) a eu pourtant des modifs récentes :
  • Une réforme orthographique, celle du C, ce qui a entraîné la disparition de la cédille.
  • Un autre, grammaticale :
    Avant que je vienne dans l'atelier, l'aneuvien n'avait pas le moindre participe futur ; puis, il a eu la forme en mir + -un, qui exprimait non un futur progressif (comme on était en droit de s'attendre), mais un inchoatif futur.
    Puis je me suis rendu compte que la particule auk*, qui n'était pas employé avec le participe, pourrait prendre ce rôle, et, du coup, voilà : main'nant, y a deux participes futur, et le futur progressif s'exprime main'nant tout-à-fait avec la particule mir.





*Petit rappel de l'utilisation de auk :
auk + présent indicatif : futur assez proche (entre le futur immédiat et le futur "normal")
auk + passé indicatif ou auk + prétérit : futur proche dans le passé (j'allais faire)
auk + présent subjonctif, comme mir + présent subjonctif : hypothèse future.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 1:12

A Mardikhouran :

Le circonflexe ? Tu veux dire le tréma ? Oui il signifie qu'une voyelle (pas seulement le e) se prononce, qu'elle n'est pas muette. 
Le "c" remplace effectivement le "s". 
Pour les voyelles longues et accentuées, je ne pensais pas mettre un ̈́ au dessus de la voyelle, mais pour la transcription latine, c'est la convention choisie !


A Genou:

Hum... Le terme "Pangée" ne m'est jamais venu à l'esprit, mais on peut appeler ça comme ça ! A vrai dire, Emenal et ses îles sont "tout neufs", en quelque sorte.... C'est un monde "jeune". L'époque actuelle correspond (pour donner une comparaison) à l'Antiquité. En plus d'élaborer simplement l'histoire de ce monde, cela me laisse plus de possibilités pour son avenir! 
Tu as bien remarqué qu'il n' y a pas de métrique pour ce poème! Eh bien, ceci s'explique par l'époque à laquelle le texte a été écrit. En ces temps là, le littéraire se fait reconnaître, quand ses poésies sont porteuses de lyrisme, mais ne sont en aucun point régies par des règles!


A Anoev :

Je me suis rendu compte de ma grossière erreur... Et c'est bête car je pense que j'aurais fait la même remarque à quelqu'un d'autre qui se serait lui aussi trompé dans son affirmation !


Dernière édition par Ulfëo le Jeu 23 Juil 2015 - 11:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 7:52

Ulfëo a écrit:
Tu as bien remarqué qu'il n' y a pas de métrique pour ce poème! Eh bien, ceci s'explique par l'époque à laquelle le texte a été écrit. En ces temps là, le littéraire se fait reconnaître, quand ses poésies sont porteuses de lyrisme, mais ne sont en aucun point régies par des règles!
De ce que je sais des poésies antiques grecques, arabes, latines et chinoises, le rythme est prépondérant. D'ailleurs, en arabe, les règles n'ont été codifiées que lorsqu'un grammairien s'est rendu compte que tous les poèmes écrits auparavant suivaient toujours les mêmes quinze schémas accentuelles (on en connaît seize aujourd'hui).
Ces règles se forment "naturellement", à partir du rythme intrinsèque de la langue, et afin de créer des séquences facilement mémorisables (c'est un sport qui date de bien avant l'invention de l'écriture...)
Le vers libre actuel, dont je pense que tu t'inspires, n'est selon moi pas destiné à être appris par cœur.

Pour poétiser un texte, on a au choix :
  • Le rythme fondé sur la longueur des syllabes (grec, latin, arabe ; japonais dans les haïkus)
  • Le rythme fondé sur l'accent tonique (vieil-anglais, anglais, russe)
  • Le rythme fondé sur le nombre de syllabes (polonais, langues romanes)
  • Les rimes
  • Les assonances et allitérations ("rimes" des premières lettres de chaque mot)
  • Le parallélisme (répétition d'une structure syntaxique ou reformulation d'une idée dans deux vers qui se suivent) (hébreux biblique)
Bien entendu, tout peut se combiner, et il y a des systèmes convenant mieux à certaines langues que d'autres (une poésie latine avec rimes ? Beurk).

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Ziecken
Modérateur


Messages : 4956
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 10:06

Je viens de rédiger une ébauche de l'arandin sur Idéopédia. N'hésites pas à la compléter et à la corriger. Wink

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 11:54

Mardikhouran a écrit:
Ces règles se forment "naturellement", à partir du rythme intrinsèque de la langue

Dans ce cas, je n'ai pas fait assez de textes pour qu'il y ait ces règles.

Je reviens sur l' infamie que j'ai dite...  

Dans le cas où je pensais que j'avais "fini" (bien que impossible), l'Arandin, je me sens à présent dérouté. Finalement, puisque qu'une langue n'atteint pas sa finalité, tant qu'elle n'est pas morte, ou que l'auteur n'est pas mort ( affraid ), comment se rendre compte de l'évolution (non dans son avancement, mais dans sa conclusion) de cette langue, puisque l'on ne peut pas prévoir son aboutissement? En pensant avoir vu cette aboutissement, j'ai en effet été leurré. Je me demande à présent, si le travail que j'ai entrepris jusqu'à maintenant n'est seulement qu'un dixième des possibilités linguistiques envisageables (pour l'Arandin)...Et encore cela est faux. Ne pouvant croire à une fin à l'Arandin de mon vivant, essayer de découper ce travail en dixième ou autre, est concrètement faux, puisque je ne connais pas le terme de cette création! En définitive, ce que je vais vous présenter aura-t-il (malgré ce que j'affirmais) une base assez solide pour être acceptable?
Si cela est de même pour vous, peut-on dire que c'est un challenge de parler de sa langue, tant que l'on ne peut pas prévoir son terme (en sachant que ce n'est possible que si cette langue est morte, ou que je vois ma mort proche... No )





PS : Merci Ziecken !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 12:03

Oupses ! (comme dirait Anoev)

moi aussi j'ai commis l'infâmie de dire que la grammaire de l'algardien et de la LRE étaient finies...

plus je m'y penche plus je trouve ça bancal ... et je parle pas des uatres langues, plus originales mais un casse tete grammatical...

pour le lexique c'est certain qu'il est pas fini ! 120 000 mots pour l'anglais par exemple Shocked

je suis à 1500 en algardien (en LRE bon c'est plus facile et c'est sur le tas...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
bororo



Messages : 475
Date d'inscription : 15/05/2012

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 13:15

Les langues naturelles ne sont jamais finies non plus, elles ne cessent de gagner et de perdre du vocabulaire, des constructions, des prononciations, etc...

Cela dit tu peux toujours te fixer des objectifs intermédiaires, par exemple compléter une liste de vocabuaire (Swadesh ou autre), traduire / écrire un certain nombre de textes pour étoffer ta diégèse (ou pour tester ta langue sur des points de plus en plus difficiles), rédiger une grammaire de base, etc. Il n'y a pas de limite, aussi longtemps que tu ne te lasses pas.

Les plus courageux essaient de fonder une communauté de locuteurs, mais là on ne peut rien garantir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 13:15

Ulfëo a écrit:
Dans le cas où je pensais que j'avais "fini" (bien que impossible), l'Arandin, je me sens à présent dérouté. Finalement, puisque qu'une langue n'atteint pas sa finalité, tant qu'elle n'est pas morte, ou que l'auteur n'est pas mort ( affraid ), comment se rendre compte de l'évolution (non dans son avancement, mais dans sa conclusion) de cette langue, puisque l'on ne peut pas prévoir son aboutissement? En pensant avoir vu cette aboutissement, j'ai en effet été leurré. Je me demande à présent, si le travail que j'ai entrepris jusqu'à maintenant n'est seulement qu'un dixième des possibilités linguistiques envisageables (pour l'Arandin)...Et encore cela est faux. Ne pouvant croire à une fin à l'Arandin de mon vivant, essayer de découper ce travail en dixième ou autre, est concrètement faux, puisque je ne connais pas le terme de cette création! En définitive, ce que je vais vous présenter aura-t-il (malgré ce que j'affirmais) une base assez solide pour être acceptable?
Si cela est de même pour vous, peut-on dire que c'est un challenge de parler de sa langue, tant que l'on ne peut pas prévoir son terme (en sachant que ce n'est possible que si cette langue est morte, ou que je vois ma mort proche... No )
En gros, en moyenne, une persolangue (tant qu'elle vit) connaît trois phases :

La phase d'hésitation, où le vocabulaire est encore balbutiant, mais où la grammaire fait des progrès hénauuurmes, mais aussi des changements qui pourraient se comparer à de la tectonique au niveau planétaire.

La phase d'évolution, où, mis à part quelques petites remises à jour ça et là, la grammaire est stable, mais le vocabulaire évolue, lui, énormément ; certains mots changent du tout au tout ; il y a des découvertes de nouvelles méthodes pour fabriquer des nouveaux mots.


La phase de relative stabilité, qui est, en somme, une continuation de la précédente. Les règles phonologiques sont considérées comme définitives (ou presque), de même que l'orthographe. La grammaire a encore quelques petites modifs, mais très rares, et ce ne sont pas des bouleversements (pas de changement de pluriel, de conjugaison, par exemple). Bref : l'auteur se concentre surtout sur les mots qui vont remplir le vocabulaire (jamais fini, puisque les mots se créent au fur et à mesure que les choses qu'ils désignent).

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 13:38

J'ai un dico de 30 mots ... Crying or Very sad

M'enfin bon... Au niveau des groupes de voyelles, nous avons:

Diphtongue formée avec \ Prononciation finale 
[a]
[e]
[i]
[o]
[u]
A
X
ae
///
///
///
E
ea
X
///
eo
eu
 O
oa
oe
///
X
///
Les groupes de voyelles formés avec -i ou -u* et ao (ai, ei, oi, ia, ie, ua, ue, ou, iu etc) se prononcent séparément !
* sauf eu


Dans le cas ou une des deux voyelles doit se prononcer, on utilise le tréma : aë, eä, eö, eü, oä, oë.



A bororo et Anoev:

Merci pour votre témoignage !! Smile


Dernière édition par Ulfëo le Ven 14 Aoû 2015 - 9:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 13:45

Y a une quatrième phase à propos de laquelle je n'avais pas trop oser parler, tant les trois autres phases pourraient représenter l'enfance, l'adolescence et l'âge adulte de la langue, c'est la vieillesse :

La grammaire n'évolue plus du tout, éventuellement des règles sont supprimées (pour une simplification ?), l'évolution du vocabulaire "marque le pas" (beaucoup moins de mots nouveaux). Et pour finir, la langue se fige, soit par abandon, soit par décès de son créateur.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bedal



Messages : 3664
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 14:07

comment se prononcent tes diphtongues ulfeo ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 15:47

Bedal a écrit:
comment se prononcent tes diphtongues ulfeo ?

La prononciation est indiquée par colonne:

Se prononce:
[a] = ea et oa
[e] = ae et oe 
[o] = eo
[u] = eu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16238
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 15:57

Là, c'est plus des diphtongues, mais des digrammes.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 17:22

Ah ! Hum... Dans ce cas là mes diphtongues se prononcent tel qu'elle sont écrites !


Aorën (adj - clair) se dira [aorɛn]

Noms et déterminants


On distingue deux classes de genres (animé / inanimé), elles-mêmes divisées en deux autres classes (animés : masculin et féminin ; inanimés : abstrait et neutre). Les mots féminins et masculins regroupent tous les noms dont on peut distinguer le sexe. Les mots neutres regroupent les mots dont on ne peut pas différencier le sexe, et les objets. Enfin, les mots abstraits regroupent les mots tel que idée, souvenir, pensée…
 
Tableau regroupant les articles :
 
Genre
SINGULIER
PLURIEL
Définis
Indéfinis
Définis
Indéfinis
Animés
Masculin
I
E
A
I
Féminin
An’
En’
En’
In’
Inanimés
A (n’)
E (n’)
E (n’)
I (n’)
 
 
La ressemblance entre certains articles est expliquée par la mutation des voyelles, du singulier au pluriel.
 
Exemples :
 
En’ arga → un arbre
A rélma → l’ombre
I dëren → le roi
An’ ilva → le chant  
 
            La plupart des mots féminins sont construits sur le schéma suivant : v-c-v (c : consonne et v : voyelle), à l’inverse des mots masculins qui sont construits sur le schéma suivant : c-v-c.
 
Exemples :
 
→ I dëren.
→ An’ avar.
 
            Dans les radicaux, il existe des exceptions, qui on un radical v-c-c-v



Dernière édition par Ulfëo le Ven 14 Aoû 2015 - 10:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 17:35

Que signifient les apostrophes derrière les articles ?
Ulfëo a écrit:
            La plupart des mots féminins sont construits sur le schéma suivant : v-c-v (c : consonne et v : voyelle), à l’inverse des mots masculins qui sont construits sur le schéma suivant : c-v-c.
J'avais une petite idée de langue, qui me traînait dans la tête, se réduisant presque à ceci : les prénoms féminins dérivaient des masculins en changeant de place la dernière voyelle et la dernière consonne :
Ilasz -> Ilsza
Y a-t-il des relations semblables entre les deux sortes de radicaux ?
Ulfëo a écrit:
            Dans les radicaux, il existe des exceptions, qui on un radical v-c-c-v

Quels radicaux ?

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Eweron



Messages : 393
Date d'inscription : 06/07/2014
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine...

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 17:58

A Mardikhouran:

- Pour un souci de beauté orale, on ajoute volontiers une consonne (-n de préférence)*  pour lier l'article et le nom. Au lieu de dire:

E arga, on dira en'arga. L'apostrophe marque cette liaison (je sais qu'il y a un nom pour ce phénomène, mais je ne m'en souviens plus... En italien on le rencontre dans e --> ed - et).



- Ton idée pourrait paraître juste, mais il n'y pas de relations semblables ! Wink


- Ma phrase est à corriger. C'est l'explication que j'ai donné dans mes premiers écrits, mais elles est fausse... Embarassed . Les inanimés n'ont pas de radicaux fixes:
Arga (arbre / v-cc-v), Ilva (chant / v-cc-v)... Ce sont de ces radicaux dont je voulais parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran



Messages : 2432
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Naran    Jeu 23 Juil 2015 - 18:16

Ulfëo a écrit:
L'apostrophe marque cette liaison (je sais qu'il y a un nom pour ce phénomène, mais je ne m'en souviens plus... En italien on le rencontre dans e --> ed - et).
Beauté orale=euphonie.
Le terme que tu cherches est sandhi, dit "liaison" en français.

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naran    Aujourd'hui à 2:49

Revenir en haut Aller en bas
 
Naran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: