L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Questionnaire sur les pratiques communicatives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ziecken
Modérateur


Messages : 4982
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 12:39

Je viens de retrouver un document intéressant que l'on avait étudié en première année de Sciences du Langage. Il s'agit d'un questionnaire sur les pratiques communicatives rédigés par mon prof d sociolinguistique P. Riley.

Adapté à nos idéolangues, je trouve cela très pertinent, je vous le partage donc ici.

1. Dans votre langue, est-il possible de dire de quelqu'un, d'après son accent, qu'il est :

-riche
-exerce un métier spécifique
-vient d'une région ou d'une ville donnée
-est membre de la classe ouvrière, de la bourgeoisie.

2. Existe-t-il des proverbes, des expressions ou idomatismes concernant le comportement verbal ? Par exemple en Angleterre on dit : "les petits garçons doivent être vus, mais jamais entendus".

3.Que dites-vous quand :

-qqn vous offre un cadeau ou quand vous offrez un cadeau à qqn
-qqn éternue, pète ou rôte
-vous prtez un toast
-vous voulez dansez avec qqn
-vous entrez dans une pièce où il y a du monde
-vous quittez un ami
-qqch coûte trop cher dans un magasin
-qqn va passer un exam ou vient de le réussir
-vous commencer une blague ou un récit

4.Existe-t-il dans votre langue des sujet de conversations tabous ?

5.De quoi parlez-vous quand vous rencontrez qqn pour la toute première fois ?

6. Avez-vous des jeux ou des concours linguistiques ?

7. Y a-t-il des moments où le silence est obligatoire ?

8. Y a-t-il une différence entre la manière dont les hommes et les femmes s'expriment ?

9. Parle-t-on plusieurs langues dans votre pays ? Si oui, comment choisit-on quelle langue parler et dans quelles circonstances ?

10. Votre système pour compter est-il basé sur 5, 10, 12, ... ?

11. Y a-t-il des métiers linguistiques dans votre pays ?

12.Existe-t-il dans votre langue des expressions dont l'utilisation est limitée à un moment précis (matin, soir, fête, saison, ...)

13.Dans un groupe, qui a le droit de parler en premier ?

14. Y a-t-il une façon spécifique de s'adresser à :

-un enfant
-un chef
-Dieu
-un animal
-un conjoint
-un membre de la famille
-un ami
-un étranger
-un prêtre

15. Si votre langue connaît une forme écrite, y a-t-il une différence entre la forme orale et écrite ?

16.Préfère-t-on parlementer ou se taire lorsque l'on n'est pas d'accord ?

17.A table :

-de quoi parle-t-on
-qui parle
-que dit-on quand on commence à manger
-pour refuser un plat

18. Existe-t-il des gestes pour :

-signaler que l'on est pas d'accord
-pour saluer, injurier, féliciter, remercier
-conjurer le mauvais sort
-mitiger des propos

19. Comment faites-vous pour entrer en communication avec qqn du sexe opposé ?

20. Donnez-vous des noms humains à des objets ou à des animaux ?

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 13:40

Houlà ! pas simple ! Et je suis loin d'avoir pensé à tout. D'autant plus qu'il y a deux chose qui s'greffent là n'dans :

la langue elle-même,
la diégèse.


S'y a pas d'réponse, c'est
soit que je n'y ai pas pensé
soit que j'aurais bien une idée, mais que je n'ai pas encore su l'exploiter rationnellement.


Bon, on y va !



1. Dans votre langue, est-il possible de dire de quelqu'un, d'après son accent, qu'il est :

-vient d'une région ou d'une ville donnée : oui
-est membre de la classe ouvrière, de la bourgeoisie : pas à priori.


3.Que dites-vous quand :

-qqn vous offre un cadeau  : hrop
-vous portez un toast : salœnt!
-vous quittez un ami : yn bisvèdjun!
-qqch coûte trop cher dans un magasin : rec spændirnert
-vous commencez une blague ou un récit : e dhep sàgen ùċ ni os(e)...


4.Existe-t-il dans votre langue des sujet de conversations tabous ?

En principe, non. Mais comme y a des religions et des organisations politiques diversifiées, on n'est à l'abri de rien. Toutefois, deux règles :
quelqu'un qui entre dans une communauté en respecte le ou les tabous.
quelqu'un qui entre dans une communauté n'impose pas ses tabous.

C'est bon à savoir pour les mariages intercommunautaires.

5.De quoi parlez-vous quand vous rencontrez qqn pour la toute première fois ?

Ça dépend de ce qu'il me dit.


7. Y a-t-il des moments où le silence est obligatoire ?

Une minute, lors des deuils nationaux. Les chaines de télé aneuviennes diffusent une image fixe (paysage, presque toujours) sans aucun son ; et là, ça peut durer plus longtemps°.

8. Y a-t-il une différence entre la manière dont les hommes et les femmes s'expriment ?

En principe, non ; en tout cas, pas grammaticalement.

9. Parle-t-on plusieurs langues dans votre pays ? Si oui, comment choisit-on quelle langue parler et dans quelles circonstances ?

Une langue nationale : l'aneuvien, parlée comme langue officielle dans 7 provinces sur 8 et langue d'échange dans la huitième
Une langue provinciale : le thub, parlé en Pande, mais aussi dans la sante de Zhenek et au sud du Malyr (au sud d'une ligne Wynex-Krebiz)
une LAI : le psolat.

10. Votre système pour compter est-il basé sur 5, 10, 12, ... ?

10 en principe quasiment partout, hexa en informatique. sexa pour le temps (comme ailleurs, en somme)

11. Y a-t-il des métiers linguistiques dans votre pays ?

Les mêmes qu'ailleurs : professeur de langue, interprète, traducteur, linguiste, décrypteur...

13.Dans un groupe, qui a le droit de parler en premier ?

Tout dépend du groupe. En plus, il y a aussi le "privilège de la dernière phrase, du mot de la fin", derrière lequel toute intervention sur le sujet traité serait impolie.

14. Y a-t-il une façon spécifique de s'adresser à :

-un enfant ou un ado : zhùndak ou zhùnkad, selon le sexe. Éviter les familiarités genre nex(in) à un enfant qu'on ne connait pas : c'est mal vu.
-un chef : kàp* ; erkàp ou eddak/ekkad direktor si c'est le patron.
-Dieu, un prêtre : ça dépend de la religion

15. Si votre langue connaît une forme écrite, y a-t-il une différence entre la forme orale et écrite ?

J'ai pas compris la question.

16.Préfère-t-on parlementer ou se taire lorsque l'on n'est pas d'accord ?

Tout dépend qui et dans quelle circonstance.

17.A table :

-de quoi parle-t-on ? du menu, puis, on passe à autre chose. On évite la politique, sauf si c'est un repas animé par ... une organisation politique (té !)
-qui parle ? Tous, mais pas en même temps à une table donnée.
-que dit-on quand on commence à manger. Tout dépend ! Un bénédicité chez les catholiques pratiquants alfaziens, un malédicité chez les lucifériens...
-pour refuser un plat ? Hronep : e kàn nep inzh ċys.


Voilà : c'est tout ce que j'ai pu répondre. Mais je réfléchirai au reste.


°Après le naufrage du Nakol, coulé par le Marine de guerre chillienne, peu de temps après le putsch de Pinochet en 1973, les télévisions et les radios avaient cessé d'émettre pendant 24 heures et les émissions de divertissements avaient été remplacées par de la diffusion de musique (genre "adagio pour cordes" de S Barber, "valse triste" de Sibelius, "Marche funèbre" de Chopin etc) entrecoupée de spots d'information concernant l'identité des naufragés# pendant les cinq jours qui suivirent.
*Eddak/akkad kemáster (M/Mme le contremaître) fait lèche-cul ; mais un cadre pourra dire « kemásterdak/kad » à un subordonné membre de l'équipe de maîtrise.
#Aucun n'ayant survécu, les militaires ayant mitraillé les chaloupes de sauvetage !

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odd



Messages : 4334
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 21:34

...


Dernière édition par odd le Mer 14 Oct 2015 - 21:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal



Messages : 3675
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 22:13

Très intéressant ! je vais y répondre sérieusementpour l'algardien car j'ai énormément de choses à dire...

1. Dans votre langue, est-il possible de dire de quelqu'un, d'après son accent, qu'il est :

pauvre ou exerce un métier spécifique ?

Oui, le registre familier est souvent celui de la classe populaire...et il a des chances d'être pauvre s'il a l'accent revarien (région en retard de développement).

Un registre soutenu est le propre des nobles et des riches.

vient d'une région ou d'une ville donnée

euh largement :
-dialecte oriental : Harvtsa
-dialecte méridional : Masen
-dialecte Revarien : Farr
-dialecte Septenrional : Hadd, Elcora, Reßta

algardien neutre (Haut Algardien) : Lamia, Almein



2. Existe-t-il des proverbes, des expressions ou idomatismes concernant le comportement verbal ?

Hum:  "les Paysans labourent leurs mots, les Artisans les martèlent et les Nobles les caressent"

en gros les paysans ont un mélange de patois et de registre familier rude et "labouré" (c-à-d méconaissable)
les artisans et les marchands, parlent fort et rudement mais sont plus compréhensibles.
les nobles et bourgeois parlent doucement et éloquemment, comme s'ils "caressaient" leur interlocuteur.

3.Que dites-vous quand :

qqn vous offre un cadeau

ßala !/ Te ßale

-qqn éternue, pète ou rôte

Nasai ! (sale!)

vous portez un toast
Syeßeğ !  (santé!) ou Kir tel ! (à la vôtre)

vous voulez dansez avec qqn

Zadekan rin mel ? Ku levaran zade? (Danseriez vous avec moi / voulez-vous danser?)

vous quittez un ami

ğomireßta ! (au revoir!)

qqch coûte trop cher dans un magasin

hon akißi ! Ku kíreßan X Loka ? (c'est cher ! allez, tu me le fais à X leucats ?)

-qqn va passer un exam ou vient de le réussir

Te Lerya te akaris! (Que Lerya te soutienne!)/ Bijerli hon! (Bravo!)


4.Existe-t-il dans votre langue des sujet de conversations tabous ?

oui, le sacré et les tabous qui y sont associés : blasphème, interdits religieux.

parfois la magie a ses tabous, notamment la magie noire, la démnologie, le blasphème de mages illustres...

5.De quoi parlez-vous quand vous rencontrez qqn pour la toute première fois ?

ça dépend énormément de la culture des personnes mais :

en général on parle de son interlocuteur : santé, affaires, famille...avant de parler de soi !

6. Avez-vous des jeux ou des concours linguistiques ?

oui les guildes artistiques s'affrontent lors de jeux littéraires, joutes oratoires, théâtre , concours de chants et de poèmes.

Il y a 3 Prix littéraires prestigieux : le Prix Royal (uniquement des ouvrages profanes), le Prix Merlin (récompensant les meilleurs ouvrages de magie), le Prix Thousand. (mixte et très prestigieux)

7. Y a-t-il des moments où le silence est obligatoire ?

oui lors d'une prière (le deuil en est juste une partie, car on se recueille en silence pdt la prière du prêtre, mais c'est valable dans tous les offices religieux)

et quand un personnage important fait un discours : Roi, Maitre mystique, chef de famille, chef de guilde...

Certains lieux ont un silence très conseillé : Bibliothèques, Temples...

8. Y a-t-il une différence entre la manière dont les hommes et les femmes s'expriment ?

oui, en général les femmes usent d'un registre plus soutenu ( on va dire moins grossier pour les paysannes)

9. Parle-t-on plusieurs langues dans votre pays ? Si oui, comment choisit-on quelle langue parler et dans quelles circonstances ?

oui, l'algardien est la langue officielle et imposée, mais d'autres langues sont tolérées (mais en bilinguisme, jamais seules : l'objectif est 100 % d'algardien).

Ces langues sont le mernien, le nurménien et parfois l'helfina et le nardar (pour les communautés immigrées)

En réalité la moitié du territoire Mernien parle uniquement le mernien, sans jamais parler algardien, et des îlots dans les montagnes parlent uniquement nurménien.

Quant aux immigrés elfes et vampires, s'ils doivent apprendre l'algardien, nombreux le maitrisent mal et parlent que en nardar et helfina.

Enfin, une partie des mages Gremory parlent la langue Rouge, une langue construite surtout littéraire inventée par Venceslas G. qui

les érudits notamment savent également parler Leryen (ancêtre de l'algardien et du nardar)  langue liturgique (donc langue du clergé) et magique (langue des invocations magiques).

(Du coup les Gremory incantent soit en LR soit en leryen^^)

Les autres mages oscillent entre l'algardien pour les sorts classiques et le leryen pour les "hauts" sorts.



Ainsi les circonstances varient, même si l'algardien reste très majoritaire ! (mais lui même a des dialectes assez différents)



10. Votre système pour compter est-il basé sur 5, 10, 12, ... ?

à Algard (et dans la langue algardienne), il y a deux systèmes parallèles : la base 10 et la base 12 ! (chiffres et noms des chiffres différents)

11. Y a-t-il des métiers linguistiques dans votre pays ?

oui : traducteurs , interprètes,linguistes, archéo-linguistes ...

12.Existe-t-il dans votre langue des expressions dont l'utilisation est limitée à un moment précis (matin, soir, fête, saison, ...)

oui : A Algard, on ne dit Jerißeil que la journée, et Jerli nodiel le soir ^^

et si on connait la personne, en général on préfère un simple Jeri ! (salut!)

13.Dans un groupe, qui a le droit de parler en premier ?

l'ainé...sauf si qqun a qqch d'urgent à dire ! (et il a interêt à que ce soit le cas !)

14. Y a-t-il une façon spécifique de s'adresser à :

-un enfant non, les enfants algardiens sont traités comme des adultes, c'est valable chez les paysans comme chez les nobles !

-un chef, un prêtre

pas de vouvoiement en algardien, mais par contre le registre est obligatoirement soutenu.

en Algardien Oriental, là il existe un pronom de vouvoiement, systématiquement utilisé. (Sel)

-Lerya et autres divinités

on leur parle en leryen ! (qui s'appelle leryen pourquoi à votre avis ^^)

-un animal
bof, pas de marque particulière...plus rude peut etre ^^

-un conjoint
non tutoiement normal,

SAUF chez les Orientaux (dont les Gremory) qui ont 3 pronoms de 2e personne dont un pour le tutoiement intime  (Tel)

-un membre de la famille

attention ! chez les Orientaux, on respecte son supérieur hiérarchique familial : oncle, père, mère ... (Sel chez les Orientaux)

un ami

tutoiement normal + registre familier...

Tel chez les Orientaux.

-un étranger

non, on parle à un étranger comme on parle à son conjoint ou à sa famille ! (registre courant)

sauf chez les Orientaux, où le pronom est Rel (tutoiement neutre) et le registre est bien différent de celui du conjoint...



15. Si votre langue connaît une forme écrite, y a-t-il une différence entre la forme orale et écrite ?

oui, les dialectes sont souvent oraux (sauf l'Oriental, codifié à l'écrit) alors que la forme écrite est l'algardien standard.

le registre familier est oral et très peu de mots familiers sont passés dans le lexique officiel algardien, par puritanisme et souci de garder la langue "noble".


16.Préfère-t-on parlementer ou se taire lorsque l'on n'est pas d'accord ?

alors ça dépend des régions et des cultures...

en général les algardiens sont très bavards et parlent beaucoup pour convaincre, râler etc...

SAUF chez les Orientaux à nouveau ... où on peut discuter mais si on est pas d'accord avec le chef, on se tait car on ne contredit pas ses supérieurs...



17.A table :

-de quoi parle-t-on

de tout...sincèrement ^^ mais il y a une tradition algardienne telle que qqun propose un sujet et tout le monde débat à table ^^ (ou autour du feu ^^)

pour les repas de guilde, en général on parle des activités de la guilde, du bilan de la journée/semaine et de ce que l'on fera ... ce sont des "réunions" conviviales en fait !

qui parle

le père ou la mère ouvrent la discussion...

dans le cas d'un repas de guilde, c'est le chef de guilde.

-que dit-on quand on commence à manger

on fait quelques grâces (remerciements aux divinités + prière)

-pour refuser un plat

on ne refuse pas un plat, même à l'auberge ! la nourriture est sacrée pour les algardiens !
d'ailleurs les vampires ont du mal avec ça ^^

18. Existe-t-il des gestes pour :

-signaler que l'on est d'accord

oui pouce levé.

-signaler que l'on est pas d'accord

oui pouce vers le bas

-pour saluer, injurier, féliciter, remercier

saluer : on lève la main

injurier : on pointe l'index gauche (menace), ou on ferme le poing.
un geste insultant est de mettre son bras droit , poing levé, en croix avec le bras gauche.
Tirer la langue est également insultant ainsi que délibérement ignorer son interlocuteur.

féliciter : on tape dans ses mains les bras en l'air, ou on tapote l'épaule/le dos de son interlocuteur.

-conjurer le mauvais sort
on signe une rune (réelle si on est un mage, fictive sinon) sur sa poitrine ou sur la paume de sa main.

-mitiger des propos on secoue la main.

-arrêter qqun, mettre de la distance : on met la main bien ouverte droit devant

19. Comment faites-vous pour entrer en communication avec qqn du sexe opposé ?

pas trop de chichi sauf chez les Orientaux où le respect est de mise entre les personnes de sexe opposé :

dans la noblesse,

l'homme baise la main de la femme et se découvre.

la femme s'incline devant un homme, en relevant légèrement sa robe.

ailleurs, l'homme baisse d'un ton et essaie de parler d'un registre plus soutenu.

Tout ceci n'est pas le cas ailleurs, car la société algardienne (sauf la culture Orientale) est très machiste.


(rq : chez les vampires, la femme est très respectée, encore plus qu'un homme !  Razz  )

20. Donnez-vous des noms humains à des objets ou à des animaux ?

oui, de nombreuses personnes donnent des noms illustres, des nom de lieu etc... ses animaux, dont parfois des noms humains


Dernière édition par bedal le Jeu 3 Sep 2015 - 22:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Atíel



Messages : 1240
Date d'inscription : 08/04/2012
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 22:24

bedal a écrit:
-qqn éternue, pète ou rôte

Nasai ! (sale!)

Ah ! Parfaitement d'accord Very Happy !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu/ideopedia/index.php5?title=Sivélien
bedal



Messages : 3675
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 22:41

Atíel a écrit:
bedal a écrit:
-qqn éternue, pète ou rôte

Nasai ! (sale!)

Ah ! Parfaitement d'accord Very Happy !

oui surtout quand tu l'as déjà expérimenté Razz

en tous cas ce pavé était long... mais très intéressant culturellement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 23:03

bedal a écrit:
14. Y a-t-il une façon spécifique de s'adresser à :

-un enfant non, les enfants algardiens sont traités comme des adultes, c'est valable chez les paysans comme chez les nobles !
Pour ça, Algard et l'Aneuf se rejoignent assez bien, même si le vouvoiement existe en Aneuf et pas sur Algard, et qu'on donne du zhùndak/kad au lieu de eddak/ekkad, les égards sont de mise, comme le montre ce paragraphe, sinon, gare aux remises en place.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal



Messages : 3675
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 23:05

Anoev a écrit:
bedal a écrit:
14. Y a-t-il une façon spécifique de s'adresser à :

-un enfant non, les enfants algardiens sont traités comme des adultes, c'est valable chez les paysans comme chez les nobles !
Pour ça, Algard et l'Aneuf se rejoignent assez bien, même si le vouvoiement existe en Aneuf et pas sur Algard, et qu'on donne du zhùndak/kad au lieu de eddak/ekkad, les égards sont de mise, comme le montre ce paragraphe, sinon, gare aux remises en place.

les algardiens sont des "tutoyeurs" ... sauf les Orientaux qui ont 3 pronoms ! du coup il y a un fossé entre la capitale et Harvtsa...

(une des explications de la rivalité Emerald-Gremory ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
odd



Messages : 4334
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Jeu 3 Sep 2015 - 23:42

...


Dernière édition par odd le Mer 14 Oct 2015 - 22:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sáïd Kuaq



Messages : 738
Date d'inscription : 16/02/2014

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Sam 5 Sep 2015 - 17:45

1. Dans votre langue, est-il possible de dire de quelqu'un, d'après son accent, qu'il est :

-riche : non
-exerce un métier spécifique : Par son accent non, mais par son vocabulaire, c'est envisageable. Le discours spécifique sprakan a tendance à envahir le discours commun. Cela se voit surtout sur le vocabulaire. Par un exemple, un tailleur dira "libesoi" (habit), pour parler du rôle social d'une personne (Daïr), un comédien lui utilisera le verbe "da'urën", jouer un rôle, dans le sens de "vivre" (lëfën).
-vient d'une région ou d'une ville donnée : Oui, de manière assez précise on peut déterminer l'origine géographique d'un locuteur du sprakan avec son accent, on peut même aller dans certains cas aller jusqu'à prédire sa ville.
-est membre de la classe ouvrière, de la bourgeoisie : chaque classe sociale à plus ou moins une structure grammaticale personnelle, mais l'accent ne jouera pas.

2. Existe-t-il des proverbes, des expressions ou idomatismes concernant le comportement verbal ? Par exemple en Angleterre on dit : "les petits garçons doivent être vus, mais jamais entendus".

Pas à ma connaissance.

3.Que dites-vous quand :

-qqn vous offre un cadeau : Mankë, "merci", éventuellement suivit d'une référence à (un) dieu.
-ou quand vous offrez un cadeau à qqn : Lí Gott, Para Gotts (ou, Lí Gotte, para gottes) : Pour (les) dieu(x), par la sienne(/leur) [volonté].
-qqn éternue : Habruḣ ([c'est] bénit), ou Heil ([c'est] saint) pour moi, et lui se tait
-vous prtez un toast : Hulu'u ig an (je salue à) ou To Hulu an (le salut à)
-vous voulez dansez avec qqn : Ak volst-ol tanżën ? Ou le sobre Tanż(ën) ?, danse ?, danser ?
-qqn va passer un exam : Mit ak ! ([je suis] avec toi)
-ou vient de le réussir : Habruḣ
-vous commencer une blague ou un récit : (To) se-te... (c'était)

4.Existe-t-il dans votre langue des sujet de conversations tabous ?

-l'argent, pour une grande partie des locuteurs
-la manière de parler du locuteur en face

5.De quoi parlez-vous quand vous rencontrez qqn pour la toute première fois ?

Par respect, on ne parle pas de l'autre autrement que par questions. Un étranger devra même prendre garde à se borner à retourner les questions qui lui ont au préalable été posée.

6. Avez-vous des jeux ou des concours linguistiques ?

Quand l'on se connait bien, il arrive que l'on compare les différences d'usage de la langue, mais avec grands soins et précautions.

7. Y a-t-il des moments où le silence est obligatoire ?

D'une manière générale, quand quelqu'un d'autre parle. Que cela soit avec (les) dieu(x) (prière), aux autres (discours) ou avec quelqu'un (discussion), on se tait. On observe même un temps relativement long de silence avant de prendre la parole après quelqu'un dans une discussion, même dans un débat.

8. Y a-t-il une différence entre la manière dont les hommes et les femmes s'expriment ?

Certaines communautés interdisent aux femmes certains sujets, voir certaines discussions. Souvent, il s'agit des milieux nobles et élevés. Mais globalement non.

9. Parle-t-on plusieurs langues dans votre pays ? Si oui, comment choisit-on quelle langue parler et dans quelles circonstances ?

Oui. Légalement, toutes les langues, même la langue majoritaire, sont illégales. On n'a le droit qu'à l'usage de la langue commune. (mais même les nobles n'en font pas usage dans leur vie de tous les jours). On parlera donc le Sprakan, la langue majoritaire par défaut, à moins de s'adresser à un représentant de l'ordre, auquel cas il faut user des bases d'anklajo (langue commune) que l'on maîtrise. Si la langue maternelle de l'interlocuteur n'est pas le sprakan (il le parle presque assurément), et que l'on connait (même partiellement) sa langue (c'est souvent le cas), on propose le changement par politesse (lui ne le demandera pas, à moins de parler trop mal le sprakan).

10. Votre système pour compter est-il basé sur 5, 10, 12, ... ?

10, mais trace dans la langue d'une ancienne base 20.

11. Y a-t-il des métiers linguistiques dans votre pays ?

Oui, le seul légal sous la dictature et le métier de grammairien en langues anciennes (c'est sous ce terme que l'on désigne les langues qui ne sont pas la langue commune, même si elles sont bien  plus parlés que celle-ci), mais d'autres métiers nombreux existent en souterrains.

12.Existe-t-il dans votre langue des expressions dont l'utilisation est limitée à un moment précis (matin, soir, fête, saison, ...)

Mis à par certaines expressions de salutations, non.

13.Dans un groupe, qui a le droit de parler en premier ?

Personne, sauf dans les groupes officiels. Au parlement par exemple, on ne parle pas si un prêtre à demander la parole entre temps.

14. Y a-t-il une façon spécifique de s'adresser à :

-un enfant : Non.
-un chef : Non, excepté dans les contextes officiels.
-Dieu : On utilise "ak" (tu) ou "ig" (je) selon les communautés. Ce dernier usage est réprimé. Et toujours dans sa langue, autre usage réprimé.
-un animal : A moins qu'il ne parle, on ne lui parle pas.
-un conjoint : Tutoiement, voir la forme archaïque de "ak" (tu, toi) "ik", en prononçant "ig" /ig/ de sorte à rapprocher les deux. De la même manière, on ne genre pas ak (dans d'autres contextes, on dit aka à un homme, aki à une femme).
-un membre de la famille : mis à part un certain respect aux anciens pouvant dans certaines communautés demander le "gi" (pronom du vouvoiement)
-un ami : non
-un étranger : Lui doit adopter une certaine retenue, mais dans l'autre sens, non.
-un prêtre : Par respect pour (les) dieu(x), on ne parle pas à un prêtre. Si on y est contraint, par crainte des sanctions, en l'anklajo, mais une coutume commande de cracher à terre une fois le prêtre parti.

15. Si votre langue connaît une forme écrite, y a-t-il une différence entre la forme orale et écrite ?

La forme orale est diverse, quand la forme écrite est standardisée. Ce standard écrit correspond à la langue des débats et des assemblées publiques du temps de la démocratie.

16.Préfère-t-on parlementer ou se taire lorsque l'on n'est pas d'accord ?

Parlementer

17.A table :

-de quoi parle-t-on : la table familiale est venue remplacer les assemblées publiques, on y parle de l'actualité, et du passé. On ne veux pas perdre le souvenir de la démocratie. On y parle d'ailleurs souvent comme on écrit.
-qui parle : tout le monde, c'est le principe.
-que dit-on quand on commence à manger : Stët ike ! (soit/soyez ici, en s'adressant à(/aux) dieu(x))
-pour refuser un plat : on ne refuse pas.

18. Existe-t-il des gestes pour :

-signaler que l'on est pas d'accord : Haussement de sourcils
-pour saluer : De loin, on lève sa main gauche au dessus de sa tête, du côté droit, l’auriculaire baissé. De près, on fait une bise (et une seule) à un homme comme à une femme, qu'on soit l'un ou l'autre, et l'on pose sa main (gauche toujours), sur l'épaule d'un proche.
-remercier : une accolade, ou lever sa main (toujours gauche) au dessus de sa tête du côté gauche.
-conjurer le mauvais sort : lever sa main (droite cette fois), dans un signe de rejet.
-dire non : hausser les sourcils
-dire oui : regarder dans les yeux, et éventuellement ocher la tête.

19. Comment faites-vous pour entrer en communication avec qqn du sexe opposé ?

On... entre en communication ^^

20. Donnez-vous des noms humains à des objets ou à des animaux ?
Un animal reçoit presque toujours un nom humain, certains objets également. Un navire, par exemple, reçoit souvent le nom d'un personnage illustre. A noter que dans ce cas, même s'il s'agit du nom d'une personne de genre masculin, on dit "di" (la), comme en alle mand, ou l'on parle du navire "die Bismarck", même si les mots désignant les sortes de bateaux et le mot bâteau lui-même, sont pour la plupart du genre neutre ou masculin.

Modo : T'as répété deux fois l'même, y m'semble. Peux tu enlever celui de ton choix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://saidkuaq.wordpress.com/
Vilko
Modérateur


Messages : 2518
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Sam 5 Sep 2015 - 22:34

11. Y a-t-il des métiers linguistiques dans votre pays ?

Au Niémélaga, capitale Dibadi, seuls les cyborgs (0,1% de la population) ont le droit d'apprendre une langue étrangère. Les écoles n'enseignent que le dibadien, la langue officielle. Toutefois une grande partie de la population est constituée d'immigrants, qui n'oublient évidemment pas leur langue d'origine, mais elle est bannie des médias et de l'affichage public. Il est impossible de trouver ne serait-ce qu'un journal ou un livre, même d'occasion, dans une langue autre que le dibadien, ou d'écouter à la radio une chanson qui ne soit pas en dibadien.

Le dibadien ayant son propre alphabet, mal adapté à la plupart des langues étrangères (le son r n'existe pas en dibadien, par exemple) les enfants qui ont appris de leurs parents une langue autre que le dibadien sont incapables de l'écrire, à moins que l'un des parents ait pris le temps de leur apprendre à écrire dans un autre alphabet, ce qui est rarissime : manque de temps, impossibilité de trouver des livres étrangers, etc.

Il y a une bonne raison à cela : les cyborgs veulent contrôler la population, et cela implique de filtrer toute influence étrangère. Ils ont le monopole des relations commerciales et diplomatiques avec l'étranger.

Le seul métier linguistique existant à Dibadi, c'est celui d'interprète. Tous les interprètes professionnels sont des cyborgs, en général sympathiques, et quasiment impossibles à différencier des êtres humains biologiques.

Les traducteurs sont des cybercerveaux, des intelligences artificielles couplées à des machines. Traducteur n'est pas, à strictement parler, une profession existant à Dibadi.

Les cybercerveaux traducteurs ont toutefois un rôle très important, car ce sont eux qui créent les néologismes indispensables pour traduire la littérature scientifique et technique étrangère. Leur activité est indispensable à l'industrie nationale, et même à la sécurité du pays.

Enfin, des étrangers ayant des connaissances intéressant les cyborgs (en général, des ingénieurs, des informaticiens et des scientifiques de haut niveau), sont souvent invités à Dibadi, où ils sont logés dans le Quartier des Étrangers, où se trouvent les ambassades. Ils sont payés, en général plutôt généreusement, pour transmettre leur savoir au sein de divers instituts de recherche. On voit même des spécialistes des missiles et des savants atomistes se voir offrir des sinécures à vie dans l'un de ces instituts, en échange des secrets technologiques dont ils sont détenteurs. Ils apprennent en général assez de dibadien pour se débrouiller dans la vie courante, mais la plupart d'entre eux vivent  en vase clos, avec les autres résidents du Quartier des Étrangers (qui sont tout de même, avec les familles, quelques dizaines de milliers).

Au Niémélaga, chetenche, qui signifie citoyen, est utilisé à la place de "Monsieur, Madame, Mademoiselle", quelle que soit la nationalité de la personne à qui l'on parle. Les "étrangers" - hulohogoda - sont ceux qui ont gardé un passeport qui leur permettra, le cas échéant, de quitter le Niémélaga. En effet, les autorités locales ne délivrent de passeports qu'aux cyborgs. Pour les autres, la notion de nationalité n'existe pas. Si vous êtes physiquement présent au Niémélaga, le Niémélaga s'occupe de vous ! Ce n'est pas nécessairement un avantage, dans un pays où les libertés sont très limitées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Ziecken
Modérateur


Messages : 4982
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Lun 7 Sep 2015 - 12:39

En elko

1. Dans votre langue, est-il possible de dire de quelqu'un, d'après son accent, qu'il est :

-richeNon
-exerce un métier spécifiqueNon
-vient d'une région ou d'une ville donnéeOui, l'elko connaît au moyen quatre dialectes, correspondant aux différents peuples d'Eldar (Dieux) qui vivent sur Ellos, mais aussi d'autres dialectes minoritaires.
-est membre de la classe ouvrière, de la bourgeoisie.Dans le Losda, il n'y a pas de classes mais juste des registres de langues que le locuteur choisit ou non d'utiliser

2. Existe-t-il des proverbes, des expressions ou idiomatismes concernant le comportement verbal ? Par exemple en Angleterre on dit : "les petits garçons doivent être vus, mais jamais entendus".

Non, le registre de langue le plus haut est le plus exigeant, en cas de non respect de ses règles, on régresse simplement d'un registre.

3.Que dites-vous quand :

-qqn vous offre un cadeau tok, tokei ou tokei li ou quand vous offrez un cadeau à qqngip, gipe ou gipei li
-qqn éternue, pète ou rôte
-vous portez un toast homei
-vous voulez dansez avec qqn
-vous entrez dans une pièce où il y a du mondehei
-vous quittez un ami bei
-qqch coûte trop cher dans un magasin
-qqn va passer un exam ou vient de le réussir
-vous commencer une blague ou un récit On utilise un connecteur logique en -eu du type Hureu, "du temps de mes ancêtres ...", deweu "il était une fois, ..."

4.Existe-t-il dans votre langue des sujet de conversations tabous ?

Non, si la personne ne veut pas répondre, elle ne répond pas. Si elle est choquée, elle dit qu'elle ne veut pas répondre ou l'interlocuteur , par politesse, change de sujet de lui-même.

5.De quoi parlez-vous quand vous rencontrez qqn pour la toute première fois ?

On se présente en donnant son lieu d'origine et son clan et on enchaîne sur sa destination.

6. Avez-vous des jeux ou des concours linguistiques ?

En fait, il existe un jeu basé sur les clés, mais c'est pas vraiment linguistique. Le jeu, intitulé "Kourun" consiste à tiré 3 runes de manière à composer une clé. Cette combinaison est cachée à l'autre joueur. le but est de parvenir à sa combinaison le premier en remplaçant une rune par une autre chacun son tour.

7. Y a-t-il des moments où le silence est obligatoire ?

Oui quand l'autre parle. Lorsque l'on a qqchose à dire en rapport avec son interlocuteur on place son doigt sur la bouche. Lorsque ça n'a aucun rapport on le place sur l'oreille. Par ailleurs, il est inconvenant de parler plus de 5 secondes sans laisser un blanc en vue de laisser son interlocuteur s'exprimer.


8. Y a-t-il une différence entre la manière dont les hommes et les femmes s'expriment ?

Non car le masculin et le féminin n'existent pas en elko

9. Parle-t-on plusieurs langues dans votre pays ? Si oui, comment choisit-on quelle langue parler et dans quelles circonstances ?

Oui, selon les régions ou les planètes, mais l'elko est la langue auxiliaire du Losda.

10. Votre système pour compter est-il basé sur 5, 10, 12, ... ?

Pour l'elko le système est basé sur 10 mais l'elko fait figure d'exception dans ce domaine dans le Losda.

11. Y a-t-il des métiers linguistiques dans votre pays ?

Oui et non. La notion de métier est assez floue dans le Losda, on parle plutôt de compétences. La technologie utilisée par les Eldar leur permet de traduire les autres langues sans effort, même s'ils les apprennent quand même.

12.Existe-t-il dans votre langue des expressions dont l'utilisation est limitée à un moment précis (matin, soir, fête, saison, ...)

Oui, l'elko est une langue contextuelle, elle s'adapte à l'intelocuteur, au moment de la journée, au moment de l'année, ...

13.Dans un groupe, qui a le droit de parler en premier ?

Celui qui veut

14. Y a-t-il une façon spécifique de s'adresser à :

-un enfant
-un chef
-Dieu
-un animal
-un conjoint
-un membre de la famille
-un ami
-un étranger
-un prêtre

Non, faire une différence est considéré comme un manque de respect et une insulte à son intelligence. Seules les registres de langue peut apporter plus ou moins de familiarité.

15. Si votre langue connaît une forme écrite, y a-t-il une différence entre la forme orale et écrite ?

Non, les quatre registres de langues peuvent être oralisés ou écrits.

16.Préfère-t-on parlementer ou se taire lorsque l'on n'est pas d'accord ?

Lorsque l'on n'est pas d'accord avec son interlocuteur on ferme les yeux.

17.A table :

-de quoi parle-t-on de ce que l'on veut
-qui parle celui qui veux
-que dit-on quand on commence à mangerwamei (= bon apétit)
-pour refuser un platnei (= non merci)

Il est mal vu de ne pas partager son repas.

18. Existe-t-il des gestes pour :

-signaler que l'on est pas d'accord Oui, on ferme les yeux
-pour saluerOn croise les bras sur sa poitrine, injurierOn place le poing sur le front, féliciter, remercierOn place un seul bras sur la poitrine
-conjurer le mauvais sort
-mitiger des propos

19. Comment faites-vous pour entrer en communication avec qqn du sexe opposé ?

Pas de différence entre les sexes.

20. Donnez-vous des noms humains à des objets ou à des animaux ?

Oui car les animaux ne sont pas hiérarchisés avec les humains. La seule distinction faite et entre les animés et les non animés

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Questionnaire sur les pratiques communicatives   Aujourd'hui à 21:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Questionnaire sur les pratiques communicatives
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mémoire de Master 2 : Questionnaire sur les pratiques actuelles en LVE
» questionnaire sur vos pratiques de magnétisme
» Questionnaire que j'ai soumis à mon entourage et à des étrangers
» Le questionnaire sur les consignes ?
» Questionnaire!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Général :: Langues et cultures-
Sauter vers: