L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Jeu 22 Oct 2015 - 14:04

Bon, voilà, je me suis enfin décidé à ouvrir un sujet sur ma diégèse. J'avoue que je ne savais pas trop comment le présenter car j'avais pas tellement envie de faire un truc encyclopédique du genre 1-les tajaar, a-leur histoire b-leur culture... Du coup j'ai décidé de présenter ça comme un carnet de voyage d'un explorateur qui aurait fait le tour de l'empire et des pays voisins. Je l'ai nommé Nyäkpö Shümeng et me suis inspiré pour son périple des voyages de Zheng He pendant la dynastie Ming.

Voici tout d'abord une carte de son périple, elle est très basique et sujette à des modifications ultérieures car tout n'est pas bien indiqué et j'ai du oublier des pays. Les zones yarawã ne correspondent pas exactement à des entités politiques mais plutôt à des zones culturelles. Voilà donc le résumé du premier voyage de Shümeng :

Les voyages des cinq terres et quatre mers, par Nyäkpö Shümeng, sujet de l'empereur



En l'an 2099 depuis l'intronisation de Ngü le magnifique, fondateur de toute choses, notre souverain respecté, Shaar Wagkhö, alors en sa troisième année de règne m'ordonna d'entreprendre un travail de documentation des provinces impériales et au delà en vue de récolter le plus d'information possible pour la future encyclopédie des cinq terres et quatre mers, ouvrage ultime, visant à rassembler toute la connaissance humaine. Cette audacieuse entreprise ne pouvait être réalisée sans envoyer sur place les plus grands savants de l'empire, qui, en se rendant dans nos régions et dans les royaumes barbares saurait rassembler des données précieuses. En qualité de géographe impérial la direction de cette mission me fut confiée. Afin de mener à bien notre tâche l'empereur nous confia sous mon commandement et sous celui de Bänkhalh, grand amiral de sa majesté, une flotte de plus de 100 vaisseaux et un équipage de plus de 10000 hommes. Nous avions à notre disposition dix vaisseaux amiraux, parmi les plus imposants et les plus puissants jamais construits destinés à transporter nos découvertes et à servir de demeure aux spécialistes en linguistique, géographie, géologie, zoologie et ethnologie que nous nous devions d'amener. Le reste de la flotte était composée de notre escorte militaire, de rapides vaisseaux chargés de troupes et de canons et de divers bateaux de soutient destinés à transporter de l'eau douce, des vivres et des chevaux, car en effet l'empereur nous avait chargé de nous documenter sur les choses de la mer tout comme sur celles de la terre.

Nous partîmes donc au printemps de l'année 2100 quittant le port de Wägkyor après avoir rendu nos derniers respects à Chaaj au cours d'une cérémonie qui mobilisa plusieurs monastères. Le peuple nous suivit à bord de leurs simples embarcations de pêche, nous acclamant et louant les mérites de notre entreprise. Puis, nous vîmes lentement s'estomper à l’horizon les hautes tours et les mats des bateaux de Wägkyor, et alors qu'une brise légère soufflait, notre flotte dont l'étendue allait plus loin que le regard partit vers les rivages lointains des mers de l'est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Lun 7 Déc 2015 - 15:23

J'étais complètement passé à côté de ce sujet. Surprised C'est très intéressant, mais ça laisse un peu sur sa faim ! Sad La forme rend assez bien l'aspect grandes découvertes/explorateur, j'imagine aussi toute les exagérations et déformations que ça doit contenir, un peu comme le Livre des Merveilles de Marco Polo. Very Happy

Et concernant la carte, les espèces de petits peignes bruns, ce sont des sortes de limes ? L'empire tajaar, c'est le rose ? Il est tout bonnement immense… Et j'ignorais que les tajaars et les yarawã se trouvaient dans le même univers.
Revenir en haut Aller en bas
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Lun 7 Déc 2015 - 18:38

Genou a écrit:
J'étais complètement passé à côté de ce sujet. Surprised C'est très intéressant, mais ça laisse un peu sur sa faim ! Sad La forme rend assez bien l'aspect grandes découvertes/explorateur, j'imagine aussi toute les exagérations et déformations que ça doit contenir, un peu comme le Livre des Merveilles de Marco Polo. Very Happy

Et concernant la carte, les espèces de petits peignes bruns, ce sont des sortes de limes ? L'empire tajaar, c'est le rose ? Il est tout bonnement immense… Et j'ignorais que les tajaars et les yarawã se trouvaient dans le même univers.

Oui, j'étais assez excité par ce projet mais pour tout te dire, je suis rentré en prépa... Du coup je me contente de répondre aux messages sur le forum entre deux dissertations et je n'ai pas trop le temps de continuer mon récit. Enfin, je n'abandonne pas bien sûr, mais je pense qu'il va falloir atteindre les vacances de noël pour avoir du nouveau. Rolling Eyes
Pour la carte, les "peignes" bruns signalent des zones frontalières les plus fortifiées de l'empire, celles où les peuples "barbares" exercent le plus leur pression. L'échelle que j'ai défini est un peu trop grande d'ailleurs, et quelques royaumes svakâram ont disparu, il faudrait que je refasse la carte...

Et, oui, les yarawã font partie de mon idéomonde! En fait la plupart des langues que je crée s'y intègrent d'une manière ou d'une autre, les seuls dissidents linguistiques étant le phram ngô et rômanoço.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Ven 11 Déc 2015 - 19:38

Voici une petite carte des familles linguistiques de mon idéomonde :



Tajaar-rhäkä : censée être la famille la plus vaste, elle comporte deux branche la branche tajaar (dont les langues sont issues du tajaar archaïque) et la branche rhäkä, encore assez peu développée. Je sais simplement qu'on y trouve un système d'harmonie vocalique.

Svakâramtra : branche dont les langues sont les descendantes du svakâramtra classique encore attesté comme langue de prestige (la langue que j'utilise sur le forum).

Khâzrgûn : un isolat linguistique (bien qu'il y ait différents dialectes) possédant un système de brisures internes assez complexe.

Tôllôttan : une famille de langues agglutinantes possédant de nombreuses rétroflexes, et, plus inhabituel une distinction pertinente dentales/alvéolaires/rétroflexes.

Qo'ot : une famille parlée par les tribus du désert et les habitants de la cité svakâram de qo'ot justement. Ces langues ont pour particularité de posséder des clics, d'ailleurs, en toute rigueur je devrais écrire !qo'ot'!

Šaagur : Un isolat ergatif à l'ouest de l'empire tajaar, est aussi censé comporter plusieurs dialectes.

Yarawã : la famille la plus importante de la jungle... Les langues en contact avec les langues qo'ot ont développé des clics.

çürgün : la langue de l'île sud ouest, un isolat linguistique. Il est probable qu'il est existé, il y a quelques millénaires, une autre langue de la famille parlée sous le continent, mais elle a disparu avec l’expansion tajaar.

Dhraako : la famille principale des langues des "barbares du nord". Inspirée des langues germaniques dans sa phonologie.

Wazgaar : famille de langues du grand nord, je me suis inspiré du vieil-anglais pour celle-ci et son alphabet comporte des lettres un peu spéciales tel que Ȝ pour /j/ et Ƿ pour /w/.

Bok' phyoe : (je l'ai mal orthographié sur la carte) une famille de langues isolantes et tonales inspirées par le chinois, le vietnamien et diverses sino-tibétaines.

Khâdai mayô' : une autre famille de langues isolantes, comportant habituellement des rétroflexes.

Voilà! Bon après, plus de la moitié de ces langues sont à l'état de langues bleues mais, à l'échelle de ma vie, je ne désespère pas de les développer toutes... cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Ven 11 Déc 2015 - 20:44

djingpah a écrit:
Çürgün : la langue de l'île sud ouest, un isolat linguistique. Il est probable qu'il est existé, il y a quelques millénaires, une autre langue de la famille parlée sous le continent, mais elle a disparu avec l’expansion tajaar.
Çürgün ? au sud-ouest ? Ça dépend par rapport à quoi. Si on prend le Tajaar-rhäkä comme position centrale, je dirais que cette île est au sud. Par rapport à la province du Yarawã (qui occupe une position nord-centrale), on peut même dire qu'elle est au sud-est.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Ven 11 Déc 2015 - 21:27

Anoev a écrit:
Çürgün ? au sud-ouest ? Ça dépend par rapport à quoi. Si on prend le Tajaar-rhäkä comme position centrale, je dirais que cette île est au sud. Par rapport à la province du Yarawã (qui occupe une position nord-centrale), on peut même dire qu'elle est au sud-est.

Ah oui, pardon, j'ai pris l'habitude de me situer par rapport à la capitale tajaar, Surjaal, situé tout à l'est du continent... Du coup c'est vrai que beaucoup de choses sont à "l'ouest".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Sam 12 Déc 2015 - 18:01

Voici une nouvelle carte concernant les entités politiques de mon idéomonde (durant la dynastie Shaar, celle que je développe le plus) :



Donc, l'empire tajaar est facile à repérer Very Happy , les petites zones de couleur au nord du monde sont les cités yarawã (réussir à indiquer tous les noms a été une véritable bataille!) et, tout à l'ouest, vous pouvez observer les royaumes svakâram, qui, ici portent le nom de leurs capitales. La botte apparaissant au sud-est de l'empire tajaar est la zone culturelle des jyargöl, des royaumes à la structure féodale se battant sans cesse. Enfin, les îles du sud est rassemblent deux ethnies principales : les bak' phyœ et les khâdai dont vous pouvez voir les quatre royaumes (šinglâĝ, khauĝ, sümla' et sòm).
Ah, oui, j'oubliais, les noms au nord du monde sont ceux des peuples possédant une structure sociale tribale, qu'il est donc difficile de délimiter tant les évolutions sont nombreuses.

Bon, je ne pourrais pas être infographiste, mais ça a le mérite de vous donner une petite idée! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Sam 12 Déc 2015 - 18:49

Intéressant toutefois ! Des tas de petits territoires au nord et au sud-est, des territoires un peu plus étendus à l'ouest, et le mégaterritoire tajaar au centre, mais tellement vaste qu'il a un littoral sud et un littoral est, rien qu'ça ! Apparamment, le Tajaar est aussi étendu que le double de l'ensemble des territoires de l'ouest et étendu comme trois fois l'ensemble de ceux du nord (les multicolores), grand comme environ 2,5 fois l'ensemble de ceux du sud-est (péninsule + archipel). C'est sûr que ça change de chez moi où le territoire les provinces les plus étendues (Malyr ou Alfazie) ne sont que deux ou trois fois plus grandes que les moins étendues (resp. : Æstmor ou Lakùr). J'ose pas imaginer le rapport de superficie entre l'Empire tajaar et l'État du T'ok'.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Sam 12 Déc 2015 - 19:58

Anoev a écrit:
Apparamment, le Tajaar est aussi étendu que le double de l'ensemble des territoires de l'ouest et étendu comme trois fois l'ensemble de ceux du nord (les multicolores), grand comme environ 2,5 fois l'ensemble de ceux du sud-est (péninsule + archipel).

Je n'avais jamais fait le calcul mais c'est vrai que le rapport est impressionnant! L'empire tajaar est en effet sur la carte à son état d'expansion maximale (en fait il n'a jamais été aussi vaste de toute son histoire, même temporairement) et le reste du monde est particulièrement divisé : quelques décennies plus tôt, certains royaumes de l'ouest (les svakâram) tel que Vâdaus ou Dzanaus ne formaient qu'un. De plus, les cités yarawã (au nord) passent leur temps à s'allier pour combattre l'empire, mais je ne note pas les alliances car elles ne durent jamais plus de quelques années avant que l'état de guerre généralisée reprenne...

Anoev a écrit:
J'ose pas imaginer le rapport de superficie entre l'Empire tajaar et l'État du T'ok'.

Alors là... Même la plus petite province de l'empire, le Yagyoog, est deux fois plus grande... C'est un peu le même rapport de grandeur qu'on observe au moyen-âge entre la Chine des Tang et les royaumes européens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Anoev
Modérateur


Messages : 16319
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Lun 14 Déc 2015 - 0:38

djingpah a écrit:
Je n'avais jamais fait le calcul mais c'est vrai que le rapport est impressionnant!
Moi non plus ! j'ai évalué ça au pyphe !

djingpah a écrit:
Alors là... Même la plus petite province de l'empire, le Yagyoog, est deux fois plus grande...
Transposé à l'échelon planétaire, on a Ganymède (troisième satellite de Jupiter) plus gros que Mercure (Planète "solaire").

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Lun 14 Déc 2015 - 1:39

Super ! Les deux cartes se complètent bien et ont le mérite d'être claires... A suivre : la division administrative de l'empire Tajaar ?
Revenir en haut Aller en bas
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Lun 14 Déc 2015 - 2:13

Anoev a écrit:
Moi non plus ! j'ai évalué ça au pyphe !

Tu as plus de πυφός que moi, je suis incapable d'évaluer des proportions aussi facilement!

DIM a écrit:
Super ! Les deux cartes se complètent bien et ont le mérite d'être claires... A suivre : la division administrative de l'empire Tajaar ?

Merci! En fait, je ne l'ai pas précisé mais la toute première carte publiée sur ce fil (celle des voyages d'exploration de la dynastie Shaar) montre les divisions provinciales de l'empire (15 provinces en tout)! Bon, ça n'est pas un vrai découpage administratif parce qu'il faudrait y ajouter les préfectures, mais ça donne une idée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Lun 28 Déc 2015 - 16:47

Je pense poster sur ce fil quelques extraits "littéraires" provenant de différentes époques, cultures et auteurs de mon idéomonde. Ça pourra être des chroniques, contes, textes religieux, juste histoire de faire une petite "immersion" dans mon monde personnel!  Very Happy

Je vous propose pour le premier un extrait des Chroniques du monastère de Saag écrites par Tsaar Ngüntso (un haut placé du monastère) dans les années 2230 après la première dynastie tajaar. Elles décrivent la vie de la ville de Saag, originellement un monastère, devenue un centre religieux très important. En effet, les premiers siècles du IIème millénaire voient un certain bouleversement dans les pratiques religieuses tajaar qui se trouvent profondément influencées par la religion svakâram. Cela est du à l'arrivée, deux siècles plus tôt, de divers théologiens fuyant les persécutions de leur cité d'origine (Dzanâ, nommée Dzanwurbaus sur les cartes) dans les régions de l'est de l'empire. Petit à petit leurs croyances religieuses et philosophiques vont influencer les monastères de la région avant de s'étendre considérablement dans les années 2200, formant une religion syncrétique à laquelle l'empereur lui-même se convertit en 2238.
Le monastère de Saag va accueillir un certain nombre de patriarches svakâram invités à se rendre dans l'empire pour y dispenser leurs enseignements. Petit à petit une véritable ville va se créer autours du monastère originel, bientôt considéré comme un lieu saint et de pèlerinage. De partout des religieux tajaar viennent s'y former aux nouvelles idées et le clergé devient de plus en plus puissant. Cette ville est aussi le centre d'une intense activité de traduction et d'échanges cultures et économiques, à telle point qu'elle finit par être surnommée la "Capitale de l'Ouest" (Shirjaal). C'est toute cette agitation que dépeignent les chroniques de Ngüntso.

Bref, place au texte, décrivant les préparatifs de l'arrivée du religieux Fahadzanâ, où j'ai essayé de rendre la suractivité de Saag durant cette période de l'Histoire :

En l'an 2234 après la dynastie Tsang, la cité de Saag n'avait jamais été aussi agitée : par missive, sa sainteté, le grand maitre Fahadzarâ nous avait informés de sa venue prochaine. Je l'avais moi-même contacté à plusieurs reprises mais, en raison de son grand âge la traversée du désert lui était impossible. De plus, la cité de Xokhaus dont il était originaire ne désirait pas perdre ce grand maître spirituel, attirant disciples et richesse dans ses murs. Cependant, il y a quelques semaines de cela, j'ai reçu, de la main d'un envoyé ko'ot¹, une lettre de sa sainteté, Fahadzarâ où il me faisait part d'une de ses visions : la déesse Phrânî² lui serait apparue en rêve lui commandant de traverser la mer de sable afin de rejoindre les contrées tajaar pour y repandre son enseignement. Il rassembla donc une escorte et, se fiant aux services de la tribu Ta'at³, prit le chemin de l'empire.
La nouvelle se répandit rapidement dans le monastère et la ville et des préparatifs considérables furent mis en place. Les appartement les plus somptueux du vieux monastère, le lieu le plus saint qui soit, furent décorés avec des images saintes tajaar et svakâram réalisées par les meilleurs artistes de Saag. Un salon particulier lui fut aménagé, orné de divers images laïques représentant des scènes de cour d'un grand raffinement, j'ai moi-même supervisé l'installation de ces images afin de vérifier qu'aucun sujet indigne de la vue d'un grand maître spirituel ne soit traité, mais aucun incident ne fut à déplorer nos artistes préférant dépeindre les scènes les plus admirables des épopées de Jâhala⁴ plutôt que des sujets frivoles.
La nouvelle de l'arrivée de sa sainteté Fahadzarâ se repandant rapidement à travers le Shurgyoog⁵, nous devions accueillir de plus en plus d'âmes en quête d'enseignements et, en l'espace de quelques semaines, les murs extérieurs de Saag furent encerclés d'habitations de fortune où les pèlerins vivaient dans la plus grande misère. Afin de leur venir en aide, de nombreux moines et laïcs virent leur porter diverses nourritures et biens de première nécessité. En effet, nombre d'entre eux, en raison de la trop grande promiscuité avait développé des maux parfois forts violents. Le dirigeant du monastère, craignant une épidémie dut donc ordonner l'ouverture de certaines parties du monastère lui-même pour loger les plus vulnérables des pèlerins.
Cependant, dans les murs épais de la bibliothèque de Saag, les érudits les plus expérimentés travaillaient déjà à la traduction de plusieurs œuvres tajaar que sa sainteté Fahadzarâ désirait étudier mais dont sa méconnaissance de la langue tajaar lui avait interdit l'accès. J'ai moi-même supervisé la traduction en svakâram des classiques de Nyung⁶ dont la philosophie, par sa proximité avec la doctrine svakâram, intéressait au plus au point le grand maître. Certaines difficultés, que les différences entre la langue tajaar et svakâram exacerbaient, ont pu être surmontées grâce à l'intervention de plusieurs traducteurs. Ces ouvrages forts beaux car recopiés à la main (nos imprimeurs avait encore quelques difficultés avec les caractères mobiles de l'écriture svakâram) furent enluminés avec le plus grand soin.



Notes :
¹ le mot "ko'ot" est la transcription tajaar du mot "qo'ot'" (qoʔot') qui désigne les peuples du désert, des nomades faisant le lien commercial et culturel entre l'empire tajaar et les royaumes svakâram.
² Phrânî est une déesse très importante du panthéon svakâram classique, elle est la déesse de l'amour et de la guerre, et, par extension, symbolise le cycle de création et de destruction.
³ une ethnie Qo'ot', aidant les voyageurs à traverser le désert contre de l'argent.
⁴ textes très populaires dans l'aire culturelle svakâram, à la manière du Mahabharata ou de l'Iliade en Inde et en Europe.
⁵ la région où est située la ville de Saag, on peut l'observer sur la carte au début du fil.
⁶ un philosophe tajaar classique, dont la doctrine est le renoncement


Dernière édition par djingpah le Mer 30 Déc 2015 - 2:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Troubadour mécréant



Messages : 1333
Date d'inscription : 20/01/2013
Localisation : Aquitaine, France

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Mar 29 Déc 2015 - 21:36

Avec quelques petites corrections potentielles Wink

Djingpah a écrit:
En l'an 2234 après la dynastie Tsang, la cité de Saag n'avait jamais été aussi agitée : par missive, sa sainteté, le grand maitre Fahadzarâ nous avait informés de sa venue prochaine. Je l'avais moi-même contacté à plusieurs reprises, mais, en raison de son grand âge, la traversée du désert lui était impossible. De plus, la cité de Xokhaus dont il était originaire ne désirait pas perdre ce grand maître spirituel, attirant disciples et richesse dans ses murs. Cependant, il y a quelques semaines de cela, j'ai reçu, de la main d'un envoyé ko'ot¹, une lettre de sa sainteté, Fahadzarâ où il me faisait part d'une de ses visions : la déesse Phrânî² lui serait apparue en rêve lui commandant de traverser la mer de sable afin de rejoindre les contrées tajaar pour y repandre son enseignement. Il rassembla donc une escorte et, se fiant aux services de la tribu Ta'at³, prit le chemin de l'empire.
La nouvelle se répandit rapidement  dans le monastère et la ville et des préparatifs considérables furent mis en place. Les appartements les plus somptueux du vieux monastère, le lieu le plus saint qui soit, furent décorés avec des images saintes tajaar et svakâram réalisées par les meilleurs artistes de Saag. Un salon particulier lui fut aménagé, orné de divers images laïques représentant des scènes de cours d'un grand raffinement ; j'ai moi-même supervisé l'installation de ces images et vérifié qu'aucun sujet indigne de la vue d'un grand maître spirituel ne soit traité, mais aucun incident ne fut à déplorer nos artistes préférant dépeindre les scènes les plus admirables des épopées de Jâhala⁴ plutôt que des sujets frivoles.
La nouvelle de l'arrivée de sa sainteté Fahadzarâ se repandant rapidement à travers le Shurgyoog⁵, nous devions accueillir de plus en plus d'âmes en quête d'enseignements et, en l'espace de quelques semaines, les murs extérieurs de Saag furent couverts* d'habitations de fortune où les pèlerins vivaient dans la plus grande misère. Afin de leur venir en aide, de nombreux moines et laïcs vinrent leur porter diverses nourritures et biens de première nécessité. En effet, nombre d'entre eux, en raison de la grande promiscuité avait développé des maux parfois forts violents. Le dirigeant du monastère, craignant une épidémie dut donc ordonner l'ouverture de certaines parties du monastère lui-même pour loger les plus vulnérables des pèlerins.
Cependant, dans les murs épais de la bibliothèque de Saag, les érudits les plus expérimentés travaillaient déjà à la traduction de plusieurs œuvres tajaar que sa sainteté Fahadzarâ désirait étudier mais dont sa méconnaissance de la langue tajaar lui avait interdit l'accès. J'ai moi-même supervisé la traduction en svakâram des classiques de Nyung⁶ dont la philosophie, par sa proximité avec la doctrine svakâram, intéressait au plus au point le grand maître. Certaines difficultés, que les différences entre la langue tajaar et svakâram exacerbaient, ont pu être surmontées grâce à l'intervention de plusieurs traducteurs. Ces ouvrages forts beaux car recopiées à la main (nos imprimeurs avait encore quelques difficultés avec les caractères mobiles de l'écriture svakâram) furent enluminés avec le plus grand soin.

*enceints ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.scribd.com/KotavaEwalik
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Mer 30 Déc 2015 - 2:46

Mon Dieu!! Shocked  J'aurais dû me relire! C'est un massacre de l'orthographe française! (pas que je l'aime tant que ça, mais bon...). J'ai même réussi à faire des fautes qui, habituellement m'exaspèrent au plus haut point ([/i], recopiées...)

En tout cas merci pour tes notes, c'est très constructif, je ferai plus attention la prochaine fois. Pour enceints au lieu de couverts je pense préférer le terme "encerclés", mais ça, c'est personnel.

Cela dit, je vais corriger tout ça...

PS : je te suis également pour "érudits" il a une connotation plus archaïsante que "traducteur" au final plus récent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Troubadour mécréant



Messages : 1333
Date d'inscription : 20/01/2013
Localisation : Aquitaine, France

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Mer 30 Déc 2015 - 12:53

djingpah a écrit:
PS : je te suis également pour "érudits" il a une connotation plus archaïsante que "traducteur" au final plus récent.

C'est tout autant pour éviter une répétition dommageable avec le mot "traduction" qui suit.

Sinon, pour pinailler quelque peu sur les répétitions justement, tu pourrais peut-être alterner "répandre" et "diffuser".

Pour "couverts" ou "encerclés", une formulation telle que "Les murs extérieurs de Saag disparurent presque sous..." serait peut-être intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fr.scribd.com/KotavaEwalik
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Mer 30 Déc 2015 - 14:42

Troubadour a écrit:
Sinon, pour pinailler quelque peu sur les répétitions justement, tu pourrais peut-être alterner "répandre" et "diffuser".

Hum, en effet ce n'est pas faux j'ai beaucoup utilisé répandre dans ce texte...

Citation :
Pour "couverts" ou "encerclés", une formulation telle que "Les murs extérieurs de Saag disparurent presque sous..." serait peut-être intéressante.

Oui c'est vrai, mais le problème que j'ai avec cette phrase c'est que les "murs de Saag" ne sont en fait que les limites de la ville car cette dernière s'étant construite sur le tard et anarchiquement, elle n'a jamais été encerclée de murs protecteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Wulkos



Messages : 67
Date d'inscription : 02/06/2015
Localisation : Rouen

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Sam 2 Jan 2016 - 19:28

Je trouve interressent le fait qu'au coeur de ce monde d'inspiration tres asiatique se trouve une civilisation d'inspiration précolombienne. Ce qui me fait me demander, de par leur proximité avec un empire Tajaar évoquant beaucoup la chine, a quoi ressemble la civilisation Yarawa, notamment leur mode et leur religion, car tous les peuples sont liés et s'influencent dans une continuité géographique, et leur voisinage devrait les rendre assez proche culturellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Sam 2 Jan 2016 - 20:52

Wulkos a écrit:
Je trouve interressent le fait qu'au coeur de ce monde d'inspiration tres asiatique se trouve une civilisation d'inspiration précolombienne. Ce qui me fait me demander, de par leur proximité avec un empire Tajaar évoquant beaucoup la chine, a quoi ressemble la civilisation Yarawa, notamment leur mode et leur religion, car tous les peuples sont liés et s'influencent dans une continuité géographique, et leur voisinage devrait les rendre assez proche culturellement.

C'est vrai que je n'y avais jamais pensé, mais les yarawã sont vraiment à part... Comme tu le dis, mon idéomonde est une sorte d'Asie fantasmée avec des morceaux de culture Européenne et Islamique (d'ailleurs en réarrangeant ma carte, on obtient une Asie approximative Very Happy ) et les Yarawã sont des Mésoaméricains "infiltrés". La plupart des Etats de mon idéomonde sont plus ou moins en communication mais les cités des yarawã sont les plus isolées je dirais. C'est en partie dû au fait qu'ils habitent dans une forêt tropicale assez épaisse.
Cela dit, comme tu le soulignes, il y a toujours des contacts entre les civilisations surtout quand elle sont aussi proches, et c'est assez bien illustré par mon histoire imaginaire!

Déjà, les régions les plus proches des cités yarawã, tel que le Betlgyoog et le nord de l'Ayagyoog (provinces que l'on peut observer au début du fil, sur la carte) ne sont pas vraiment des régions traditionnellement "tajaar" de culture. Il faut plus les voir comme des annexions de l'Empire, les peuples qui les habitaient originellement ayant été attirés par la puissance que l'Empire Tajaar leur conférerait.
Par conséquent, au Betlgyoog par exemple, des dialectes yarawã sont parlés et la culture est assez hybride. La religion yarawã est assez animiste à l'origine, mais au contact des Tajaar, un polythéisme classique s'est développé dans ces régions. Par exemple, la religion yarawã comporte une déesse mère, nommée l'esprit de la terre, Kai Xiígahí, qui, au Betlgyoog a fusionné avec la figure du "Grand ancêtre" (Khaarün) tajaar que les morts sont censés rejoindre après leur mort. Par conséquent, au Betlgyoog, la croyance populaire veut que les morts rejoignent la salle des ancètres présidée par la déesse mère, alors que les Yarawã classiques pensent que, après la mort, l'âme retourne à la terre première et donc à Kai Xiígahí sans qu'aucun culte des ancètres personnifié entre en jeu.

Pour ce qui est des relations culturelles entre les Yarawã "politiques" et le monde Tajaar, elle se fait principalement par les fleuves. En effet, c'est un moyen sûr (en tout cas plus que la traversée de forêt très épaisses) pour les commerçants de voyager. Le résultat de ces contacts est la diffusion de la monnaie sous la forme de pièces de métal dans les cités yarawã, et de diverses inventions dont, notamment, toutes celles liées à la diffusion de la poudre. Par conséquent, les cités yarawã traversées par des fleuves ou possédant des lacs intérieurs tel que Kawabai Xoo sont très favorisées.
Cette arrivée de marchandises dans les cités a d'ailleurs entrainée un importante vague d’engouement pour la culture des "pays du sud" dans les cités les plus méridionales, l'exemple le plus caractéristique étant Kawabai Xoo ou Xaabaa. Les objets les plus prisés (nommées "merveilles du Sud") sont justement les textiles tajaar brodés, extrêmement fins, mais aussi les bijoux aussi prisés par la gente masculine que féminine que la noblesse porte avec fierté. Les contacts culturels sont quasi inexistants au départ, mais dans les années 2230 et même avant, certains convertis à la nouvelle religion syncrétique rassemblant des croyances svakâram et tajaar amènent chez les yarawã des textes sacrés. L'élite est fascinée par cette nouvelle vision du sacrée car la religion yarawã avait alors tendance à s'enfoncer dans un conservatisme trop important, et, par conséquent, les dirigeants des cités de Xaabaa, Kawabai Xoo, Asaa et Naigii se convertissent successivement. On a donc des cités assez étranges où seule l'élite pratique cette religion alors que le peuple reste fidèle aux croyances yarawã classiques.
D'ailleurs, les auteurs de comédies de l'aire culturelle Xaabaa vont, en s'inspirant des œuvres fondatrices fondatrices de la cité de No, créer le personnage satyrique du "nouveau converti Yarawã", méprisant et ridicule.

Tu as donc vu tout à fait juste lorsque tu parles de mode et de religion car c'est les deux facteurs d'influence tajaar principaux pour les yarawã!  Very Happy

A l'inverse, la bibliothèque de Shamsür, dans l'Empire Tajaar comportera des volumes de théâtre yarawã car elle avait pour but de rassembler toute la connaissance humaine de l'époque (2510). Les influences sont donc plus au moins réciproques.

Voilà, en espérant que ça réponde à ta question!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Jeu 7 Jan 2016 - 2:44

Je vous propose un nouveau texte, cette fois issu de la tradition svakâram et plus précisément du royaume de Jâhala, un centre culturel très important que l'on peut même qualifier de mère de la culture svakâram puisque c'est ici que les premiers textes svakâram furent élaborés.  
Je viens de terminer la lecture d'une pièce très connue de l'auteur indien Kalidasa : Abhijñānaśākuntalam aussi nommée La Reconnaissance de Shâkountalâ et ça m'a donné envie de me replonger dans un ancien projet auquel je m'étais livré il y a quelques temps : écrire une pièce de théâtre svakâram. J'ai donc repris ce que j'avais déjà écrit et j'y ais apporté quelques corrections et ajouts. La pièce elle-même n'est pas terminée, mais ça ne saurait tarder car elle est excessivement courte!
J'ai essayé de mélanger les influences grecques indiennes et classiques du mieux que j'ai pu (on ne s'improvise pas auteur malheureusement) pour raconter l'histoire du roi Bâdzarama et de sa fille Anaknî lors d'une guerre contre les cités avoisinantes. L'idée principale est celle du respect de l'ordre sacré, qui, perturbé par les envahisseurs appelle à une intervention divine en fin de pièce à l'instar du DEVS EX MACHINA antique où de l'apparition du Dieu salvateur dans le théâtre indien. Je pense vous la présenter en plusieurs fois, afin de ne pas charger le fil et de me laisser le temps de rédiger correctement la fin!

J'ai nommée la pièce Le roi Bâdzarâma et, dans ma diégèse, elle est censée avoir été écrite par l'auteur Azhafarâ, introduisant de nombreuses nouveautés dans le théâtre de Jâhala tel qu'un double chœur (j'ai emprunté l'idée du chœur à la tradition grecque) et l'ajout de scènes comportant des actions plus complexes.

J'ai aussi imaginé traduire la pièce en svakâramtra mais cela m'imposerait de travailler plus en profondeur le dialecte de Jâhala car, comme en Inde, les personnages nobles s'expriment en langue classique (chez moi le svakâramtra) et les êtres plus "bas" dans des dialectes.

Bref, voici la première partie et le prologue :

Prologue

Le directeur : Acteurs, actrices, hâtez-vous car nous allons maintenant donner à nos honorables spectateurs une représentation mémorable ! Apprenez vos textes et préparez votre jeu car c’est l’histoire du roi Bâdzarâma, composée par le brillant auteur Azhafarâ¹ que nous allons jouer.

Une actrice : Les dispositions ont été prises conformément à vos souhaits.

Le directement : C’est fort bien ! Mais qu’est-ce que ce bruit que j’entends dans les coulisses ? Quel est cette clameur qui s’élève vers le ciel ? On dirait, ma foi, une longue plainte…

(le directeur et l’actrice se retirent)

Acte I, le décor est celui du palais royal

Le chœur 1 : Oh dieux ! Immenses rois du monde, seigneurs célestes ! Que, face à une telle calamité, votre indulgence soi grande et votre main salvatrice, car en effet le roi de Jâhala est plongé dans le désespoir !

Le chœur 2 : Comment ? Un si grand roi atteint par le malheur ? Quelle est donc la cause de sa tristesse ?

Le chœur 1 : Hélas, hélas! Bâdzarâma, le jeune et brave souverain se trouve désespéré : les troupes enragées de son ministre félon sont en marche et bientôt prendront la cité !

Le chœur 2 : Il lui faut s'armer et rassembler le peuple, que les soldats couvrent les murs de la ville et les que lames des sabres soient aiguisées !  

Le chœur 1 : Ce sont ses ordres même, mais de cent fois le nombre des troupes de Kayûmbram² dépasse celui de celles de Bâdzarâma! Le voilà justement qui apparait, de fer vêtu, brillant comme un astre !

[Bâdzarâma apparait]

Bâdzarâma: Hélas, hélas! Mon ministre félon a rallié tous mes ennemis. Déjà, depuis des jours, je sentais son venin dans le palais mais, de trop tard, ai-je découvert sa traitrise. Il s'est alors empressé de fuir et de prendre refuge chez les ennemis de la cité, fédérant et rassemblant de sa langue persifflante. Les troupes de Vâdâ, Xokhaus ainsi que celles de Shvâkam se sont ici associées et ralliées sous ses bannières. Aujourd'hui, sur son visage se lit la haine et l'envie du pouvoir, seule motivation de ce serpent adorateur de démons. Cela et les troupes amassées devant nos pauvres remparts me font craindre le malheur et la chute de notre cité !³

Le chœur 2 : Allons grand roi ! Le courage ne doit point t'abandonner ! La merci des dieux est grande et tes hommes braves !

Bâdzarâma: Comment vaincre un ennemi de cent fois supérieur ? Je ne peux demander à mes sujets un sacrifice dont le but m'est à moi même inconnu. Notre seule chance de salut est assurément nos épais remparts qu'aucune machine de guerre ne pourra percer ! Mais à quel prix se fera leur défense ? Ô dieux ayez pitié de nos valeureux soldats !

Le chœur 1 : N'invoque pas le nom des dieux en vain, roi de Jâhala ! Tu seras le meneur de tes hommes dans la bataille et ton courage sera exemplaire ! Ton armure resplendissante sera leur étoile guide, et tels des oiseaux ils suivront ton sillage durant le combat.

Bâdzarâma : Il m'est difficile de quitter des êtres chers et à l'instant j’ai dû faire mes adieux à ma propre mère ! Quelle scène déchirante ! Quelle tristesse !

Le chœur 2 : Pour chaque être du monde des mortels la séparation et difficile ; songe au tort que Kayûmbram cause aux familles de ton royaume, et que cette vision remplisse ton cœur de courage et de force ! Aujourd'hui, les femmes de ton domaine sont toutes en pleurs, abandonnées de leurs hommes alors que la vue de leurs maisons brûlées leur ôte tout courage !⁴ Le porteur de la tiare royale possède le devoir de rétablir l'équité et de faire régner la justice ! Déjà les premières clameurs du combat se font entendre ! Hâte toi grand roi et rejoint tes frères !

Le choeur 1 : Avance, cours vers la bataille ! Que ton épée venge l'honneur de la cité de Jâhala !

Bâdzarâma : Il est l'heure, marchons fièrement !

[Bâdzarâma sort]


Notes
¹ moyen pour l'auteur de flatter son propre égo, inspiré des prologues des pièces de Kalidasa.
² le ministre félon en question, un personnage très connu de la cité de Jâhala
³ ici, Bâdzarâma n'agit pas conformément à l'ordre naturel kḷpaus car sa fonction serait de faire montre de détermination, ce qu'il fait à la fin de la première partie, lorsque, rappelé à l'ordre par le chœur il part sans crainte au combat.  
⁴ réfugiés derrière les remparts de la ville, les paysans ont vu leurs maisons brûlées par les ennemis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Mardikhouran



Messages : 2436
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Jeu 7 Jan 2016 - 12:48

Pas mal, on y croit ! Si tu la traduis en svakâramtra, aura-t-elle une forme spéciale, un mètre particulier ? Quelle est le rythme de la poésie svakâram ?

_________________
Etal-mei upʉra ! Aaaaa uʰpsa
PRS-manger=1s Ubyr INTERJ PRS-douloir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Jeu 7 Jan 2016 - 18:27

Mardikhouran a écrit:
Pas mal, on y croit ! Si tu la traduis en svakâramtra, aura-t-elle une forme spéciale, un mètre particulier ? Quelle est le rythme de la poésie svakâram ?

Merci! Hélas, mardikhouran, tu pointe le doigt vers un des nombreux "trous" de mon idéomonde, la poésie svakâram n'est, pour le moment pas encore suffisamment développée! Bien-sûr ça n'est pas définitif et je compte m'y atteler dès que possible en m'inspirant des grecs, indiens (mètre sanskrit) et latins car le svakâramtra est très proche de ces trois langues, mais pour le moment, je suis encore un peu dans le flou...
La seule chose sûre est la suivante : les pièces seront composées à la fois en vers et en prose. Le vers ira au dialogues du chœur et des personnages les plus nobles (divinités, roi...) s'exprimant en svakâramtra classique alors que la prose sera la manière d'expression des gens du commun, parlant des dialectes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Jeu 7 Jan 2016 - 19:31

C'est vraiment pas mal, ça a bien la résonance d'un texte des Anciens.
Revenir en haut Aller en bas
djingpah



Messages : 1375
Date d'inscription : 30/12/2014
Localisation : Paris

MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Jeu 7 Jan 2016 - 21:00

Genou a écrit:
C'est vraiment pas mal, ça a bien la résonance d'un texte des Anciens.

Merci, c'est effectivement ce que je cherchais à faire, j'adore le théâtre antique...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kinichwiktoj.tumblr.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Ven 8 Jan 2016 - 10:21

Très intéressant tout ça... j'imagine la scène, manque plus que la description du décor et des costumes. Au fait, les acteurs et le chœur sont ils masqués, comme en Grèce ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã   Aujourd'hui à 5:10

Revenir en haut Aller en bas
 
Yü, la diégèse de l'empire tajaar, des royaumes svakâram et des cités yarawã
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Huningue où le dernier acte d'héroisme du 1er Empire....
» Identification uniforme second empire artillerie?
» Le grognard Putigny- Baron d'empire.
» GRANDJEAN (Charles) Baron d'Empire Général de division
» LASALLE Antoine - Hussard de la Gloire - Général d'Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Diégèse-
Sauter vers: