L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Batailles lexicales 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33 ... 36 ... 40  Suivant
AuteurMessage
AEM



Messages : 1441
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Jeu 29 Sep 2016 - 21:34

Mèa dérive de la clef MEA, qui est la clef du courant ou de la sensation. Originellement, c'est l'émission d'un très fort courant.
Je dis originellement, mais ce sens existe toujours.

"Eycyamèa' " -> "La rivière est grosse, a un gros courant."

Et selon le contexte, on pourrait voir la phrase "gûméa' " signifier :

- Il pleut très fort.

- Le vent souffle très fort.

Voire même :

- Il se passe plein de chose/des choses incroyables.

etc...

Malgré tout, le sens s'est surtout stabilisé sur l'idée de la voix. Ainsi, le fort courant de voix donne le cri.



Les autres dérivent tous avec des fusions :

Kasiya (pleurer/pleuvoir) -> Kamèa

Sara (peur instinctive) -> Samèa

Dôvarga (colère) -> Dô(v)mèa


On pourra en former les opposés si l'on veut :

Sôzkamèa -> cri de joie

Sôzsamèa -> cri de soulagement, de décompression

Sôzdômèa -> cri d'engouement, d'appréciation


Après, en faisant usage du système de noyau, on peut former des dizaines d'autres mots comme ça, j'ai simplement sorti ceux qui me venaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
bedal



Messages : 3675
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Jeu 29 Sep 2016 - 21:43

Je crois que ça ressemble un peu au fonctionnement de l'elko, non AEM ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Jeu 29 Sep 2016 - 21:49

J'étais pas tombé trop trop loin. Ma seul erreur fut de supposer que mèa était essentiellement lié au cri.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM



Messages : 1441
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Jeu 29 Sep 2016 - 21:59

bedal a écrit:
Je crois que ça ressemble un peu au fonctionnement de l'elko, non AEM ?

Oui, j'ai beaucoup comparé le deyryck avec l'Elko. L'Elko peut s'intégré dans la logique du deyryck sans problème. Il y a toutefois de nombreuses différences, les termes deyryck générés étant moins précis, par exemple.

Anoev a écrit:
J'étais pas tombé trop trop loin. Ma seul erreur fut de supposer que mèa était essentiellement lié au cri.

Non, en effet. Même si je n'aime pas trop l'idée d'utiliser le terme "radical". Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Jeu 29 Sep 2016 - 22:26

AEM a écrit:
Non, en effet. Même si je n'aime pas trop l'idée d'utiliser le terme "radical". Smile
En ce qui concerne l'aneuvien, j'suis bien obligé, car contrairement à une clé, qui a une longueur et une structure constante, un radical est assez... élastique. De plus, la clé est, en principe indéformable (si on excepte, en elko, les clés en W), alors qu'un radical est déformable à l'envi et s'imbrique plus ou moins avec d'autres radicaux ou des affixes, ce qui m'a permis de créer des mots-valises assez développés, avec charnières, poignées etc...

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4982
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 30 Sep 2016 - 12:06

Anoev a écrit:
AEM a écrit:
Non, en effet. Même si je n'aime pas trop l'idée d'utiliser le terme "radical". Smile
En ce qui concerne l'aneuvien, j'suis bien obligé, car contrairement à une clé, qui a une longueur et une structure constante, un radical est assez... élastique. De plus, la clé est, en principe indéformable (si on excepte, en elko, les clés en W), alors qu'un radical est déformable à l'envi et s'imbrique plus ou moins avec d'autres radicaux ou des affixes, ce qui m'a permis de créer des mots-valises assez développés, avec charnières, poignées etc...

La différence principale entre une clé et un radical n'est pas tant la longueur, mais l'autonomie. Une clé peut s'utiliser seule, un radical à forcément besoin d'un élément pour compléter et devenir un mot.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 30 Sep 2016 - 12:24

Un, mot comme peut servir à la fois de mot seul (personne), de radical (dùnet = humanité, dvondù = dauphin*) ou d'affixe (nexàvdu = enfant, vaxèndu = adulte).

Un mot comme dem s'utilise seul en tant que particule pronominale, le plus souvent réflexive, mais est également utilisé comme radical de mot comme demen (propre : à soi), demad (chez-soi), dem-klem, dem-æstam (cafétéria, self), dem-klim (amour-propre).


Je me demande si ce ne serait pas le contraire : On ne peut pas utiliser NĖB toute seule dans une phrase, mais cette clé est la base pour plusieurs mots dont nėbo est le nom simple, mais on peut en trouver d'autres, comme nėbro (encrier), kobnėbo (encre à dessin, de Chine), nėbdio (encrage)...


Confirmation ? Démenti ?




*Pas le cétacé, l'héritier.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4982
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 30 Sep 2016 - 12:45

Anoev a écrit:
Un, mot comme peut servir à la fois de mot seul (personne), de radical (dùnet = humanité, dvondù = dauphin*) ou d'affixe (nexàvdu = enfant, vaxèndu = adulte).

"dù" pourrait alors être considéré comme une clé. Mais la notion de clé va de paire avec un fonctionnement particulier propre aux langues asiatiques, idéographiques, voire signées.

Les clés sont des éléments morphologiques de base, contenant une forme et une prononciation qui servent à la construction de concepts plus concepts par associations. Ces clés servent également au référencement dans les dictionnaires.

Si une langue compte quelques cas où un affixes ou un radical fonctionne comme une clé, cela ne signifie pas qu'elle utilise un système clavique, mais que certains de ses radicaux sont particuliers et rappellent le fonctionnement de clé.

Anoev a écrit:
Je me demande si ce ne serait pas le contraire : On ne peut pas utiliser NĖB toute seule dans une phrase, mais cette clé est la base pour plusieurs mots dont nėbo est le nom simple, mais on peut en trouver d'autres, comme nėbro (encrier), kobnėbo (encre à dessin, de Chine), nėbdio (encrage)...

En elko, les clés sont présentées en majuscules et les mots en minuscule, cela permet ainsi de faire la distinction entre NAB (crayon) et nab (crayon). Pour rappel, l'affixe o (préfixe, infixe, suffixe) est le suffixe par défaut, il est par conséquent facultatif. A l'oral, il est amui (c'est pour cela qu'il est en exposant dans la transcription phonétique sur Elkodico). Avec l'écriture runique, il est généralement jamais noté. C'est cette lettre qui est utilisé pour transcrire le chiffre zéro : 0

Par définition un mot est une entité morphologique fonctionnelle, elle se compose de différents constituant selon le système morphologique utilisé par la langue

Arrow radicaux et affixes (langues europénnes)
Arrow clés et affixes (elko)
Arrow clés (langues asiatiques)

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
bedal



Messages : 3675
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 30 Sep 2016 - 12:57

Ziecken a écrit:

En elko, les clés sont présentées en majuscules et les mots en minuscule, cela permet ainsi de faire la distinction entre NAB (crayon) et nab (crayon). Pour rappel, l'affixe o (préfixe, infixe, suffixe) est le suffixe par défaut, il est par conséquent facultatif. A l'oral, il est amui (c'est pour cela qu'il est en exposant dans la transcription phonétique sur Elkodico). Avec l'écriture runique, il est généralement jamais noté. C'est cette lettre qui est utilisé pour transcrire le chiffre zéro : 0


Je ne savais pas qu'il était amui !

Et même non noté dans le rundar !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Ziecken
Modérateur


Messages : 4982
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 30 Sep 2016 - 13:11

bedal a écrit:
Je ne savais pas qu'il était amui !

Et même non noté dans le rundar !

Tu es libre de le prononcer comme tu le veux Bedal. Ce que je recherche c'est que les locuteurs jouent avec la prononciation pour qu'elle soit le plus naturel pour eux. Ensuite, les formes les plus intéressantes se pérenniseront.

Moi pour ma part, je ne les prononce pas à fond, je les suggère. On entend les -o mais à peine. Maintenant, tu peux les prononcer aussi nettement que tu veux, j'aimerairais que l'on en compare les enregistrement pour voir ce qui est le mieux. Very Happy

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 30 Sep 2016 - 15:09

Comme j'ai appris que le O elkan se prononçait systématiquement [ɔ], du coup, je les prononce tous (j'ai pas l'habitude d'amuïr les O, vieux tic de francophone, peut-être ?). Le problème, c'est la prononciation de [ɔ] finaux. C'est une épreuve, pour moi. Alors par conséquent, je postériorise tout, surtout quand la clé comprend un A ou un O : rano : /rɑnɔ/ pour le ciel, alors que si ça s'trouve, le prononcerais la clé RAN : /ran/ ou /rɐn/.


J'ai dû réorthographier des mots aneuviens de manière à ce que leur prononciation paraisse naturelle (du moins pour moi : l'aneuvien est une persolangue).

J'me suis rendu compte que les langues qui comprenaient peu de phonèmes vocaliques (elko, espéranto, ido, uropi) étaient plus difficiles à prononcer pour moi que celles qui en avaient pas mal (volapük). Pourquoi ? J'sais mêm'pas !

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Silvano



Messages : 11724
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 30 Sep 2016 - 16:25

Anoev a écrit:
J'me suis rendu compte que les langues qui comprenaient peu de phonèmes vocaliques (elko, espéranto, ido, uropi) étaient plus difficiles à prononcer pour moi que celles qui en avaient pas mal (volapük). Pourquoi ? J'sais mêm'pas !

Apprends le sambahsa... ou le québécois!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 30 Sep 2016 - 16:43

Plutôt le volapük : il est plus régulier que le sambahsa.

Le volapük est à la fois très riche en phonèmes et très régulier (les écarts sont minimes).

Sinon, j'ai essayé, avec le psolat, de créer des mots aussi familiers qu'en interlingua, mais avec une orthographe un peu plus "exotique" quand même (notamment par l'apport du háček). Le son [y] existe en psolat : il est rendu par la lettre... Y.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SATIGNAC



Messages : 847
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: En méhien ça fait:   Sam 1 Oct 2016 - 0:50

Anoev a écrit:
AEM a écrit:
Un cri de terreur. Smile
Donc un cri non verbal. Donc également traduit en aneuvien par hrik. Le verbe aneuvien est donc hrig, lequel traduit donc kamèa et samèa.

Si on veut vraiment des détails en aneuvien, on aura

hrig las zliymun pour kamèa
hrig troarev pour samèa.

: terhoclamt'h < Terhoclamat: crier+être terrorisé < Terhet: être terrorisé+ Clamat: pousser un cri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SATIGNAC



Messages : 847
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: En méhien ça fait:   Sam 1 Oct 2016 - 1:12

Anoev a écrit:
Ziecken a écrit:




Deux mots (liés, qui auront certainement des racines communes dans vos idéolangues) :  Arrow lettre (courrier) & écrire à.

Chez moi, c'est de l'à-postériori charcuté, puisqu'il y a :

epest (du latin EPISTVLA -Æ).

Les dérivés sont :

epestar = épistolaire
epestog = lettre ouverte (imbrication de pàrlog (discours) dans epest)

et

epèste = écrire à.

Particularité, le destinataire est le COD :
eg epèstun kas = je lui écris.

Si on veut dire "j'écris un pli à Janine", on utilisera l'autre verbe et on n'oubliera pas ni :
E skriptun ùt folmajs ni Zhànyns

Par contre, ni est toujours de trop avec epèste :

Àr skoldùr epèstar ed epígduse = les élèves ont écrit à leurs correspondants.
La lettre que l'on écrit à quelqu'un: pìzola ( < EPISTOLA) ; de là peut dériver le verbe au sens absolu ( sans complément d'objet) ou transitif de la première conjugaison [G1]: Pìzolat: faire du courrier, écrire ( à quelqu'un), envoyer un message ( qui peut-être électronique...)avec ses dérivés Traspìzolat: écrire à travers des systèmes formant autant d'étapes intermédiaires, Repìzolat: répondre par lettre... ou de la 2ème , un transitif ou intransitif du groupe [G2-4A] des factitifs en -eit/-eyo: Pìzoleit: faire du courrier ( de tous caractères personnel, professionnel... de tous styles)
ou composer une lettre, écrire à quelqu'un .
Le verbe Iscribet, signifie écrire en général donc Iscribet pìzolae se conçoit naturellement, toute forme de support écrit à fin de communication est l'objet direct de ce verbe: Iscribet ledronuntie: écrire un "mail".
quant au terme "épître" la traduction ne peut être qu'un dérivé de pìzola, comme çevapìzola: lettre d'intérêt "capital" comme celles de l' apôtre Saint Paul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 7 Oct 2016 - 1:05

Allez on s'réveille !!! Voici un mot fort à propos : sommeil Arrow

Voici c'que j'ai trouvé et ce que j'ai mis dans Idéolexique :

Aneuvien : sliviNedjena : icatsiPsolat : dormit
Elko : norsaoInterlingua : somnoUropi : sop
Espéranto : dormemoKotava : moda, kenibaVolapük : slip
La case espéranto sera intéressante à traiter, puisque la langue de l'étoile verte distingue dormo (le sommeil) avec dormemo (l'envie de dormir). Je n'ai pas encore traité la page française, et seuls l'aneuvien, l'iNedjena* et un des deux mots kotava sont traités.

Si vous avez des précisions à donner (par exemple, pour le kotava, la différence sémantique entre moda et keniba), c'est l'moment d'les donner.

Sinon, au rayon des faux-amis (qui vont donner de belles pages dans idéolexique), on compte :
moda, en kotava, qui signifie (la) "mode", en interlingua (traité).
slip, en volapük, qui signifie en français, ben, sous-vêtement couvrant le bassin et les parties génitales ;
sop, en uropi, qui signifie "base" (¬acide) en aneuvien.


*C'est Balchan-clic qui m'a donné l'idée de traiter ce mot.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4982
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 7 Oct 2016 - 1:15

En elko,

La clé NOR (lit) véhicule la notion de dormir de sommeil dans le sens d'action de dormir.

noro, voir norio.

La clé NOS (fatigue, sommeil) véhicule la notion de sommeil dans le sens de sensation de fatigue avec l'envie de dormir.

noso

que l'on peut appuyer avec nossao (sensation de sommeil)

pour distinguer fatigue et sommeil qui peuvent toutes deux utiliser la clé NOS et se traduire par noso

on peut faire le le genre de constructions suivantes :

NOR (lit) + NOS (fatigue) = nornoso "sommeil"
DIW (activité) + NOS (fatigue) = diunoso "fatigue"

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
bedal



Messages : 3675
Date d'inscription : 23/06/2014
Localisation : Paris, France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 7 Oct 2016 - 1:17

En algardien : juğo  = sommeil

juği = ensommeillé, fatigué

juğe = assoupir (s'), somnoler, engourdir (s'),

sujuğe = rêver



Attention ! alve = dormir.  

C'est une autre racine probablement un emprunt du nordique "halv", qui a donné le syrélien jælve (dormir)


Dernière édition par bedal le Ven 7 Oct 2016 - 1:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://languesheimdalir.jimdo.com/
Djino



Messages : 3329
Date d'inscription : 06/06/2012
Localisation : Bruxelles

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 7 Oct 2016 - 1:18

En arwelo :

sommeil (fait de dormir) : goso
sommeil (envie de dormir) : gosovo

_________________
Arwelo.org
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.socialisme.be/fr/parti-socialiste-de-lutte En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 7 Oct 2016 - 1:25

Quand j'ai lu les résultats mentionnés par Elkodico, j'ai vu, pour noso, les mots "fatigue, épuisement, éreintement, abattement", mais je n'avais pas vu "sommeil", raison pour laquelle je ne l'ai pas retenu.

J'ai pas mis noro non plus (toutefois il figure dans Elkodico), car il signifie également "lit" (et un lit, on ne fait pas qu'y dormir, mais là, ça concernerait plutôt la clé KAM).

Le mot le plus approprié dans les traductions proposées par Elkodico, eh ben c'était norsao, bien plus explicite que les deux autres.

Tout ça n'est qu'une justification de ce que j'ai fait, pas un pensum rigoureux sur le mot cité.

Djino a écrit:
En arwelo :

sommeil (fait de dormir) : goso
sommeil (envie de dormir) : gosovo

En aneuvien, "avoir sommeil" se dit sygen slivs (voir venir le sommeil), construction différente de locutions comme eg • inzhyynev = j'ai faim.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emanuelo



Messages : 1223
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 7 Oct 2016 - 12:14

En gelota, le sommeil se dit fetoga. Il n'y a pas de mot pour traduire dormemo, on dira plutôt valōra hafetogi, littéralement "vouloir le sommeil".

Ce mot vient du r'lyehien "fhtagn", qui signifie "dormir" ou "attendre" (j'ai conservé la même ambivalence en gelota). J'avais déjà negoha du r'lyehien "n'gha", et je trouvais intéressant d'avoir la même origine étymologique pour dormir et mourir, notamment à cause de la fameuse phrase du Nécronomicon :
Abdul al-Hazred a écrit:
That is not dead which can eternal lie
And with strange aeons even death may die

(Traditionnellement traduit par "N'est pas mort ce qui à jamais dort, / Et dans les ères peut mourir même la Mort").

Et puis dormir, être mort, et attendre, tout est lié.

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Sam 8 Oct 2016 - 0:55

Ben, décidément, ça dort !

Deux intervenants, seulement, qui ont réagi : Bedal & Ziecken*.

Êtes-vous toujours intéressés par ce fil ?


*Pendant c'temps, j'ai eu le temps de traiter "dormir" en français, en interlingua et en psolat°, de même que dormor ("dormeur", en psolat).
°Attention aux faux-amis : le verbe psolat dormir signifie "endormir", pour "dormir", c'est dormer. Un autre faux-ami : dormitor, c'est un dormeur, en interlingua ; c'est un dortoir, en psolat. Bonne nuit. Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep Sleep

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM



Messages : 1441
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Sam 8 Oct 2016 - 1:11

En deyryck :

sommeil (fait de dormir) : gumbam
sommeil (envie de dormir) : gumbyam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16315
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Sam 8 Oct 2016 - 1:26

Ça y est ! j'ai mis à jour. Du coup, j'en ai profité pour sortir un mot aneuvien du fond d'mes tiroirs, assez peu utilisé, faut admettre, pour l'envie de dormir : slivad. Mais bon, main'nant, pour "j'ai sommeil", en aneuvien, on a le choix...
entre l'"académique" eg sygen slivs;
et le "dialectal" (Æstmor, Alfazie) eg • slivadev.

On pourrait même avoir eg sygen slivaż, mais là, c'est plutôt quand on réprime un bâillement sur la route entre Nakol et Nælvyn, sur le Nobenkost occidental.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sevetcyo



Messages : 655
Date d'inscription : 19/12/2015

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Sam 8 Oct 2016 - 1:33

Sur la route entre Nakol et Nælvyn Smile

Fasile21
Sommeil (le fait de dormir) -> dorme
Sommeil (le fait d'avoir envie de dormir) -> dormezaire
Je n'ai pas trouvé de suffixe équivalent au -em- (tendance à) de l'espéranto. Alors j'ai ajouté -zaire -> désire, faute d'avoir trouver mieux
Sleep

Mondlango
Comme en espéranto
Sommeil (le fait de dormir) -> dormo
Sommeil (le fait d'avoir envie de dormir) -> dormemo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://easyconlangs.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Aujourd'hui à 19:33

Revenir en haut Aller en bas
 
Batailles lexicales 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 32 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33 ... 36 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Batailles lexicales 4
» Batailles lexicales 5
» Batailles lexicales 3
» Batailles lexicales 2
» Batailles lexicales 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral :: Idéolexicologie-
Sauter vers: