L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Batailles lexicales 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 33, 34, 35 ... 40  Suivant
AuteurMessage
Silvano



Messages : 11681
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 16:24

Emanuelo a écrit:
Je me suis tellement reconnu dans la vidéo ^^.

En espéranto, c'est prokrasto

En fait, prokrasto, c'est report. La procrastination, c'est plutôt prokrastemo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Emanuelo



Messages : 1200
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 16:34

C'est vrai que l'espéranto est plus précis que le français (langue dans laquelle la procrastination est autant la tendance à procrastiner que l'action de procrastiner, si je n'ai pas une mauvaise compréhension de ce mot).

Je ne sais pas si il y a la même distinction en volapük (mon dico met zög à côté de prokrasto et non prokrastemo, mot qui en est absent).

Si la même distinction est faite, alors procrastination au sens de prokrastemo se dirait zögiäl. Mais comme mon dictionnaire traduit l'adjectif zögik par prokrastema et pas prokrasta, je ne sais pas qu'en penser (l'auteur du dictionnaire, André Cherpillod, étant Français, il a pu avoir la même confusion que moi). En tout cas zögiäl est clair est compris (mais je l'ai formé moi-même, il n'est pas dans mon petit dico).

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16244
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 16:59

Ton dico volapük est un dictionnaire papier ou tu peux fournir un lien ?

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emanuelo



Messages : 1200
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 17:20

Papier malheureusement, cf http://katalogo.uea.org/katalogo.php?inf=7093 .

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr En ligne
odd



Messages : 4336
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 19:38

...


Dernière édition par odd le Sam 5 Nov 2016 - 23:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16244
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 20:05

odd a écrit:
L’excès de précision nuit autant que son manque...
C'est vrai : dans certains cas, il faut laisser le choix entre un terme assez vague et plusieurs termes précis. J'essaie de faire ça avec l'aneuvien, mais je n'y arrive pas toujours.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emanuelo



Messages : 1200
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 21:07

odd a écrit:
et l’excès de précision nuit autant que son manque...

Parfaitement vrai, et c'est une erreur que font beaucoup de créateurs de LAI post-espéranto, l'accusant justement d'être trop imprécis. L'espéranto je pense tient le milieu, ce qui me semble être un choix tout à fait raisonnable : le côté artificiel permet une plus grande précision sans rendre trop compliqué l'utilisation, car il est contrebalancé par le côté naturel. C'est bien équilibré.

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr En ligne
odd



Messages : 4336
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 22:25

...


Dernière édition par odd le Sam 5 Nov 2016 - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16244
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 23:13

À priori ? Tu pousse un peu, là. Seuls les corrélatifs peuvent être pris, pour certaine partie d'entre eux, pour des mots à-priori (heureusement, d'ailleurs, sinon, bonjour les homonymies gênantes, comme dans les langues naturelles). Le système espérantiste des corrélatifs sous forme de tableau est ce qui se fait de mieux, y m'semb'. Du reste, je crois que l'arwelo marche aussi de cette manière. Exemple d'avantage sur le français : le mot iam pour "jamais" (positif ; à pas confondre avec neniam, pour "ne _ jamais"). Iam n'est pas à-priori, puisqu'il est pompé sur son homonyme latin, signifiant "déjà".

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.


Dernière édition par Anoev le Mer 19 Oct 2016 - 23:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
odd



Messages : 4336
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Mer 19 Oct 2016 - 23:19

...


Dernière édition par odd le Sam 5 Nov 2016 - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16244
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Jeu 20 Oct 2016 - 0:25

Toi seul fais cette distinction. Certes, elle est utile, mais les mots a priori ratione et les mots ex-nihilo ont ce point commun, ils ne sont pas des emprunts de quelque manière que ce soit (à des racines, des noms communs ou des noms propres) à des langues autres, qu'elle soient naturelles ou construites.

On pourrait faire aussi un distinguo entre les mots à-postériori

  • notamment entre les à-postériori monobloc : le mot, qu'il soit à une seule racine ou déjà agglutiné est un emprunt total à une autre langue, comme gimnastia (URO) ou gymnasio (INA)...
  • Les à-postériori agglutinés, là aussi, on trouve plusieurs nuances, très disparates :

    • les racines métissées, très présentes en uropi (liam, mand), mais qu'on trouve aussi çà et là en aneuvien (hrupid)
    • les agglutinations à-postériori, comme sokísal (pris de som, du grec = corps ; kin, du grec = mouvement ; sal, du francique = salle, le tout signifiant "gymnase").


  • les à-postériori transformés, soit directement : nexàv (enfant), anacyclique au diacritique près de vaxèn (du sué. vuxna = adulte) ; dos (acide), ambigramme de sop (de l'anglais soap pour "savon", pour "base") ; soit indirectement via un alphabet à-postériori (vadora, adnébou, arkitanco)*.
  • Et enfin les à-postériori tellement charcutés qu'on ne reconnait guère l'origine : une grande spécialité du volapük, mais que le créateur de l'aneuvien (devinez qui !) ne dédaigne pas à l'occasion.



*Par contre, l'akrig étant de mon invention, je considère les mots de racines à-postériori transformés par ce système d'écriture comme des mots mixtes.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emanuelo



Messages : 1200
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Jeu 20 Oct 2016 - 11:13

odd a écrit:
Emanuelo a écrit:
L'espéranto contrebalancé par le côté naturel
Faussement naturel... la récupération au petit bonheur la chance de racines naturelles masque à peine le côté totalement artificiel pour ne pas dire a priori... Et c'est un coup de maître...

Il n'est pas question de "masquer" quoi que ce soit. L'espéranto est une langue mixte, elle mélange des caractéristiques naturelles (le vocabulaire certes, mais pas seulement) et des caractéristiques artificielles.

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr En ligne
odd



Messages : 4336
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Jeu 20 Oct 2016 - 18:41

...


Dernière édition par odd le Sam 5 Nov 2016 - 23:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SATIGNAC



Messages : 845
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 0:45

Anoev a écrit:
Je n'ai pas "procrastination", mais j'ai cette phrase, issue d'Idéopédia :

Or neper posmídit quas or kàn dor fàk per aliduve deaw-iψ yn posdáw = Ne remettez jamais au lendemain ce que vous pouvez faire faire par d'autres le jour-même.

En méhien, je traduis, sans originalité avoué-je, mais aisément ce latinisme (PROCRASTINARE) élégant par combinaison de "paro-" () : pour, à la place de et de cràsina/-e: du lendemain , pour faire Parocràsinat. À côté de cela: Cràsineit: faire que quelque chose ait lieu crasdì: le lendemain, crashettomau: la semaine suivante, crasani: l'année prochaine, signifie reporter, ajourner pas forcément au _jour_ d'après. Nuance. Parallèlement Cràsinaet: passer au lendemain, à une date ultérieure, est le dérivé inchoatif.
Et citons aussi les dérivés parocrasìnasca/-e: qui aime remettre à plus tard, parocrasinaç/-acio: tendance (fâcheuse) à tout mettre au lendemain , à plus tard
Unqe vos ni Parocràsinat's qvüs dì'zi pos Agomandittre ajutrei
ou plus simplement
Unqe vos ni Parocràsinat's agomandendõ di'zi ajutrei


Dernière édition par SATIGNAC le Dim 23 Oct 2016 - 0:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16244
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 14:02

Tolérer Arrow et son corollaire : tolérance.

Chez moi, pour le verbe, il y a le verbe subriynj, qui est pris de l'à-priori priynj pour "accepter, admettre", avec le préfixe sub- qui baisse la valeur du radical : bref, on tolère, pas plus.

Le nom, moins restrictif en français du moins, est pourtant construit sur le même radical et donne subriynet, le -J- est passé à la trappe. Toutefois, pour une tolérance plus sincère, on peut avoir priynet.

Sinon, on a metriynad (pris à metrad), là, il s'agit d'une (cote de) tolérance (technique), pouvant s'exprimer en unité de mesure, en %, voire en ‰.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emanuelo



Messages : 1200
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 15:11

En gelota, le cheminement est le même qu'en aneuvien : le verbe havōha, accepter, devient ḟēhavōha, tolérer, avec le préfixe affaiblissant ḟē-. La tolérance sera fort logiquement ḟēhevoha.

L'étymologie de √HVH est l'hébreu אבה, ʾavah, consentir.

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr En ligne
Silvano



Messages : 11681
Date d'inscription : 03/12/2010
Localisation : 45° 30' N 73° 38' W

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 15:17

Anoev a écrit:
Tolérer Arrow et son corollaire : tolérance.

Eo: toleri, elporti / tolero, tolereco
Sam: pas trouvé.
LdP: toleri / tolera
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://proposcongrusetincongrus.blogspot.ca En ligne
Emanuelo



Messages : 1200
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 15:26

En volapük, suf et sufäl (pour le côté plus "voltairien") pour le substantif (du français "souffrir"), et sufälön (et non pas sufön, qui signifie "supporter") pour le verbe.

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16244
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 15:42

J'aurais dû, pendant que j'y étais, proposer "intolérance", vu que j'ai pas forcément les préfixes antonymiques adéquats : en espéranto, y a ne- & mal-, en kotava, y a me- & vol- (s'ils sont utilisés comme préfixes, ce dont je ne suis pas certain). En aneuvien, je pense plutôt me servir de ato-, qui a une acceptation plus radicale encore que eli-, ce qui me donnerait atobriynet (je garde de B de sub- plutôt que  de remettre le P du radical (priyn-), à dessein : le moindre effort pour accepter (la différence), l'intolérance fait qu'on, n'y consent pas).

Emanuelo a écrit:
En volapük, suf et sufäl (pour le côté plus "voltairien") pour le substantif (du français "souffrir"), et sufälön (et non pas sufön, qui signifie "supporter") pour le verbe.
Lület passe à la trappe ?

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emanuelo



Messages : 1200
Date d'inscription : 28/07/2013
Localisation : Strasbourg

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 15:50

Anoev a écrit:
(je garde de B de sub- plutôt que  de remettre le P du radical (priyn-), à dessein : le moindre effort pour accepter (la différence), l'intolérance fait qu'on, n'y consent pas).

J'adore ces petits jeux dont l'aneuvien est rempli.

_________________
לָמַדְתָּ שֶׁשָּׂנְאוּי הַמַּחֲלוֹקֶת וְגָדוֹל הַשָּׁלוֹם
Leko kakanasi kanāsa haneselola fenegedota tehaŝeloma cegedota vugedote (Bereshit Rabba 38, 6).

Chez le glossopoète (dont des leçons de volapük) / Blog en gelota / CRÉTEG / Esperantlingva blogo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://glossopoete.pagesperso-orange.fr En ligne
odd



Messages : 4336
Date d'inscription : 31/07/2013

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 18:38

En haepuomobu, ne pas se battre contre

Et, pour les maisons de tolérance ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16244
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Ven 21 Oct 2016 - 19:56

odd a écrit:
Et, pour les maisons de tolérance ?
L'aneuvien est explicite : praskoos, de hoos = maison (té !) et prask = passe, dans le sens de "relation sexuelle rétribuée", un mot à-priori dont l'étymo interne le met issu du ptahx : prasek, pour "acte sexuel échangé contre une offrande".

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SATIGNAC



Messages : 845
Date d'inscription : 06/11/2012
Localisation : Fustilhan

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Sam 22 Oct 2016 - 0:58

Anoev a écrit:
Tolérer Arrow et son corollaire : tolérance.

Chez moi, pour le verbe, il y a le verbe subriynj, qui est pris de l'à-priori priynj pour "accepter, admettre", avec le préfixe sub- qui baisse la valeur du radical : bref, on tolère, pas plus.

Le nom, moins restrictif en français du moins, est pourtant construit sur le même radical et donne subriynet, le -J- est passé à la trappe. Toutefois, pour une tolérance plus sincère, on peut avoir priynet.

Sinon, on a metriynad (pris à metrad), là, il s'agit d'une (cote de) tolérance (technique), pouvant s'exprimer en unité de mesure, en %, voire en ‰.
En méhien: Adtalat, du radical préhellénique "tal" que l'on trouve dans Atlas: le géant qui supporte la Ciel ( sur ses épaules) . Il signifie tolérer , et adtalantia: tolérance est son corollaire. Adcapet/-çepo, et Suvcapet/-çepo ont la même acception avec la connotation "admettre, accepter".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dworkin



Messages : 78
Date d'inscription : 01/07/2015

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Sam 22 Oct 2016 - 1:31

En langue du Deuxième Monde,
tolérance (de celui qui subit), patience : θuld (du vieil anglais þyld et du gotique þulan, dont la famille a donné l'allemand dulden)
tolérance, autorisation tacite (de celui qui ne subit pas vraiment) : чamᴪ  (de l'arabe تَسامُح)
tolérer (en souffrant) : θuldyr
tolérer, autoriser tacitement : чamᴪyr
intolérance, absence de patience : ƞeθuld
intolérance, volonté d'interdire : nonчamᴪ (ƞe- étant négatif et non- contraritif)
maison de tolérance, bordel : hyrreɣ, de hyrr, putain et -eɣ, suffixe locatif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AEM



Messages : 1438
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Sam 22 Oct 2016 - 1:54

En deyryck, le mot pour la tolérance est le même que celui pour dire ruban, question historique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Batailles lexicales 6   Aujourd'hui à 17:36

Revenir en haut Aller en bas
 
Batailles lexicales 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 34 sur 40Aller à la page : Précédent  1 ... 18 ... 33, 34, 35 ... 40  Suivant
 Sujets similaires
-
» Batailles lexicales 4
» Batailles lexicales 5
» Batailles lexicales 3
» Batailles lexicales 2
» Batailles lexicales 6

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral :: Idéolexicologie-
Sauter vers: