L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Le pluviôsan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pomme de Terre



Messages : 1043
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Le pluviôsan   Sam 9 Juil 2016 - 18:50

Bonjour à tous ! Je vous présente enfin le pluviôsan, une langue mixte dont je parle parfois depuis un moment. J'ai plusieurs fois remanié cette langue car elle était à la base une sorte de pot-pourri d'idées qui me traversaient la tête. La langue est encore loin d'être aboutie mais cette fois elle me plait et je pense que les bases sont bien là.


  • Phonétique et orthographe
    Le pluviôsan dispose de son propre alphabet, dérivé de l'alphabet latin. Toutefois j'utiliserai ici la transcription latine, car c'est plus simple, et ensuite parce que je pense réformer l'écriture pluviôsane. Les lettres présentées ci-dessous le sont dans l'ordre alphabétique de leurs équivalents pluviôsans.
    Spoiler:
     

  • Les consonnes s'assourdissent en position finale.

  • Il y a quelques règles orthographiques:
    -/t͡ʃ/ > C
    -/ʃ/ jouxtant une consonne > C
    -/ʃ/ sans consonne avoisinante > SC
    -/kɾ/ > K
    -/ks/ > X
    -/vj/ > V
    -/vi/ > VI
    -/vi:/ >WIE

  • L'accent tonique se place sur l'avant-dernière syllabe du mot ; les affixes ne changent pas l'accentuation du radical. L'accent tonique n'est pas porteur de sens, il n'est pas indiqué à l'écrit et peut être omis. Il ne sert qu'à rythmer les phrases.

  • Les noms varient selon deux nombres: singulier et pluriel.
    Ce dernier se forme comme suit:
    Le nom se termine par:
    Nom d'une ou deux syllabes
    Nom de trois syllabes ou plus
    M, N ou L
    -e
    Une autre consonne
    -êl
    -e
    Une voyelle
    -n
    -ne

  • Les déterminants accompagnent les noms: u/un pour l'indéfini, da pour le défini, et tla pour le démonstratif.

  • Le complément du nom se forme grâce à la préposition s (de) qui vient se coller à la fin du complément, qui suit le complété. Il y a toutefois quelques variations:
    -si le nom se termine par une voyelle ou par b, d, f, g, p, t ou w > -s (un mot en q fait donc x)
    -si il se termine par c, j, k, l, m, n, r, v, h, kh ou z > -os
    -si il se termine par s ou x > -o
    Da qaed ig swers. Le chien de ma soeur.

  • Les adjectifs qualificatifs précèdent généralement le nom mais ne varient pas en nombre.

  • Le comparatif de supériorité est exprimé par une mutation vocalique, rarement prédictible. Le comparatif d'infériorité est plus simple: seul le suffixe -a est ajouté. Pour les rares adjectifs terminés par une voyelle, celle-ci est remplacée par un /a/ long.

  • Le superlatif se construit en ajoutant au comparatif le préfixe sa-.
    Ainsi: fald : fier ; feld : plus fier ; falda : moins fier ; safeld : le plus fier ; safalda : le moins fier.

    Si le nom est explicitement comparé à un autre, la préposition ob lie le comparatif au second nom.
    Tla cet wnet feld ob dig. Ce chat est plus fier que le mien.
    Tla cet wnet safeld. Ce chat est le plus fier.
    Din wnet safeld ob jol cetêl. C'est le plus fier de tous les chats.

  • La possession s'exprime au moyen de la tournure « possédé + ven (être) + pronom.possessif ».
    Un qaed wnet ig. J'ai un chien. (littéralement: un chien est mien.)
    Un swer wnet dar. Vous avez une sœur.
    Un wita wog wnet tju. Tu as un oiseau blanc.
    Tri wita wogêl ven tju. Tu as trois oiseaux blancs.

La suite plus tard. Dites-moi si ça vous a plu, et si vous avez des remarques ne vous gênez pas Wink


Dernière édition par Pomme de Terre le Dim 10 Juil 2016 - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atíel



Messages : 1240
Date d'inscription : 08/04/2012
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Sam 9 Juil 2016 - 19:12

Combien de mots dans le lexique ?

J'aime bien les langues pot-pourri. Au moins les exemples de phrases sont faciles à lire !
L'expression de la possession apporte un peu de changement aussi, je suis curieux de savoir les autres originalités grammaticales du pluviôsan.

Pomme de Terre a écrit:
Tla cet wnet feld ob dig. Ce chat est plus fier que le mien.

Da + ig = dig ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu/ideopedia/index.php5?title=Sivélien
Lethoxis



Messages : 179
Date d'inscription : 19/03/2016

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Sam 9 Juil 2016 - 19:33

J'aime beaucoup ! Tout est bien ensemble et tes exemples me paraissent être le début d'une jolie langue Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.apprendre-lamethyque-51.webself.net/
Heliomega



Messages : 591
Date d'inscription : 15/05/2016
Localisation : "Hauts-de-France"

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Sam 9 Juil 2016 - 19:34

Pomme de Terre a écrit:
L'accent tonique se place sur l'avant-dernière syllabe du mot ; les affixes ne changent pas l'accentuation du radical. L'accent tonique n'est pas porteur de sens, il n'est pas indiqué à l'écrit et peut être omis. Il ne sert qu'à rythmer les phrases.

Les mots d'une seul syllabe ne sont donc pas accentué?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heliomega



Messages : 591
Date d'inscription : 15/05/2016
Localisation : "Hauts-de-France"

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Sam 9 Juil 2016 - 19:34

Pomme de Terre a écrit:
L'accent tonique se place sur l'avant-dernière syllabe du mot ; les affixes ne changent pas l'accentuation du radical. L'accent tonique n'est pas porteur de sens, il n'est pas indiqué à l'écrit et peut être omis. Il ne sert qu'à rythmer les phrases.

Les mots d'une seul syllabe ne sont donc pas accentué?

On verra pour la suite mais c'est un bon début.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1590
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Sam 9 Juil 2016 - 19:57

J'adore ce début, je m'y retrouve beaucoup dans cette démarche de collection progressive d'idées rassemblées, le tout semble d'emblée plus harmonieux, rien qu'orthographiquement (et puis, ig signifie aussi "je" en chilloïen, alors forcément je suis conquis).

Montre vite la suite !

(Et n'hésite pas à proposer des petits exercices de constructions de phrases, si l'envie t'en prend et si la langue est déjà assez riche)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme de Terre



Messages : 1043
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Sam 9 Juil 2016 - 22:34

Merci beaucoup pour vos retours ! A vrai dire je ne m'attendais pas à des choses si positives Smile

Atíel a écrit:
Combien de mots dans le lexique ?
Seulement une petite trentaine pour le moment. Donc faudra pas s'étonner si les phrases d'exemples sont un peu nulles...

Atíel a écrit:
Da + ig = dig ?
Tu as vu juste. Les adjectifs possessifs peuvent être combinés avec les déterminants, comme vous le verrez un peu plus tard.

Kotave a écrit:
Et puis, ig signifie aussi "je" en chilloïen, alors forcément je suis conquis.
Ah sympathique coïncidence Wink En fait il s'agit d'un adjectif possessif, donc c'est plutôt "mon" ou "mien". Par contre j'espère ne pas trop te décevoir en révélant qu'il s'agit d'une petite exception phonologique, et que cela se prononce en fait /ɛj/ (tout comme dig et les autres dérivés de ce mot).

Heliomega a écrit:
Les mots d'une seul syllabe ne sont donc pas accentué?
C'est vrai que ce n'était pas précisé, mais si, ils sont accentués. Du moins les mots importants (adjectifs, noms et verbes), car les prépositions et déterminants le sont moins et sont peu audibles.

Encore merci à vous, la suite arrive bientôt Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kotave



Messages : 1590
Date d'inscription : 02/03/2012
Localisation : Face aux Anglais

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Sam 9 Juil 2016 - 23:41

Citation :
Par contre j'espère ne pas trop te décevoir en révélant qu'il s'agit d'une petite exception phonologique, et que cela se prononce en fait /ɛj/ (tout comme dig et les autres dérivés de ce mot).

Ça donne un effet scandinave, je ne vais pas me plaindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme de Terre



Messages : 1043
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Dim 10 Juil 2016 - 12:50

Voici la suite !


  • Les pronoms personnels sont au nombre de huit en pluviôsan. Ici rien que de très classique: trois personnes à chaque nombre, et une différenciation en genres féminin, masculin et neutre pour la troisième personne du singulier.

    Féminin et masculin s'utilisent exclusivement pour les personnes ; pour tout le reste (animaux, objets, concepts...) on utilise le pronom neutre. A noter que celui-ci sert aussi pour désigner une personne inconnue ("une personne est venue, et elle a mangé mon biscuit") ou une personne métaphorique ("l'homme n'est pas mauvais par nature, il s'adapte"). Dans ces deux exemples il et elle seraient tous deux traduits par din.

    Il existe un équivalent du on français: il suffit d'utiliser la troisième personne du pluriel sans utiliser le pronom sujet.

    La forme des pronoms personnels varie suivant leur cas.

    Personne/Fonction
    Sujet
    COD
    COI
    1sg
    J
    mo
    mo
    2sg
    te
    tja
    tja
    3sg masc
    qi
    qo
    oq
    3sg fém
    ci
    co
    oc
    3sg ntr
    din
    dran
    dun
    1pl
    wie
    win
    wis
    2pl
    die
    din
    dis
    3pl
    rên
    ren
    rjan
    La première personne du singulier sujet J s'écrit toujours en majuscule.

  • Les adjectifs possessifs, qui sont aussi pronoms possessifs, connaissent plusieurs formes. Ils ont une forme simple, de loin la plus utilisée, et des formes combinées aux déterminants qui servent à apporter d'éventuelles précisions ou à mettre l'emphase.
     
    Personne / Forme
    Simple
    Indéfini
    Défini
    Démonstratif
    1sg
    ig
    nig
    dig
    tlig
    2sg
    tju
    tjon
    djon
    tlon
    3sg masc
    lo
    lon
    daol
    tlo
    3sg fém
    la
    lan
    dael
    tlae
    3sg ntr
    lèn
    daèl
    tlè
    1pl
    war
    warn
    dwar
    tawar
    2pl
    dar
    darn
    daer
    tadar
    3pl
    rèm
    rjom
    drom
    trèm
    Ig se prononce /ɛj/, en forme simple comme dans les composés.

    Dans l'exemple donné dans mon premier message (Tla cet wnet feld ob dig.), l'utilisation de la forme définie aurait été facultative si on avait le contexte, ig aurait suffi.
    Tla cet wnet feld ob dig. Le locuteur précise qu'il n'a bien qu'un seul chat, par exemple en opposition à quelqu'un qui en aurait plusieurs. Ou alors cela peut aussi être une forme emphatique, auquel cas il pourrait très bien y avoir plusieurs chats ("les miens"). On peut également y voir une forme de préférence pour un chat en particulier ("j'en ai plusieurs, mais c'est LE chat, tu vois duquel je parle, c'est mon préféré de toute façon, si il y en a un qui compte c'est celui-là, etc").
    Tla cet wnet feld ob nig. Le locuteur a plusieurs chats et le précise. Il peut s'agir d'un chat parmi d'autres, ou de plusieurs chats parmi d'autres. ("un des miens", "certains des miens").
    Tla cet wnet feld ob tlig. Ici c'est plus compliqué. Il peut s'agir d'une emphase, d'une volonté de revenir sur un sujet (quant aux miens...) ou encore d'une tournure visant simplement à accompagner un geste démonstratif ("celui que je te montre là").
    Comme on le voit, l'utilisation des pronoms composés est floue et correspond à des usages très ciblés, d'où l'utilisation bien plus courante des formes simples. (Désolé pour les explications un peu lourdingues...)

    Mais me direz-vous, si l'on ne connaît pas suffisamment l'interlocuteur, comment fait-on pour savoir si l'on parle d'un chat ou de plusieurs ? On ne fait pas. Ou plutôt pas avec les adjectifs seuls, qui ne varient pas en nombre, mais en réintroduisant le nom concerné au pluriel: Tla cet wnet feld ob ig cetêl.

  • Les verbes.
    Il existe trois temps en pluviôsan: passé, présent et futur, en fonction desquels se conjuguent les verbes. A l'exception de quelques verbes, la conjugaison ne varie qu'en fonction du nombre et pas de la personne.
         
    Infinitif
    -(V)t
    -en
    -h
    Nombre
    Singulier
    Pluriel
    Singulier
    Pluriel
    Singulier
    Pluriel
    Passé
    -i
    -tu
    -in
    -un
    -qla
    -cil
    Présent
    -oj
    -ot
    Ø
    -en
    -t
    -r
    Futur
    -a
    -èc
    -a
    -an
    -ka
    -ha

    Aux temps grammaticaux s'ajoute une dizaine de verbes modaux qui servent à exprimer différentes caractéristiques, comme l'aspect, la négation ou le passif. Lorsqu'un modal est utilisé, c'est lui qui est conjugué au temps voulu, et le verbe qui le suit reste à l'infinitif.

    Les auxiliaires d'aspect sont au nombre de quatre et disposent d'un sens propre lorsqu'ils ne sont pas utilisés en tant que modaux.
    Qeben (avoir) exprime l'accompli (action terminée)
    Makh (faire) exprime le parfait (action récente, action qui a une conséquence sur le temps d'énonciation)
    Ven (être) exprime l'inaccompli (action en cours de réalisation)
    Faren (aller) exprime l'imminent (action prévue, intentée ou imminente)

    La négation est exprimée par le modal den. En utilisant ven, on peut mettre l'emphase sur une affirmation ou une réaffirmation. Dans ce cas ven n'indique pas l'inaccompli mais simplement une affirmation forte.
    -Rên den cmat...
    -Ven cmat !
    Traduction:
     
    Ici l'omission du pronom est possible (c'est sans équivoque) voire souhaitable (c'est plus percutant).

    La probabilité peut s'exprimer grâce à trois modaux:
    Peten, qui indique une hypothèse ou une probabilité faible
    Pruben, qui exprime une probabilité forte
    Modt, qui exprime une certitude ou une quasi-certitude

    Le conditionnel est exprimé par cen.

    Le passif est exprimé par obt.

    J gud. Je mange.
    J wne guden. Je suis en train de manger.
    J qab guden. J'ai mangé.
    J mak guden. Je viens de manger.
    J far guden. Je vais manger.
    J dne guden. Je ne mange pas.
    J pet guden. Je mange peut-être.
    J prub guden. Je mange probablement.
    J modi guden. Je mange certainement.
    J cne guden. Je mangerais.
    J obi guden. Je suis mangé.

    Les modaux sont combinables, mais toujours dans le même ordre:
    négation > passif > condition > hypothèse > auxiliaire > verbe
    Le premier est conjugué, le ou les suivants à l'infinitif, et le verbe prend la particule ge- du participe passé.
    J dne peten geguden. Je ne mange peut-être pas.
    J cne modt faren geguden. Je serais certainement sur le point de manger.
    J dne obt cen peten ven geguden. Je ne serais peut-être pas en train d'être mangé.

    Les participes passés sont rejetés en fin de proposition.
    Dar cet petin makh u wog geguden. Votre chat venait peut-être de manger un oiseau.

    L'impératif est un mode à part entière. Il n'utilise ni les temps, ni les modaux, ni les pronoms sujets et ne s'utilise qu'aux deuxièmes personnes du singulier et du pluriel. Il se forme en ajoutant au radical -eg (/ɛj/) au singulier et -oh au pluriel, et ce pour tous les verbes.
    Gudeg ! Mange !
    Aldoh ! Répondez ! (infinitif: aldat)


Dernière édition par Pomme de Terre le Dim 10 Juil 2016 - 17:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atíel



Messages : 1240
Date d'inscription : 08/04/2012
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Dim 10 Juil 2016 - 14:38

Pomme de Terre a écrit:
Les participes passés sont rejetés en fin de proposition.

Au fur et à mesure de ma lecture de ton post, je me disais : « Va-t-il le faire ? Va-t-il le faire ? ».

Le J se prononce-t-il toujours /j/ ? Ou le /i/ (voire autre chose) est réalisé devant certaines consonnes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu/ideopedia/index.php5?title=Sivélien
Pomme de Terre



Messages : 1043
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Dim 10 Juil 2016 - 14:50

Atíel a écrit:
Pomme de Terre a écrit:
Les participes passés sont rejetés en fin de proposition.
Au fur et à mesure de ma lecture de ton post, je me disais : « Va-t-il le faire ? Va-t-il le faire ? ».

Ah ah Laughing  Et c'est embêtant ?

Le pluviôsan est en effet inspiré à des degrés divers par l'allemand, mais aussi l'anglais, le suédois, le russe... et le français. Pour autant je trouve qu'il tient bien la route et qu'il a ses propres spécificités. Ceci dit il est possible que je change d'avis, et toute remarque est la bienvenue bien sûr.

Atíel a écrit:
Le J se prononce-t-il toujours /j/ ? Ou le /i/ (voire autre chose) est réalisé devant certaines consonnes ?

Toujours /j/ en principe, personnellement je le sépare du mot suivant si il commence par une consonne, mais le placement d'un schwa entre les deux est possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atíel



Messages : 1240
Date d'inscription : 08/04/2012
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Dim 10 Juil 2016 - 14:58

Pomme de Terre a écrit:
Atíel a écrit:
Pomme de Terre a écrit:
Les participes passés sont rejetés en fin de proposition.
Au fur et à mesure de ma lecture de ton post, je me disais : « Va-t-il le faire ? Va-t-il le faire ? ».

Ah ah Laughing  Et c'est embêtant ?

Le pluviôsan est en effet inspiré à des degrés divers par l'allemand, mais aussi l'anglais, le suédois, le russe... et le français. Pour autant je trouve qu'il tient bien la route et qu'il a ses propres spécificités. Ceci dit il est possible que je change d'avis, et toute remarque est la bienvenue bien sûr.

Moi j'aime bien cette particularité des langues germaniques. Ceci dit, dans cette famille, les verbes conjugués sont en seconde position dans la phrase, ce qui (pour l'instant) à l'air d'être le cas en pluviôsan ; en revanche, chez toi, il semble que les verbes accompagnés d'un auxiliaire peuvent rester et ne pas être rejeté en fin de phrase (pas de Dar cet petin u wog makh geguden / geguden makh.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu/ideopedia/index.php5?title=Sivélien
Pomme de Terre



Messages : 1043
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Dim 10 Juil 2016 - 15:29

Atíel a écrit:
Moi j'aime bien cette particularité des langues germaniques. Ceci dit, dans cette famille, les verbes conjugués sont en seconde position dans la phrase, ce qui (pour l'instant) à l'air d'être le cas en pluviôsan ; en revanche, chez toi, il semble que les verbes accompagnés d'un auxiliaire peuvent rester et ne pas être rejeté en fin de phrase (pas de Dar cet petin u wog makh geguden / geguden makh.)

Les verbes précédés d'un modal restent toujours derrière celui-ci. L'utilisation de plus d'un modal entraîne l'utilisation du participe passé, le dernier modal faisant office de verbe. Toutefois les modaux sont des verbes à part (y compris les auxiliaires d'aspects quand ils sont utilisés en tant que tels), ils n'ont pas de participe passé, et ne sont par conséquent jamais rejetés en fin de proposition.
Exemple:
 

Du reste, contrairement au moschtein, l'ordre des mots est très stable en pluviôsan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme de Terre



Messages : 1043
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Mar 12 Juil 2016 - 12:41

Le pluviôsan n'utilise pas de déclinaison, mais fait appel à un certain nombre de prépositions. Voici les plus courantes:
S: de. Est suffixée au nom, et ne s'utilise pas avec les pronoms (on préférera l'adjectif possessif correspondant).
Ex: môti qaeds (la nourriture du chien), ig môti (mon repas = "le repas de moi")
Na: avec. Est suffixée au nom ou au pronom, et s'utilise avec la forme COI du pronom.
Ex: lo braetna (avec son frère), rjanna (/'rjɑn.nɑ/ avec eux)

Les suivantes utilisent toutes les pronoms COI, mais se placent avant le groupe nominal.
Ob: à propos de, au sujet de, en, dans le domaine de, à travers, par rapport à...
Tue: à, pour
Gen: grâce à, au moyen de
Za: dans
Ex: gen lo braet (grâce à son frère), tue dis (pour vous)

Ils s'utilisent soit comme pronoms relatifs (le chien que je veux, l'homme qui m'aime...) soit comme adverbes (quand je veux, où je veux...). En pluviôsan c'est la même chose : « quand je veux » peut se dire « quand je veux » mais aussi « le moment quand je veux ». Ces adverbes sont en fait des pronoms relatifs dont l'antécédent est sous-entendu.
Certains se forment à partir de quatre pronoms de base, construits comme suit:


Sujet ed-
Objet ad-
Personne -ver/-war
edver
adwar
Chose ou animal -wor
edwor
adwor

  • edver/edwor : sujet (qui/quoi), dont découle :
    - edves/edwos : possession (de qui/de quoi)
  • adwar/adwor : objet (qui/quoi) ; dont découlent :
    - adwarna/adworn : accompagnement (avec qui/avec quoi)
    - adwar ob/adwor ob : propos (à propos de qui/de quoi)
    - adwar tue/adwor tue : bénéficiaire (à qui/à quoi, pour qui/pour quoi)
    - adwar gen/adwor gen : moyen (grâce à qui/à quoi)
  • uc : manière
  • ul : cause
  • jel : but
  • alt : temps
  • ow : lieu

J dne winen piterêl edver tascot drecêl jel J groj. Je ne veux pas des personnes qui méprisent les droits pour lesquels je me bats. (litt: "les droits qui sont la raison que je me bats")
Les déterminants peuvent être omis, la proposition subordonnée relative précisant déjà de qui on parle.

Préfixés de la lettre « n » ces adverbes/pronoms relatifs deviennent des interrogatifs. Pour poser une question on place le mot interrogatif en début de phrase, mais l'ordre des autres mots est conservé. (Encore pardon pour les exemples Embarassed )

Nadwor te wnoj ? Que veux-tu ? 
Nedver gud da wog ? Qui mange l'oiseau ? 
Nadwar da wog gud ? Qui l'oiseau mange-t-il ? 
Nuc tju swer gud ? Comment mange ta sœur ? 
Nalt rèm fata gud ? Quand leur père mange-t-il ?
Nadwarna ci far ? Avec qui part-elle ?
Nedves da qaed wnot ? De qui es-tu le chien ? 

Pour demander « quel ? », on utilise edver/adwar préfixé du « c » de « uc » (comment). Le principe est le même pour « duquel ? », « auquel ? », « avec lequel ? », etc, il suffit d'utiliser la forme correspondante : « edves », « adwar tue », « adwarna », etc...
Lequel : cedver / cadwar / cedwor / cadwor
Duquel : cedves / cedwos
Avec lequel : cadwarna / cadworn
etc...

Cadwor da cet gud wog ? Quel oiseau le chat mange-t-il ?
Cadwor da cet gud wogêl ? Quels oiseaux le chat mange-t-il ?
Cadwar te gud piter ? Quelle personne manges-tu ?
Cedwor wogêl guden tja ? Quels oiseaux te mangent ?
Cedves piter qaed wnot ? De quelle personne es-tu le chien ?

Pour poser une question fermée, on emploie l'adverbe et.
Et te sprahat pluviôsan ?


Petit bonus oublié la dernière fois, les verbes irréguliers:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16236
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Mar 12 Juil 2016 - 13:03

Pomme de Terre a écrit:
Ex: môti qaeds (...) lo braetna
Ça ressemble quand même vach'ment à une flexion casuelle.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4953
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Mar 12 Juil 2016 - 13:14

Beau travail PdT !

Je viens de rédiger une ébauche de présentation sur Idéopédia

Quelques questions complémentaires.


Question Quelle syntaxe suit le pluviôsan ?
Question Quels sont les chiffres de 0 à 10 ?
Question Combien de mots compte cette idéolangue ?
Question Combien de locuteurs compte cette idéolangue ?
Question S'agit-t-il d'une langue artistique ?

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Atíel



Messages : 1240
Date d'inscription : 08/04/2012
Localisation : Nord

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Mar 12 Juil 2016 - 20:24

Anoev a écrit:
Pomme de Terre a écrit:
Ex: môti qaeds (...) lo braetna
Ça ressemble quand même vach'ment à une flexion casuelle.

Oui, surtout quand c'est exprimé par une préposition qui se suffixe cyclops
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu/ideopedia/index.php5?title=Sivélien
Pomme de Terre



Messages : 1043
Date d'inscription : 25/06/2013

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Mar 12 Juil 2016 - 22:44

Oh vous chipotez Laughing Bizarrement je m'attendais à la remarque. C'est une postposition si vous préférez (ou autre chose ? corrigez-moi je ne connais pas les termes exacts.) En anglais, pour parler de ce que je connais, même quand ça se met après le groupe nominal ça s'appelle toujours une préposition. Bon appelons ce groupe "les adpositions" comme ça c'est réglé.

Pour la flexion casuelle, c'en est une si on veut. Ici il n'y aurait que deux cas marqués, avec absolument aucune variation suivant les mots. Qu'est-ce qui différencie cette situation de celle d'adpositions ? Si ce n'est que la convention orthographique qui fait qu'aucun espace n'est mis entre le mot et l'adposition c'est une raison bien légère. Ca ressemble plus à une agglutination qu'à une flexion.

Merci pour ces retours, si il y a d'autres remarques n'hésitez pas Wink
Et merci Ziecken pour la page Idéopédia !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16236
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Mar 12 Juil 2016 - 23:44

Pomme de Terre a écrit:
Bon appelons ce groupe "les adpositions" comme ça c'est réglé.
Les grands esprits se rencontrent, c'est sous ce nom que je les ai nommées là-bas.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le pluviôsan   Aujourd'hui à 9:40

Revenir en haut Aller en bas
 
Le pluviôsan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le pluviôsan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: