L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'Alang, une langue construite a posteriori minimale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: L'Alang, une langue construite a posteriori minimale   Lun 24 Oct 2016 - 16:03

Version 0.2

Il s'agit d'une langue expérimentale visant à pouvoir s'exprimer le plus vite possible dans une langue construite en transformant une langue que l'on maîtrise - ou pas.
L'idée est d'importer les racines des mots de n'importe quelle langue pour construire des phrases de manière originale et débouchant sur des phrases d'allure étrangère.
Les règles de grammaire sont minimales, c'est l'importation des racines qui est le moment le plus délicat en fait.

Prononciation et transcription

La liste des 20 consonnes pour construire les mots.

B comme « bébé »
C comme « chat » / « tchèque »
D comme « dada »
F comme « feu »
G comme « gare »

H comme « halte ».
J comme « Jeu »
K comme « cape »
L comme « lit »
M comme « mot »

N comme « nid »
P comme « papa »
Q comme « quoi »
R comme « rue »
S comme « sable »

T comme « table »
V comme « voix »
W comme « what »
Y comme « Yalta »
X comme « ks »
Z comme « zèbre »

La liste des cinq voyelles pour construire les racines

Les accents sont utilisés pour transcrire des mots étrangers.
L'accent circonflexe ouvre davantage la voyelle, le tréma ferme davantage la voyelle.

A comme « chat » ; Â comme « âtre » ; Ä comme « mètre »
E comme « été » ; Ê comme « forêt » ; Ë comme « pied »
I comme « lit » ; Î comme « paille » ; Ï comme « paye »
O comme « tôt » ; Ô comme « colle » ; Ö comme « peu ».
U comme « tout » ; Û comme « heure » ; Ü comme « tutu ».

***

Construction des mots

Voyelle de tête

La voyelle de tête indique la classe grammaticale du mot et permet d'enchaîner facilement les mots quand on prononce la phrase.

A = Nom, suffixe.
E = Préfixe, adjectif.
I = Pronom.
O = Verbe conjugué, impératif.
U = Adverbe, onomatopée.

La racine qui suit indique le sens du mot dans la classe grammaticale.

Par exemple : à partir de la racine LUM ("loum")

ALUM ("aloum") : Cette lumière (source de lumière).
ELUM ("éloum") : Illuminé, clair, dans la lumière.
ILUM ("iloum") : Pronom remplaçant les mots désignant des sources de lumière.
OLUM ("oloum") : Briller, illuminer, éclairer.
ULUM ("ouloum"): De manière lumineuse, en éclairant.

Racines de bases

Une racine de base se présente sous la forme consonne / voyelle / consonne.
S'il manque une consonne devant la voyelle, on peut l'ajouter:

a >> H
é >> Y (consonne)
i >> J
o >> L
u / eu (voyelle) >> W

Par exemple : "euro" >> YUR ("Yûr" / "yeur").


Racines dérivées

On ajoute à la racine de base des lettres - des consonnes aux consonnes, des voyelles aux voyelles (en général une ou deux maximum).
Ces lettres ajoutées changent la signification de la racine de base et servent à éviter les homophonies problématiques.

LAP ("lap") : pierre.
LAMP ("lan-p") : lampe à huile (en pierre) > lampe.

Éléments

Ce sont des mots composés d'une voyelle + une seule consonne.

Par exemple S = une chose qui existe.

AS ("ass") : Cette chose-là.
ES ("éss") : qui est là, présent.
IS ("iss") : Celui-ci, celui-là,il, elle - reprend le dernier nom commun cité.
OS ("oss") : être ainsi, exister, être présent.
US ("ouss") : Étant donné, que voilà.

Séparation des mots

à l'écrit, caractère espace ; à l'oral, on accentue la voyelle de la racine, ou celle de l'élément.

La lampe éclaire >> El alamp olum.


***

Traduction à la volée

Par exemple "Allume la lampe!"

Impératif = verbe dans une question ou un ordre au début de la phrase : O+racine > "Allume" >> OLUM.
Déterminant = adjectif : E+racine > "La" >> EL.
Nom commun = nom : A+racine > "Lampe" >> ALAMP.

>>> "Oloum él alamp".

Exemple 2 :  "Mais la lampe est déjà allumée!

Conjonction = adverbe : U+racine > "mais" >> UM.
Verbe dans une affirmation à renvoyer à la fin de la phrase : "est" >> OS.
Adverbe : U+ racine. Deux adverbes de suite forment un seul adverbe : "déjà" >> UDEJ.
Adverbe en début ou milieu de phrase porte sur le mot qui suit, en fin de phrase sur le mot qui précède.
Participe passé= suffixe = nom : AT : "allumé" >> ALUMAT.

>>> "Oum el alamp oudéj aloumat os"

Exemple 3: "La lampe électrique est déjà allumée: je parlais de la lampe à pétrole!"

>>> "el alamp elektr oudéj aloumat os"

Pronom : I = racine > "je" = IJ.
Verbe conjugué : O+racine, à la fin de la phrase ; aspect ou temps marqué par un adjectif devant le verbe, par exemple imparfait = EM.
"parlais" > EM OPARL.
Préposition = cas/ fonction grammaticale dans la phrase : Adjectif E devant le mot qu'il introduit > "de" = ED ;
Complément de nom = nom A+racine placé devant le nom qu'il complète (contenant / contenu) >"à pétrole" = ALOL APETR.
Dans ce cas, préciser qu'une lampe fonctionne à l'huile de pétrole est redondant, donc le détail peut être élidé.

>>> "ij éd él apetr alamp ém oparl !"

Récapitulation

Nom commun : A+racine.
Nom composé de plusieurs racines : plusieurs A+racine qui se suivent. Le premier nom décrit la classe qui contient le second, le dernier la nature de l'objet en question.
Nom propre : introduit par un titre, les titres sont des pronoms I+racine.
Pronom ou titre, unité, monnaie : I+racine.
Adjectif devant le mot : préfixe.
Adjectif après le mot : attribut.
Suffixe : nom en dernière position indiquant la nature de l'objet.
Infinitif : nom + AR.
Participe passé : nom + AT.
Préposition, cas, fonction : E adjectif devant le nom introduit.
Verbe à l'impératif ou interrogatif : O+racine en tête de phrase.
Verbe affirmatif : O+racine en fin de phrase.
Adverbe, temps et aspect des verbes : U+racine, devant le mot qualifié. En fin de phrase, le mot qualifié est le précédent.
Relatif : Adverbe.

***

Bien sûr, c'est en rodage.
Je teste pour l'instant avec les racines françaises, latines et grecques.
Mais l'idée est qu'il soit possible d'utiliser n'importe quelle ensemble de racines en les adaptant légèrement pour que les racines étrangères et françaises ne s'opposent pas fondamentalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
AEM



Messages : 1437
Date d'inscription : 15/01/2012

MessageSujet: Re: L'Alang, une langue construite a posteriori minimale   Lun 24 Oct 2016 - 18:14

Greenheart a écrit:

K comme « cape »
Q comme « quoi »


Je ne vois de différence. :/

Greenheart a écrit:


Ä comme « mètre »
E comme « été » ; Ê comme « forêt » ; Ë comme « pied »
I comme « lit » ; Î comme « paille » ; Ï comme « paye »


Même chose, pour moi "mètre" et "forêt" ont le même "è". De la même manière, "été" et "pied" ont le même é.

Et du coup je ne vois pas la différence entre "î" et "ay" et entre "ï" et "äy".

Ce sont mes lacunes en prononciation qui posent problèmes?

Greenheart a écrit:


Par exemple : "euro" >> YUR ("Yûr" / "yeur").



Par rapport à la prononciation anglaise? J'aurais plus vu YOR.


Greenheart a écrit:



LAMP ("lan-p") : lampe à huile (en pierre) > lampe.


ça ne devrait pas être "lam-p" ?


Ces détails mis à part, si je comprends bien, plus qu'une langue à part entière, c'est une méthode de dérivation d'une langue pour aboutir à une autre qui soit construite? C'est ça?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PatrikGC



Messages : 2312
Date d'inscription : 28/02/2010
Localisation : France - Nord

MessageSujet: Re: L'Alang, une langue construite a posteriori minimale   Lun 24 Oct 2016 - 18:26

Pas mal, malgré un parfum d'espéranto à l'envers Very Happy
Mettre une voyelle devant chaque mot ne risque pas d'heurter la prononciation ? Même si j'ai souvenir que certaines africaines le font.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patrikcarpentier.free.fr
Anoev
Modérateur


Messages : 16236
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: L'Alang, une langue construite a posteriori minimale   Lun 24 Oct 2016 - 18:45

Greenheart a écrit:
K comme « cape »
Q comme « quoi »
AEM a écrit:
Je ne vois de différence. :/
Sauf si K se prononce [k] et Q : [kw] (on n'aurait plus besoin du U, comme si en français on écrivait "qoi").



*Ce système (intéressant) est inapplicable en français pour des mot comme qat (feuille), la transcription de la ville de Qom (capitale iranienne de la religion chiite, si je goure point), mais également des mots comme "coq" ou "cinq". Inappliquable également par la langue aneuvienne, où j'ai drorqa comme passé de l'infinitif de drorq et drorqúa, comme passé du subjonctif du même verbe. Mais en alang, il peut rendre de grands services, tant qu'on n'a pas de Q en fin de mot.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Alang, une langue construite a posteriori minimale   Aujourd'hui à 3:20

Revenir en haut Aller en bas
 
L'Alang, une langue construite a posteriori minimale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi apprendre une langue construite ?
» Progression logique d'une langue construite
» Existe-t-il des mots empruntés à une langue construite ?
» Sonorité intrinsèque des mots en langues construites
» Langue privée et langue construite

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: