L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Lugal (pinyin lugali et glyphes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lal Behi

avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Sam 15 Juil 2017 - 14:54

J’ouvre ce fil pour présenter le lugal, une langue sur laquelle j’ai commencé à travailler.

Le lugal, que je considère comme la fille de la langue d'Eve, est comme celle-ci logographique. Mais, à l’inverse de sa mère (qui n’est qu’écrite et non prononcée), je l’ai doté d’une phonologie, inspirée du sumérien. Le vocabulaire provient plus ou moins directement du sumérien et/ou de l’akkadien.

Le lugal possède également un système tonal (à 4 tons) inspiré du tibétain.

Il s’agit d’une langue isolante ; chaque glyphe (exception faite des hémiglyphes*) représente un mot. D’ailleurs, la langue lugalie ne possède qu’un seul mot : ìnim [iˑ˩nim] pour désigner le mot prononcé et le glyphe correspondant. Ces glyphes, ou ìnim, s’inscrivent dans un carré virtuel et se tracent au moyen d’un trait d’épaisseur constante. Le « lexique » de ce tracé est assez réduit (trait, oblique, quelques courbes, cercle ou portion de cercle, etc.). Si certains ìnim sont d’évidence pictographiques (ex. , pain ; , être humain), beaucoup sont idéographiques et rien dans leur dessin ne laisse deviner leur sens (ex. , noir). Comme sa langue-mère, le lugal s’écrit de haut en bas, et de droite à gauche.

* Les hémiglyphes (préglyphes et postglyphes) s’inscrivent dans un rectangle (demi-carré horizontal : ex. , préfixe d’emphase). Certains sont purement graphiques (préfixes classificateurs, ponctuations, etc.), d’autres se prononcent (suffixes aspectuels), d’autres encore participent à la prononciation d’un autre glyphe (particules encadrantes, verbalisateurs).


Phonologie

La phonologie du lugal est presque calquée sur celle du sumérien, même si j’ai rajouté l’opposition sourde/sonore.
Attention ! Il ne s’agit en aucun cas d’un alphabet (puisque le lugal a une écriture logographique) mais d’une transcription, un pinyin lugali en quelque sorte.

Ci-dessous, la liste des 19 sons-consonnes : en gras la graphie de référence, entre crochet la prononciation, entre parenthèses la graphie alternative.
Pour les trois premières séries de sons, on distingue une sourde, une sourde aspirée, une sonore et une nasale. La quatrième série ne possède que la forme sourde.
kƙ [kh] (k’) – g [g] – ŋ [ŋ] (ng)
tƭ [th] (t’) – dn
pƥ [ph] (p’) – bm
ʦ [ʦ] (ts) – [tsh] (ts’)
x [x] – r [r] – l ɧ [ʃ] (ç, c, sh) – s

On distingue 5 sons-voyelles. Le son [ə] ne se trouve, à de rares exceptions, qu’en position finale (il correspond en fait à un [ɛ] atonal).
Voyelles :
a i u [ u ] – e [ɛ] → ɇ [ə]

La syllabe est de type (C)V(C). La coda est prononcée amuïe si elle est finale.


Tons et longueur vocalique

Le lugal est une langue tonale. On distingue 4 tons (3 tons marqués + ton neutre). Le pinyin lugali adopte les conventions suivantes pour les indiquer :
− ton haut plat (T1 - ˥), noté avec un accent aigu (á, í, ú, é),
− ton bas plat (T2 - ˩), noté avec un accent grave (à, ì, ù, è),
− ton descendant (T3 - ˥˩), noté avec un double accent grave (ȁ, ȉ, ȕ, ȅ),
− ton neutre (T0) (sans notation).

De plus, la longueur vocalique varie en fonction des tons :
− tons haut (T1) et neutre (T0) → V brève – á, a = [a]
− ton bas (T2) → V mi-longue (semi-chrone) – à = [aˑ]
− ton descendant (T3) → V longue (chrone) – ȁ = [aː]

Quelques remarques à propos des tons :
− Les mots plurisyllabiques marquent le ton (T1 ou T2) sur la première syllabe, les suivantes sont atones (T0). Ex. : áriɧta [aˑ˥riʃta], femme.
− Les mots monosyllabiques (sans coda) peuvent porter trois tons possibles : T0 (neutre), T1 (haut) et T3 (descendant). Ex. : ƭȉ [thiː˥˩], aller.
− Pour les mots monosyllabiques avec coda, le T3 disparaît au profit du T2 (bas). Ex. :  tʂèn hɛˑ˩n], venir.
− Certains mots plurisyllabiques sans coda sont accentués sur la dernière syllabe en T3 (descendant). Ex. : nindȁ [nindaː˥˩], pain.
− Dans les mots plurisyllabiques ayant une finale théorique en e (non accentuée), la voyelle est amuïe, se prononce [ə] et est notée ɇ . Ex. : bànƭɇ [baˑn˩thə], oiseau.

Suite à venir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
PatrikGC

avatar

Messages : 2489
Date d'inscription : 28/02/2010
Localisation : France - Nord

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Sam 15 Juil 2017 - 14:58

Lal Behi a écrit:
J’ouvre ce fil pour présenter le lugal, une langue sur laquelle j’ai commencé à travailler..

Avant de lire la suite, je me suis dit : tiens, un truc connoté sumérien.
Bingo ! Very Happy

Attendons la grammaire Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patrikcarpentier.free.fr
Mardikhouran

avatar

Messages : 2917
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Sam 15 Juil 2017 - 16:27

J'aime beaucoup cette phonologie et ces glyphes.

Est-il nécessaire de noter [ə] si sa présence est prédictible ?

_________________
We ohi hin-ganan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Lal Behi

avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Sam 15 Juil 2017 - 17:16

PatrickGC a écrit:
Attendons la grammaire
Le couple écriture (glyphe)/prononciation étant déjà assez compliqué, je suis parti sur une grammaire assez simple, de type SVO. Mais je suis encore en train de me poser des questions sur la structure du groupe nominal, alors on est encore loin des constructions complexes...

Mardikhouran a écrit:
Est-il nécessaire de noter [ə] si sa présence est prédictible ?
Je me suis posé la même question, mais en réalité, ce [ə] est presque prédictible. Chaque e final se prononce bien [ə], mais il y a quelques exceptions. Je n'en suis qu'au balbutiement de la langue, et pour l'instant, elles ne concernent que les pronoms personnels qui ont chacun une forme tonale et une forme atonale.
Par ex. mèn [mɛˑ˩n], je, donne au pl. mènmen [mɛˑ˩nmɛn], nous, à la forme tonale. Mais, en forme atonale, on a (men [mɛn]) qui a pour pluriel (menmɇn [mɛnmən), avec un son [ə] suivi d'une coda.

Je me suis posé la même question pour le ton T3 (descendant) qui, en fait, ne peut se confondre avec le T2 (bas) puisque ce dernier est toujours suivi d'une coda. Mais la distinction accent grave/double accent grave rend la lecture des tons plus faciles.

Dans les deux cas, j'ai surtout songé à donner à ce pinyin un abord aussi aisé que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Lal Behi

avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 13:29

J'ai un peu avancé sur le groupe nominal ; voici où j'en suis pour le moment.


GENRE, ARTICLE ET DÉMONSTRATIF

Le lugal ne possède pas d’article.
Ex. :
ìli [iˑ˩li], un homme, l’homme

Le lugal ne marque pas le genre mais note l’opposition animé/inanimé. L’animé comprend les êtres humains, les animaux et les végétaux. Quelques autres mots rares entrent aussi dans cette catégorie (je réfléchis encore à la question ; sans doute des mots comme "eau", peut-être certaines notions abstraites comme celles liées au déplacement ou à la vitesse par ex.).
Cette distinction se retrouve notamment pour le démonstratif : nén [nɛ˥n] pour l’animé (noté : dém. an.) et ɧɇ [ʃə] (atone) ou ɧen [ʃɛn] (devant un son-voyelle) pour l’inanimé (noté : dém. in.). Il se place en tête du groupe nominal.
Ex. :
nén àʦɇ [nɛˑ˥n aˑ˩ʦə], cet enfant (dém. an. - enfant)

ɧɇ ŋȁ [ʃə ŋaː˥˩], cette maison (dém. in. - maison)

Le démonstratif peut être précisé (démonstratif proche [ce…-ci] ou lointain [ce…-là]) au moyen du postglyphe (proche) ou (lointain).

Le diglyphe prend une position encadrante (dém. en début de G.N., hémiglyphe en fin de G.N.) sauf si le groupe nominal est déjà encadré par une combinaison de glyphes prioritaire (particules locatives notamment). Dans ce cas, le postglyphe suit directement le démonstratif.

On écrit donc deux glyphes distincts mais, qu’ils soient contigus ou séparés, la prononciation reste la même (un seul mot).

On obtient donc les diglyphes suivants :
animé :
nénam [nɛˑ˥nam], ce …-ci (noté : dém. an. 1 – dém. prch. 2)

nenrȅ [nɛnrɛː˥˩], ce …-là (noté : dém. an. 1 – dém. ltn 2)

inanimé* :
ɧenam [ʃɛnam], ce …-ci (noté : dém. in. 1 – dém. prch. 2)

ɧenrɇ [ʃɛnrə], ce …-là (noté : dém. in. 1 – dém. ltn 2)

* Comme pour le démonstratif inanimé simple, le démonstratif inanimé de proximité ou d’éloignement est prononcé atone (T0).

Ex. sans glyphes prioritaires :
nénam àbax [nɛˑ˥nam aˑ˩bax], cet arbre-ci (dém. an. 1 - arbre - dém. prch. 2)

A suivre (je ne suis pas très rapide, mais je tâtonne pas mal et j'attends d'être inspiré pour dessiner de nouveaux glyphes...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 18254
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 13:48

Lal Behi a écrit:
Le lugal ne marque pas le genre mais note l’opposition animé/inanimé.
Le genre n'est pas obligatoirement neutre/féminin/masculin. Il existe également d'autres types de genres, tant dans les langues naturelles (commun/neutre, en suédois) que dans les idéolangues (icchéna, sivélien, thub). Le genre, c'est un peu la "carte d'identité" du nom. Selon les grammaires, cette caractéristique est "transmise" (accord) ou non aux mots (adjectif, pronom, forme verbale) qui sont en rapport avec ce nom.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Lal Behi

avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 14:08

Autant pour moi ! J'ignorais que l'on pouvait classer la distinction animé/inanimé dans la catégorie des genres.
Le lugal marque donc le genre ! Very Happy

Celui-ni n'influera d'ailleurs pas sur les adjectifs ou la conjugaison (le lugal est isolant) ; pour l'instant, seuls les postglyphes aspectuels sont concernés (mais il y en aura peut-être d'autres).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Mardikhouran

avatar

Messages : 2917
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 14:39

Lal Behi a écrit:
nénam àbax [nɛˑ˥nam aˑ˩bax], cet arbre-ci (dém. an. 1 - arbre - dém. prch. 2)
Que sont les sons en exposant ?

_________________
We ohi hin-ganan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Lal Behi

avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 14:59

Mardikhouran a écrit:
Lal Behi a écrit:
   nénam àbax [nɛˑ˥nam aˑ˩bax], cet arbre-ci (dém. an. 1 - arbre - dém. prch. 2)
Que sont les sons en exposant ?
Je voulais indiquer que les codas (finales) sont prononcées amuïes. Y a-t-il un autre moyen de le préciser ?

Cela dit, je me demande si les codas finales suivies d'un son-voyelle ne devrait pas être prononcée normalement, quitte même à former une liaison. Mais je ne suis pas sûr que ce phénomène puisse s'appliquer à une langue à la grammaire isolante (en matière de langue isolante, je ne connais que le chinois, c'est dire si j'ai peu d'exemples à ma disposition).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
PatrikGC

avatar

Messages : 2489
Date d'inscription : 28/02/2010
Localisation : France - Nord

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 15:04

Au fait, comment sont générés/dessinés les glyphes ?
Il y a une matrice par derrière, une logique pour la composition ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://patrikcarpentier.free.fr
Mardikhouran

avatar

Messages : 2917
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 15:28

Lal Behi a écrit:

Je voulais indiquer que les codas (finales) sont prononcées amuïes. Y a-t-il un autre moyen de le préciser ?
Eh bien, vu que "amuï" signifie "muettifié", il suffit de... ne pas les écrire Wink

Lal Behi a écrit:
Cela dit, je me demande si les codas finales suivies d'un son-voyelle ne devrait pas être prononcée normalement, quitte même à former une liaison. Mais je ne suis pas sûr que ce phénomène puisse s'appliquer à une langue à la grammaire isolante (en matière de langue isolante, je ne connais que le chinois, c'est dire si j'ai peu d'exemples à ma disposition).
La liaison est une bonne idée, et ce n'est pas impossible dans une langue isolante ; le chinois a un sandhi tonal, où les tons 3 se prononcent comme des tons 2 quand ils précèdent un autre ton 3, la négation se prononce devant un mot au ton 4.
La liaison et le sandhi en général ne sont pas des phénomènes morphologiques, mais phonologiques.

_________________
We ohi hin-ganan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Lal Behi

avatar

Messages : 253
Date d'inscription : 16/03/2008

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 16:33

Mardikhouran a écrit:
Eh bien, vu que "amuï" signifie "muettifié", il suffit de... ne pas les écrire Wink
Il me semble que l'amuïssement est avant tout une atténuation. C'est dans ce sens que je l'emploie en tout cas.

PatrickGC a écrit:
Au fait, comment sont générés/dessinés les glyphes ?
Il y a une matrice par derrière, une logique pour la composition ?
Je dessine les glyphes sur Photoshop (le seul logiciel que je maîtrise à peu près). J'ai effectivement une matrice carrée, découpée en quarts horizontaux et verticaux (16 carrés en tout) ; les traits principaux s'appuient (en général) sur cette structure.

Il n'y a pas à proprement parler d'autres règles de construction. Certains dessins (équivalents aux clefs) se situent sur le quart vertical droit (comme l'animé et l'inanimé du démonstratif, que l'on retrouve aussi dans les chiffres), mais je n'écarte pas la possibilité de les faire figurer à d'autres endroits.

Je me suis constitué une bibliothèque de signes glanés sur la toile avec lesquels je compose les glyphes, cela dans un souci d'homogénéité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lalbehi.blogspot.com/
Mardikhouran

avatar

Messages : 2917
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   Jeu 20 Juil 2017 - 17:32

Lal Behi a écrit:
Mardikhouran a écrit:
Eh bien, vu que "amuï" signifie "muettifié", il suffit de... ne pas les écrire Wink
Il me semble que l'amuïssement est avant tout une atténuation. C'est dans ce sens que je l'emploie en tout cas.
Une atténuation (ou lénition ?), phonétiquement, dépend de la consonne. Il faut que tu nous dises comment tu prononces ces consonnes.

_________________
We ohi hin-ganan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/ En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lugal (pinyin lugali et glyphes)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lugal (pinyin lugali et glyphes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apprendre le PinYin chinois / Learn Chinese PinYin
» Glyphes
» Les Olmèques. L'Enigme Olmèque
» ??????? : ???? ?????? [pdf 0.20M]
» l'île de Pâques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: