L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Familiers Banaux

Aller en bas 
AuteurMessage
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Familiers Banaux   Sam 9 Déc 2017 - 22:02

Bonjour le sous-forum Diégèse ! Après m’être présenté, je partage ici quelques détails sur le monde que je suis en train de créer. Le chantier est encore jeune, et beaucoup de choses sont susceptibles de changer au fur et à mesure de mes progrès.


Et l’Homme créa la Bête

Il s’agit d’un monde de science-fiction, bien que sa saveur flirte avec la fantasy par certains aspects (je compte y jouer sur la manipulation des croyances, avec une sacralisation dogmatique et rituelle de la science). Il ressemble au nôtre, sa grande différence étant le niveau de maitrise du vivant par la technique... et ses conséquences sur l’organisation sociale.

La première révolution est le prolongement de la vie. L’espérance moyenne est d’environs 120 ans, en bonne santé qui plus est, pour la plupart des gens ; mais quelques personnes exceptionnelles -- les détenteurs des secrets permettant ce miracle -- peuvent viser au-delà de 250.

La transition ne s’est pas passée sans sérieux problèmes : il y eut des guerres pour décider du partage de la vie... puis des ressources lorsque la démocratisation de la longévité a fait exploser les populations. S’en est suivi un bain de sang où la démographie fut réajustée brutalement, laissant des traumatismes profonds, avant l’arrangement actuel. “Juste” 120 ans pour la masse c’est moins que l’optimal possible, mais déjà environ une demi-vie de gagnée pour un monde durable.

Que les “anciens”, qui tirent au maximum sur les limites, aient tendance à terminer leur vie affligés de difformités monstrueuses et de folie aide à faire avaler la pilule. Ainsi que leur succès à réécrire l’histoire pour en effacer certains arrangements (comme le fait que les années “modernes” se comptent en paires de saisons, une année chaude alternant avec une année froide, là où les anciennes en avaient quatre... une réévaluation à la baisse de leur durée qui fausse un peu la générosité du contrat accepté par tous).

Mais le facteur clé de la paix publique est que, faute de prolonger leur vie sans limites, on a trouvé un autre moyen de donner du temps à chacun (et donc d’assouvir leur soif de ce qui, ici, représente le pouvoir et la position sociale) : les familiers. Ce sont des animaux modifiés, aptes à la posture bipède, dextre de leurs mains et doués d’assez d’intelligence pour servir leurs maitres. Autrement dit, des esclaves suffisamment différents et artificiels pour que peu s’en émeuvent.

Des hordes de familiers gèrent les tâches ingrates, laissant aux humains le loisir de s’autocélébrer et de suivre leurs passions avec un minimum de basses contraintes matérielles. Ils sont contrôlés, car conçus pour consentir aux ordres de qui les possède... ce qui pourrait être source de problèmes : pour éviter n’importe qui ne gouverne des serviteurs potentiellement fanatiques (et pour certaines espèces, physiquement très puissantes), seule une élite en est pourvue. Le gros des créatures est constitué de “familiers banaux”, sous la direction de fermiers banaux eux-mêmes répondants à la caste des anciens (qui remboursent ainsi leur longévité à la communauté) et mis à disposition des utilisateurs.

Les principales personnes autorisées à posséder un ou des “familiers particuliers” sont celles qui assument un “loisir de prestige” règlementé. Le travail tel que nous le connaissons n’est officiellement plus une activité humaine, mais certaines tâches (la police par exemple) ne peuvent être totalement supprimées... alors certains acceptent quelques contraintes, quelques devoirs, pour le statut ou par passion.

L’argent est aussi une chose du passé, la nouvelle monnaie étant le temps. Toute personne possède un droit inconditionnel à un certain temps de travail de familier journalier, librement employé selon ses désirs. Ce principe englobe la gestion des biens matériels et non juste les services : si vous voulez des pierres pour construire votre maison, vous les “paierez” la durée de leur extraction de leur carrière. Seules certaines ressources rares ou dangereuses sont en plus rationnées.

Réaliser quoi que ce soit seul devient alors extrêmement compliqué : imaginez que, sans un écosystème d’entreprises pour gérer les choses, vous deviez donner des ordres à tous les travailleurs dont vous désirez la production, organiser la logistique complète de la conception au transport en passant par la récolte de matières premières ! La solution est : le groupe, les réseaux d’amitié. On met son temps en commun avec les autres, des spécialistes -- encore une fois, par passion ou pour se rendre nécessaire et profiter du statut social associé -- se répartissent la gestion et organisent des routines de production et de service.

Il y a donc beaucoup de tractations, de politique interpersonnelle, et malgré le fait que chacun reçoive le même temps et qu’il ne puisse s’accumuler, avoir le bon réseau ou le bon charisme peut rendre une vie plus opulente qu’une autre là où le marginal risque l’indigence la plus dure.


La Langue Assoit le Pouvoir

Il est important pour cette société que les familiers aient l’air humain “juste ce qu’il faut”. Assez pour être acceptés par les utilisateurs sans provoquer leur crainte, assez pour que leur sentiment de domination soit assouvi -- permettant moins d’oppression entre humains (par exemple, l’égalité hommes/femmes est obtenue sauf auprès des anciens encore très “vieille école”) --, mais pas trop pour que nul n’ait de regret, ne leur reconnaisse des droits et ne remette le système en cause.

Le Verbe est donc le propre de l’humain (pas de chance si vous êtes muet ou affligé d’un problème d’élocution, du coup, le stigmate social étant alors lourd ) et les familiers sont conçus pour être anatomiquement incapables de prononcer leurs phonèmes (du moins en théorie, en pratique ça leur est difficile et surtout formellement interdit). Les différentes espèces ont de plus chacune des élocutions différentes, ce qui complique d’autant leur communication.

Et pourtant, ils communiquent. Ceux qui sont en contact direct avec les usagers, pour commencer, comprennent généralement parfaitement les humains à défaut de pouvoir leur répondre. Par la gestuelle et l’attitude, ils parviennent envoyer quelques messages simples. Entre eux, ils emploient un langage mêlant l’intonation et, surtout, le signe. De tout le corps : position de la tête, oreilles, queues...

Là encore, leurs différences complexifient les choses. De plus, ils disposent de moins d’accès aux télécommunications que les humains sont souvent astreints à un territoire donné et peu instruits. Il n’y a donc pas une langue des familiers, mais toute une variété de dialectes, et parfois de jargons spécialisés. Et tous ne sont pas égaux dans la richesse de leur expression, par exemple certains travailleurs techniques qui n’auront croisé un humain qu’une poignée de fois dans leur vie, vivent en vase clos concentrés sur leur travail et dont le groupe, lié au besoin qu’ils servent, est trop jeune pour s’être malgré tout constitué une culture riche, seront très limités... alors qu’un familier particulier servant un ancien sera non seulement polyglotte auprès de ses pairs, mais aussi plus instruit en langue humaine que l’humain moyen.

Des humains vers les familiers, l’expression du pouvoir par la langue prend diverses formes. Le choix des mots, pour commencer, qui maintient toujours la distance et la déshumanisation. Tel le terme “bêtes” pour les désigner.

L’usager de base profite de la communication presque unilatérale pour mettre par l’imagination les mots qu’il désire dans la bouche de son serviteur. Telle la mamie gaga qui personnalise son chien comme un petit enfant, en ignorant sa perception animale et adulte du monde, pour en faire le compagnon qu’elle préfère, ils lisent les silences comme cela les arrange.

Les possesseurs de familiers particuliers, à l’exception des anciens, vont au contraire volontiers apprendre à les comprendre pour un meilleur contrôle. Un bon fermier banal connait parfaitement les affinités des individus de son troupeau et les intrigues politiques entre ses dominants. Et sait en tirer parti pour gérer ses troupes (un familier ne se révolte pas... mais un familier frustré et stressé est moins performant que lorsqu’il est épanoui et aime son berger).

Quant aux anciens, plus stricts et protocolaires, il est absolument exclu qu’ils se souillent en employant de près ou de loin les vulgaires langues bestiales. Mais ils veulent néanmoins un niveau de communication optimal pour un service optimal. Ils imposent donc à leurs familiers leurs propres codes, très ritualisés, travaillés non seulement pour la fonction, mais pour l’image. De ce qui serait normalement perçu comme honteux par leur culture, ils font une démonstration de prestige et de contrôle.

De familier à familier, l’expression du rang est aussi une préoccupation forte ! Les instincts associant la position physique à la position sociale transpirent dans le langage : par exemple, pointer une position dans le vide en signant un nom leur permet ensuite de faire référence à cette personne rapidement en désignant le même endroit... mais il existe des règles strictes sur le point à choisir pour chacun, gare à l’impudent qui placerait le chef du troupeau plus bas qu’un de ses amis !

Ou encore, le temps est représenté par la direction dans beaucoup de signes : gauche pour le passé, droite pour le futur. Par défaut, on parle ici de la gauche ou de la droite de l’interlocuteur, mais un dominant qui veut exprimer son rang choisira au contraire toujours sa gauche ou sa droite. Un groupe de dominants qui se respecte aura tendance à se parler côte à côte (donc à partager les mêmes directions, ce qui permet l’ambigüité), deux qui s’opposent ou un dominant et un dominé se placeront face à face (le choix de direction devient explicite).

Comprendre les autres, hors des limites de son troupeau, met en avant un individu en en faisant un interlocuteur de choix (parfois devenant traducteur entre dominants, au-delà de son rang habituel), en lui ouvrant l’accès à plus d’information et en le valorisant auprès de son berger (il peut travailler dans plus d’équipes). De même, la présence linguistique d’un groupe joue sur son prestige ; ainsi les chevaux, très utilisés pour le transport et donc en contact avec divers troupeaux et aux grandes oreilles mobiles jouissent d’un certain respect grâce aux nombreuses et populaires variantes de “pidgins des oreilles de chevaux” qui permettent un minimum de communication entre espèces.

Quelques-uns, trop curieux d’apprendre pour leur bien, ont parfois emprunté les mots interdits des humains. De vagues rumeurs sur le “murmure de l’homme qui se noie” évoquent, par le choix du nom une élocution un brin difficile, et par son côté sinistre leur fin funeste lorsqu’ils furent pris sur le fait.

Entre humains, enfin, outre les classiques jeux de domination basés sur les codes démontrant l’éducation, le fait d’être spécialiste d’un domaine particulier vous rend indispensable et vous assure des amis. Jargonner facilement, manifestant ainsi sa capacité à diriger des familiers formés à des tâches pointues, est une bonne façon d’impressionner les autres... quoique certains, au contraire, préfèrent garder jalousement leurs secrets. Les possesseurs des savoirs les plus rares, d’ailleurs, sont ceux qui vont le plus souvent se mettre à parler de vagues “machins”, “bidules” et “bitoniaux” dès qu’ils sont entourés d’oreilles profanes.

Et dans le domaine du secret, les anciens sont rois. Élite scientifique très avancée, ils aiment pourtant le vocabulaire de la magie et sèment mensonge et ignorance au service de leur légende. Le savoir est pouvoir et le pouvoir ne se partage pas, de plus la logique complexe de la véritable science, le long cheminement d’une démonstration... sont tellement moins percutants et efficaces qu’une rhétorique claquante, épurée de tout encombrant attachement à la réalité ! Enfin, si vous aviez vu de vos yeux un homme créer la vie de ses propres mains, défier la mort par sa longévité et accomplir mille autres incroyables prodiges, et n’étiez que peu éduqué au scepticisme, ne le croiriez vous pas s’il vous annonce, sortant d’un nuage de fumée dans sa robe de “mage”, que “la pénicilline chasse les démons femelles par sa virile essence, mais qu’il serait bon à l’avenir de moins critiquer ses pairs, car votre langue de pipelette est sans nul doute ce qui les a attirées” ?

Ils possèdent enfin un pouvoir tout particulier sur les familiers, dont ils sont les concepteurs et qu’ils ont créés organiquement réceptifs à leurs voix : un ancien, contrairement à n’importe qui d’autre, peut ordonner à un familier de tuer et être obéi, le tuer net simplement en lui ordonnant de mourir, dans certains cas le sortir d’un mot du coma, ou encore supprimer sa peur et sa douleur assez complètement pour une opération chirurgicale sans aucune anesthésie. Des démonstrations qui font frémir les spectateurs et entretiennent des légendes prétendant qu’ils pourraient en faire autant sur les humains.


La Religion, c’est Dépassé... ou pas

La Science triomphante a fait mieux que les dieux pour vaincre la mort, la faim, les catastrophes et les maladies. Il est vu comme “débile et arriéré” de s’abandonner à toute “superstition”, seule la rationalité étant digne de l’Homme Moderne... enfin, en surface.

Comme je le décrivais plus haut dans le rapport des anciens à la science, la rationalité qu’ils professent n’est que superficialité et apparences et ressemble très fort à un dogme si l’on gratte un tant soit peu. Et leur gout pour le rituel qui fait vibrer les cœurs et s’éteindre les cervelles est imité, à moindre échelle, par les citoyens les plus populaires.

En effet, lorsqu’on n’est plus occupé par sa sécurité et sa survie, il faut bien remplir ses journées. De nombreuses passions peuvent faire l’affaire, mais celle qui logiquement fait le plus recette parmi les personnes en vue et adorées de tous... est le culte démonstratif de leur personnalité.

Le faire trop ouvertement serait mal perçu, vu comme prétentieux et contraire à l’idéal d’égalité entre tous (tous ceux qui comptent, pas les familiers... et en excluant les anciens, qui ont mérité leur place). Alors ils organisent de grandes fêtes pour tout et n’importe quoi... mais où ils ont l’opportunité d’être sous les projecteurs en tant qu’organisateurs.

Il est courant qu’une personne dépense son temps de familier entièrement à les faire danser sur de la musique endiablée, célébrer ceci ou cela et improviser leurs propres rituels (ce pour quoi ils ont un certain talent). En cas de succès, leurs amis du jour prendront bien soin d’eux... et pour les moins habiles ou chanceux, ce sera une longue journée sans service (difficile quand on ne sait même pas se faire cuire des nouilles soi-même !), mais comme le temps ne s’accumule pas, ni en positif ni en négatif, ils n’auront aucune dette le lendemain. Le prix en prestige et en réseaux de la honte, cependant, peut être bien plus rude.

Quant aux familiers : ils connaissent et vénèrent leurs créateurs, ont souvent vécu des expériences de transcendance artificielle auprès d’un ancien, dansent et chantent régulièrement de façon rituelle, ont une finalité imposée d’en haut dans la vie. Bref, on pourrait dire d’eux qu’ils ont la foi... si dans leur cas ce n’était pas plutôt un savoir objectif, leurs “dieux” se montrant chaque jour à eux sans ambigüité.

Dans de telles conditions, il n’est pas surprenant qu’ils aient une pensée magique et émerveillée plus que froide et rationnelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1410
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Sam 9 Déc 2017 - 22:24

Premier paragraphe sur les familiers intéressants (j'aurai bien vu des déviances d'ordre sexuelles ou violentes avec les familiers).
Je lirai les autres plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mardikhouran
Admin
avatar

Messages : 3281
Date d'inscription : 26/02/2013
Localisation : Elsàss

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Sam 9 Déc 2017 - 22:42

Le concept de base est intéressant, mais c'est la façon dont tu l'expliques et décris ce qui en découle qui me le "vend". Déjà une de mes anticipations préférées sur ce forum Very Happy j'attends la suite avec impatience.

Les familiers sont-ils plutôt tirés des primates ? Des carnivores ? Seulement des mammifères ?

_________________
Huollis ma ičłin miłu kǫtallas
“À la lumière de la lune, le shaman mange une soupe de champignon”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://vilikemorgenthal.tumblr.com/
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Sam 9 Déc 2017 - 23:48

Velonzio Noeudeféé:

Merci pour ton commentaire !

Comme tu dis, on peut s’attendre à ce genre de déviances au moins marginalement, si l’on distribue en masse les pouvoirs que je décris sur mes familiers.

Je l’évoquerais probablement, mais je n’ai pas encore décidé à quel point je plongerais dans les aspects les plus noirs de mon monde : la plus insidieuse violence sociale du quotidien peut être plus intéressante que les cas les plus caricaturaux. Bien que, avec le bon dosage et la bonne approche, les deux ne s’excluent pas forcément !


Mardikhouan:

Merci à toi, c’est très encourageant !

Pour les espèces de familiers, elles sont diverses. Les anciens ont dans un premier temps mis à profit l’existant plutôt que de réinventer l’eau chaude : les animaux de ferme longtemps sélectionnés par les éleveurs représentaient une manne de créatures déjà adaptées à la production en masse et à la proximité avec les humains.

Donc, les chevaux évoqués plus haut sont courants, de même que les chèvres, moutons et porcs, très polyvalents (mais dont l’odeur incommode beaucoup de gens). Pour le travail en contact plus direct avec les usagers, ce sont les animaux de compagnie qui ont été favorisés : nombreuses races de chiens et de chats, lapins...

Ces grands classiques représentent, en gros, les trois quarts de la population. Mais la diversité génétique est une ressource précieuse que les anciens veulent préserver, et ils servent autant la recherche de nouveaux “modèles” que la demande de familiers particuliers. Ceux-là sont bien plus variés, avec néanmoins une grosse proportion de mammifères (par exemple, un de mes personnages est une femme flic assistée par une paire de hyènes).

C’est chez les anciens qu’on voit les familiers les plus exotiques : non seulement ils désirent se démarquer par des serviteurs exceptionnels, mais c’est aussi une vitrine de leur savoir-faire. Ils possèdent des créatures très modifiées, stylisées et améliorées, souvent spectaculaires. Ils aiment les reptiles, les oiseaux, et même des chimères inventées pour leur seul usage ; ce qui a donné lieu à des courses effrénées, au début, pour être le premier à créer tel ou tel animal féérique célèbre : faire naitre la première licorne était très prestigieux... faire naitre la seconde, c’était n’être qu’un “suiveur minable sans imagination”.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur
avatar

Messages : 7285
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 13:51

J'aime regarder les directions que prennent les autres pour leur diégèse étant donné que la mienne n'en est qu'à l'état de brainstorming. Cela me permet d'éviter les plagiats et de trouver des pistes non explorées.

Malgré tout, il restera comme c'est le cas ici des points en commun, sur lesquels je devrais travailler pour les étoffer un peu et éviter d'être trop proche. Quoi qu'il en soit, belle ébauche de réflexion et de travail en ce qui te concerne. J'ai hâte de découvrir la suite.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 16:59

Je ne me ferais pas trop de soucis sur le plagiat accidentel : par définition, ce n’est pas quelque chose qui arrive par accident... et partager des thèmes avec d’autres est tout à fait différent. Si l’on regarde les choses de façon assez schématique et générale, il n’y a pratiquement pas une seule idée neuve, mais ta manière de les détailler et de les combiner donne la personnalité unique des tiennes.

Quels thèmes communs partageons-nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1410
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 17:59

Je viens de finir c'est très intéressant.
(J'ai pensé à l'Empire des milles planètes de Valerian et Laureline, le premier que j'ai lu_Dommage que ma femme n'ait pas été d'accord, mais j'aurais bien appelé mes enfants ainsi_).

Ca m'a aussi fait penser aux elfes de JK Rowling dans la série Harry Potter:
- pourquoi n'y aurait-il aucun mouvement en faveur des familiers, pour les reconnaitre et mieux les reconnaitre
--- au sein des humains
--- entre eux, en tant que révolte...si c'est eux qui font toutes les tâches, ils peuvent tout maitriser et tout diriger
(une forme de communisme des familiers, d'où l'importance du langage)

L'humain, animal social désoeuvré...à part se vautrer dans la luxure, les loisirs, la course sociale, ils pourraient aussi faire la guerre, ce d'autant plus si la vie est longue et les soins faciles.

Encore, pourquoi n'y aurait-il pas des mouvements extrémistes anti-familiers qui leur piquent sinon leur travail tout moyen social d'être utile et donc reconnu.

Je reviens toujours vers les pulsions mais que dirait la loi pour viols ou crime à l'encontre de familiers commis par des humains, commis par des familiers entre eux.

Ces questions sont là pour mieux comprendre et ne sont pas des critiques.

PS: je viens d'y penser, ne serait ce pas un pokemon intelligent et adulte ton univers ?
Là encore, je m'interresse plus à connaitre tes sources d'inspirations qu'à émettre une critique quelconque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 19:30

Je n’y vois aucune critique négative, Velonzio, au contraire c’est un plaisir de discuter des détails ! *relève ses manches*

Citation :
J’ai pensé à l’Empire des milles planètes de Valerian et Laureline
Le côté “nombreuses créatures d’espèces variées”, peut-être ? Je suis assez sensible au genre space opera pour cet aspect, qui me plait beaucoup. Donc, ça peut coller dans une certaine mesure !

Citation :
- pourquoi n'y aurait-il aucun mouvement en faveur des familiers, pour les reconnaitre et mieux les reconnaitre
--- au sein des humains
--- entre eux, en tant que révolte...

Au sein des humains, il y en aura certainement... mais très minoritaires, et considérés par le plus grand nombre comme de gentils illuminés. Une partie, d’ailleurs, sera peu sincère et plus intéressée par se donner une bonne image que par la cause qu’ils prétendent défendre (dans l’idée “oh, moi je suis gentil avec mes esclaves”, mais bon, on ne va pas les laisser “livré à eux-mêmes sans personne pour les guider, quand même !”).

Pour te faire une idée de la situation, considère seulement notre traitement des animaux dans notre monde (en particulier les formes les plus brutales et inhumaines d’élevage industriel)... et imagine si l’intérêt tiré par les humains à leur exploitation était multiplié par mille.

Mais, même si minoritaires, des personnes révoltées existent, et seront des personnages potentiellement intéressants !

Au sein des familiers, en revanche, c’est plus simple : on les a privés de la capacité au non-consentement. Il s’agit d’un contrôle structurel, physique, “codé” en dur dans l'anatomie de leurs cerveaux.

Le familier ne se révolte donc pas. Même pas de façon douce, en cherchant des voies indirectes, il ne peut pas essayer. Plus précisément, il ne peut pas prendre la décision d’essayer.

Par contre, le contrôle mental exercé sur eux s’arrête là (rien de plus n’est nécessaire) : certains sont conscients et mécontents de ce qu'on leur fait... mais comme ils ne peuvent pas faire grand-chose de cette frustration, et que le sens de leur vie est le service (ce n’est pas rien d’abandonner un sens de la vie), les plus révoltés sont un peu dans la situation d’une personne piégée dans une relation abusive qui faute de parvenir à s’en dépêtrer trouve des excuses à son oppresseur, tente de faire avec et s'approprie la faute.

Citation :
L’humain, animal social désœuvré...à part se vautrer dans la luxure, les loisirs, la course sociale, ils pourraient aussi faire la guerre, ce d’autant plus si la vie est longue et les soins faciles.
Une guerre mondiale particulièrement traumatisante est encore fraiche... et le pouvoir a été reconcentré dans un petit nombre de mains, qui complotent allègrement les unes contre les autres, mais n’ont aucun intérêt à casser leur jouet : ils veulent le prestige, ils l’ont ; le pouvoir, aussi ; être admirés et glorifiés, gagné aussi ; la tête des autres anciens plantée sur une pique... bien plus difficile dans l’équilibre actuel, et l’approche subtile a de meilleures chances de succès.

Après, il n’y a pas que les anciens qui puissent être des teigneux. Pour le péquin moyen, cependant, il vaut mieux exprimer sa violence de façon psychologique (et les occasions ne manquent pas).

Citation :
Encore, pourquoi n’y aurait-il pas des mouvements extrémistes anti-familiers qui leur piquent sinon leur travail tout moyen social d’être utile et donc reconnu.
Le travail n’est pas du tout un vecteur de reconnaissance sociale dans mon monde, il est au contraire perçu comme une activité bestiale.

Les gens se donnent de la valeur par leurs réseaux sociaux (le côté mondain), par leur savoir et leur capacité logistique (ils se rendent utiles en dirigeant les familiers : si tu préfères, 100 % de la population est constituée de cadres, 0 % a le moindre désir de gouter aux joies plus âpres du prolétariat), par leurs activités de loisir (sport, production artistique).

Les seuls éventuels antifamiliers potentiels sont à trouver les quelques religieux qui résistent encore, mais ils n’ont que peu d’influence.

Citation :
Je reviens toujours vers les pulsions mais que dirait la loi pour viols ou crime à l’encontre de familiers commis par des humains, commis par des familiers entre eux.
D’un humain vers un familier, il y aurait deux réponses :
– une réponse légale assez molle, grossièrement “destruction de bien publics” donc amande (en temps de familiers) ;
– une réponse sociale, en revanche, nettement plus forte ; la violence gratuite sur des animaux sans défense, c’est un peu comme de frapper les bébés... ça fait mauvais genre et n’est pas le meilleur moyen de se faire des amis. Or les réseaux d’amis ont un poids réel sur la vie quotidienne de chacun. De plus, c’est risquer de faire un ennemi de son fermier banal, et même si ce dernier n’a pas officiellement de pouvoir punitif sa capacité de nuisance est en pratique élevée.

En cas de récidive insistante... le fermier banal va sans aucun doute en référer à son ancien. Les anciens détestent qu’on vienne leur faire perdre leur temps avec de la logistique et qu’on sabote leur création. Les anciens ont certains pouvoirs et ne sont pas des enfants de chœur. En bref : le contrevenant risque d’être vite retrouvé dans plusieurs poubelles différentes aux quatre coins de la ville.

Deux exceptions : les possesseurs de familiers particuliers ont, s’ils sont un peu malins, potentiellement moyens de les maltraiter sans se faire prendre ; quant aux anciens, c’est open-bar !

Citation :
PS: je viens d’y penser, ne serait ce pas un pokemon intelligent et adulte ton univers ?
Les pokémons ne sont pas une de mes sources d’inspiration. Mais je n’ai pas d’apriori particulier contre, c’est surtout que c’est un univers que je connais mal.

De ce que je crois savoir, leur monde tourne grâce à leurs créatures, utilisées pour tout, et ils sont tout à fait à l’aise avec la capture et l’exploitation d’animaux intelligents considérés comme des “amis” malgré qu’on les enferme dans des boules sauf pour les faire se battre... mmmmmh, oui, si on lit les pokémons de façon réaliste, je vois effectivement la proximité !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur
avatar

Messages : 7285
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 20:49

Lous a écrit:
Quels thèmes communs partageons-nous ?

Voilà quelques exemples :

Citation :
Il s’agit d’un monde de science-fiction, bien que sa saveur flirte avec la fantasy par certains aspects (je compte y jouer sur la manipulation des croyances, avec une sacralisation dogmatique et rituelle de la science). Il ressemble au nôtre, sa grande différence étant le niveau de maitrise du vivant par la technique... et ses conséquences sur l’organisation sociale.

Les chroniques du Losda ou plus largement les chroniques d'Aegis sont également de la SF avec une approche Fantastique.

Aegis est un multivers qui comprends 8 univers matériel et un univers spirituel. Chaque univers a ses propres lois physiques et le passage d'un univers à l'autre crée la magie.

Notre monde appartient à l'un de ces univers (l'univers de la terre) et le Losda appartient à l'univers du ciel. Mais dans les chroniques ces deux mondes sont souvent en relation.

Les chroniques expliquent l'envers du décor et expliquent de manière rationnelle et scientifiques tous les mystères que nous rencontrons sur terre. (crop circles, ovnis, triangle des Bermudes, cryptozoologie, fantômes, ...)

Tout cela se basant sur les mythes et les croyances parfois issues des religions.

Citation :
La première révolution est le prolongement de la vie. L’espérance moyenne est d’environs 120 ans, en bonne santé qui plus est, pour la plupart des gens ; mais quelques personnes exceptionnelles -- les détenteurs des secrets permettant ce miracle -- peuvent viser au-delà de 250.

Certaines espèces, notamment les dieux maîtrisent la biologie et la bioscience et peuvent allonger l'espérance de vie, mais ne sont pas immortels. Le "nectar" est une sorte de boisson qui contient des nanobots qui réparent le corps, guérissent les blessures et les maladies, renouvelle les cellules. Dans de bonnes conditions, les personnes peuvent vivre indéfiniment même si cela est très rare car un seul accident suffit pour les faire mourir.

Citation :
Que les “anciens”, qui tirent au maximum sur les limites, aient tendance à terminer leur vie affligés de difformités monstrueuses et de folie aide à faire avaler la pilule. Ainsi que leur succès à réécrire l’histoire pour en effacer certains arrangements (comme le fait que les années “modernes” se comptent en paires de saisons, une année chaude alternant avec une année froide, là où les anciennes en avaient quatre... une réévaluation à la baisse de leur durée qui fausse un peu la générosité du contrat accepté par tous).

Il y a aussi des anciens, mais il s'agit d'une espèce autre que les dieux et les hommes.

Citation :
L’argent est aussi une chose du passé, la nouvelle monnaie étant le temps. Toute personne possède un droit inconditionnel à un certain temps de travail de familier journalier, librement employé selon ses désirs. Ce principe englobe la gestion des biens matériels et non juste les services : si vous voulez des pierres pour construire votre maison, vous les “paierez” la durée de leur extraction de leur carrière. Seules certaines ressources rares ou dangereuses sont en plus rationnées.

Dans le monde du Losda, il n'y a pas d'argent non plus, mais uniquement chez les dieux, puisque la notion de possession n'existe pas.

Citation :
La Religion, c’est Dépassé... ou pas

La Science triomphante a fait mieux que les dieux pour vaincre la mort, la faim, les catastrophes et les maladies. Il est vu comme “débile et arriéré” de s’abandonner à toute “superstition”, seule la rationalité étant digne de l’Homme Moderne... enfin, en surface.

Il n'y a ni religion ni croyance car ils connaissent la vérité, la véritable identité de la source, c'est d'ailleurs l'un des fils conducteurs des chroniques où l'on fini par découvrir qui est Aegis ce que nous nous appelons "Dieu".

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Anoev
Modérateur
avatar

Messages : 20361
Date d'inscription : 16/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 21:04

Citation :
L’argent est aussi une chose du passé, la nouvelle monnaie étant le temps...
Et commer le temps, c'est d'l'argent, ça revient plus ou moins au même.

Cette inter à été postée à 21 heures et quatre centimes. Razz

Autre phrase : attends dix centimes : j'ai pas la monnaie.

_________________
Tev o ĕrekes ù spraċ, la stĕ nep kànertas quas o dœm, do ep kóm o adráṅtes.
Quand tu inventes une langue, on ne sait pas forcément ce que tu penses, mais on sait comment tu raisonnes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1410
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 21:42

Lous a écrit:
Je n’y vois aucune critique négative, Velonzio, au contraire c’est un plaisir de discuter des détails ! *relève ses manches*

Citation :
J’ai pensé à l’Empire des milles planètes de Valerian et Laureline
Le côté “nombreuses créatures d’espèces variées”, peut-être ? Je suis assez sensible au genre space opera pour cet aspect, qui me plait beaucoup. Donc, ça peut coller dans une certaine mesure !

Non dans cet album, une caste de mages (humains, enfin ce qu'il en reste) dirige la société sur un monde d'extra-terrestres difformes (qui ont une connaissance intérieure et biologique du temps).
Tu vois, les liens sont plus nombreux quand même.
D'ailleurs Valerien et Laureline aident un marchand E.T. Ymir à lutter contre la domination de cette caste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 23:04

Anoev:

Hihi, joli !

On imagine les échanges, si c’était chez nous :
-- Bonjour, monsieur, avez-vous une minute pour répondre à un sondage ?
-- Ah... je... désolé, je n’ai rien sur moi, là.
-- Mais vous alliez à la boulangerie, non ?
-- Je... Euh... Oh ! Derrière vous ! Une diversion ! *fuite éperdue*
-- Au voleur ! Au voleur ! On m’a fait perdre mon temps !


Velonzio Noeudefée:

Aaaah, il faudrait que je revoie mes classiques !

Effectivement, il y a des liens : ces humains, vraiment, on ne peut pas les laisser cinq minutes dans un monde imaginaire ! Tu leur ouvres la porte, et paf ! Dystopie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Lun 11 Déc 2017 - 23:50

[Ooops, j’ai sauté un message sans m’en rendre compte. Voici qui est fort grossier, corrigeons ça ! Toutes mes excuses !]

Ziecken:

Ah, nous avons des intérêts communs on dirait ! C’est amusant de voir ce qu’on retrouve dans nos approches, et ce qui y est opposé :
– nous partageons le mélange des saveurs science-fiction/fantaisie ;
– tu te bases sur les mythes, légendes, et le paranormal, et inclue notre monde, moi pas ;
– chez toi, le paranormal apparent est la conséquence d’une science cachée, chez moi il n’y a rien de caché, mais c’est la lecture de la science, spectaculaire, qui est poussée vers une interprétation superstitieuse ;
– tes dieux ont une maitrise “propre”, efficace, de la longévité, mes anciens (qui apparemment ne partagent avec les tiens que leur nom) luttent salement et péniblement contre la mort qui finit par les grignoter envers et contre tout ;
– tes personnages n’ont pas de religion, car ils connaissent la vérité, les miens en ont une, mensongère, qui prétend ne pas en être.

Ta relecture de tous les mystères est une excellente idée !

Concernant la vie limitée uniquement par un éventuel accident, comment les élus le ressentent-ils ? Sont ils d’autant plus attachés à leur sécurité ? Au contraire sereins, voire se laissant partir, heureux et accomplis, lorsqu’ils ont vécu “tout ce qu’ils avaient à vivre” ?

Et pour ton absence d’argent, est-il remplacé par autre chose, ou ta société est-elle au-dessus de telles contingences ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pomme de Terre

avatar

Messages : 1205
Date d'inscription : 25/06/2013
Localisation : Franche-Comté, France

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mar 12 Déc 2017 - 0:13

Je trouve ton monde fascinant, bravo ! J'ai hâte d'en savoir plus, surtout concrètement comment ça peut se passer une journée de relations humains-familiers typique.

Il y a seulement un détail que je ne comprends pas : quand tu dis que les années ne comptent que deux saisons, ça veut dire qu'on a réduit les années à 6 mois ? Du coup être vivant à 120 ans n'a rien d'une longévité exceptionnelle (60 ans), si ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mar 12 Déc 2017 - 0:37

Salut, Pomme de terre, et merci pour ton commentaire encourageant !

Tu as tout à fait raison : mes anciens (pas tout seuls, mais les gouvernants qui les ont aidés sont tous morts depuis, naturellement ou pas) ont dû faire face rapidement et durablement à un problème de surpopulation.

Pour le “rapidement”, avec leur maitrise du vivant, ils avaient toutes sortes d’outils pour mener une guerre totale particulièrement monstrueuse.

Pour le “durablement”, il a fallu ruser, effacer le passé en profitant du chaos et des morts, donner un gage en retours (les familiers)... mais ils ont réussi à changer la définition d’une année pour “vendre” la perte de 20 ans d’espérance de vie comme le gain de 40.

Ce qui simplifie grandement la prétendue longévité en bonne santé (mais, soyons honnêtes, diminuer précisément la durée de vie de tous reste impressionnant !).

Eux-mêmes du haut de leurs 125 ans de longévité moyenne et finissant en très mauvais état, montrent les limites de leur victoire sur la mort. Bon, après, ils sont la première fournée d’anciens et leur dégradation vient en grande partie de s’être trop modifiés, trop tôt par rapport à leur science. C’est donc avec une légère pointe d’amertume (ceci est un euphémisme) qu’ils voient venir une future nouvelle génération, qui atteindra le pouvoir sans avoir payé le même prix et devrait vivre bien mieux et bien plus longtemps : lorsqu’un d’entre eux meurt, la succession reste... compliquée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur
avatar

Messages : 7285
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mar 12 Déc 2017 - 9:23

Lous a écrit:
Ta relecture de tous les mystères est une excellente idée !

Merci !

L'écriture des chroniques est construite comme une série où chaque épisode est centré sur un mystère en particulier.

Lous a écrit:
Concernant la vie limitée uniquement par un éventuel accident, comment les élus le ressentent-ils ? Sont ils d’autant plus attachés à leur sécurité ? Au contraire sereins, voire se laissant partir, heureux et accomplis, lorsqu’ils ont vécu “tout ce qu’ils avaient à vivre” ?

Dans le Losda, personne n'a peur de la mort puisqu'ils savent ce qu'il y a après. Ce qu'ils redoutent c'est la souffrance ou la manière de mourir. Ils croient en une sorte de destin et quand leur heure est venue, leur heure est venue donc, ils ne la craignent pas.

Mais ils ont des rituels prémortem nécessaires, sans quoi leur voyage sera plus pénible.

Je lis beaucoup sur la question de l'au-delà, je pratique la médiumnité depuis deux ans mais paradoxalement je suis partisan de la zététique. Dès lors, je suis très critique sur les expériences que je mène, et mes conclusions sont à la base d'une théorie qui est la trame des chroniques.

Lous a écrit:
Et pour ton absence d’argent, est-il remplacé par autre chose, ou ta société est-elle au-dessus de telles contingences ?

Il existe un système monétaire : le merrem. Mais celui-ci n'est utilisé que pour les échanges extérieurs. En Interne, les espèces les plus évoluées n'y ont pas recours car elles ne possèdent rien.

Les villes sont des structures alvéolées où chacun dort où il veut avec qui il veut. Il utilise ce qu'il veut quand ils veux et a un profond respect pour ce qu'il utilise et le rend dans l'état qu'il l'a trouvé.

Ils utilisent une biotechnologie qui donne l'impression qu'ils sont simples et peu développés mais en fait, leur technologie est éthique et biodégradable. Même si cela n'a pas été le cas.

Parmi les éléments les plus remarquables de leur technologie ils ont des "tables d'émeraudes" (inspirées de la tradition alchimiste). Elles se présente comme des tablettes dans lesquelles sont stockés des constructions, des aliments, des véhicules, des gens, ... Ils les prennent en "photo" puis, ils peuvent les dupliquer à l'infini ou même les supprimer pour les stocker à l'infini aussi. Dès lors, ils n'ont plus besoin de travailler et ne produisent que ce dont ils ont besoin.

Les animaux ne sont plus tués ni pour le plaisir de la chasse, de la pêche, ni pour la consommation.

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mar 12 Déc 2017 - 11:46

Merci pour tous ces détails, j’ai beaucoup de plaisir à découvrir un peu ton univers.

Je note qu’il m'a l'air d'être nettement plus optimiste que le mien. :)

À part ça, je me suis baladé (encore superficiellement, faute de temps) sur ton Elkodico et je salue ton approche propédeutique, terme que j’ai d’ailleurs appris là bas et qui me semble une idée tout à fait fascinante !

Citation :
je pratique la médiumnité depuis deux ans, mais paradoxalement je suis partisan de la zététique
Personnellement, je ne vois là aucun paradoxe : on peut croire que la science moderne ne possède pas toutes les réponses sans pour autant lâcher son rasoir d’Ockham ; croire aux médiums, mais aussi aux escrocs et à l’erreur d’interprétation, etc.

Ça me semble même, au contraire, être une hygiène de pensée recommandable.

Citation :
Il existe un système monétaire : le merrem. Mais celui-ci n’est utilisé que pour les échanges extérieurs.
Je me demande, du coup : s’ils vivent dans une société d’abondance et ne ressentent pas de besoin de possession, quelle fonction sert un système monétaire ?

Même employé pour échanger avec d’autres civilisations plus matérialistes, leur probable manque de considération pour le retour équitable lorsqu’ils font un don et leur capacité générale, de par leur puissance de production et ouverture au don, à atomiser tout système de monnaie fiduciaire qu’ils côtoient de trop près n’est-il pas un handicap ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur
avatar

Messages : 7285
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mar 12 Déc 2017 - 16:48

Lous a écrit:
Merci pour tous ces détails, j’ai beaucoup de plaisir à découvrir un peu ton univers.

Ce plaisir est partagé. Je découvre le tien avec le même plaisir.

Lous a écrit:
Je note qu’il m'a l'air d'être nettement plus optimiste que le mien. Smile

Oui, c'est l'une des caractéristique de ce projet diégétique. Il est très optimiste même si quelques noirceurs et conflits émaillent parfois ce tableau idyllique. Je voulais surtout me démarquer de ce qui se fait souvent : Seigneur des anneaux, Harry Potter, ... œuvres que j'apprécie beaucoup mais qui ont une part bien trop sombre.

Lous a écrit:
À part ça, je me suis baladé (encore superficiellement, faute de temps) sur ton Elkodico et je salue ton approche propédeutique, terme que j’ai d’ailleurs appris là bas et qui me semble une idée tout à fait fascinante !

Merci. N'hésites pas à jeter un œil sur Wikiaegis, qui décrit le multivers d'Aegis auquel le monde du Losda appartient. D'ailleurs si tu cherches un endroit pour héberger ta diégèse Wikiaegis est une possibilité qui offre en plus de la gratuité d'hébergement une possibilité de crossover.

Depuis que j'ai découvers le terme de propédeutique lors de mes cours de Sciences du Langage à la fac, je n'ai eu de cesse de l'appliquer à mes création idéolinguistiques. Je voulais qu'apprendre une de mes idéolangues comme l'elko par exemple ne se limite pas à l'apprentissage de mots et de règles de grammaire, mais permette d'autres objectifs indirects que je liste sur cette page.

Lous a écrit:
Personnellement, je ne vois là aucun paradoxe : on peut croire que la science moderne ne possède pas toutes les réponses sans pour autant lâcher son rasoir d’Ockham ; croire aux médiums, mais aussi aux escrocs et à l’erreur d’interprétation, etc.

Je suis très méfiants sur ceux qui s'autoproclament médiums ou voyants. Mais je ne nie pas leur existence. Je préfère dire que je pratique la médiumnité et la voyance (surtout la voyance) mais ceci est à la base non intentionnel. Ce qui est intentionnel en revanche c'est ce que j'en fait. Je fait des statistiques, des consultations gratuites sur internet et des bilans des résultats, notamment sur mon groupe Facebook. Il est important d'avoir du recul sur cela et d'être factuel.

Ceci est un grand débat et je n’ennuierai pas ici ceux qui lisent ce post avec cela. Mais n'hésitez pas à me demander des précisions en MP si certains si intéressent, car j'ai aussi besoin des expériences paranormales des autres pour étoffer ma théorie.

Lous a écrit:
Ça me semble même, au contraire, être une hygiène de pensée recommandable.

Je pense aussi. C'est pourquoi je suis partisan de la zététique. J'analyse toutes les possibilités à part égale : scientifique ou non. Et j'expérimente avant de tirer mes conclusions, sans cela ce ne sont, pour moi, que des hypothèses.

Je n'apprécie pas les voyants, les médiums et même les croyants qui m'imposent leur vision des choses en me forçant à adhérer à leur doctrine. En revanche j'écoute et respecte leur convictions tant que nous ne nous les imposons pas et discutons de manière ouverte et intelligente.

Lous a écrit:
Je me demande, du coup : s’ils vivent dans une société d’abondance et ne ressentent pas de besoin de possession, quelle fonction sert un système monétaire ?

Le système monétaire est avant tout utilisé pour le site Wikiaegis. En fait, il s'agit d'un site collaboratif où chaque inscrit peut créer son monde, sa civilisation. Chacun, en fonction de ses compétences peut créer des personnages, des lieux, des armes ou faire des dessins, des illustrations, des musiques ou pleins d'autres choses qui sont (seront) présentés dans les boutiques dont chaque utilisateur de Wikiaegis dispose. Ainsi grâce à cette monnaie fictive tu peux acquérir des créations d'autres contributeurs.

Lous a écrit:
Même employé pour échanger avec d’autres civilisations plus matérialistes, leur probable manque de considération pour le retour équitable lorsqu’ils font un don et leur capacité générale, de par leur puissance de production et ouverture au don, à atomiser tout système de monnaie fiduciaire qu’ils côtoient de trop près n’est-il pas un handicap ?

En fait les dieux ont la possibilité de ses déplacer de planètes en planètes, et même à travers les mondes et les univers et cela n'est pas le cas des espèces qui leur sont technologiquement inférieures comme les hommes par exemples.

Les dieux font souvent don gratuitement de leur technologie et de leur connaissance. Leur objectif est de faire évoluer les espèces et les faire gagner en sagesse. Les dieux ne sont pas imbus de leur personnes (à quelques exceptions près) et aident l'humanité inconditionnellement et sans arrogance ni présomption. A la manière de Jésus et Bouddha qui en sont des représentants parmi des milliers d'autres.

Les dieux n'interviennent pas dans les échanges des hommes, leur ambition est plus spirituelle et sage. Ils savent que l'expérience est nécessaire aux hommes pour grandir c'est pour cela qu'ils n'interviennent que ponctuellement.

Les échanges commerciaux se font rarement avec les hommes de la Terre, mais sont plus fréquents avec les humanités présentes dans les autres monde du multivers d'Aegis.




_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mar 12 Déc 2017 - 20:10

Citation :
Oui, c’est l’une des caractéristique de ce projet diégétique. Il est très optimiste même si quelques noirceurs et conflits émaillent parfois ce tableau idyllique.
Un peu d’optimisme apporte un vent de fraicheur bienvenu.

Moi... j’ai bien peur d’être un affreux pessimiste : il m’est très difficile de ne pas partir naturellement vers la dystopie (et les conspirations dans des conspirations) !

Citation :
Je voulais qu’apprendre une de mes idéolangues comme l’elko par exemple ne se limite pas à l’apprentissage de mots et de règles de grammaire, mais permette d’autres objectifs indirects que je liste sur cette page.
Je te rejoins là-dessus !

Si l’école m’a longtemps dégouté des langues, c’est que je ne m’intéresse pas le moins du monde à l'apprentissage par cœur des platées de mots et de règles grammaticales dans le vide.

Si j’y reviens aujourd’hui, c’est qu’éplucher la part de l’humain dans la langue et comment elle s’y reflète, ou pour les langues construites les idées qu’elles servent, me passionne.

Citation :
J’analyse toutes les possibilités à part égale : scientifique ou non. Et j’expérimente avant de tirer mes conclusions, sans cela ce ne sont, pour moi, que des hypothèses.
Et bien, ça ressemble beaucoup à la méthode scientifique ! On a, à tort, l’idée que la science est une question de sujets, avec les sérieux et les pas sérieux, alors qu’en réalité elle est définie par sa façon de les aborder.

La science, c’est l’art de douter de tout (douter du “oui”, mais aussi du “non”), et donc de vérifier.

Citation :
Le système monétaire est avant tout utilisé pour le site Wikiaegis. [...]
Malin et ludique pour stimuler la coopération.

Citation :
Les dieux n’interviennent pas dans les échanges des hommes, leur ambition est plus spirituelle et sage.
Je vois, dans une politique de préservation respectueuse de l’autre culture, tout cela colle mieux en effet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Velonzio Noeudefée

avatar

Messages : 1410
Date d'inscription : 14/02/2015
Localisation : Rhône-Alpes

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mar 12 Déc 2017 - 21:38

---- digression ----

Vos échanges sont très intéressants et courtois. Mais d'un point de vue de modération, je ne sais pas s'ils sont sur le bon fil. Je m'excuse par avance si j'outrepasse ma fonction ou vous froisse.

---- fin de la digression ----

Quant aux familiers banaux,

@Lous, je me suis posé la question aujourd'hui :
- s'il serait possible qu'un humain ou une humaine aiment un familier ?
- qu'elle serait alors le statut d'une telle relation ?

- et, du coup, s'ils leur seraient possible de se reproduire ?
- quel serait le statut de ces mi humain mi familier ?
- est-ce que ça n'a pas pu être le procédé de certains anciens ?

- quel est le rapport des déficients mentaux qui parfois ne doivent pas être très loin des familiers ?
(En fait ton concept me rappelle le mien de Droll, inspiré du mythe du bon sauvage)

- Pourquoi selon les zones géographiques il n'y aurait pas des usages différents : gladiateurs, jeux de stratégie en réel, pays éclairés, avancés, illuminés où les familiers sont mieux considérés ont plus de droit, pays rétrograde où ils sont traités comme des bêtes ou des esclaves, zone en marge où des trucs louches et pas clairs ont lieu ?

- Est ce que pour un familier tenter de parler le langage humain (ce qui est un dangereux interdit) ne peut-il être:
--- soit une manière de gérer la frustration que leur condition peut générer
--- soit un début de révolte, un peu type novlangue ou anti-novlangue, découvrant le langage des humais, ils accèdent à de nouveaux concepts
?

(C'est clair que ton idée est intéressante Wink  )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mer 13 Déc 2017 - 0:02

Citation :
*---- digression ----
[...]
Tu n’outrepasses pas du tout ta fonction ni ne me froisses... en effet, tu as raison, c’est plutôt nous qui digressons ici.

Si tu souhaites déplacer certains de mes messages vers un fil plus approprié, je n’y vois aucune opposition !

Citation :
– s’il serait possible qu’un humain ou une humaine aiment un familier ?
– qu’elle serait alors le statut d’une telle relation ?
En amour, tout est possible ! Mais la société est assez ambivalente sur le sujet.

L’appréciation artistique de la beauté des corps, des danses, et une certaine tolérance pour le désir comme une pulsion “normale et signe de vitalité et de santé” font que certaines formes d’érotisation des familiers sont bien acceptées. Des cabarets un peu coquins, mais pas trop, par exemple.

La consommation de l’acte, en revanche, est taboue, perçue à peu près comme notre culture voit la zoophilie.

Un amour platonique, enfin, est généralement vu comme légèrement pathétique, comme réservé aux pauvres malheureux trop inadaptés pour se trouver un/une “véritable” partenaire et désespérément seuls. Mais si ce n’est pas très glorieux, cela demeure acceptable et c’est même un service couramment organisé.

Ceci laisse des occasions de séduction, et puis un usager va être au contact de certains familiers assez régulièrement dans sa vie de tous les jours pour que le coup de foudre puisse se produire hors de tels cadres.

Le problème, pour l’amoureux d’un familier banal, est qu’il sera limité par les règles (il ne peut se rebeller contre son berger, quels que soient ses désirs), sera partagé avec d’autres et peut même être réassigné loin selon les besoins (ce risque varie avec les compétences du sujet).

Deux solutions sont alors possibles :
– un amour platonique, mais potentiellement ouvert, avec un familier banal malgré les inconvénients ;
– un amour secret, mais sans autre restriction, avec son familier particulier en prenant un loisir de prestige.

Dans le second cas, les attributions selon l’affinité étant normales il sera généralement facile d’obtenir l’élu de son cœur... mais comme le familier passe alors sous le contrôle de son nouveau maitre avec les levées d’inhibition associées, la suspicion d’amour charnel sera lourde si l’amour tout court est connu : moins de chances d’être autorisé à en avoir un alors, et gros risques pour le statut social.

Citation :
– et, du coup, s’ils leur seraient possible de se reproduire ?
– quel serait le statut de ces mi humain mi familier ?
– est-ce que ça n’a pas pu être le procédé de certains anciens ?
Les familiers sont stériles, ils naissent tous de matrices artificielles, ce qui maintient le monopole des anciens (un peu comme les vendeurs de semences OGM les créent stériles).

L’hybridation homme-familier serait un cataclysme pour l’organisation de ma société : ça remettrait gravement en cause la distance entre les deux espèces et risquerait de faire trop réfléchir à l’idée qu’ils puissent avoir des droits !

Une telle créature serait vue comme à abattre et faire disparaitre dans les plus brefs délais par beaucoup de monde.

Quant à la part littéralement humaine qu’auraient secrètement mise les anciens dans les familiers... disons simplement qu’au vu de leur maitrise du vivant, impressionnante, mais encore très imparfaite, qu’ils aient créé une intelligence égale à la nôtre aussi rapidement qu’ils l’ont fait pose de gros soupçons. :)

Citation :
– Pourquoi selon les zones géographiques il n’y aurait pas des usages différents : gladiateurs, jeux de stratégie en réel, pays éclairés, avancés, illuminés où les familiers sont mieux considérés ont plus de droit, pays rétrograde où ils sont traités comme des bêtes ou des esclaves, zone en marge où des trucs louches et pas clairs ont lieu ?
Eh, voici un axe auquel je n’ai pas encore pensé. Je n’ai du coup pas encore grand-chose à te répondre ici, mais tu me soulèves un point intéressant.

En effet, la variété des situations dans le monde apporterait une grande richesse supplémentaire. Je vais creuser ça, merci !

Citation :
– quel est le rapport des déficients mentaux qui parfois ne doivent pas être très loin des familiers ?
Ma société glorifie l’intelligence (bien qu’elle ait tendance à surestimer la sienne) et à beaucoup de mal avec une apparence (voix, traits lourds associés à certaines maladies) qu’elle perçoit comme bestiale. Les déficients mentaux sont vivement stigmatisés, et engendrent un inconfort d’autant plus grand que ce rejet est honteux (bref : comme notre culture, mais encore pire).

Le bon côté des choses pour eux, en revanche, est qu’ils ont accès à une assistance attentive en permanence (ce qui n’est pas acquis à toutes les bourses chez nous), par des familiers qui les respectent sincèrement par défaut (ça reste un usager, et ils n’ont pas d’aprioris sur les “apparences bestiales”).

Le rapport entre les deux varie bien évidemment au cas par cas, on a une personnalité bien à soi même avec quelques points de QI sous la moyenne. Mais il peut être excellent et mutuellement enrichissant, puisque les familiers, convaincus d’être bêtes, ne les considèrent pas comme des légumes à la cervelle entièrement vide.

Citation :
- Est ce que pour un familier tenter de parler le langage humain (ce qui est un dangereux interdit) ne peut-il être:
--- soit une manière de gérer la frustration que leur condition peut générer
--- soit un début de révolte, un peu type novlangue ou anti-novlangue, découvrant le langage des humais, ils accèdent à de nouveaux concepts?
Pour bien t’expliquer ça, il me faut t’en dire un peu plus sur le “verrou mental” des familiers.

Techniquement, les anciens auraient pu implanter des règles dures, façon lois de la robotique à la Azimov, mais lors de leurs premiers tests ils se sont vite aperçus des limites du principe :
– un contrôle si grand allait avec un étouffement de la personnalité et de l’intelligence, diminuant grandement les familiers ;
– pire, il était cassable, surtout en cas de tentative délibérée par un humain rusé, du fait même qu’il interdisait au familier l’esprit critique ; du coup, il fallait soit lui implanter toutes les règles dans tous les cas, en prévoyant toutes les interprétations, sans oublier aucune possibilité, soit lui donner une “latitude de désobéissance raisonnable”.

C’est la seconde option qui a été conservée, permettant aux familiers d’appliquer leur intelligence à la situation et de servir activement, de leur mieux, leurs règles. Pour un résultat bien plus fiable avec moins d’effets secondaires.

Donc, pour être tout à fait précis, plutôt que de dire comme je l’ai fait pour simplifier qu’ils ne peuvent pas ne pas consentir, il est plus exact qu’ils ne peuvent pas dévier trop loin d’un consentement total.

Le cas d’un familier attaquant un humain (sauf sous l’ordre d’un maitre habilité) ou s’enfuyant pour vivre libre n’arrivera pas... mais, dévorés par la curiosité, marmonner en secret les mots interdits des humains est une révolte que quelques rares individus peuvent avoir.

Leurs motivations principales sont :
– la dignité, puisqu’on leur répète que le Verbe est ce qui distingue les bêtes inférieures des personnes à part entière ;
– l’espoir, hélas déçu, d’obtenir comme tu le dit une nouvelle perception (ça ne fonctionne pas puisqu’ils comprennent déjà la langue, en articuler les sons ne révolutionnera donc pas leurs pensées... mais ils y croient, y voyant un pouvoir magique) ;
– pouvoir, même s’ils ne sautent pas vraiment le pas, se faire entendre des usagers (pour un familier frustré, l’idée de dire “non” à celui qui l’oppresse et de voir sa surprise doit être douce comme le miel).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vilko
Modérateur
avatar

Messages : 2937
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mer 13 Déc 2017 - 10:47

Lous a écrit:
Moi... j’ai bien peur d’être un affreux pessimiste : il m’est très difficile de ne pas partir naturellement vers la dystopie (et les conspirations dans des conspirations) !

Bienvenue au club ! Wink

Dans les histoires que j'écris, je n'arrive même pas à créer des personnages entièrement sympathiques. Ils sont, au minimum, égoïstes et calculateurs. Au pire, ce sont des criminels. Il faut bien se défouler un peu...

Lous a écrit:
Entre eux, ils emploient un langage mêlant l’intonation et, surtout, le signe. De tout le corps : position de la tête, oreilles, queues...

Existe-t-il un langage des signes commun à toute la société ? Le "pidgin des oreilles de chevaux" peut-il être ce langage commun ?

Ziecken a écrit:
==Les dieux n’interviennent pas dans les échanges des hommes, leur ambition est plus spirituelle et sage.

Comme Épicure, 4 siècles avant JC... Mais de la part d'Épicure, il s'agissait plutôt d'une astuce pour écarter les dieux de sa philosophie, à une époque où proclamer son athéisme était dangereux.

Lous a écrit:
La consommation de l’acte, en revanche, est taboue, perçue à peu près comme notre culture voit la zoophilie.

Dans mon idéomonde, la robophilie n'est pas taboue, mais elle est payante. Et c'est parce qu'elle rapporte de l'argent à l'État qu'elle est légale, bien que très encadrée par la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Lous



Messages : 18
Date d'inscription : 09/12/2017
Localisation : Bretagne

MessageSujet: Re: Familiers Banaux   Mer 13 Déc 2017 - 13:29

Citation :
Dans les histoires que j’écris, je n’arrive même pas à créer des personnages entièrement sympathiques.
Au moins, tu t’évites les Marie-Sue et autres Gary-Stu !

Je suis un peu moins pessimiste au niveau des personnages, j’aime bien au contraire voir comment les pires d’entre eux ont une histoire et sont devenus monstrueux en partant d’une humanité “normale”, avec leurs facettes positives. Par contre, il semblerait que j’ai assez peu de foi en la capacité de l’évolution des sociétés à faire ressortir le meilleur de chacun !

Citation :
Existe-t-il un langage des signes commun à toute la société ? Le “pidgin des oreilles de chevaux” peut-il être ce langage commun ?
Il y a un grand brassage des populations, et l’organisation du travail crée des sociétés de fission fusion afin d’équilibrer la charge offre-demande et de propager activement les connaissances et savoir-faire utiles.

Ce brassage a existé dès le début de l’histoire des familiers, qui ont constitué leurs cultures dans un tel contexte, mais aussi au contact de la langue des humains, leurs langages possèdent donc déjà quelques racines communes comme une vision de temps cyclique (d’où les temps “proche, fixe et certain” contre “lointain, changeant et incertain” plutôt que passé, présent et futur), une forte expression de la hiérarchie (la fonction des mots est indiquée par des inflexions si nécessaire, mais l’ordre exprime d’abord l’importance, ensuite éventuellement l’ordre chronologique et enfin le groupement), et une certaine proportion de vocabulaire proche ou commun entre chaque paire de langages (mais pas les mêmes selon la paire).

Du coup, ils ne se comprennent pas toujours d’un groupe à un autre, mais l’apprentissage du langage du voisin est généralement assez facile, et un familier instruit qui en connait suffisamment peut arriver à un point où il les comprendra toutes (sauf quelques rares variantes particulièrement exotiques) assez bien même sans y avoir été exposé au préalable. Chaque troupeau possède donc souvent une poignée de traducteurs quasi universels parmi ses membres les plus âgés, malgré l’absence d’une langue universelle.

Si un langage commun complet n’existe pas, trois minilangages spécialisés sont très largement répandus :
– les codes de la communication non verbale humaine (expressions du visage, posture...) ;
– le pidgin des oreilles de chevaux, qui permet d’exprimer quelques idées simples, mais couramment utiles dans le travail en équipe (“bonjour”, “le suis le chef”/"j’accepte ta domination”, “toi tu viens avec moi, toi tu vas avec lui”, “attention !”, “notre usager est un con, marche sur des œufs”, “bouge-toi les fesses !”, “je suis épuisé, remplace-moi s’il te plait”), mais rien de plus élaboré ou sortant de ces thèmes (“il fait beau temps pour la saison, on va avoir des fruits tôt cette année”, “il est joli, ton foulard”, “ça fait longtemps que tu travailles ici ?”) ;
– les sifflements des bergers, standardisés par les humains (mais utilisés aussi par les familiers entre eux) qui dirigent essentiellement les mouvements de groupe, rendez-vous au rapport, et les urgences de sécurité.

Citation :
Dans mon idéomonde, la robophilie n’est pas taboue, mais elle est payante. Et c’est parce qu’elle rapporte de l’argent à l’État qu’elle est légale, bien que très encadrée par la loi.
Ta description me fait penser aux casinos : souvent vus comme immoraux, et vecteurs de criminalité... mais, dame ! que d’argent, que d’argent... “Dites, les gens : si on fait les gros yeux très très fort et qu’on dit du mal, ça passe qu’on laisse couler et qu’on prenne notre part ? On n’est pas complices, hein, promis c’est juste une façon de tenter de les décourager !” :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Familiers Banaux   

Revenir en haut Aller en bas
 
Familiers Banaux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les familiers
» Les familiers
» Création de familiers
» Entendre les esprits
» Mediter les idées divines qui nous entourent ,au quotidien de nos objets familiers.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Diégèses :: Anticipations et uchronies-
Sauter vers: