L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Primordial

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Primordial    Mar 13 Mai 2008 - 16:14

LE PRIMORDIAL EN UNE MINUTE


Article placé sous licence GFDL et GNU à ce jour.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Licence_de_documentation_libre_GNU



Le primordial est une langue inventée par moi-même, parmi d'autres outils d'écriture. Il s'agit d'une langue aux propriétés très particulières. Je n'ai que graduellement pu réaliser à quel point.


C’est un langage subjectif et équivoque. Il réduit la pensée évoluée et classifiée à une pensée primitive et symbolique.


Par contre, c’est un langage extrêmement bouillonnant : combiné à un langage plus évolué, il accélère la naissance des idées, il crée de nouveaux mots, et ouvre des perspectives mentales fascinantes.



PUBLICATIONS ET EVOLUTIONS

Le Primordial est utilisé dans l'article Ecrire comme J.R.R Tolkien, La Communauté de l'Anneau de David Sicé, paru dans AOC 5 (décembre 2006) pour créer deux langues dont une non humaine et plusieurs versions d'un même poème prophétique.

http://anneaumonde.presences-d-esprits.com/magazines/aoc/
http://www.davonline.com/ecrirekom/ecrirekom_tolkien_extrait.pdf

Il est également décrit dans l'Art du Récit du même auteur, partie tutoriels, chapitre consacré aux alphabets étranges et aux métamorphoses des mots et idéogrammes.

Le Primordial a évolué en 2007 en une langue complète, le Rémaï (ou Remaléraï) faisant également office de système de codage de la pensée et de générateur aléatoire ou contrôlé de contenu textuel cohérent.



LES USAGES DU PRIMORDIAL

Le Primordial accélère et nuance l’acquisition du vocabulaire dans n’importe quelle autre langue. Elle permet de construire des nouveaux mots et de déterminer quels seront les mots qui sont les plus appropriés à une idée – et qui de ce fait, survivront. De ce fait, le primordial est également une aide à la traduction et à l’expression de toute langue extrêmement précieuse.



LE VOCABULAIRE

Il tient en douze sons de base que peut produire une gorge humaine et différencier de manière suffisante une oreille humaine.

Ces douze sons sont reliés aux idées primitives les plus proches de la sensation physique de la production du son.

Le primordial est donc un langage hypnotique, car à chaque son prononcé, il administre au locuteur la sensation / idée.

L’interlocuteur de son côté subvocalise les sons qu’il entend – et donc s’administre de lui-même les sensations évoquées par le locuteur.



ECRITURE ET LECTURE

Le Primordial n'a pas de système d'écriture, autre que la production et la reproduction des sons par l'organe vocal (ou autre) du locuteur, et l'imagination de l'interlocuteur.

Il est donc possible de le lire à travers n'importe quel type d'écriture pourvu qu'on sache comment elle sonne - ou à partir de n'importe quel image, représentation symbolique, métaphore pourvu qu'on arrive à identifier l'idée primordiale qu'elle représente.



DICTIONNAIRE PRIMORDIAL FRANÇAIS

A chaque son correspondent une interprétation positive et une interprétation négative de la même idée. Noter bien qu’il n’existe pas de mot français correspondant exactement à chaque idée primordiale. Il est donc nécessaire de procéder de proche en proche pour évoquer chaque notion.


B / P (explosif) = Le rare (précieux, exceptionnel / petit, faible ou médiocre)

D / T = Le faire (toi, donner, réaliser / prendre, détruire)

F / V = Le rayonner (bouger, éclater, se propager / la conséquence néfaste, éparpiller)

G / K = Le détacher (trancher, partager, générer, choisir / ôter, séparer, isoler, briser, bloquer)

H (aspiré) = Le souffler (soupirer, respirer, durer / couper le souffle, prendre du temps)

I / J = Le valoriser (noblesse, valeur, vertu, courage / la supériorité inaccessible)

L = L’élever (Lui, le haut, en avant, dessus, éminent / la surface, le superficiel, l’apparence)

M = Le contenir (Moi, entier, plein, mère, corps, âme, magie / masse, lourd, paralysie)

N = Le scintiller (La petite lumière, l’amorce, l’espoir / la négation, nul, néant, rémanence)

O = L’Arrondir (Le rond, cercle, réunion, l’assemblée, le tour / enfermement, avalement)

R = Le dire (chose pensée, dire, habilité verbale, rire / médire, manipuler, insulter)

S / Z = Le soutenir (le goût, la substance, le socle, commercer / Le bas, l’inférieur, l’avidité)



DICTIONNAIRE FRANÇAIS PRIMORDIAL


Arrondir = O (Le rond, cercle, réunion, l’assemblée, le tour / enfermement, avalement)

Contenir = M (Moi, entier, plein, mère, corps, âme, magie / masse, lourd, paralysie)

Détacher = G / K (trancher, partager, générer, choisir / ôter, séparer, isoler, briser, bloquer)

Dire = R (chose pensée, dire, habilité verbale, rire / médire, embrouiller, manipuler, insulter)

Elever = L (Lui, le haut, en avant, dessus, éminent / la surface, le superficiel, l’apparence)

Faire = D / T (toi, donner, réaliser / prendre, détruire)

Rare = B / P (précieux, exceptionnel / petit, faible ou médiocre)

Rayonner = F / V (feu, vie, bouger, éclater, se propager / la conséquence néfaste, éparpiller)

Scintiller = N (La petite lumière, l’amorce, l’espoir / la négation, le nul, le néant, le reste)

Souffler = H aspiré Le souffler (soupirer, respirer, durer / couper le souffle, prendre du temps)

Soutenir = S / Z (le goût, la substance, le socle, commercer / Le bas, l’inférieur, l’avidité)

Valoriser = I / J (noblesse, valeur, vertu, courage / la supériorité inaccessible)



GRAMMAIRE


1°) Le son final gouverne les sons qui précèdent. Par exemple : FORT = Le faire du dire de la réunion du feu.


2°) Les voyelles ne comptent pas, sauf I, O. Le U/V/B (voyelle consonne neutre) est équivoque et peut être interprété comme un B / P, un O / OU, ou un F/V selon l’importance que vous donner à l’une ou l’autre de ses trois prononciations possibles.


3°) La voyelle et la consonne s’inverse chaque fois que cela rend la prononciation du mot plus agréable. Pour exemple, si KA vous fatigue, remplacez le par AK. De même un A au début d’un mot peut être entendu « HA » ou « AH » si cela vous arrange.


4°) Un son répété deux fois de suite indique que l’idée est renforcée, plus forte. ESSE. La substance même, ou le socle même.


5°) Si c’est le sens du mot lui-même qui vous intéresse, pensez à lui ôter les préfixes et les terminaisons qui indiquent sa fonction dans la phrase par exemple, si bien entendu vous les avez reconnus. CHANTONS = CHANT+ONS. CHANT (shan) = Le faire de l’amorce du souffle qui fait un socle). CANTO = CANT (kant) = Le faire de l’amorce de se détacher.



LA CREATION DES MOTS

On crée des mots par emprunt ou par agglomération.


1°) L’emprunt : lorsque vous entendez un mot associé à une idée qui vous plait, décomposez et recomposez le en syllabes primordiales.


a) C’est le dernier son du mot qui gouverne les précédents.
b) Les voyelles ne comptent pas sauf le I et le O.
c) Certains sons sont ambigus à cause de la manière dont les sons se condensent ou bien se dilatent (position des accents) avec la pratique.
d) L’orthographe originale peut vous aider à reconstituer une ancienne prononciation, qui aurait contenu plus de sons que la prononciation actuelle.
e) Seul compte la sensation procurée par le mot. Déformez les sons originaux à volonté pour qu’ils servent au final votre expression lorsque vous reprenez le mot à votre compte.


Par exemple : PAIX se prononce « Pê » = B : Le rare (la chose précieuse, la richesse).
PAX se prononce « Pags » = B+G+S = Le socle généré par l’extraordinaire (la stabilité imposée par l’exploit, la loi).
SALAM se prononce comme il s’écrit. = S+L+M : Le plein élevé de la substance (l’état complet d’opulence, de choses solides apparentes).
FRIED se prononce « frid » = F+R+I+ D : Le faire noble du dire du feu, du rayonnement (l’effet valeureux de la parole qui enflamme les hommes et les esprits).


2°) L’agglomération : lorsque vous voulez créer un mot à partir de vos idées, commencez par exprimer le résultat pour terminer par la source. Attention, il faut créer d’abord le plus petit mot avant de créer le mot le plus long.


***


Par exemple. Pour dire « ma personne » (moi, je, mon nom etc.), je choisis d’abord l’idée qui me parait le mieux exprimer ce que je veux dire. Idée numéro 1, noble ou valeur, si je me vois comme quelqu’un de particulièrement valeureux : J ou I.

J’ajoute la voyelle qui me permettra de prononcer de manière plus facile et sonore mon nouveau mot (en sachant que I ou O, voire le U/B ajoute une nouvelle idée à mon premier mot) : JA.

Si au contraire je veux exprimer plutôt mon intériorité, moi en tant que corps, je vais plutôt choisir MA. Notez bien que vous n’êtes pas obliger d’utiliser la syllabe primordiale M qui porte déjà l’idée de « Moi ».


***

Second exemple. Pour dire JE VOIS. Je réutilise le premier mot que j’ai créé pour signifier ma personne (JA). Ensuite il me faut chercher pour le second mot l’idée primordiale résultante de l’acte de voir (discerner, apercevoir, identifier ?).

Je choisis « élever » : le premier son de mon second mot sera donc L.

Reste la question de l’idée source, à l’origine du résultat. Je choisis « détacher » , car j’imagine que si je vois une chose, c’est que je l’isole du reste – et le second son du nouveau mot sera G / K.

Résultat : LAG ou LAK. Je n’ai plus qu’à prononcer plusieurs fois pour ressentir la prononciation qui me plait le plus au moment où je pense à l’idée de « voir ».


Ma phrase finale ressemble à JA LAK ou JA LAG.

Bien entendu, rien n’empêche d’interpréter autrement LAG, qui retraduit en primordial donne : le détacher de ce qui est haut.

Selon le contexte, cela peut signifier « distinguer », « ne retenir que l’apparence », voir concrètement « séparer le haut du bas de la chose ».

Si vous voulez alors préciser votre pensée, et vous démarquer d’une autre interprétation, vous ajouterez un autre son avant, après, au milieu. Ou encore vous changerez la ou les voyelles d’appui.


***


Par exemple : ajoutons l’idée de cibler ou d’embrasser du regard (O, « la réunion », dans l’expression : le détacher du haut » : Cela peut donner, le détacher de la réunion du haut (LOK), ou bien le détacher du haut encerclé (OLAK).

Choisissez alors des différents résultats possibles celui qui non seulement est le plus agréable à prononcer en la circonstance, mais aussi celui dans lequel le son ajouté est le plus audible. OLAK par exemple me parait moins bon que LOK, car le O est facilement perdu à la prononciation.

Notez que si vous parlez plusieurs langues, vous allez très vite sentir votre nouveau mot vous entraîner vers des mots de signification proches existant.

Ici, mon LOK ressemble énormément à LOOK anglais, qui signifie regarder ce qui se passe - et il s'agit bien en effet de tracer un double cercle imaginaire pour isoler un élément prééminent du reste du décor.



LA PHRASE

Les mots peuvent changer de place en fonction de l'importance que l'on veut leur donner. On les dit comme ils viennent à l'esprit, mais avec l'habitude, ou bien si on décide de répéter la phrase, on peut trouver un ordre plus plaisant.

1°) Le mot en tête est important (car c'est le premier que l'on entend). Mais on peut être surpris et ne pas bien l'entendre.

Il faut alors ajouter un mot ou une phrase devant pour capter l'attention de l'interlocuteur. Par exemple, son nom, une interjection ou une formule de politesse.

2°) Le dernier mot est important (car c'est le dernier qui reste en mémoire). Mais si on a parlé trop longtemps ou si l'interlocuteur est encore occupé à assimiler le premier mot, ou à guetter le mot suivant, il peut ne pas l'entendre.

Il faut alors faire des phrases très courtes, ajouter un accent (chute de hauteur de voix ou montée en hauteur de la voix), faire une pause longue, ou répéter les derniers mots.



LE PRIMORDIAL POUR CHOISIR UN NOM DE PERSONNAGE DE FICTION


Trois approches possibles :

1°) Traduisez en Primordial le nom que vous avez choisi et voyez si la chaîne d’idée obtenue correspond au tempérament du personnage.

2°) Décrivez le tempérament du personnage en Primordial et écoutez si le nouveau mot forgé ne sonne pas comme un nom que vous connaissez.

3°) Observez les marques qui indiquent que le mot est un nom d’un personnage, ne gardez que la racine qui vous intéresse (qui correspond à ce que vous recherchez en primordial), et collez-y la marque qui vous intéresse.




LE PRIMORDIAL COMME AIDE A LA TRADUCTION OU A L’EXPRESSION


Si vous hésitez entre deux ou plusieurs mots pour vous exprimer, traduisez-les en Primordial et ne retenez que celui qui vous parait le mieux convenir au contexte ou bien à l’idée que vous voulez transmettre à votre lecteur / interlocuteur.


LE PRIMORDIAL POUR COMPOSER LES PAROLES D'UNE CHANSON

Le primordial n'est autre que le fameux "Yaourt" ou le "faux anglais" ("faux espagnol", "faux russe", "faux français" etc.) utilisé par les musiciens pour laisser libre court à leur inspiration alors qu'ils ne disposent pas encore de paroles fixées, mais qu'ils souhaient quand même poser une voix sur la musique qui leur vient.




LE PRIMORDIAL DANS L'INVENTION DE LANGUES


C'est l'essence même du Primordial de générer des mots pour une langue humaine.

Il s'agit en quelque sorte du "langage machine" du cerveau, si on le compare à un ordinateur, tandis que ce que nous voyons à l'écran serait les langues que nous connaissons comme le Français, l'Anglais, etc.

Mais le Primordial permet également de générer des langues qu'un être humain ne peut pas articuler.

Pour cela, il suffit d'isoler dans l'ensemble des sons / gestes / sensations visuelles etc que peut produire un animal ou autre chose (y compris une colonie cellulaire, une planète, l'internet ou un amas stellaire) suffisamment de sons différenciés, et d'établir pour chacun l'idée qui pourrait le plus correspondre à ce son, en fonction du vécu de l'animal ou du contexte de l'organisme ou de la structure en question.




LE PRIMORDIAL COMME AIDE A L’APPRENTISSAGE D’UNE LANGUE

Si vous hésitez sur la signification d’un mot dans votre langue apprise, ou bien à la signification dans votre langue maternelle d’un mot étranger, traduisez le mot à problème en primordial, et déduisez-en les chances pour que le mot en question convienne à l’usage que vous souhaitez en faire.

Utilisez le primordial comme aide à la mémorisation du vocabulaire : le mot à retenir ne ressemble à rien ? Traduisez-le en primordial et la chaîne des sons qui le compose acquiert un sens, compose un tableau, qui va fixer ce mot dans votre mémoire.

Apprenez l’ensemble du vocabulaire d’une langue dans l’ordre suivant : le dictionnaire premier (mots à un son), dictionnaire second (mots à deux sons), dictionnaire troisième (mots à trois sons) et ainsi de suite. Très vite les mots les plus longs vont découler des mots les plus courts.

Attention, il peut exister un langage primordial spécifique à la langue que vous étudiez, c'est-à-dire que les locuteurs de cette langue auront eux-mêmes allongé la liste des sons de base dont ils se servent pour composer les mots, et auront précisé ou démultiplié les idées primordiales qui y correspondent parce que ces idées définissent leur vision de la vie à l’époque où leur langue est née.

Mais ces particularités n’empêcheront pas l’usage du Primordial en l’état.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greenheart
Modérateur


Messages : 2137
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: Primordial    Dim 1 Juin 2008 - 15:18

Suite à une question de Janko, quelques précisions sur le Primordial.


Comment on prononce le Primordial ?

En fait, le Primordial ne se prononce pas.

C'est un langage dont les unités signifiantes (lettres, syllabes) sont des images mentales primitives.

Pour "prononcer" la traduction d'un mot en primordial, on peut montrer des pictogrammes (images).

Ou bien utiliser des mots symboliques dans ma langue maternelle, qui évoque fortement l'image évoquée par chaque signe du Primordial.


***


J'utilise pour ma part et très librement la table suivante (rangée dans l'ordre des signes Rémaï).

I = Noble.
O = Cercle.
K = Epée.
D = Outil.
V = Feu.
B = Or.
H = Vent.
R = Récit.
L = Ciel.
S = Terre.
M = Mer.
N = Etoile.


***

On peut ainsi traduire / prononcer les nombres suivants, en couplant les signes deux par deux (je rappelle qu'il faut inverser l'ordre des sons articulés du mot avant de les traduire dans le symbole primordial correspondant) :


Un seul signe Primordial
Le chiffre 4 sino-japonais 四 (« shi ») = Terre (c'est à dire, l'univers, la caverne, la boite).


Deux signes Primordiaux
Le chiffre français (« un ») = Etoile-cercle (C'est à dire, la plus petite chose que l'on peut cerner, désigner comme une unité).


Trois signes Primordiaux
Le chiffre 7 anglais (« seven ») = Feu-Terre (de la) Terre (C'est à dire, le soleil dans la terre dans l'univers, le cycle des jours et des nuits).


Quatre signes Primordiaux
Le chiffre 8 français (« huit ») = Outil-noble (du) Cercle-Vent (C'est à dire, l'armature de la tente dressée le soir pour protéger des vents).


***

Notez comme le Primordial traduit ce qui nous paraît être la même notion, différemment, selon la culture qui a produit le mot :

Le chiffre 1 français ou anglais ou latin (« un » / « one » / « VN(VS) » )
= Etoile-cercle (C'est à dire, la plus petite chose que l'on peut cerner, désigner comme une unité).

Le chiffre 1 sino-japonais 一 (« itchi ») = Terre-noble (C'est à dire, caillou, pierre, pierre semi précieuse).

Le chiffre 1 aponais 人 (« hito ») = Cercle-outil (du) Noble-vent (C'est à dire, le moyen d'isoler un individu, une personne humaine, un être qui parle).


***

En fait, le Primordial traduit une sorte d'étymologie imaginaire ou coïncidentale, ou encore convergente sémantiquement (c'est a dire qui ne retient de signification ou de prononciation que lorsque à une signification donnée correspond une prononciation fixe approchée).

Bref, un truc à faire hurler de rage n'importe quel linguiste, mais qui fonctionne extrêmement bien lorsqu'on veut développer sa créativité ou créer une langue Basketball



***

Vous constaterez à travers ces quelques exemples à quel point le Primordial permet de jeter de relier une notion à une autre, voire à des chaînes notionnelles, donc d'augmenter la créativité ou de très vite déployer un filet sémantique favorable à la création d'une nouvelle langue, en particulier en partant de n'importe quelle langue existante.


***


Mais que faire si on veut quand même prononcer une traduction en Primordial (avec la bouche !)


En fait, on peut aussi prononcer le mot (ou l'onomatopée, ou la suite de sons aléatoire, le yahourt) que l'on veut traduire : ce sera du Primordial.


***

... Ce qui signifie que le Primordial est la seule langue construite à pouvoir revendiquer scientifiquement plus de six milliards de locuteurs, puisque tout le monde (du bébé gaga au vieillard gâteux, et même un grand nombre d'animaux, voire un volet qui bat) parle en Primordial, sans avoir à l'apprendre - puisqu'en Primordial, n'importe quelle suite de sons articulés est signifiante. king

Excepté que ces six milliards et plus de locuteurs ne comprendront le Primordial qu'inconsciemment (si j'ai de la chance) et qu'à partir du moment où ils le comprennent, ils sont incapables d'exprimer une pensée précise et articulée ou d'échanger un point de vue évolué, sans l'aide d'une langue auxiliaire ou naturelle, tant le champ de pensées ouvert par le Primordial est primitif ! geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Primordial
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le péché originel et la raison
» Hitler conquérant
» La théorie de l'évolution, une machination?
» Homélie pour la Sainte Famille
» Orphanews: Bulletin du 6 mai 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Extras :: Cours en ligne-
Sauter vers: