L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ferrophilie & Uchronie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anoev
Modérateur


Messages : 16277
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Ferrophilie & Uchronie   Sam 23 Oct 2010 - 0:28

J'ai hésité à mettre cette inter dans le fil "Diégèse" et puis comme il y a un lien vers un autre site, j'me suis dit qu'y s'rait aussi bien là.

Un intervenant du forum de Loco-Revue (édition de plusieurs revues ferroviphiles, dont Voie-libre, Loco-Revue et Ferrovissime) a évoqué une uchronie intéressante (même si elle est complètement fictive*, comme toutes les uchronies), à laquelle j'ai évidemment pris part, sous le nom de...


*Raison pour laquelle je vous en parle ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Vilko
Modérateur


Messages : 2513
Date d'inscription : 10/07/2008
Localisation : Neuf-trois

MessageSujet: Re: Ferrophilie & Uchronie   Sam 23 Oct 2010 - 10:34

Superbe, la carte ! Ma famille aurait été dans la zone bleue, au sud-est de Paris. A supposer que mes grands-parents n'aient pas déménagé, nous habiterions près de la frontière...



Dans le monde réel, la famine a sévi en URSS pendant plusieurs années après la guerre. En Europe occidentale, le rationnement a duré jusque dans les années cinquante. Si la guerre avait duré jusqu'en 1946 la pénurie alimentaire aurait été pire, notamment dans la partie de la France sous occupation soviétique. Dans la partie sous occupation américaine ça n'aurait pas été très joyeux non plus mais l'agriculture y est constituée surtout de petites exploitations, et les zones rurales dominent. Les grandes villes auraient été ravitaillées (au moins en partie) par les Américains le temps nécessaire pour augmenter la production agricole, et les campagnes auraient été à peu près autosuffisantes.

Vu l'inefficacité chronique des économies de type soviétique à produire de la nourriture et des biens de consommation, on peut supposer que la grande URSS, du Havre à Vladivostok, aurait été puissante militairement et politiquement, mais que ses habitants auraient été pauvres. Au final, elle se serait effondrée comme l'URSS du monde réel. L'Allemagne serait un pays assez pauvre mais finalement indépendant. Par contre, la France serait à mon avis restée deux pays, parce que la moitié "capitaliste" n'aurait pas été assez riche pour financer à elle seule la réunification.

Dans le monde réel, la réunification de l'Allemagne a coûté des fortunes, et pourtant l'Allemagne de l'Est (RDA) était beaucoup moins peuplée que l'Allemagne de l'Ouest (RFA). Je pense donc que dans cette uchronie, pour des raisons financières, la réunification de la France ne se serait pas faite. Il y aurait eu une ouverture des frontières, mais guère plus.

La guerre d'Indochine aurait été beaucoup plus courte, une France diminuée n'ayant pas les moyens de la financer.

En Algérie encore française, arrivée massive de réfugiés européens à partir de 1946. Ils viennent de la France du nord-est mais aussi de Belgique et d'Allemagne, et même d'Indochine. L'Algérie française instaure un régime de quasi-apartheid européens/musulmans. Au final, après quelques décennies de guérilla, le pays est divisé en quatre ou cinq petits états : une partie administrativement française, et trois ou quatre états musulmans indépendants, l'indépendance étant accordée individuellement aux régions musulmanes, selon des critères ethniques : il y aurait ainsi une Kabylie indépendante, de langue tamazight, et plusieurs autres petits états. Le Sahara, riche en pétrole, serait resté français (c'est d'ailleurs ce qui aurait pu arriver en 1962 dans le monde réel). Privés de pétrole, la Kabylie et les autres états "indigènes" officiellement indépendants ne seraient guère mieux que des Bantoustans (au mieux, réserves de main-d'oeuvre bon marché, au pire réserves tribales). Inutile de dire que la violence serait endémique dans la région.

Et les trains dans tout ça ? Je rêve d'une voie ferrée Le Havre - Vladivostok...

Le russe est la langue commune de ce vaste ensemble humain, même si les autres langues (français, allemand, hongrois, etc) ont toujours un statut de langues officielles. La France alliée des USA, avec Bordeaux comme capitale, utilise plutôt l'anglais pour ses relations internationales.


Dernière édition par Vilko le Sam 23 Oct 2010 - 14:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pagesperso-orange.fr/saiwosh/man.html
Anoev
Modérateur


Messages : 16277
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: En fait...   Sam 23 Oct 2010 - 12:24

J'voyais plutôt les choses de cette manière, avec une suite possible, bien entendu; vaguement préfigurée par l'"épisode précédent".

Y aurait eu une Marche sur Lyon (capitale du NEF), avec

-à l'Ouest, les maquis du Massif central
-à l'Est, ceux des Alpes
-au sud, les armées d'Algérie débarquées à Marseille
-au nord, la descende de l'Armée populaire.
-à Lyon, la 5me colonne.

Toutefois, la réunification n'aurait pas ramené la france entière dans le CAEM.

D'une part, les forces opposées au NEF auraient été trop diversese (socialistes, communistes, gaullistes, chrétiens progressistes etc...)
D'autre part, la France étant le plus éloigné, L'URSS aurait été obligée de "lâcher du lest", surtout qu'il n'y a pas de frontière commune, comme ave la Hongrie et que, déstalinisation aidant (j'aurais situé les événement à la fin des années '50) certaines choses auraient commencé à changer.
Du reste, l'URSS, dans la réalité, même à l'époque de Staline, n'a jamais eu de "vues" sur la France, malgré l'allégeance de Maurice Thorez. Alors que la Hongrie était un ancien état de l'Axe (raison pour laquelle l'intervention à Prague en 1968 fut plus sévèrement condamnée que celle à Budapest en 1956 et celle à Berlin-est en 1953). Bien des combattants soviétiques ayant le souvenir de l'escadrille Normandie-Niémen.

Dans ma version de cette uchronie, j'aurais imaginé des fissures, non seulement chez les Soviétiques, mais aussi d'l'aut'côté: la menace d'une nouvelle guerre de sécession aux États-Unis, le Sud espérant prendre sa revanche grâce au Pétrole du Texas et également grâce à des taupes comme Lindbergh (dans cette uchronie, Lindbergh n'aurait pas visité Dora et serait resté sur ses premières impressions), ce qui va obliger un certain nombre de divisions stationner en Europe du sud d'organiser un repli en direction du continent américain, ce qui va faire basculer l'Italie du côté des antifascistes. Toutefois, le Nord (qui a l'Arme Atomique) ne peut pas l'utiliser contre le Sud, à cause des milliers de noirs et de prisonniers nordistes qui y sont détenus. Cette guerre (moins meurtière que la précédente) va se terminer par un statu quo très pénalisant pour les deux parties. Cependant, le Sud (celui qui occupait également le sud de l'Europe) ne pouvait pas gagner grâce au Pétrole, le Nord bénéficiant secrètement du pétrole... soviétique, soit directement, soit par l'entremise de la République Socialiste Arabe Persique (Pays formé par l'union de l'ex-Arabie Séoudite et de l'Irak) et de la République socialiste d'Iran.

À suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Sab



Messages : 1218
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Polynésie / France

MessageSujet: Re: Ferrophilie & Uchronie   Sam 23 Oct 2010 - 13:26

Anoev a écrit:
Dans ma version de cette uchronie, j'aurais imaginé des fissures, non seulement chez les Soviétiques, mais aussi d'l'aut'côté: la menace d'une nouvelle guerre de sécession aux États-Unis, le Sud espérant prendre sa revanche grâce au Pétrole du Texas et également grâce à des taupes comme Lindbergh (dans cette uchronie, Lindbergh n'aurait pas visité Dora et serait resté sur ses premières impressions)...
Il y a un excellent livre du romancier américain Philip Roth à lire là-dessus ("Le complot contre l'Amérique") où il imagine si Lindbergh le raciste fasciné par l'Allemagne avait pris le pouvoir aux élections de 1940 aux Etats-Unis et l'instauration d'un régime à tendance totalitaire là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu
Anoev
Modérateur


Messages : 16277
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Lindbergh   Sam 23 Oct 2010 - 20:59

Sab a écrit:
Il y a un excellent livre du romancier américain Philip Roth (...) où il imagine si Lindbergh le raciste fasciné par l'Allemagne avait pris le pouvoir aux élections de 1940 aux Etats-Unis et l'instauration d'un régime à tendance totalitaire là-bas.

Je n'ai lu que la quat'de couv. Mais je connaissais déjà plus oou moins les positions douteuses de cet aviateur, ce qui m'a inspiré.

Ce que je ne sais pas, c'est si son drame familial (l'enlèvement, suivi du meurtre de son premier fils) a eu une influence sur une telle prise de position; ou s'il était déjà comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ferrophilie & Uchronie   Aujourd'hui à 17:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Ferrophilie & Uchronie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ferrophilie & Uchronie
» Uchronie
» Tentative d'uchronie linguistique
» Les ostrogoths
» Le Futur de la Wehrmacht

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Diégèse-
Sauter vers: