L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Césure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anoev
Modérateur


Messages : 16236
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Césure    Mer 8 Déc 2010 - 15:32

La division d'un mot trop long en fin de ligne fait appel à des règles variant d'une langue à l'autre, et, dans certains cas, assez ardues (éviter d'isoler certaines syllabes1, etc...)

Ainsi, le verbe stopper peut être coupé entre les deux P en français: STOP-PER mais on ne peut pas couper STOPPED (eng.) en deux.

Qu'en est-il dans vos idéolangues respectives?

En aneuvien, certaines règles sont à observer:
1-La ponctuation de séparation est le trait d'union en fin de ligne, rien en début de ligne (comme en français)
2-On ne peut pas avoir une lettre isolée (consonne ou voyelle) en début de ligne, ni une consonne isolée en fin de ligne.
3-On ne coupe pas une syllabe en deux (y a, en principe2, au moins une voyelle sonore dans une syllabe, quelle que soit sa position).
4-On ne tronque pas inconsidérément un radical: dans ar PÙZAR (ils sont partis), le radical est PÙZ, par conséquent, on coupera comme ça: PÙZ-AR et non comme ça: PÙ-ZAR.
5-On ne coupe pas un digramme en deux: Ç-H, D-H, Q-B... Par contre, BL, BR, KL, ST... ne sont pas considérés comme des digrammes et peuvent être séparés sous certaines conditions: BIS-VEDJ mais BUS-TÀTYN (ni même BU-STÀTYN: cf 4).
6-On peut couper une consonne double en deux: L-L, M-M sauf si elle est en extrêmité de mot: H-HIR (cf 2)3.
7-Mais on ne peux pas en faire autant avec une voyelle, puisque cette voyelle double représente UN son vocalique long.
8-Certaines voyelles donnent un renseignement sur la coupure du mot, ainsi óven (d'œuf) se coupe de la manière suivante ÓV-EN et non Ó-VEN. Idem, pour oven (de mouton) & lóven (lover) & lover (plus bas).
9-Le E muet ne compte pas comme voyelle active dans une syllabe: PÙ-ZE (cf 4), mais PÙZ-ER.

1...comme en français: con-cerné, cul-minant...
2 EMRGE ne se coupe pas! par contre, EMRGUN se coupe comme suit: EMR-GUN
3 Par contre RR [ʀ] étant distinct du R [ʁ] n'est pas sécable: OR-RON.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ziecken
Modérateur


Messages : 4953
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Césure    Mer 8 Déc 2010 - 16:05

En elko.fr la césure se fait entre les clés et se marque au moyen d'un ingama (= apostrophe).

*Naltano sapin) : nal' tano
*teteko (chat) : tet' eko

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Olivier Simon



Messages : 3844
Date d'inscription : 20/02/2009
Localisation : Lorraine

MessageSujet: Re: Césure    Mer 8 Déc 2010 - 22:49

Sellamat !

Parlez-vous de la césure dans un mot ou dans un vers ?

En fait, peu m'importe, car c'est la métrique qui m'a obligé de me soucier dans la césure dans le mot, en essayant d'adapter le vers indo-européen en sambahsa. En effet, il n'y a pas que la grammaire et les mots que l'on peut restituer, mais également la poétique, notamment par comparaison du grec et du védique.

Bien sûr, rien n'empêche d'utiliser d'autres types de métrique pour le sambahsa (ex: métrique classique, avec rimes à la fin). Cependant, le système indo-européen reconstruit (en tout cas en se basant sur l'opinion commune et sur Meillet le plus ancien à West le plus récent) m'a été fort utile quand je devais rendre une poésie Dùnedain (en anglais...) et où je ne pouvais toujours trouver de rimes, dans ce film (chanson du barde à la fin de cette vidéo):

Donc, la métrique indo-européenne est ("serait") basée sur le nombre de syllabes. La césure (du vers) peut tomber n'importe où dans le vers mais doit être la même pour toute la poésie et ne jamais couper un mot. Chaque vers doit comporter le même nombre de pieds (je ne mentionne pas certaines hypothèses de vers plus complexes).
Il n'y a pas de rime; ce qui compte, c'est la succession des syllables longues et courtes, qui doit être la même, après la césure.

La distinction longue/courte se fait apparemment comme en grec ancien (et si vous suivez toujours, c'est là qu'intervient la césure du mot...). Est longue non seulement une voyelle longue par nature, mais également une voyelle courte suivie de deux consonnes. Naturellement, comme l'orthographe sambahsa, bien que règulière, n'est pas forcément phonétique, on prend en compte les unités phonétiques. Puisque j'ai inventé, il y a assez longtemps, le SPT, système qui utilise un signe par son du sambahsa, c'est ce système qui sera employé dans les transcriptions.

Soit : X = n'importe quelle longueur de syllabe, _ = syllabe longue, u = syllabe courte, | = césure,
vous pouvez constater (si ça vous amuse) que tous les vers du poème Dùnadain suivent ce modèle d'héxamètre :

XX|_u_u

Bien entendu, le système des terminaisons facultatives et la flexibilité du sambahsa m'ont bien aidé (début du poème ici seulement; le reste est sur la vidéo):

Septa stars ed oin cron = [septa stars ed oyn kron]
ep un pold os azur = [ep un pold os adzur]
in id koryowindo = [in id koryowindo]
likit nieso bander = [likit nyezo bandër]
Is roy sien wighens kiel = [is roy syen wigëns kyel]
gwahtum wighes po Nordlure = [gwa:tum wigz po nordlür]
Fornost ies habent pris = [fornost yes habënt pris]
cricit is heroldo = [kritsit is heroldo]

Sept étoiles et une seule couronne
sur un champ d'azur
dans le vent guerrier
flottait notre bannière
le roi ses combattants appela
pour aller combattre pour la liberté du Nord
Fornost ils ont prise
cria le héraut

Versification dédiée à Aerelloth notre petite elfe !


Olivier
http://sambahsa.pbworks.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sambahsa.pbwiki.com/ En ligne
Anoev
Modérateur


Messages : 16236
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Césure    Jeu 9 Déc 2010 - 0:30

Olivier Simon a écrit:
Sellamat !

Parlez-vous de la césure dans un mot ou dans un vers ?

Je pensais surtout à l'endroit où on peut couper un mot en deux (cf mon inter) lorsqu'il n'y a plus assez de place à la fin d'une ligne pour le mettre en entier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sab



Messages : 1218
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Polynésie / France

MessageSujet: Re: Césure    Jeu 9 Déc 2010 - 0:38

Pour le Kotava, aucune règle précise n'existe là-dessus, à ma connaissance. Personnellement, je dirais : à chaque syllabe. Quant à savoir ce qu'est une syllabe ? Il y a parfois des cas pas évidents à trancher, du genre : lusté = lu-sté ou lus-té. J'aurais tendance à répondre le deuxième cas, mais je suis loin d'être sûre. Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu
Anoev
Modérateur


Messages : 16236
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Césure    Jeu 9 Déc 2010 - 1:02

Sab a écrit:
Pour le Kotava, aucune règle précise n'existe là-dessus, à ma connaissance. Personnellement, je dirais : à chaque syllabe. Quant à savoir ce qu'est une syllabe ? Il y a parfois des cas pas évidents à trancher, du genre : lusté = lu-sté ou lus-té. J'aurais tendance à répondre le deuxième cas, mais je suis loin d'être sûre. Sad

Y a des fois, les divisions syllabiques donnent des surprises, ainsi d'ailleurs que les divisions radicales (par les racines) alors, les deux combinées, tu penses! J'ai appris, au début de c't'aprème, en consultant Wikipédia, que dans "UNE malaise a eu UN malaise" les deux homonymes ne se divisaient pas de la même manière: respectivement ma-laise & mal-aise! Ça m'a donné vach'ment à réfléchir, d'où une découpe, parfois assez étonnante, des mots aneuviens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Césure    Aujourd'hui à 9:46

Revenir en haut Aller en bas
 
Césure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Idéogénéral-
Sauter vers: