L'Atelier

Créations linguistiques
et mondes imaginaires
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Dhaliran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Dhaliran    Ven 17 Déc 2010 - 5:18

Je me considère comme un moyen-nul. Depuis que je construis des langues, j'en apprends de plus en plus. Dhaliran est mon idéolangue la plus développée jusqu'à maintenant.

Dhaliran est la langue parlée dans la civilisation de Dhalir, une civilisation très développée pour son temps (temps qui correspond, à peu près, à notre antiquité.) Il s'agit d'une civilisation matriarcale par rapport au principal dirigeant de la civilisation (équivaut plus au moins aux pharaons égyptiens), mais n'est pas pour autant sexiste envers les hommes, et j'ai essayé de le faire transparaitre dans leur langage.

Dhaliran était(est) écrit, à l'image du chinois, à l'aide de symboles représentant des idées. Ce qui influença la façon dont les mots sont crées: en agglutinant plusieurs "racines" pour en créer un nouveau. Ces nouvelles racines (que j'appelle racines composées), sont constituées d'un noyau et d'un modifiant (la racine qui vient modifier, préciser l'autre). Mais j'en parlerai plus tard, commençons par le commencement.

1. LA PHONOLOGIE

1.1 Les consonnes


Nasales: m n ŋ (m n ng)
Occlusives: p b t d k g (p b t d k g)
Frictatives: ɸ β ð s z ʃ ʒ x (f v dh s z c j h)
Affriquées: t͡s d͡z t͡ʃ d͡ʒ (ts dz tc dj)
Roulées et spirantes: r l (r l)

1.1.2 Les digrammes acceptés

Ces digrammes sont acceptés, mais ne font pas partie du groupe des digrammes réguliers listés au point précédents.

Occlusives sourdes + t
pt, tc, kt

dh + n,m
dhn, dhm

s, c + nasales labiales et coronales, occlusives, l
sm, sn, sp, sd, st, sk, sg, sl, cm, cn, cp, cd, ct, ck, cg, cl.


1.1.3 Gémination

Une consonne est géminée en la doublant. Un digramme est géminée en doublant la dernière lettre du duo ou du trio seulement.

1.2 Les voyelles

Fermées: i y (i uu)
Semi-fermée: e o (e o)
(Semi-ouverte: ɛ (e))*
Ouvertes: a (a)

*: la voyelle e se prononce e lorsque la syllabe a un accent tonique, autrement, il est prononcé ɛ.

1.2.1 Les voyelles longues

Les voyelles longues sont indiqués dans la retranscription latine par un accent grave, circonflexe ou aigüe. Dans le cas de uu, l'accent se place sur le dernier u.

1.3 L'accent tonique

L'accent tonique est toujours sur la syllabe pénultième. Une racine monosyllabique ne possède pas d'accent tonique. Lors de l'agglutination de deux racines, l’accentuation de la racine modifiante se perd pour ne garder que l'accent tonique de la racine noyau, et cela, même si l'accentuation ne se trouve plus sur la syllabe pénultième. Lors de l'agglutination de deux racine monosyllabiques, un nouvel accent se crée sur la racine noyau.

Cependant, lors de l'agglutination d'un nom propre, l'accent tonique sera alors toujours sur la syllabe pénultième du nom propre.


2. LA MORPHOLOGIE

Les mots en Dhaliran sont formés par l'agglutination de deux racines. Ces mots sont formés d'un noyau et d'un modifiant. Le noyau est toujours placé en premier, et ensuite vient le modifiant. Par exemple, les racines kala (arbre) et âj (groupe, ensemble) forment le mot kalâj (forêt). Ce mot nouvellement formé peut être considéré comme une "racine composée", et peut toujours accueillir une nouvelle racine.

Une racine "simple" peut s'utiliser seule. e kala = l'arbre.

2.1 L'assimilation

La règle globale est simple: il est interdit d'avoir plus d'un élément long (voyelle longue ou consonne géminée) dans une racine ou une racine composée. De plus, il est interdit de former des digrammes autres que ceux présentés dans la section phonologie. Il faut donc assimiler.

2.1.1 Les voyelles

Si deux voyelles identiques sont côte à côte, et si aucune des racines ne comporte d'autres voyelles longues, les deux voyelles forment une voyelle longue. (se (être humain) + ek (sécurité) = sêk (garde, gardien).

Si deux voyelles identiques sont côte à côte, et si la racine noyau a déjà une voyelle longue, les deux voyelles deviennent une voyelle simple. (cmêgo (art) + ok (arc) = cmêgok (tir à l'arc).

Si deux voyelles identiques sont côte à côte, et si la racine modifiante a déjà une voyelle longue, transformer cette dernière en voyelle simple et les deux voyelles deviennent une voyelle longue. (hi (rire) + inûdh (petit) = hînudh (sourire).

Si deux voyelles différentes sont côte à côte, on favorise la voyelle du noyau. (se (être humain) + ok (arc) = sek (archer).

Dans tous les cas, si une assimilation crée une voyelle longue, si une consonne géminée existait, elle est transformer en consonne normale. (se (être humain) + edhhigal (guerre) = sêdhigal (guerrier).

2.1.1 Les consonnes

(Pour alléger le texte, j'ai omis d'écrire les digrammes, mais ceux-ci obéissent aux mêmes règles.)

Si deux consonnes identiques sont côte à côte, et si aucune des racines ne comporte d'autres consonnes géminées, les deux consonnes se géminent. (ok (arc) + kala (arbre) = okkala (arc en bois).

Si deux consonnes identiques sont côte à côte, et si la racine noyau a déjà une consonne géminée, les deux consonnes deviennent simples. (edhhig (bataille) + gal (général) = edhhigal (guerre).

Si deux consonnes identiques sont côte à côte, et si la racine modifiante a déjà une consonne géminée, celle-ci devient simple et les deux consonnes deviennent géminées. (kur (chien) + rovvi (chasse) = kurrovi (chien de chasse).

Si deux consonnes différents sont côte à côte, favoriser la consonne du noyau. (dhosâj (village) + lêt (important) = dhosâjet (capitale).

Dans tous les cas, si une assimilation gémine une consonne, si une voyelle longue existait, elle est transformée en voyelle normale.

2.2 L'harmonie des voyelles

Lors de la construction d'une racine composée, afin de diversifier la sonorité, si deux syllabes côte à côte ont des voyelles identiques (syllabes appartenant à des racines différentes), la voyelle appartenant à la racine modifiante et modifiée. Cette règle ne s'applique pas aux voyelles accentuées et aux noms propres.

i devient uu ; uu devient e ; u devient o ; e devient a ; o devient u ; a devient e.

se (être humain) + get (primitif, sauvage) = segat (barbare)


***


En gros, pour ce qui touche à la phonologie et à la morphologie, ça donne ça. J'attends vos commentaires, vos suggestions, vos questions, vos insultes (par MP car sinon des modérateurs n'aimeront pas!...)
Revenir en haut Aller en bas
Réatami



Messages : 516
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : France

MessageSujet: Re: Dhaliran    Ven 17 Déc 2010 - 10:31

Ça a l'air très à la mode l'agglutination de racines.

Citation :
2.2 L'harmonie des voyelles

Lors de la construction d'une racine composée, afin de diversifier la sonorité, si deux syllabes côte à côte ont des voyelles identiques (syllabes appartenant à des racines différentes), la voyelle appartenant à la racine modifiante et modifiée. Cette règle ne s'applique pas aux voyelles accentuées et aux noms propres.

i devient uu ; uu devient e ; u devient o ; e devient a ; o devient u ; a devient e.

se (être humain) + get (primitif, sauvage) = segat (barbare)

C'est à mon avis une très bonne méthode pour éviter d'avoir des mots trop uniformes.

D'ailleurs j'aime bien ton système phonologique. Il est léger et agréable (car tu interdit certains groupes consonantiques, comme en Quenya. Ainsi que le système d'assimilation (comme en Latin).

Par contre qu'as tu prévu pour ce qui est de la grammaire ? Agglutinant ? Flexionnel ? Synthétique ou isolant ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Ven 17 Déc 2010 - 11:49

Réatami a écrit:
Ça a l'air très à la mode l'agglutination de racines.

Est-ce bien, ou mauvais? Wink En fait, j'ai choisi l'agglutination de racines dans le cas de Dhaliran car je voulais qu'ils utilisent un système d'écriture basé sur des idéogrammes, pour montrer que la civilisation Dhalir est ancienne (pour faire écho à l'Égypte ancienne et à la civilisation Chinoise.) Par contre, j'ai aussi voulu montrer leur ancienneté par le fait que la prononciation originale des racines se perd (de là les diverses règles qui changent la prononciation des racines) pour aller vers quelque chose de plus ... naturel?

Merci pour tes commentaires!

Pour le reste de la grammaire, je ne sais pas exactement comment la définir...

Elle est agglutinante, car elle utilise des affixes, surtout pour les noms avec ses cas grammaticaux. (tcenidhos = dans les maisons (tce = inessif , (n)i = pluriel (des noms à une seule syllabe), dhos = maison.)

Elle est fusionnelle, car le pluriel des mots à deux syllabes et plus est formé par flexion interne d'une seule voyelle (la voyelle pénultième). (segat (barbare) = sigat (barbares) ;

Je crois que tu pourras mieux juger lorsque tu auras lu la grammaire de façon plus approfondit. Je posterai une partie de la grammaire plus tard, car je ne veux pas tout poster d'un coup (ça ferait beaucoup trop long.)


Dernière édition par Antiphlogistine le Ven 17 Déc 2010 - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ziecken
Modérateur


Messages : 4953
Date d'inscription : 23/03/2008
Localisation : Bergheim, Alsace

MessageSujet: Re: Dhaliran    Ven 17 Déc 2010 - 13:41

J'aime beaucoup cette langue, je l'ai découverte sur Idéopédia. Je trouve qu'il y a pas mal d'originalités et cela rend le projet très intéressant. Je vais suivre ce qui ce dit à son sujet avec attention. Le chinois et les hiéroglyphes m'ont aussi beaucoup inspiré... Wink

_________________
Like a Star @ heaven Idéolangues : agozien, amarrique, arésien, chimérique, daarh, elko, E.L.S., englo, éphèsique, espay, gäko, ganya, goumek, hanziko, inuque, kanako, kelep, kesaro, kunbé, maouaque, mawin, nauko, nenarun, odarique, t'ilu, urque, væltalien, zémétique
Like a Star @ heaven Idéographies : abbala, ashma (célestial), chaka nagya, daarh-ka, éphèse, gäka, hanzi, kaba, kimrunnabo, lak, mawa, mawinnab, nébou, patek, rundar, syllabaire tripodique.
Like a Star @ heaven Idéomondes : Univers d'Aegis, monde du Losda.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.elkodico.fr
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Dhaliran    Ven 17 Déc 2010 - 19:38

Antiphlogistine a écrit:
t͡ʃ (tc)
Kotava! (perso, j'aime moins) Laughing

Pour le reste, ça a l'air assez intéressant. Je suis content qu'on puisse utiliser aussi une double voyelle ou un accent aigu à la place de l'accent circonflexe, que je n'aime pas trop.

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Ven 17 Déc 2010 - 20:43

Ziecken: L'elko m'a moi-même fournit beaucoup d'informations pour le dhaliran. Smile

Nemszev: Pour l'accent circonflexe, c'est juste que c'est plus facile pour moi car avec ma configuration de clavier, toutes les voyelles peuvent avoir un accent circonflexe rapidement, alors qu'avec les autres accents, c'est plus compliqué... Pour la double voyelle, on pourrait, sauf pour le "uu" (ça donnerait uuuu ...)

As-tu des suggestions pour le son t͡ʃ ? ^^

Revenir en haut Aller en bas
Nemszev
Admin


Messages : 5382
Date d'inscription : 06/03/2008
Localisation : Bruxelles, Belgique

MessageSujet: Re: Dhaliran    Sam 18 Déc 2010 - 0:13

Fais ce que tu veux, je ne veux pas t'influencer trop dans tes choix. Certains diront que le "tc" c'est parfait...
Moi j'utiliserais le "c" plutôt pour une consonne affriquée ([ts], [tʃ]) ou un [k], mais pas pour un [ʃ]... ça je le verrais plus avec "x" par exemple.

_________________
Sce tu cores tras davors, no chataràs mai onors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anoev
Modérateur


Messages : 16234
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: C    Sam 18 Déc 2010 - 0:49

Nemszev a écrit:
...mais pas pour un [ʃ]...

C'est pourtant l'cas du lojban.

Mais bon... les goûts et les couleurs...

En tout cas, à tout prendre, j'préfère largement une prononciation constante, quelle qu'elle soit, aux "glissades" latines genre [k]/[s], [tʃ], [θ]. Quand j'pense que, pendant des années, j'suis tombé dans c'travers!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Sam 18 Déc 2010 - 4:58

Après la suggestion de Anoev, je vais remplacer les (très rares, pour l'instant) uu et uû par y et ŷ, pour voir le résultat.

3. LA SYNTAXE

Dhaliran est une langue de tybe VSO. Plus précisément viennent dans l'ordre: le complément second, le complément premier, le sujet, le verbe.

e tcedhos cû ni cuteta
je bois de l'eau dans la maison
dans la maison / de l'eau / je / bois

De plus, certains mots ont une place précise dans la phrase:

Les adjectifs sont toujours après le mot qu'ils décrivent.
la grande maison = e dhos nety

Les adverbes sont toujours avant le mot qu'ils décrivent.
manger rapidement = dhâl une

Les nombres sont habituellement après le mot qu'ils précisent.
sept maisons = idhos djen

Les mots servant à préciser une possession viennent après le mot qu'ils décrivent, mais avant un adjectif.
ma maison verte = dhos nes latsy

4. LA GRAMMAIRE

4.1 Le genre

Le genre en dhaliran s'utilise pour préciser certains noms désignant des êtres vivants (genre féminin, masculin et animal) et également pour accorder des adjectifs (pour ceux-ci s'ajoute le genre inanimé, au besoin.) Les noms inanimés gardent leur forme originelle. Finalement, le genre neutre est utilisé pour les êtres vivants, lorsque leur genre est inconnu ou lorsque le pluriel est utilisé et qu'il désigne des membres de différents genres. Lorsque la racine se termine par une voyelle, la consonne n vient séparer la racine et le suffixe.

Forme racine: - (sêk = un garde, féminin ou masculin); dhos (une maison)
Genre féminin: -i (semali = une amoureuse)
Genre masculin: -o (sêko = un garde, masculin)
Genre animal: -e (kurrovi dhâle = un chien de chasse rapide)

Genre inanimé: -y (dhos inŷdhy = une petite maison)

Genre neutre: -u (sîkus = des gardse, féminins et masculins)

4.2 Le pluriel

Il n'y a que deux nombres en dhaliran: le singulier et le pluriel. Le pluriel des racines à deux syllabes et plus est formé en modifiant la voyelle pénultième. Si la voyelle est longue, la voyelle du pluriel sera également longue.

a devient e (kala = kela ; arbres)
e devient i (segat = sigat ; barbares)
o devient u (dhosâj = dhusâj ; villes)
u devient i (kurrovi = kurrivi ; chiens de chasse)
y devient i (pas d'exemple!)

Une exception pour i qui modifie la consonne qui la suit immédiatement, selon ces règles. Les équivalent géminées sont inclus dans la liste.

i + n, m
ils s'interchangent (in = im, im = in)
i + ng
ng devient n (ing = in)
i + occlusives
ils s'interchangent voisés-sourdes (ip = ib; ib = ip, it = id; id = it, etc.)
i + affriquées
ils se changent en leur équivalent frictatifs (its = is; idz = iz, etc.)
i + frictatives bilabiales
ils s'interchangent voisé-sourdes (if = iv; iv = if)
i + dh
dh devient s (idh = is)
i + alvéolaires
ils se changent en leur équivalent post-alvéolaire, et vice versa (is = ic; iz = ij, etc.)
i + h
h devient k (ih = ik)
i + r, l
r et l s'interchangent (ir = il, il = ir)

Par exemple, inŷdh = imŷdh ; petits.

Pour les mots monosyllabiques, le pluriel se forme en plaçant le préfixe i(n)-. (e ngâl = e ingâl ; apprentis.)

4.3 Les cas grammaticaux

Les "cas" sont regroupés en deux groupes, les cas d'espace et de temps, les cas de relation

*: Je suis pas certain de la justesse des noms des cas.

4.3.1 Les cas d'espace et de temps

Les cas d'espace et de temps se placent toujours en tant que préfixe.

Cas adessif (près, à): ke- (kedhos = près de/à la maison)
Cas inessif (dans): tce- (tcedhos = dans la maison)
Cas subessif (sous): me- (medhos = sous la maison)
Cas superessif (sur): le- (ledhos = sur la maison)
Cas antessif (avant): pe- (petsem* = avant l'aube)

*: tsem est un mot inventé il y a longtemps, je vais sûrement trouver autre chose pour "aube".

4.3.2 Les cas de relation

Cas bénéfique (pour, pour le bien): ate- (atekur = pour le bien du chien)
Cas maléfique (pour le mal): yte- (ytekur = pour le mal du chien)
Cas causif, bien (grâce): ote- (otekur = grâce au chien)
Cas causif, mal (à cause): ode- (odekur = à cause du chien)
Cas comitatif (avec, en compagnie): use- (usekur = avec le chien)
Cas privatif (sans): eka- (ekakur = sans chien)
Cas de procédé (par, à l'aide de): iri- (irikur = à l'aide du chien)

4.4 Le vocatif

Le vocatif se place toujours en tant que particule indépendante placée avant le nom. Il est utilisé pour apostropher ou appeler quelqu'un, avec différents niveaux de politesse.

Le vocatif familier ou informel : ê. Il est utilisé pour appeler ou apostropher un ami ou quelqu'un de la famille. Appeler un inconnu avec ê est considéré comme impolis, ou même comme une provocation.

Le vocatif polis ou formel: esê. Il est utilisé pour appeler ou apostropher un inconnu, un patron, un maître et tout autre personne avec un rang plus élevé. Il est aussi utilisé par les enfants pour appeler leurs parents.

Le vocatif divin: esêdha. Il est utilisé pour parler aux dieux dans les prières ou dans les textes sacrés. Ce mot est strictement réservé aux dieux et ne doit être prononcé à haute voix que dans les temples. Il est considéré comme offensant de le prononcer ailleurs, et de l'utiliser pour apostropher quelqu'un d'autre qu'un dieu.

4.5 Le génitif

Il y a deux types de génitif en dhaliran, le génitif indéfini et le génitif défini.

4.5.1 Le génitif indéfini

Le génitif indéfini se forme en plaçant la particule ir entre deux nom, le premier étant celui à qui appartient le second. (seki ir ok = un arc d'un archer.) La particule n'est jamais modifiée par le genre ou le nombre. (siki er e inok = les arcs d'archers).

4.5.1 Le génitif défini

Le génitif défini se forme en plaçant la particule irê entre deux noms, le premier étant celui à qui appartient le second. (seki irê ok = un arc de l'archer.) La particule n'est jamais modifiée par le genre ou le nombre. (siki irê e inok = les arcs des archers.)


Dernière édition par Antiphlogistine le Sam 18 Déc 2010 - 22:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Réatami



Messages : 516
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : France

MessageSujet: Re: Dhaliran    Sam 18 Déc 2010 - 10:25

Citation :
Dhaliran est une langue de tybe VSO. Plus précisément viennent dans l'ordre: le complément second, le complément premier, le sujet, le verbe.

J'aime beaucoup ça ! Very Happy

Citation :
Une exception pour i qui modifie la consonne qui la suit immédiatement, selon ces règles. Les équivalent géminées sont inclus dans la liste.

Encore une fois j'aime beaucoup ! Very Happy

Citation :

4.3 Les cas grammaticaux

Les "cas" sont regroupés en deux groupes, les cas d'espace et de temps, les cas de relation

Ouiiii les flexionnelles reviennent ! Very Happy

Décidément ta langue est une très bonne surprise ! Elle est esthétique et flexionnelle, que demander de plus ?

PS :

Citation :
Cas antessif (avant): pe- (petsem* = avant l'aube)

J'aurais dit qu'antessif désignait "derrière" plutôt qu'avant... Mais je ne sais pas comment l'appeler j'aurais proposé "antetemporel" mais c'est pas très correct (mais c'est bien les néologismes...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Sam 18 Déc 2010 - 22:18

Pour les cas grammaticaux, je me suis basé sur l'article de Wikipedia anglais : (http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_grammatical_cases). J'ai essayé de traduire le mieux possible en français, car, à moins d'avoir mal cherché, on en parle pas dans Wikipédia français.

Le cas Antessif (Antessive) se trouve ici : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_grammatical_cases#Time ou http://en.wikipedia.org/wiki/Antessive_case

Sinon, merci. C'est bien de savoir que mon idéolangue est appréciée. Razz

Sinon, j'ai passé près de trois heures juste pour faire le tableau des consonnes sur la page d'Idéopédia du dhaliran: Dhaliran. Le tableau va sûrement paraître mieux lorsque tous les exemples seront complétés et lorsque le texte au dessus sera mieux écrit.

La suite de la grammaire ne viendra pas avant demain l'après-midi, heure québécoise.

N'hésitez pas à critiquer et à proposer des choses, c'est quand même la principale raison pour laquelle je poste tout ça. Very Happy


PS: J'ai ajouté un tableau à ma page Idéopédia qui "scrappe" l'interface Wikipédia. Laissez-moi échapper trois quatre sacres bien québécois et je vais trouver le problème. Rolling Eyes Evil or Very Mad

PS2: Bon. J'ai trouvé.
Revenir en haut Aller en bas
Réatami



Messages : 516
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : France

MessageSujet: Re: Dhaliran    Dim 19 Déc 2010 - 0:22

Ah, je n'ai pas regardé Wikipédia dans sa version langue de la perfide albion... Very Happy

Je voyais dans la version française : http://fr.wikipedia.org/wiki/Adessif qu'Adessif désignait un lieu, j'ai donc conclu que le suffixe -essif désignait un lieu... (D'ailleus en Essétheam et en Yolas Elopase je les ai appelés en -essif)

PS : Pour Wikipédia, sur la page "cas grammatical" il y a une liste (je m'en suis servi en extrapolant pour compléter)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Lun 20 Déc 2010 - 4:42

Réatami: Ah, je suis excellent pour chercher les yeux fermés! Il faut dire que je préfère souvent la version anglaise, il y a souvent plus de détails...

4.5 Les adjectifs

Les adjectifs varient toujours en genre et en nombre en fonction du nom qu'ils qualifient et se positionnent à la suite de ce dernier.

e sêdhigi dhâli = la grande guerrière

Lorsqu'il y a plus d'un adjectif qualifiant un nom, l'ordre des adjectifs est choisie selon l'importance que l'interlocuteur veut donner aux adjectifs. Ainsi, plus l'adjectif est près du nom, plus celui-ci est important.

e sêdhigo dhâlo retco = le guerrier grand et rapide (mettant l'emphase sur "grand").
e kurrovi retce inŷdhe = le chien de chasse rapide et petit (mettant l'emphase sur "rapide").

4.5.1 Les comparaisons

Le dhaliran possède plusieurs degrés de comparaison, agissant comme préfixes. Premièrement, les comparatif et superlatif. Tous peuvent être utilisé sans verbe au présent.

Le comparatif de supériorité (re-) : cked nes redhâle e lês = mon cheval est plus rapide que le tien.
Le comparatif d'égalité (le-) : cked nes ledhâle e lês = mon cheval est aussi rapide que le tien.
Le comparatif d'infériorité (he-) : cked nes hedhâle e lês = mon cheval est moins rapide que le tien.

Le superlatif relatif de supériorité (ry-) : cked nes rydhâle = mon cheval est le plus rapide.
Le superlatif relatif d'infériorité (hy-) : cked nes hydhâle = mon cheval est le moins rapide.
Le superlatif absolu de supériorié (ny-) : cked nes nydhâle = mon cheval est très rapide.
Le superlatif absolu d'infériorié (my-) : cked nes mydhâle = mon cheval est très peu rapide.

Deuxièmement, les autres nuances que l'on peut trouver. Ici, ils doivent être utilisé avec le verbe, peu importe le temps.

L'intensif (so-) : cked nes sodhâle tcase* = mon cheval est assez rapide.
Le diminutif (slo-) : cked nes slodhâle tcase* = mon cheval est un peu rapide.
L'excessif (ro-) : cked nes rodhâle tcase* = mon cheval est trop rapide.
Le progressif (are-) : cked nes aredhâle tcase* = mon cheval est encore plus rapide.
Le régressif (ahe-) : cked nes ahedhâle tcase* = mon cheval est encore moins rapide.

* = Je n'ai pas touché le cas du verbe être depuis longtemps, donc il va sûrement changer bientôt

4.6 Les adverbes

La plupart des adverbes utilisent le même mot que les adjectifs. Seule leur place dans la phrase, et le fait qu'ils ne s'accordent pas, les distingue des adjectifs.

e cked dhâle = le cheval rapide.
dhâl uneta = je mange rapidement.

4.7 Les pronoms

4.7.1 Les pronoms personnels

L'une des particularités des pronoms personnels de dhaliran est que la deuxième personne a une versions informelle, formelle et "divin", lorsque l'on prie et qu'on parle aux dieux.

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne ni ani
2ème personne informel le ale
2ème personne formel elet ilet
2ème personne divin eledhe elidhe
3ème personne féminin ti ati
3ème personne masculin to ato
3ème personne animal te ate
3ème personne inanimé ty aty
3ème personne neutre tu atu

4.7.2 Les pronoms objectifs

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne ned aned
2ème personne informel led aled
2ème personne formel ledet lidet
2ème personne divin lededhe lededhe
3ème personne féminin tid atid
3ème personne masculin tod atod
3ème personne animal ted ated
3ème personne inanimé tyd atyd
3ème personne neutre tud atud

Les pronoms emphatique

Pour transformer un pronom objectif en pronom emphatique, ajouter le préfixe ktê-

ni = je ; ned = moi ; ktêned = moi-même

4.7.3 Les pronoms réfléchis

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne anâ
2ème personne informel alâ
2ème personne formel lâde ilâde
2ème personne divin lâdedh ilâdedh
3ème personne féminin sli asli
3ème personne masculin slo aslo
3ème personne animal sle asle
3ème personne inanimé sly asly
3ème personne neutre slu aslu

Exemple : ni nâ melata (je m'aime*)

* = En attendant mieux.

4.7.4 Les pronoms possessifs

Les pronoms possessifs ne s'accordent pas.

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne nes anes
2ème personne informel les ales
2ème personne formel res ares
2ème personne divin redhes aredhes
3ème personne féminin tis atis
3ème personne masculin to ato
3ème personne animal te ate
3ème personne inanimé ty aty
3ème personne neutre tu atu

En ajoutant l'article défini devant ces derniers pronoms, on obtient le mien, le tien, etc.

Exemple : cked nes = mon cheval ; ysâ cked, e nes tcase* = ce cheval, c'est le mien.

4.7.5 Les pronoms démonstratifs

Neutre: ysâ (utilisé lorsque la distance n'est pas importante ou inconnue;
Proximal: ydhî (utilisé lorsque l'objet est près de celui qui parle;
Distal: ydhô (utilsé lorsque l'objet est loin de celui qui parle;
Medial: ytâ (utilisé lorsque l'objet est d'égale distance entre les interlocuteurs.

4.8 Les verbes

Il existe trois classes de verbes en dhaliran, les verbes se terminant en -t, les verbes se terminant par une voyelle (généralement un -a, et les quelques verbes irréguliers. Chacun ayant leurs caractéristiques et leur façon de se conjuguer.

4.8.1 Les verbes en -t

Les verbes en -t sont conjugués en superposant des suffixes correspondant respectivement au temps et au mode. Pour ce qui est du genre et du nombre, c'est la fonction des pronoms personnels, il n'y a donc aucune modification effectuée au verbe lui-même.

Les verbes en -t sont donc structurés de cette façon: d'abord, le pronom personnel; la racine du verbe qui garde toujours sa terminaison -t sauf quelques exeptions; le suffixe du temps; le suffixe du mode, si désiré.

LES TEMPS

Le présent

Présent simple: -a (ni arata = j'aide); dans le sens qu'habituellement, l'action se fait, de façon routinière.
Présent progressif: -an (le aratan = tu es en train d'aider); dans le sens que l'action est en train de se faire.
Présent parfait: -am (ati aratam = elles ont aidé); dans le sens que l'action est actuellement complété.

Le passé

Hier: -eti (ni arateti = j'ai aidé hier); une nuit complète a passé depuis l'action a été complétée.
Immédiat: -eta (ni arateta = je viens d'aider); l'action a été complétée il y a quelques secondes, quelques minutes.
Lointain: -ipe (ni aratipe = il y a longtemps, j'ai aidé); l'action a été complétée il y a plusieurs semaines et d'avantage.
Général: -i (ni arati = j'ai aidé); l'action a été complétée, sans insistance sur le moment, ou lorsque le moment est inconnu.

Le futur

Proche: -ot (ni aratot = dans quelques minutes, j'aiderai); l'interlocuteur sait que l'action sera effectuée dans l'immédiat.
Aujourd'hui: -ote (ni aratote = aujourd'hui, j'aiderai); l'interlocuteur sait que l'action sera effectuée dans la journée-même.
Demain: -oti (ni aratoti = demain, j'aiderai); l'interlocuteur sait que l'action sera effectuée après le lever du soleil.
Lointain: -ope (ni aratope = dans plusieurs années, j'aiderai); l'interlocuteur sait que l'action sera effectuée dans plusieurs semaines, et plus.
Général: -o (ni arato = j'aiderai); l'action sera complétée, sans insistance sur le moment ou lorsque le moment est incertain.

Le statique

Le temps statique indique que l'action a été, est, est en train ou sera, suspendue dans le temps, mais implique que l'interlocuteur sait que l'action recommencera plus tard.

Statique présent simple: -y (ni araty = en ce moment, je n'aide plus); utilisé lorsque l'action a été arrêtée récemment.
Statique présent progressif: -ym (aratym = en ce moment, je suis en train de ne plus aider); utilisé lorsque l'action est en train d'être arrêtée.

Statique passé: -yti (ni aratyti = depuis quelques temps, je n'aide plus.)

Statique futur: -yto (ni aratyto = prochainement, je n'aiderai plus.)

LES MODES

L'impératif informel

L'impératif informel est utilisé pour donner un ordre à quelqu'un de proche, à un ami ou à quelqu'un de la parenté, dans que l'interlocuteur n'est pas un enfant. Autrement, il s'agit d'une impolitesse. Pour former l'impératif informel, on doit enlever le -t final du verbe. Il peut donc être utilisé pour la première ou la deuxième personne, et également pour exprimer le présent et le futur, selon le contexte.

ara = aide! aidons! aidez! tu aidera! nous aiderons! vous aiderez!

L'impératif formel

L'impératif formel est utilisé pour donner un ordre à des inconnus, à un maître, à un patron, etc. On peut utiliser ce mode pour préciser l'impératif informel, au besoin. L'impératif formel peut être utilisé tant au présent qu'au futur.

1ère personne du pluriel : -(u)c (aratac = aidons!)
2ère personne du singulier : -(u)co (aratico = tu/vous aidera/aiderez!)
2ème personne du pluriel : -(u)cê (araticê = aidez!)

Le conditionnel littéraire

Le conditionnel littéraire est surtout utilisé dans les textes et est rarement parlé. Il est cependant plus précis et apporte des nuances. Le conditionnel littéraire est formé, d'abord, en enlevant le -t de la racine et ensuite, en ajoutant, entre le sujet et le verbe, une particule qui détermine le type de condition.

Potentiel: dhal (le dhal ara = si tu aiderais (mais tu n'a pas le temps d'aider); Signifie que l'action peut toujours être complétée.

Iréel du présent: dhel (le dhel ara = si tu aiderais (mais tu n'a pas le temps d'aider); Signifie que l'action est toujours faisable, mais qu'il est impossible de l'accomplir actuellement.

Iréel du passé: dhil (le dhil ara = si tu aurais aidé (mais tu n'a pas aidé); Signifie que l'action ne peut plus être accomplie.

Hypothétique: (dhol (le dhol ara = si tu aiderais); Signifie que l'action est toujours faisable, mais que l'interlocuteur n'est pas certain que le sujet peut l'accomplir.

Le conditionnel populaire

Le conditionnel populaire est un conditionnel général. Il est formé en ajoutant le suffixe -(u)dh[i] à la fin du verbe conjugué. ([i]le aratadh = si tu aides; ni aratipedh = si j'aurais aidé il y a longtemps)

L'optatif

L'optatif utilisé au futur exprime un désir ou un souhait (j'aimerais manger avec toi). Utilisé au passé, il exprime un souhait non accompli ou une déception (si seulement j'avais mangé avec toi; j'aurais aimé manger avec toi). Pour exprimer un souhait direct (je veux manger avec toi), l'utilisation du mode désiratif est préférable, mais peut quand même être exprimé avec l'optatif au présent. L'optatif est formé en ajoutant le suffixe (u)dju.

ni aratodju = j'aimerais aider;
li aratidju = si seulement tu avais aidé;

Le potentiel

Le potentiel exprime le niveau de probabilité que l'action était, est ou sera accompli selon l'interlocuteur. Il existe trois niveaux de potentiel: le bas potentiel, le bon potentiel et l'excellent potentiel.

Bas potentiel: -(u)fe (ni aratife = j'aurais peut-être aidé);
Bon potentiel: -(u)f (ti arataf = elle aide sûrement);
Excellent potentiel: [-(u)fo/i] ([i]ato aratofo = c'est certain qu'ils aideront)

Le désiratif

Le désiratif exprime un souhait immédiat et peut remplacer le verbe "vouloir". Il ne s'utilise qu'au présent. Le désiratif se forme en ajoutant le suffixe -(u)ste.

ni arataste = je veux aider

Le permissif

Le permissif exprime une autorisation. Le permissif est formé en ajoutant le suffixe -(u)co.

le arataco = tu peux aider;
ale aratico = vous pourrez aider

Le précatif

Le précatif exprime une demande. Le permissif est formé en ajoutant le suffixe -(u)lle

ni aratalle = puis-je aider?;
ale aratille = pourrez-vous aider?

****

Me semble que c'est assez comme ça.


Dernière édition par Antiphlogistine le Mar 21 Déc 2010 - 1:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Réatami



Messages : 516
Date d'inscription : 24/11/2010
Localisation : France

MessageSujet: Re: Dhaliran    Lun 20 Déc 2010 - 13:12

J'aime beaucoup ton système verbal (encore une chose que j'aime Very Happy ). Il est précis et complet. Par contre, ce qui me fait peur (comme à chaque fois que je fais un système verbal dans le même style) c'est qu'on utilise pas forcément tout... En tout cas, moi j'ai tendance à aller à la simplicité quand je traduis.

Pour ton système adjectival et pronominal rien à dire, c'est le minimum syndical de mon point de vue (sauf peut être la différence inclusive / exclusive).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Mar 21 Déc 2010 - 4:19

Révision et précision des pronoms grâce aux conseils d'Anoev.

4.7 Les pronoms

4.7.1 Les pronoms personnels

Particularités: La deuxième personne comporte deux niveaux de politesse ainsi qu'un pronom réservé aux dieux.
La troisième personne comporte le féminin, le masculin, l'inanimé et le neutre. Ce dernier est utilisé au singulier lorsque le genre de la personne est inconnue ou au pluriel, lorsqu'il y a plusieurs sujets au genre différent.

Pronom sujet

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne ni ani
2ème personne informel le ale
2ème personne formel elet ilet
2ème personne divin eledhe elidhe
3ème personne féminin ti ati
3ème personne masculin to ato
3ème personne inanimé ty aty
3ème personne neutre tu atu

Exemple: ni melata = j'aime

Les pronoms réflectifs

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne anâ
2ème personne informel alâ
2ème personne formel lâde ilâde
2ème personne divin lâdedh ilâdedh
3ème personne féminin sli asli
3ème personne masculin slo aslo
3ème personne inanimé sly asly
3ème personne neutre slu aslu

Exemple: ni nâ melata = je m'aime

Pronom d'objet direct

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne nu anu
2ème personne informel lu alu
2ème personne formel lude ilude
2ème personne divin ludedh iludedh
3ème personne féminin ngi angi
3ème personne masculin ngo ango
3ème personne inanimé ngy angy
3ème personne neutre ngu angu

Exemple: ni lu melata = je t'aime

Pronom d'objet indirect

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne nut anut
2ème personne informel lut alut
2ème personne formel lute ilute
2ème personne divin lutedh ilutedh
3ème personne féminin ungi ingi
3ème personne masculin ungo ingo
3ème personne inanimé ungy ingy
3ème personne neutre ungu ingu

Exemple: e ok ni ungy basseta = je le donne, l'arc.

Pronom objectif

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne ned aned
2ème personne informel led aled
2ème personne formel ledet lidet
2ème personne divin lededhe lededhe
3ème personne féminin tid atid
3ème personne masculin tod atod
3ème personne inanimé tyd atyd
3ème personne neutre tud atud

Exemple: ned ni melata = moi, j'aime.

Les pronoms emphatique

Pour transformer un pronom objectif en pronom emphatique, ajouter le préfixe ktê-

ni = je ; ned = moi ; ktêned = moi-même

Les pronoms possessifs

Les pronoms possessifs ne s'accordent pas.

SUJET SINGULIER PLURIEL
1ère personne nes anes
2ème personne informel les ales
2ème personne formel res ares
2ème personne divin redhes aredhes
3ème personne féminin tis atis
3ème personne masculin to ato
3ème personne neutre tu atu

En ajoutant l'article défini devant ces derniers pronoms, on obtient le mien, le tien, etc.

Exemple : cked nes = mon cheval ; ysâ cked, e nes tcase* = ce cheval, c'est le mien.

4.7.5 Les pronoms démonstratifs

Neutre: ysâ (utilisé lorsque la distance n'est pas importante ou inconnue;
Proximal: ydhî (utilisé lorsque l'objet est près de celui qui parle;
Distal: ydhô (utilsé lorsque l'objet est loin de celui qui parle;
Medial: ytâ (utilisé lorsque l'objet est d'égale distance entre les interlocuteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur


Messages : 16234
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Démonstratifs   Mar 21 Déc 2010 - 13:09

Antiphlogistine a écrit:
Neutre: ysâ (utilisé lorsque la distance n'est pas importante ou inconnue);
Proximal: ydhî (utilisé lorsque l'objet est près de celui qui parle);
Distal: ydhô (utilsé lorsque l'objet est loin de celui qui parle);
Medial: ytâ (utilisé lorsque l'objet est d'égale distance entre les interlocuteurs).

En fait, tu pourrais également te servir du médial pour indiquer que le désigné est à une certaine distance de celui qui parle, mais proche de celui à qui il s'adresse: une espece de "ton" non possessif. Le distal serait alors loin des deux interlocuteurs: ydhô (étoile).

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Mer 22 Déc 2010 - 6:03

Citation :
En fait, tu pourrais également te servir du médial pour indiquer que le désigné est à une certaine distance de celui qui parle, mais proche de celui à qui il s'adresse: une espece de "ton" non possessif. Le distal serait alors loin des deux interlocuteurs: ydhô (étoile).

Je vais vérifier ça.

Citation :
En aneuvien
Er retrokòmite ær ovse en yn = rev'nons à nos moutons (revenons à ces (ær) moutons (sujets) qui nous sont proches (en: invariable derrière un démonstratif): le sens figuré est transcrit par yn en postposition).

Et en dhaliran?

En fait je pense pas que l'expression existerait en dhaliran (en tout cas, pas sous cette forme-là.) Si je traduis comme tu l'as traduit en aneuvien:

kenêres anes ydhî urûcmatanuc*.
adessif-moutons(pluriel) / notre,nos / qui sont proches / revenir-présentprogressif-impératif

* = urûcma (revenir) est un verbe se terminant par une voyelle et j'ai pas encore révisé ce bout-là, ça peut changer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Jeu 23 Déc 2010 - 10:00

Je reviens avec la suite des règles des verbes...


4.8.2 Les verbes se terminant par une voyelle

Les verbes se terminant par une voyelle se conjuguent tant par le genre, par le nombre, par le temps que par le mode. Ceux-ci sont entièrement construits à partir de suffixes ou de particules et les pronoms personnels ne sont pas obligatoires, sauf lors de cas précis.

Précision à propos de la troisième personne: le neutre est utilisé tant pour les sujets inanimés que pour indiquer que le sujet est inconnu, ou plusieurs personnes de genre différents.

Le verbe utilisé pour les exemples est una (manger).

Le présent

LE PRÉSENT SIMPLE

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -ta (unata) -tan (unatan)
2ème personne informel -tu (unatu) -tun (unatun)
2ème personne formel -dhi (unadhi) -dhin (unadhin)
2ème personne divin -dhice (unadhice) -dhicen (unadhicen)
3ème personne féminin -ti (unati) -tin (unatin)
3ème personne masculin -to (unato) -ton (unaton)
3ème personne neutre -ty (unaty) -tyn (unatyn)


LE PRÉSENT PROGRESSIF

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -tan (unatan) -tani (unatani)
2ème personne informel -tun (unatun) -tuni (unatuni)
2ème personne formel -dhin (unadhin) -dhini (unadhini)
2ème personne divin -dhicen (unadhicen) -dhiceni (unadhiceni)
3ème personne féminin -tin (unatin) -tini (unatini)
3ème personne masculin -ton (unaton) -toni (unatoni)
3ème personne neutre -tyn (unatyn) -tyni (unatyni)


LE PRÉSENT PARFAIT

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -tam (unatam) -tami (unatami)
2ème personne informel -tum (unatum) -tumi (unatumi)
2ème personne formel -dhim (unadhim) -dhimi (unadhimi)
2ème personne divin -dhicem (unadhicem) -dhicemi (unadhicemi)
3ème personne féminin -tim (unatim) -timi (unatimi)
3ème personne masculin -tom (unatom) -tomi (unatomi)
3ème personne neutre -tym (unatym) -tymi (unatymi)

Le passé

LE PASSÉ GÉNÉRAL

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -l (unal) -li (unali)
2ème personne informel -lu (unalu) -lun (unalun)
2ème personne formel -lidh (unalidh) -lidhen (unalidhi)
2ème personne divin -lidhec (unalidhec) -lidheci (unalidheci)
3ème personne féminin -li (unali) -lin (unalin)
3ème personne masculin -lo (unalo) -lon (unalon)
3ème personne neutre -ly (unaly) -lyn (unalyn)

Pour préciser le verbe, il est possible d'ajouter des particules qui viennent s'ajouter avant le verbe (et après le sujet.)

Hier : eti; eti unal (je mangeais hier)
Immédiat: eta; eta unalu (tu mangeais tantôt)
Lointain: ipe; ipe unalin (elles mangeaient le mois passé)


Le futur

LE FUTUR GÉNÉRAL

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -m (unam) -man (unaman)
2ème personne informel -mu (unamu) -mun (unamun)
2ème personne formel -midh (unamidh) -midhi (unamidhen)
2ème personne divin -midhec (unamidhec) -midheci (unamidhecen)
3ème personne féminin -mi (unami) -min (unamin)
3ème personne masculin -mo (unamo) -mon (unamon)
3ème personne neutre -my (unamy) -myn (unamyn)


Proche : ot; ot unamidh (vous mangerez bientôt)
Aujourd'hui: ote; ote unamo (il mangera aujourd'hui)
Demain : oti; oti unaman (nous mangerons demain)
Lointain: ope; ope unamyn (ils et elles mangeront la semaine prochaine)


Le statique

Le statique se forme en ajoutant la particule à la fin d'un verbe conjugué.

uneta tŷ (en ce moment, je ne mange plus)
eti unelu tŷ (depuis hier, tu ne manges plus)
unelon tŷ (bientôt, ils ne mangeront plus)
oti uneli tŷ (demain, elle ne mangera plus)


LES MODES

Les modes des verbes se terminant par une voyelle sont fort peu différents des verbes en -t.

L'impératif

L'impératif peut être utilisé tant au présent qu'au futur.

1ère personne du pluriel : -(u)c (unatanuc = mangeons!)
2ère personne du singulier : -(u)co (oti unamunuc = demain, vous mangerez!)
2ème personne du pluriel : -(u)cê (unatucê = mange!)


Conditionnel littéraire

Potentiel : dhal (le dhal una)
Iréel du présent : dhel (le dhel una)
Iréel du passé : dhil (le dhil una)
Hypothétique : dhol (le dhol una)


Conditionnel populaire

Il est formé en ajoutant le suffixe -(u)dhŷ à la fin du verbe conjugué. (unatadhŷ = je mangerais; eti unaludhŷ = tu aurais mangé hier)


Optatif

L'optatif est formé en ajoutant le suffixe -(u)dju.

unatadju = j'aimerais manger
unalidju = il aurait aimé manger


Potentiel

Bas potentiel : -(u)fe; unatufe = tu manges peut-être)
Bon potentiel : -(u)f; unamanuf = nous mangerons sûrement)
Excellent potentiel : -(u)fo; unalufo = elle a certainement mangé)


Désiratif

Le désiratif se forme en ajoutant le suffixe -(u)tce.

unalutce = je veux manger, maintenant


Permissif

Le permissif est utilisé en ajoutant le suffixe -(u)co.

unatuco = tu peux manger


Précatif

Le précatif est formé en ajoutant le suffixe -(u)lle.

unatalle = puis-je manger?


***
Revenir en haut Aller en bas
Sab



Messages : 1218
Date d'inscription : 10/03/2008
Localisation : Polynésie / France

MessageSujet: Re: Dhaliran    Jeu 23 Déc 2010 - 21:54

Antiphlogistine a écrit:
Permissif
Le permissif est utilisé en ajoutant le suffixe -(u)co.
unatuco = tu peux manger

Précatif
Le précatif est formé en ajoutant le suffixe -(u)lle.
unatalle = puis-je manger?
Ton permissif, c'est dans le sens "être autorisé à" ?
Sinon, à quoi correspond exactement ton précatif ? La possibilité aléatoire ? La faculté physique ? L'opportunité du moment ? Le doute de faire ou pas faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.europalingua.eu
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Jeu 23 Déc 2010 - 23:26

Les modes des verbes se terminant par une voyelle correspondent aux modes des verbes en -t. Vu que j'avais déjà tout expliqué dans l'autre message, j'ai pas tout réécrit ici.

Le permissif exprime une autorisation.
Le précatif exprime une demande.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Lun 27 Déc 2010 - 11:07

J'ai repensé deux détail qui me fatiguaient.

Tous les affixes qui avaient une voyelle longue ou une consonne géminée seront changés en leur équivalent non-long...

Donc, par exemple, le précatif -(u)lle devient -(u)le.

C'est que je ne veux pas qu'un mot ait plus qu'un son long, même avec des affixes attachés. afro

***

Et un changement pour le génitif défini "irê", vu que l'article défini est "e" et que parfois les deux sont côte à côte (un long "e" plus un "e", c'est long en sapristi (et il est possible qu'il y ait un autre "e" par la suite...), et pour respecter le fait qu'un mot qui n'est pas affecté par un affixe ne peut pas être VCV (détail que je devrai vérifier pour d'autres mots...) je vais modifier "irê" en "nir". Je viens de faire plein de traductions d'album de Tintin et plusieurs avaient un génitif.

Kasatafihor irê e djimi devient Kastafihor nir e djimi


Sinon, pour la grammaire, il me reste quelques verbes "irréguliers" affraid (reste à voir si c'est vraiment une bonne idée d'avoir des verbes irréguliers...) et la formation de phrases négatives/interrogatives. Par la suite, j'aimerais avoir vos idées pour ajouter des éléments dans la grammaire...

Je posterai cela prochainement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Lun 3 Jan 2011 - 4:52

Avant de réviser les verbes, je suis revenu à la base et j'ai modifié quelques détails.

Pour la phonologie, je voulais ajouter quelques sons à la langue.

J'ai ajouté un compagnon à [x], son ami voisé : [ɣ] (rh).
J'ai aussi ajouté deux affriqués : [ɡ͡ɣ] (grh) et [kx] (kh).

Et j'ai ajouté deux semi-voyelles: i [j] et u [w].

Pour la morphologie....

À propos des mots composés de deux racines à une seule syllabe, (se (homme) + ek (sécurité)), à la place d'obéir à la règle initiale qui assimilait les deux "e" en une seule voyelle longue, ce qui peut créer des homophones ou des mots trop semblables, j'ai créer une nouvelle règle où on doit garder les racines intactes et les séparer par un trait d'union. Dans la prononciation, un [ʔ] sépare les deux /e/.

Alors, à la place de devenir sêk se + ek devient simplement se-ek [se'ʔɛk]. Cela permet d'augmenter la différence entre sêk (garde) et sek (archer) (maintenant se-ok).

Semi-voyelles

Les semi-voyelles n'ont pas à être assimilées si elles sont aux côtés d'une autre voyelle. ktî (pince) + inŷdh (petit) = ktîinydh (petite pince) [ktj:i'nyð].

Formation des verbes, des adjectifs et des adverbes

J'ai précisé la formation des verbes, des adjectifs et des adverbes, qui étaient un peu aléatoires auparavant. Les noms sont formés par la racine originale, sans modification, alors qu'on utilise des suffixes pour le transformer.

Verbes

- Les verbes sont formés en ajoutant le suffixe -t aux racines se terminant par une voyelle.
- Les verbes sont formés en ajoutant le suffixe -a aux racines se terminant par une consonne.

Adjectifs

Les racines sont transformés par le suffixe -(n)an.

Adverbes

L'adverbe est habituellement basé sur l'adjectif équivalent, mais on peut toujours former un adverbe avec le suffixe -(n)al..

Exemples

ASMÎN (racine pour "courage")
asmîn ("courage")
asmîna ("encourager, donner du courage")
asmînan ("courageux")
asmînal ("courageusement")

GOLA (racine pour "cristal")
gola ("cristal")
golat ("faire devenir comme du cristal, cristaliser")
golan ("cristalin")

Il existe quelques exceptions, tels que inŷdh (petit) qui défini tant le nom que l'adjectif. Le verbe est "inŷdha" (rapetisser).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Jeu 20 Jan 2011 - 7:42

J'ai mis à jour la page idéopédia du dhaliran: http://www.europalingua.eu/ideopedia/index.php5?title=Dhaliran_(langue)

Je vais un jour poster les verbes du dhaliran... C'est que j'ai commencé à travailler sur la langue de la civilisation voisine des sidhalir, que j'ai temporairement nommé les tusk, pour absolument aucune raison. Il se peut qu'il y ait des modifications au dhaliran en fonction du développement du tusk.

Il y a bien sûr un lien entre le dhaliran et le tusk, bien qu'ayant des différences grammaticales et phonétiques, les deux langues proviennent de la même protolangue, plusieurs mots se ressemblent, ainsi que quelques aspects grammaticales. Après avoir été séparés pendants de très nombreuses années (les sidhalir s'étant établis sur leur île, les tusk étant restés sur la rive), les deux civilisations se rencontrèrent à nouveau et leurs langues s'influencent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dhaliran    Jeu 5 Mai 2011 - 6:21

Le problème quand on passe plusieurs mois sans toucher à une idéolangue c'est que lorsqu'on veut y revenir on ne se souviens plus de ce qu'on prévoyait faire il y a plusieurs mois.... En plus d'oublier la plupart des choses de la langue elle-même.



Crying or Very sad

.... quand on a une mémoire de schnoutte comme la mienne.
Revenir en haut Aller en bas
Anoev
Modérateur


Messages : 16234
Date d'inscription : 17/10/2008
Localisation : Île-de-France

MessageSujet: Re: Dhaliran    Jeu 5 Mai 2011 - 9:45

Antiphlogistine a écrit:
Je reviens avec la suite des règles des verbes...Le présent

LE PRÉSENT SIMPLE

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -ta (unata) -tan (unatan)
2ème personne informel -tu (unatu) -tun (unatun)
2ème personne formel -dhi (unadhi) -dhin (unadhin)
2ème personne divin -dhice (unadhice) -dhicen (unadhicen)
3ème personne féminin -ti (unati) -tin (unatin)
3ème personne masculin -to (unato) -ton (unaton)
3ème personne neutre -ty (unaty) -tyn (unatyn)


LE PRÉSENT PROGRESSIF

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -tan (unatan) -tani (unatani)
2ème personne informel -tun (unatun) -tuni (unatuni)
2ème personne formel -dhin (unadhin) -dhini (unadhini)
2ème personne divin -dhicen (unadhicen) -dhiceni (unadhiceni)
3ème personne féminin -tin (unatin) -tini (unatini)
3ème personne masculin -ton (unaton) -toni (unatoni)
3ème personne neutre -tyn (unatyn) -tyni (unatyni)

J'en ai profité que tu as réveillé le fil du dhaliran pour remarquer quelque chose d'insolite:

Le pluriel du présent simple et le singulier du présent progressif sont identiques; et comme visiblement on ne voit pas de pronoms personnels, on risque bien de les confondre, non? N'y a-t-il pas un autre moyen de conjuguer le présent simple afin d'éviter cette confusion; comme je n'ai pas vu de -tas, je te proposerais:

Personne Singulier Pluriel
1ère personne -tas (unatas) -tasi (unatasi)
2ème personne informel -tus (unatus) -tusi (unatusi)
2ème personne formel -dhis (unadhis) -dhisi (unadhisi)
2ème personne divin -dhices (unadhices) -dhicesi (unadhicesi)
3ème personne féminin -tis (unatis) -tisi (unatisi)
3ème personne masculin -tos (unatos) -tosi (unatosi)
3ème personne neutre -tys (unatys) -tysi (unatysi)

Le futur général a une conjugaison (à la lettre intermédiaire près: le -M- au lieu du -L-) identique à celle du passé général au singulier, mais différente au pluriel ( -li au passé, lequel rejoint les présents progressif & parfait; -man au futur). Mis à part ces petits aqccrocs, la structure est régulière et bien pensée: -T/DH- pour le présent (quel qu'il soit), -L- pour le passé*, -M- pour le futur; on peut même faire des extrapolation intéressantes, avec par exemple un passé progressif en -alan ou un futur antérieur (futur parfait) en -amam°: ça tient bien la route, bravo.

Antiphlogistine a écrit:
Le statique se forme en ajoutant la particule tŷ à la fin d'un verbe conjugué.

uneta tŷ (en ce moment, je ne mange plus)
eti unelu tŷ (depuis hier, tu ne manges plus)
unelon tŷ (bientôt, ils ne mangeront plus)
oti uneli tŷ (demain, elle ne mangera plus)

Pourquoi, pour le statique, le -A- s'est-il transmuté en -E- ? Quel est le radical du verbe "manger"? UNA- ou UN- ?



*Lequel sert-il uniquement d'imparfait (passé répétitif) comme dans les exemples ou bien sert-il à traduire le passé simple français ou le prétérit anglais (nos nous vîmes 3000 en arrivant au port; she said).Je pense qu'il y a là, une possibilité de les distinguer, grâce à ta structure de conjugaison, avec des terminaisons comme -l pour le passé simple, la(s) pour l'imparfait répétitif, -lan pour l'imparfait progressif & -lam pour le plus-que parfait ou le passé antérieur. À creuser.
°D'où l'intérêt de faire un futur en -mi: ça libèrerait -man pour la possibilité d'un futur progressif en -man/mani.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dhaliran    Aujourd'hui à 1:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Dhaliran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le système logographique du Dhaliran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Atelier :: Le vif du sujet :: Autres idéolangues-
Sauter vers: